Logo Rectorat de l'académie de Besançon
Accueil > DSDEN > Actualités > Résultats des CAP

Rubrique Actualités

mardi 6 octobre 2020

Résultats des CAP

Résultats CAP - octobre 2020.

CAP

Résultats octobre 2020

 
mardi 6 octobre 2020

Inscrivez-vous aux concours de recrutement d’enseignants !

Les inscriptions aux concours de recrutement d’enseignants de la session 2021 se dérouleront du mardi 13 octobre, à 12 h, au jeudi 12 novembre 2020, à 17 h, heure de Paris.

 Inscrivez-vous aux concours de recrutement d'enseignants !

En savoir plus - devenirenseignant.gouv.fr

Inscriptions du 13 octobre au 12 novembre 2020

 
mardi 6 octobre 2020

Les lycéens diversifient et précisent leurs parcours !

Cette année scolaire 2020-2021 voit la réforme du lycée général se déployer pleinement avec la mise en place d’une nouvelle terminale qui comporte deux enseignements de spécialité, de six heures chacun, retenus parmi les trois que les élèves avaient choisis en première.

Grâce à la liberté de choix que la réforme leur propose au cycle terminal, ils ont diversifié leurs parcours de formation de façon très sensible par rapport à l’ancienne logique des séries.

En première, plus de 400 combinaisons de trois enseignements de spécialité sont recensées sur le territoire national.

En savoir plus

Dans l’académie

Comme en 2019-2020, les enseignements de spécialité de mathématiques (61,2 %), sciences économiques et sociales (45,7 %), physique-chimie (45,4 %), sciences de la vie et de la Terre (41,6 %), et histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (34,7 %) sont les plus demandés.

Les demandes augmentent en mathématiques (+0,6%), sciences économiques et sociales (+2,1%), physique-chimie (+3,9%) et sciences et vie de la terre (+2,1%). En revanche, elles diminuent en histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (-2,3%).

Si la combinaison mathématiques - physique-chimie - sciences de la vie et de la Terre reste la plus demandée, elle connaît une diminution de demandes par rapport à l’année précédente (-4,2 %). La combinaison histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques – langues, littérature et cultures étrangères anglais – sciences économiques et sociales connaît la plus forte augmentation (+ 6,35 %).

En terminale, la combinaison des spécialités confirme que les élèves se sont approprié l’esprit de la réforme, en maintenant des choix originaux qu’ils ont précisés. Tout en diversifiant leurs parcours, les élèves l’ont spécialisé en vue de leur accès à l’enseignement supérieur. Le passage de trois combinaisons en première à deux en terminale permet à chaque élève d’affiner son projet d’orientation et d’affirmer sa motivation.

Les combinaisons scientifiques rassemblent une majorité des élèves, dont 18 % pour celle associant mathématiques et physique-chimie (pour rappel, à la rentrée 2018, la série scientifique regroupait 52 % des effectifs de la voie générale).

Malgré un fort taux d’abandon, la spécialité mathématiques demeure la plus suivie (25 % des élèves). Viennent ensuite les sciences économiques et sociales (40% avec un très faible taux d’abandon), la physique-chimie (29 % des élèves), les sciences de la vie et de la Terre (28 %) et histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (33 % avec un faible taux d’abandon).

Un chantier demeure important : celui des choix d’orientation par les filles et par les garçons.

Les filles ont en effet abandonné beaucoup plus que les garçons les enseignements à orientation scientifique : ainsi de la spécialité mathématiques (24 % d’abandon chez les filles contre 13 % chez les garçons) ; de même pour les spécialités numérique et sciences informatiques et sciences de l’ingénieur. En revanche, les filles abandonnent un peu moins souvent la physique-chimie, et beaucoup moins souvent les SVT (22 % pour les garçons contre 14 % pour les filles). L’abandon des langues, littératures et cultures étrangères et régionales est davantage le fait des garçons (44 % contre 33 % des filles).

