R

Accueil > Académie > Actualités > Visites du recteur > Avenir du bac : les élus du CAVL rencontrent Pierre Mathiot

Rubrique Visites du recteur

mercredi 24 janvier 2018

Avenir du bac : les élus du CAVL rencontrent Pierre Mathiot

Mardi 16 janvier, sept élus lycéens de l’académie ont eu l’honneur de dialoguer avec Pierre Mathiot sur l’accompagnement personnalisé et la réforme du bac, au lycée Armand Peugeot de Valentigney, là où ce dernier avait passé son bac !

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a confié une mission de réflexion sur l’avenir du baccalauréat et du lycée à une équipe conduite par Pierre Mathiot, ancien directeur de l’IEP de Lille.

L’objectif de cette consultation est de réformer et revaloriser le baccalauréat en simplifiant son organisation et en affirmant sa fonction d’accès à l’enseignement supérieur.

Le rapport de Pierre Mathiot a été remis ce jour au ministre :
"Un nouveau baccalauréat pour construire le lycée de possibles" rendu le 24 janvier 2018

Dialogues fructueux et échanges constructifs

Les élus lycéens Le recteur Jean-François Chanet avait souhaité inviter Pierre Mathiot pour une rencontre avec les élus du CAVL autour de l’AP qui préoccupe beaucoup les élus lycéens de l’académie. Ils ont choisi de travailler sur ce thème, en partant d’une interrogation sur l’utilité de l’AP. Ils ont souhaité permettre à chaque lycée de l’académie de faire un état des lieux afin de mieux adapter le temps dédié à l’AP en fonction des demandes des élèves. Ils ont notamment rappelé les propositions soumises et approuvées par les membres du CAVL en novembre dernier. C’est un travail conséquent qui a été réalisé durant les deux années de leur mandat.

Le Conseil académique de la vie lycéenne 2016-2018 et l’accompagnement personnalisé

Pierre Mathiot, désireux "d’industrialiser les bonnes pratiques", les a félicités pour leur engagement dans ce projet de développement du volet orientation de l’AP qui vise à impliquer les élus des CVL pour une orientation plus juste.

Le "supplément au diplôme" devrait permettre à l’avenir de valoriser ce genre d’initiatives dans Parcoursup afin que toutes les compétences acquises soient prises en compte dans les poursuites d’études dans le supérieur. Pour Pierre Mathiot, l’AP est un outil de démocratisation et d’information".

Un nouveau baccalauréat à l’horizon 2021

Tout naturellement, dans un second temps, les échanges ont porté sur la réforme du baccalauréat et son impact sur l’organisation du lycée, en présence de l’équipe de direction et de membres du CVL du lycée Armand Peugeot : lycéens élus, enseignants, parents.

Le recteur Jean-François Chanet et Pierre Mathiot Les élèves ont pu décrire le lycée de "leurs rêves". Pierre Mathiot a écouté leurs suggestions avec grand intérêt. Il a rappelé des chiffres clés et avancé quelques pistes. 80 % d’une classe d’âge obtient le bac, avec un taux de réussite de 88 % et 45 % des élèves poursuivent en filières sélectives.

Le contrôle continu, les épreuves terminales, mais aussi la formation des enseignants, la préparation à l’enseignement supérieur, la valorisation de la régularité des efforts des élèves, l’association de disciplines générales et technologiques, l’acquisition d’une culture scientifique par tous… ont été au cœur des débats.

Le recteur a tenu à remercier Pierre Mathiot pour avoir pris le temps de revenir dans son ancien lycée à Valentigney, pour dialoguer librement avec les représentants du CAVL.

Contacts

Christine Monnin, conseillère principale d’éducation cellule vie scolaire, déléguée académique à la vie lycéenne
Tél. 03 81 65 74 06

Karen Delarbre, Jean-Luc Bertolin, inspecteurs référents académiques AP

 
mercredi 24 janvier 2018

L’accompagnement des lycéens dans la nouvelle procédure d’inscription dans le supérieur

Parcoursup, la nouvelle plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur a ouvert le 15 janvier dernier et depuis le 22 janvier, les lycéens peuvent saisir leur vœux et ce, jusqu’au 13 mars 2018.