Il importe de lutter contre toute forme de déterminisme et, pour ce faire, de travailler sur la présentation des enseignements de spécialité, des possibilités de parcours de formation qu’ils offrent pour inciter autant filles que garçons à les choisir.

Source

- pour les données relatives à la classe de première, données issues de l’extraction des bases académiques au 15 juillet 2020,
- pour celles relatives à la classe de terminale, données incomplètes dû aux conditions sanitaires et au confinement de l’année scolaire 2019-2020.

 
mardi 6 octobre 2020

ErasmusDays 2020

Tous les porteurs de projets Erasmus+ et les acteurs de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et des sports, peuvent organiser un événement les 15, 16 et 17 octobre 2020.

Les ErasmusDays sont devenus, en trois éditions, une fête européenne incontournable organisée en France et dans le monde. Pendant trois jours, écoles, collèges, lycées, universités, centres de formation d’apprentis, ou encore collectivités territoriales organisent des événements virtuels et physiques pour valoriser leurs projets européens.

C’est l’occasion pour les acteurs et citoyens européens de montrer concrètement l’utilité de l’Europe et de témoigner de leur expérience internationale réussie.

#ErasmusDays
En savoir plus

Comment organiser facilement un événement numérique ?

 ErasmusDays 2020 Depuis le 9 mai dernier, journée célébrant la Fête de l’Europe, vous pouvez inscrire votre événement sur la plateforme européenne pour lui donner une visibilité internationale et trouver de nouveaux partenaires grâce à la carte mondiale.

Voici quelques idées d’événements et de supports numériques :
- réseaux sociaux : concours photos, live-vidéos, interviews, challenges, témoignages d’anciens participants au programme, concerts live, chaîne Youtube… Sans oublier le hashtag #ErasmusDays !
- site internet : alimentation d’un blog, exposition en ligne, podcasts…
- conférences en ligne et webinar : gardez contact avec vos partenaires européens et rencontrez-en des nouveaux, organisez des débats sur un thème spécifique…
- discussions entre anciens et futurs participants : de nombreuses plateformes de discussion existent pour se retrouver et pour échanger : Skype, Whatsapp, Messenger, Zoom, Discord, Teams, House Party…
- enquêtes en ligne, hackathons, quizz, playlists européennes, compétition de jeux vidéos…

Soyez créatifs !
Guide pratique pour les organisateurs

L’événement du consortium Erasmus+ Think Different Move VIP

Vendredi 16 octobre 2020 de 10 h à 12 h 30 en direct

Contact

DRAREIC
Courriel

 
lundi 14 septembre 2020

Rencontre au collège Diderot autour du sport partagé

La venue du champion de boxe, Brahim Asloum, au collège Diderot à Besançon, jeudi 3 septembre, fut l’un des moments forts de cette rentrée scolaire 2020 dans le cadre de l’action éducative "Partageons nos sports" portée par le département du Doubs.

 Rencontre au collège Diderot autour du sport partagé À cette occasion, le champion de boxe, accueilli par Patrice Durand, inspecteur d’académie du Doubs, Gilles Grillot, principal du collège en éducation prioritaire et Ludovic Fagaut, vice-président du Département en charge du sport et de l’éducation populaire, a rencontré une centaine d’élèves du collège, tous niveaux confondus, notamment ceux en sections sportives (hand-ball, futsal) et en classes à horaires aménagés (sports de glace, danse) ainsi qu’une classe de 6ème dans le cadre de son premier cours d’EPS.

Champion olympique en 2000 à Sydney en Australie et champion du monde en 2007 en France, Brahim Asloum est considéré comme l’un des plus grands sportifs de haut niveau français ! Il est revenu longuement devant les collégiens sur son parcours et sa carrière sportive, un récit captivant portant hautes les valeurs éducatives de dépassement de soi, de confiance en soi, de persévérance, d’écoute, de respect, de tolérance.

 Rencontre au collège Diderot autour du sport partagé Brahim Asloum a ainsi sensibilisé les jeunes à l’un des enjeux majeurs de la "cité éducative, champ des possibles", leur livrant son témoignage avec sincérité et humilité : "Quand j’ai arrêté la boxe à 28 ans, j’aurai pu faire le tour du monde mais j’ai choisi de retourner sur les bancs de l’université pour avoir un bagage. C’est important d’avoir des bagages pour l’avenir et de se donner la possibilité d’avoir plein de choix dans la vie. Les métiers changent très vite, de nouveaux arrivent et il ne faut pas avoir peur… Allez vous renseigner ! …. Osez sortir de votre quartier !".

 
jeudi 10 septembre 2020

Une rentrée scolaire en toute sécurité

Après la rentrée des professeurs, celle des élèves. Puis l’examen des dernières situations lors du comité technique spécial départemental CTSD qui s’est tenu jeudi 3 septembre 2020. Sur fond de crise sanitaire, la rentrée scolaire dans le Doubs est sur les rails.

À l’occasion du point presse qui s’est tenu jeudi 3 septembre dans la foulée du CTSD, l’inspecteur d’académie, Patrice Durand, a fait le point sur les derniers ajustements des moyens qui lui sont alloués pour mettre en œuvre sa politique éducative dans les écoles et les collèges. Avec "confiance". "L’inspecteur d’académie se doit de respecter les engagements qu’il prend vis-à vis des enseignants, des élus, des parents dans cette nécessaire confiance mutuelle", précise-t-il. Compte tenu du contexte très particulier de cette rentrée scolaire, les dernières mesures prises en CTS par l’inspecteur d’académie pour l’enseignement du premier degré ont été d’ouvrir cinq nouvelles classes ainsi que de renoncer à la fermeture des quatre classes laissées en suspend jusqu’à la rentrée. Le bilan des moyens pour la rentrée scolaire sera présenté au conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN) début novembre.

 Une rentrée scolaire en toute sécurité Les modalités et les conditions de la rentrée ont également été à l’ordre du jour du CTSD ainsi que de la rencontre avec les journalistes. Dans le contexte de la Covid-19, bien des qualificatifs ont été attribués à cette rentrée scolaire 2020 : inédite, insolite, spécifique… Mais c’est une rentrée sereine qui a bien eu lieu et dans de "très bonnes conditions" a précisé l’inspecteur d’académie qui, par ailleurs, a tenu à souligner le travail conduit avec l’agence régionale de santé (ARS) pour préparer une rentrée permettant de garantir la santé des élèves et des personnels. Les directions des écoles et des établissements secondaires ont en effet été destinataires du protocole sanitaire conjoint mis en place dans les établissements scolaires en collaboration avec les collectivités territoriales. Tous les types de situations sont prévus. Toutefois, le protocole pourra s’adapter à l’évolution du contexte sanitaire. Certains points cependant sont précisés dans la circulaire départementale. Et dans l’hypothèse où la situation sanitaire exigerait des mesures plus strictes, du fait d’une circulation active du virus sur tout ou partie du territoire national, un plan de continuité pédagogique a été mis en place pour assurer l’enseignement à distance. Différentes fiches-thématiques sont mises à la disposition des professeurs

Protocole sanitaire

Dans chaque école et dans chaque établissement tout a été organisé pour "accueillir tous les élèves dans un cadre serein, propice aux apprentissages et à la reprise de la vie collective" (circulaire de rentrée 2020 du ministère de l’éducation nationale). Avec une "priorité absolue", la consolidation des apprentissages.

 
lundi 7 septembre 2020

Retour en classe pour tous les élèves du Doubs

Mardi 1er septembre, jour de la rentrée, près de 87 000 élèves étaient attendus dans les écoles, collèges et lycées du Doubs. Tous masqués pour les plus grands ! À cette occasion, l’inspecteur d’académie, Patrice Durand, s’est rendu dans plusieurs établissements du département.