Comme annoncé lors de la présentation du "Plan Étudiants" du 20 décembre dernier, des réunions d’information-formation destinées aux professeurs principaux, aux psychologues de l’Éducation nationale et aux équipes de direction des lycées et des CIO ont ainsi été programmées les 15, 16, 18 et 19 janvier dans les quatre départements de l’académie.

Un rôle d’accompagnement déterminant

Ainsi, mardi 16 janvier, au lycée Germaine Tillion de Montbéliard, le recteur a assisté à une séance de formation destinée à expliquer le fonctionnement de la nouvelle plateforme Parcoursup et le rôle de chaque acteur.

Parcoursup : les professionnels formés pour mieux accompagner les lycéens dans leur orientation Le recteur Jean-François Chanet a donc assisté à la formation proposée aux personnels de l’Aire Urbaine et d’Héricourt (70) par Maurice Dvorsak, chef du SAIO, Emmanuelle Robbe, chargée d’accompagnement ONISEP, ainsi que Jacqueline Nicolazzi et Florence Perroud, les chargées de gestion académiques Parcoursup.

La formation "accompagner les lycéens vers l’enseignement supérieur" permet une :
- prise en main des dispositifs et outils existants pour soutenir la cohérence des parcours des élèves
- présentation de la nouvelle plateforme d’accès à l’enseignement supérieur Parcoursup.

Elle vise à :
- éclairer le rôle des professeurs principaux de Terminale qui sont un rouage indispensable du suivi individualisé et d’accompagnement de leurs élèves
- préciser leurs missions dans le cadre de la nouvelle plateforme.

Présentation de la formation Parcoursup - janvier 2018

Par ailleurs, une auto-formation est accessible sur la plateforme de formation continue M@gistère depuis le 15 janvier. Des modules de formation seront également proposés dans le cadre du PAF.

Le 20 janvier, le recteur, le SAIO et la délégation régionale de l’ONISEP étaient présents au salon l’Étudiant à Besançon Micropolis pour animer une conférence : "quel accompagnement des lycéens dans la nouvelle procédure d’admission dans l’enseignement supérieur ?"

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au jusqu’au 13 mars 2018 !

Lundi 22 janvier, le recteur a souhaité assister au lancement des inscriptions sur Parcoursup au lycée Victor Hugo de Besançon. Une démonstration a été réalisée avec une CAVL, en présence des professeurs principaux et de terminale ainsi que l’ensemble des élèves délégués en classe de terminale.

Les lycéens ont la possibilité de formuler jusqu’à dix vœux, en fonction de leurs projets, et n’ont pas besoin de les classer.

Contacts

SAIO
Tél. : 03 81 65 74 96

Délégation régionale de l’ONISEP
Tél. : 03 81 65 74 90

 
mardi 23 janvier 2018

Des collégiens bisontins découvrent le monde universitaire !

Lundi 15 janvier, le recteur et le chargé de mission académique "cordées de la réussite" se sont rendus à l’IUT Besançon-Vesoul où une nouvelle cordée de la réussite prend forme.

Le dispositif des cordées de la réussite favorise l’accès à l’enseignement supérieur en développant, par des contacts directs, la connaissance de l’univers du post bac. Il permet de lever les appréhensions, d’élargir les horizons d’orientation et de développer l’ambition de jeunes quel que soit leur milieu socio-culturel, en leur donnant les clés pour s’engager avec succès dans l’enseignement supérieur.

L’enseignement supérieur est accessible pour chaque élève !

Des collégiens bisontins découvrent le monde universitaire ! Pour Olivier Apollon, chargé de mission académique cordées de la réussite et parcours d’excellence "certains élèves ont des potentiels importants, mais ils sont issus d’un milieu social qui ne les porte pas vers l’enseignement supérieur. Les cordées de la réussite permettent ainsi de conduire tout de suite les élèves à fort potentiel dans des réseaux, de les rapprocher des étudiants et donc, de le mettre dans les meilleures dispositions pour intégrer l’université ou des écoles d’ingénieurs."

La preuve par la démonstration

La cordée qui voit le jour entre l’IUT de Besançon-Vesoul et le collège Diderot de Besançon est la sixième de l’académie. Ce sont au total 25 établissements du second degré qui sont liés à des établissements du supérieur.
Le recteur a ainsi souhaité aller à la rencontre des étudiants du département Chimie de l’IUT qui ont proposé une deuxième séance aux collégiens afin de réaliser des activités expérimentales menées en laboratoire. L’objectif était de leur faire découvrir les possibilités offertes par la filière.