Visite à l’école maternelle Boulloche de Besançon

 Retour en classe pour tous les élèves du Doubs : l'inspecteur d'académie du Doubs en visite dans les établissements Selon Céline Mauvais, directrice de l’école maternelle Boulloche en éducation prioritaire, la rentrée fut sereine. Une rentrée qui s’est faite de façon échelonnée, par groupes, comme les années précédentes, des modalités accordées par l’inspecteur d’académie et l’inspectrice de la circonscription, Valérie Hertz. Tout a été préparé et organisé en amont par l’équipe pédagogique et éducative de l’école pour accueillir les élèves et les parents dans les meilleures conditions possibles. Ce qu’a pu constater la délégation présente. Le recteur et l’inspecteur d’académie, l’équipe de la circonscription d’inspection, la maire de Besançon ainsi que le directeur de cabinet du préfet en faisaient partie.

Visite au lycée Louis Pergaud de Besançon

 Retour en classe pour tous les élèves du Doubs : l'inspecteur d'académie du Doubs en visite dans les établissements L’inspecteur d’académie, Patrice Durand, a poursuivi ses visites au lycée Louis Pergaud avec le recteur de l’académie, Jean-François Chanet, sur invitation de Marie-Guite Dufay, présidente de la région de Bourgogne Franche-Comté. La thématique du développement durable était au cœur de la visite. Plusieurs points d’entrée : l’engagement des lycéens éco-délégués, la démarche de labellisation E3D par l’éducation nationale et la démarche éco-lycée portée par la région dans lesquelles l’établissement s’engage. Le chantier de réhabilitation de l’internat que la délégation a parcouru, la restauration scolaire s’inscrivent dans cette démarche durable.

Visite au collège Charles Masson à Blamont

L’inspecteur d’académie a également été accueilli au collège Charles Masson par son chef d’établissement, Fabienne Demoulin, et en présence des élus de la commune et du département. Au cours de la visite ont eu lieu des échanges avec les personnels du collège et une rencontre avec les élèves de 3e dans leur classe. Quant aux élèves de 6e, la présidente du département, Christine Bourquin, leur a remis le traditionnel dictionnaire.

 Retour en classe pour tous les élèves du Doubs : l'inspecteur d'académie du Doubs en visite dans les établissements Au collège Charles Masson, la rentrée s’est déroulée dans des conditions "presque normales", nous a confié Fabienne Demoulin principale du collège. Une rentrée en musique comme les années précédentes, avec diffusion sur la journée de plusieurs morceaux choisis de genres différents que le professeur de la discipline retravaillera dans le cadre de sa progression pédagogique. Pour l’équipe pédagogique, la journée de rentrée était centrée sur les parcours éducatifs des élèves et sur leurs compétences, dans le prolongement de ce qui a été travaillé en juin dernier. Quant aux élèves, "tous masqués, très motivés et sereins".

 
jeudi 27 août 2020

Objectif bac !

À l’occasion d’une cérémonie organisée en juillet dernier au lycée Louis Pergaud et au lycée Armand Peugeot, l’inspecteur d’académie du Doubs, Patrice Durand, a, au nom du recteur Jean-François Chanet, remis les médailles du baccalauréat aux nouveaux lauréats des micro-lycées.

Les bacheliers des micro-lycées à l’honneur !

Ils ont réussi ! Leurs efforts, leur courage, leur détermination, leur persévérance ont fini par payer ! Ils l’ont enfin le fameux sésame qui leur ouvre les portes de l’enseignement supérieur !

 Objectif bac ! "Vous méritez largement ce qui vous arrive. Vous êtes de belles personnes, mais vous l’étiez déjà lorsque nous sous sommes rencontrés pour la première fois. Soyez fier de vous ! Ne laissez jamais quiconque vous dire le contraire." C’est par ces mots emplis de beaucoup d’émotion que Corinne Muninger, proviseure du lycée Armand Peugeot à Valentigney a conclu son propos à l’attention des nouveaux bacheliers du micro-lycée de son établissement, lors de la cérémonie de remise des récompenses présidée par l’inspecteur d’académie du Doubs, en présence de la communauté éducative, des familles et des représentants de la collectivité territoriale.