Pour le recteur, "les étudiants représentent un exemple concret et donnent confiance aux élèves de REP+ comme à ceux des collèges ruraux".
Olivier Apollon souligne également l’apport bénéfique pour les étudiants : "à travers des dispositifs comme celui observé aujourd’hui, on se rend compte des nombreux bénéfices apportés aux collégiens : venir sur un site d’enseignement supérieur, rencontrer des étudiants, faire des activités concrètes, découvrir des métiers, visiter des entreprises, rencontrer des professionnels. Et puis, il y a un dispositif phare : le tutorat par des étudiants. Les étudiants ont la possibilité de s’inscrire à une UE libre qui va leur donner des crédits pour leur parcours universitaire. Ainsi, leur engagement dans les établissements scolaires est reconnu. Ils vont réaliser entre 30 et 35 heures d’intervention auprès des collégiens, soit pour les accompagner dans des visites culturelles, soit pour des visites de sites universitaires, soit pour faire de l’aide méthodologique. Il s’agit vraiment de reconnaitre la force de l’engagement des étudiants et leur capacité de transmission auprès de collégiens et lycéens".

Des collégiens bisontins découvrent le monde universitaire !

Un engagement multi-partenarial

Les principaux de collèges haut-saônois de Vauvillers, Gy et Jussey, conviés à cette visite, ont rencontré les directeurs des différents départements de l’IUT pour évoquer les perspectives de développement de cette nouvelle cordée : profiter des différents sites de l’IUT de Besançon-Vesoul et permettre à ces établissements ruraux de bénéficier des actions conduites.

Cette réflexion s’inscrit dans la continuité de celles menées sur la grande pauvreté et la ruralité. Elle est l’occasion de faire se rencontrer de futurs partenaires.

Un dispositif complémentaire : les parcours d’excellence

Conduire des jeunes de milieux modestes vers une poursuite d’études ou une insertion professionnelle ambitieuse et réussie est aussi l’objectif des parcours d’excellence.

Le 19 décembre dernier, une convention de partenariat "Parcours d’excellence" a été signée par les parties prenantes au rectorat de Dijon. L’objectif est de proposer aux élèves une offre de tutorat collectif, de visites culturelles et de découvertes dès la classe de 3e, puis un suivi individualisé tout au long de leur scolarité au lycée, quelle que soit la filière choisie.

Des collégiens bisontins découvrent le monde universitaire ! À ce sujet, le recteur a tenu à citer un extrait du rapport de 2016, réalisé par Pierre Mathiot, professeur des universités, alors délégué ministériel aux Parcours d’excellence : “Pour les établissements d’enseignement supérieur, l’enjeu d’accompagner les élèves vers l’accès aux études supérieur devrait être de même ampleur que celui qui consiste à accompagner leurs diplômés vers l’accès au marché du travail”.

Pour Olivier Apollon, les cordées de la réussite et les parcours d’excellence se complètent bien : "le dispositif des cordées de la réussite a déjà plus de dix ans et a fait ses preuves. Il a été fait le constat que les cordées fonctionnaient bien, mais qu’elles ne permettaient pas de toucher tous les élèves même si elles concernent tous les établissements. Le dispositif des parcours d’excellence est plus récent. Il a démarré à la rentrée 2016 et permet de toucher tous les collégiens de REP et REP+. Le panel d’élèves aidés est élargit. Il s’agit d’un autre vivier d’élèves que l’on souhaite accompagner de la meilleure façon possible vers l’enseignement supérieur."

Journées nationales des cordées de la réussite et des parcours d’excellence du 16 au 21 janvier 2018

Contact

Olivier Apollon, chargé de mission académique cordées de la réussite et parcours d’excellence

 
jeudi 14 décembre 2017

Un élan collectif en faveur de la laïcité au collège Jules Grévy

Vendredi 8 décembre, le collège de Mont-sous-Vaudrey (39) a accueilli le recteur Jean-François Chanet, accompagné du référent académique laïcité-valeurs de la République : les élèves de tous les niveaux et l’ensemble des personnels étaient mobilisés !

À l’occasion de la date commémorative de la séparation des Églises et de l’État, le 9 décembre, la principale, l’équipe pédagogique et éducative du collège ont organisé une demi-journée entièrement dédiée à la laïcité. L’adhésion immédiate des élèves a permis de faire vivre, de manière multiple, les valeurs de la laïcité le temps d’un après-midi !

La laïcité, une valeur mobilisatrice

Le recteur Jean-François Chanet a été impressionné par cet élan général. Il a souligné la qualité et la grande diversité des travaux réalisés.

En direct du studio de la web-radio du collège, des élèves de 3e ont animé une émission spéciale sur le thème de laïcité. Les élèves ont ainsi interviewé le recteur, le référent laïcité et la sénatrice du Jura. Ils ont également présenté le micro-trottoir réalisé, dans le cadre du parcours citoyen, lors du rallye républicain, du mercredi 29 novembre dernier.

Un investissement exemplaire à tous les niveaux et un dynamisme communicatif

De la 6e à la 3e, les collégiens se sont particulièrement impliqués, avec leurs professeurs, pour proposer des expositions à leurs camarades. L’ensemble des travaux a été mis en scène à travers un circuit organisé au sein de l’établissement.

La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy Après avoir étudié la Charte de la laïcité, des élèves 6e ont réalisé une production "le mémopli laïcité". D’autres ont exposé un abécédaire animé de la laïcité.

En 5e, les élèves ayant déjà travaillé sur la charte de la laïcité l’an dernier, ont repris certaines notions fortes du texte et les ont illustrées sous forme de "pop-up" en vue de réaliser un livre "la charte de la laïcité" en popup.

Les 4e ont présenté un diaporama sur les dates clés de l’histoire de la laïcité. Ils on également réalisé un jeu autour de la laïcité, ainsi que le projet "à la découverte de Jules Grévy". Ce projet a permis aux élèves de retracer le parcours de cet homme d’État français, natif de la commune. Les collégiens ont présenté au recteur les jeux réalisés par leurs soins autour de la thématique et ont expliqué l’exposition virtuelle qu’ils ont conçue.

Les élèves de 3e, quant à eux, ont décrypté le tableau du 14 juillet 1880, sous la présidence de Jules Grévy. Ce tableau se trouve en mairie de Mont-sous-Vaudrey. Les élèves ont mis en lien cette cérémonie avec les premières lois concernant l’école laïque de 1881-1882 et 1886.

Au delà de laïcité, une belle démonstration du vivre-ensemble

La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy En parallèle, un travail autour d’extraits de films de fiction et d’articles de la charte de la laïcité a été proposé aux élèves. Ces derniers ont également pu découvrir l’exposition de la Bibliothèque national de France "la laïcité en question", à travers des jeux et des quizz.

L’équipe "vie scolaire" a proposé une animation autour de l’arbre de la laïcité et présenté des illustrations de la charte réalisées en collaboration avec l’UPE2A du collège Maryse Bastié de Dole qui ont traduit la charte de la laïcité en wolof, en portugais, en espagnol et en italien !

L’après-midi s’est poursuivi avec un match de volley au profit du Téléthon avec des élèves et professeurs volontaires. Ainsi, les collégiens ont également démontré leur engagement en faveur de fraternité et de la solidarité !

L’académie poursuit sa mobilisation autour de la journée de la laïcité

Contacts

39
Collège
Jules Grévy - Mont-sous-Vaudrey
Informations complètes

Référent académique laïcité - Valeurs de la République


Galerie

La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy

 
mardi 5 décembre 2017

Une pédagogie adaptée aux élèves en situation de handicap dans le Jura

Une visite a été organisée à l’ITEP de Revigny (39), le jeudi 30 novembre.

Depuis 1992, à l’initiative de l’ONU, la journée internationale des personnes en situation de handicap est célébrée chaque année le 3 décembre. Elle est l’occasion de mieux faire connaître les personnes en situation de handicap, met l’accent sur leur inclusion dans notre société. Le thème de l’édition 2017 est : "des transformations durables pour une école inclusive". Dans ce contexte, le recteur, l’IA-DASEN du Jura, et le conseiller technique pour l’adaptation scolaire et la scolarisation des élèves en situation de handicap se sont rendus dans l’un des huit ITEP de l’académie.

Les ITEP accueillent des jeunes scolarisés au sein de l’établissement, ou bien en classe ordinaire avec ou sans l’appui d’un dispositif externalisé. Sept parmi huit d’entre-eux disposent d’une unité d’enseignement conventionnée avec l’Éducation nationale. Tout ITEP met en œuvre un projet personnalisé d’accompagnement qui comprend le projet personnalisé de scolarisation (PPS) et vise à répondre à l’ensemble des besoins scolaires, éducatifs et thérapeutiques de chaque jeune.

Favoriser l’accès à la scolarité et à l’apprentissage

Le Code de l’action sociale et des familles précise que "les ITEP accueillent les enfants, adolescents ou jeunes adultes qui présentent des difficultés psychologiques. [...] Ces enfants, adolescents et jeunes adultes se trouvent [...] engagés dans un processus handicapant qui nécessite le recours à des actions conjuguées et à un accompagnement personnalisé".

Un projet inclusif au cœur du Jura

Visite à l'<abbr title="Institut thérapeutique éducatif et pédagogique">ITEP</abbr> de Revigny L’ITEP de Revigny, en collaboration étroite avec la DSDEN du Jura, a construit un projet éminemment inclusif. Des enseignants de l’Éducation nationale y étaient déjà affectés avant la création de l’unité d’enseignement en 2012-2013.

L’ouverture de l’établissement sur l’extérieur, afin notamment de permettre le déroulement de parcours de formation en milieu ordinaire, est au cœur du projet de l’ITEP et de l’inspection ASH du Jura : quatorze des 23 élèves de l’unité d’enseignement bénéficient actuellement d’une scolarisation à temps partagés, dont quatre avec une école et neuf avec un collège. Sept jeunes sont également scolarisés exclusivement dans une autre structure, dont quatre dans un collège.

Afin de répondre aux besoins dans le Haut-Jura, tout en assurant la prise en charge des enfants en dehors d’un internat qui peut susciter l’opposition des familles, une classe externalisée CLEX a été ouverte en septembre 2017, au sein de l’école élémentaire du Truchet à Saint-Claude. Elle propose un parcours ajusté à leurs besoins et à leur évolution.

Des volontés convergentes

Lors de cette visite, une table-ronde a permis aux parties-prenantes d’échanger pour continuer à avancer ensemble. Michel Fauvey, président de l’Association Saint-Michel-le-Haut, ainsi que J^rome Haury, directeur de l’ITEP ont tenu à rappeler le travail mené en lien avec les services de l’Éducation nationale depuis 27 ans. Léon Folk, du Jura, a souligné "un esprit d’équipe exemplaire au service d’une pédagogie adaptée". Il a également noté que les élèves semblent conscients de leurs difficultés mais aussi de leurs progrès. Pour Philippe Doreau, principal du collège Aristide Briand, "l’ITEP est un établissement ordinaire adapté". Le recteur Jean-François Chanet a rappelé l’importance de l’identification des troubles dès l’école maternelle (quatre à six ans), afin qu’une réponse adaptée puisse être apportée.

L’essentiel : motiver les jeunes et les mettre en confiance

Visite à l'<abbr title="Institut thérapeutique éducatif et pédagogique">ITEP</abbr> de Revigny Au sein de l’ITEP, les enseignants essaient de repérer les difficultés de chaque enfant au regard de son handicap. Toute l’équipe pédagogique travaille en permanence avec les acteurs du milieu thérapeutique "afin de déterminer les axes de prise en charge des élèves". Cela s’inscrit dans le projet de personnalisé d’accompagnement.

Redonner le gout d’apprendre, d’apprendre à l’école

Chaque enseignant de l’ITEP a présenté l’organisation de sa classe où les élèves sont scolarisés lorsqu’ils ne sont pas inclus dans les classes ordinaires des écoles et établissements scolaires. Tout en assurant la mise en œuvre des programmes de l’Éducation nationale, l’accent a été mis sur la nécessité d’adapter les contenus et les démarches pédagogiques aux besoins de chaque élève. Un des enseignant a beaucoup insisté sur l’avantage de la co-intervention avec l’éducateur scolaire.

Pour amener les élèves vers les apprentissages, l’équipe pédagogique prend en compte leur impulsivité, ainsi que les éléments du projet personnalisé de scolarisation. Les enseignants veillent également à créer des situations motivantes.

Un des rôles fondamentaux des enseignants consiste à mettre les élèves en confiance en "valorisant tous les progrès et en dédramatisant les échecs". Il s’agit de réconcilier les élèves avec l’activité scolaire. Pour ce faire, les enseignants sont aidés par des éducateurs techniques, sportifs et scolaires. Ils bénéficient également de l’appui du pôle thérapeutique. C’est cette interdisciplinarité et collaboration qui permettent de nombreux progrès.

Plaquette présentation dispositif ITEP
[-7273]

Contact

Philippe Marlier, conseiller technique du recteur pour l’adaptation scolaire et la scolarisation des élèves en situation de handicap
Tél. 03 81 65 74 51


Galerie

Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny Visite à l'ITEP de Revigny

 
mercredi 29 novembre 2017

Des collégiens accompagnés pour faire leurs devoirs

Jeudi 23 novembre, le recteur Jean-François Chanet s’est rendu au collège Voltaire à Besançon et au collège Maryse Bastié à Dole, pour deux retours d’expérience sur la mise en oeuvre des "devoirs faits".

La mesure "devoirs faits" est effective dans l’ensemble des collèges de l’académie depuis cette rentrée des vacances d’automne, le 6 novembre.

Un moment privilégié pour développer l’autonomie des élèves

L’objectif de "devoirs faits" est de favoriser la continuité et la cohérence entre, d’une part, le temps scolaire et, d’autre part, le temps familial et périscolaire. Ce programme contribue à renforcer l’aide apportée par l’institution à chaque enfant et ainsi, à réduire les inégalités.

Avec la mise en place de "Devoirs faits", chaque collégien volontaire peut désormais bénéficier gratuitement d’un temps d’étude accompagné, en dehors des heures de classe, pour réaliser ses devoirs. Il peut travailler individuellement, au calme, faire des exercices, réviser ses leçons ou exercer sa mémoire et son sens de l’analyse, avec la possibilité d’être aidé dès qu’il en a besoin.

Dossier de presse "Devoirs faits" - ministère de l’Éducation nationale

Un travail préparatoire essentiel à une mise en œuvre réussie

Des collégiens accompagnés pour faire leurs devoirs Depuis la rentrée, les équipes éducatives ont été incitées à s’adresser aux élèves volontaires de tous niveaux, pour que ceux qui en ont le plus besoin bénéficient de cet accompagnement. Pour l’heure, une majorité d’élèves de sixième est inscrite.

Une adhésion forte de l’équipe du collège Voltaire

Dans ce collège bisontin, dix groupes de dix élèves se sont inscrits volontairement aux "devoirs faits". Ils sont encadrés par douze adultes, également volontaires : professeurs, assistants d’éducation, jeunes en service civique. Ces derniers travaillent en binôme, "enseignant-non enseignant", dans l’optique de partager les savoirs et d’être en capacité de répondre aux questions des élèves.

Au collège Voltaire, le moment consacré aux "devoirs faits" ne se limite pas à la fin de journée puisqu’un créneau est également proposé chaque jour, après la pause méridienne. Afin de toujours mieux accompagner les élèves, une réflexion a également été engagée sur les salles dédiées aux "devoirs faits" ; salle multimédia mais aussi centre de documentation, pour que les élèves puissent avoir accès à toutes les ressources nécessaires.

Au cours d’une table ronde, le recteur Jean-François Chanet a pu noter l’implication et la cohésion de l’équipe de l’établissement autour de cette mesure. Il a également pu souligner le réel travail de suivi conduit de la 5e à la 3e.

Une réflexion exemplaire en amont de la mise en œuvre au collège Bastié

Les enseignants du collège dolois se sont réunis dès l’annonce du ministre de l’Éducation nationale, avant les congés d’été, pour préparer la mise en place de cette mesure. Ils ont souhaité être prêts à l’automne avec une réelle philosophie développée en amont. Ils ont en effet tenu à ce que ce moment d’aide aux devoirs ne soit pas assimilé à de l’AP "déguisé". Leur objectif était bien de proposer aux collégiens des contenus qui aient du sens.

Des représentants de parents d’élèves, présents lors de la table ronde, ont pu noter le bénéfice de la démarche pour leur enfant.

Soutenir les élèves mais aussi les équipes

Des collégiens accompagnés pour faire leurs devoirs Dans l’académie, d’importants moyens ont été mis en œuvre pour que la mesure soit effective. Les enseignants, les AED, les jeunes en service civique et les associations partenaires ont été mobilisés.

La formation des ces AED, comme celle des volontaire du service civique est assurée par la DIFOR.
Une enveloppe conséquente d’heures supplémentaires effectives a été affectée aux collèges de l’académie pour permettre la rémunération des animateurs de ces séances de "devoirs faits".

Par ailleurs, un groupe de suivi académique a été constitué afin de mutualiser les bonnes pratiques identifiées au sein des établissements. La pédagogie du numérique est également plébiscitée pour l’accompagnement des élèves.

Contacts

Léon Folk, IA-DASEN du Jura, chargé de mission académique "devoirs faits"
Division de la formation
Division de l’organisation scolaire

25
Collège
Voltaire - Besançon
Informations complètes

39
Collège
Maryse Bastié - Dole
Informations complètes


Galerie

Des collégiens accompagnés pour faire leurs devoirs Des collégiens accompagnés pour faire leurs devoirs Des collégiens accompagnés pour faire leurs devoirs

 
lundi 16 octobre 2017

"Who wants to be a mathematician ?"

220 élèves de l’académie ont eu la chance d’aborder les maths de façon très originale grâce à Rhys Phillips, chercheur en mathématiques !

Cette année, l’académie a bénéficié du programme Science in School à l’occasion de Fête de la science, qui s’est déroulée du 7 au 15 octobre.

Une initiative originale et un double objectif

Depuis 2005, le British Council en France, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, met en œuvre le programme Science in school sur l’ensemble du territoire français. Des chercheurs, ingénieurs ou équipes universitaires venus du Royaume-Uni, conduisent des ateliers interactifs dans les établissements scolaires, sur une large gamme de sujets liés à la science : mathématiques, sciences physiques et SVT.

Ce dispositif amène les élèves à pratiquer l’anglais dans un contexte spécifique et vise à améliorer l’image qu’ils ont de la science et des chercheurs. En effet, le programme a été construit pour offrir aux jeunes une approche ludique et proche du quotidien en complément des cours de sciences qu’ils étudient en classe. Il permet aussi d’attirer les élèves, en particulier les filles, vers des carrières scientifiques en leur montrant que la science sert de nombreux domaines de la vie quotidienne et que cela peut être amusant tout en dévoilant les besoins de culture scientifique nécessaires.

Une manifestation interdisciplinaire en collège et lycée

Atelier Science in school au lycée Tristan Bernard Cette année, l’atelier proposé du 9 au 13 octobre 2017 aux élèves de l’académie, a été choisi en concertation avec les IA-IPR de mathématiques et d’anglais, qui ont été sollicités par la DAREIC. Il y a deux ans, en lien avec l’année de la lumière, des ateliers avaient déjà été proposés dans le domaine des SVT et des sciences physiques.

Dans l’académie, huit établissements ont été choisis par les IA-IPR et IEN-ET de mathématiques, soit à peu près 200 élèves impliqués :
- collège Simone Signoret de Belfort
- collège Maryse Bastié à Dole
- collège Romé de l’Isle à Gray
- collège André Masson à Saint-Loup-sur-Semousse
- lycée professionnel Diderot à Bavilliers
- lycée professionnel Tristan Bernard à Besançon
- lycée Polyvalent Jacques Duhamel à Dole
- lycée polyvalent Augustin Cournot à Gray

Une approche ludique des mathématique dans la langue de Shakespeare

L’animateur était Rhys Phillips, ingénieur aéronautique chez Airbus Group à Cardiff, spécialiste de la communication scientifique. Ce chercheur gallois est intervenu en langue anglais dans un format ludique et interactif, d’une durée de deux ou trois heures, intitulé "Who wants to be a mathematician ?" (Qui veut devenir mathématicien ?).

Dans une première partie théorique, mais très interactive, le mathématicien a présenté les différents concepts mathématiques sous forme d’un jeu entre deux équipes de la classe :
- il a illustré ces concepts à l’aide d’exemples utilisés notamment dans divers jeux télévisés, comme les probabilités, les statistiques, les intérêts bancaires
- il a présenté des métiers vers lesquels peuvent mener des