Pour entrer au micro-lycée, tout commence par un entretien de motivation avec l’équipe pédagogique et éducative qui va suivre chacune et chacun d’eux tout au long de son cursus. Car la préparation du baccalauréat est d’une grande exigence. D’autant plus pour de jeunes adultes, dont le parcours a été compliqué. La maladie, des problèmes familiaux, des difficultés scolaires font qu’à un moment donné, dans des classes aux effectifs trop nombreux, au rythme trop soutenu, elles et ils ont fini par lâcher prise. Alors, décider de revenir sur les bancs de l’école après un décrochage plus ou moins long a exigé de leur part une volonté de fer. Ils en ont d’autant plus mérite. Particulièrement en cette année de Covid19 où il leur a fallu travailler en autonomie les derniers mois, quand bien même étaient-ils en contact permanent avec leurs professeurs.

Le micro-lycée, une alternative pour réussir

La réussite de ce dispositif de seconde chance n’est plus à démontrer. Encore cette année, des élèves et des parents ont apporté un témoignage positif fort. Dans le Doubs, c’est un 100 % de réussite à la session 2020 du baccalauréat pour tous les élèves des deux micro-lycées, à Besançon et à Valentigney. Et tous envisagent une poursuite d’études ou de formation dans le supérieur. Au lycée Louis Pergaud, dix-sept lycéens sont admis toutes filières confondues : deux bacheliers en série économique et sociale, un en littéraire, trois en série scientifique, un en Esa et dix en sciences et technologies du management et de la gestion. Au lycée Armand Peugeot, ce sont 20 élèves admis : deux en série ES, un en L, trois en S et quatorze en STMG. Depuis leur ouverture en 2013 et 2014, 223 jeunes sont passés par les micros-lycées de Besançon et de Valentigney, 190 ont obtenu leur diplôme du baccalauréat.

 Objectif bac ! Le micro-lycée ? C’est un lycée dans le lycée. Il en existe deux dans l’académie, l’un au lycée Armand Peugeot de Valentigney depuis 2013 et l’autre au lycée Louis Pergaud de Besançon depuis 2014, tous deux dans le département du Doubs. Ces structures pédagogiques particulières s’inscrivent dans le dispositif national et académique de lutte contre le décrochage scolaire. Elles permettent à des jeunes de 16 à 25 ans ayant interrompu leur scolarité au lycée et ne possédant ni qualification professionnelle ni diplôme de remettre le pied à l’étrier. L’enseignement y est dispensé en petits groupes et adapté selon les besoins de chacun, certains parfois contraints de poursuivre parallèlement une activité professionnelle. Du sur-mesure, avec soutien et accompagnement personnalisés, y compris dans la construction d’un projet qui les oriente dans une voie de réussite. Tout repose sur le contrat de confiance de départ aussi avec les familles.

Le micro-lycée ? C’est bien plus que l’obtention d’un diplôme. C’est l’estime de soi retrouvée, c’est du sens donné ou redonné aux apprentissages, à un projet personnel, aux valeurs d’effort, d’autonomie, de solidarité avec l’appui d’une équipe pédagogique et éducative, volontaire, bienveillante et à l’écoute qui, en renouvelant ses pratiques et en adoptant d’autres postures va aider les jeunes à avancer. À l’occasion de la remise des médailles du baccalauréat (médaille en bois réalisée par lycéens du bois de Mouchard) le 10 juillet dernier aux lauréats, l’inspecteur d’académie s’est attaché dans son propos à souligner tous les enjeux du dispositif en matière de persévérance scolaire, de dépassement de soi, de droit à l’erreur, d’égalité des chances, de réussite. La réussite au baccalauréat en est une étape majeure.

Contacts

25
Lycée polyvalent
Louis Pergaud - Besançon
Informations complètes

Christine Chatot-Pieralli, coordonatrice du dispositif
Courriel
Ludovic Degrandcourt, proviseur-adjoint en charge de la structure
Courriel

25
Lycée général et technologique
Armand Peugeot - Valentigney
Informations complètes

Jean-Hugues Gérard, coordonateur du dispositif
Courriel
Corinne Muninger, proviseure
Courriel


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon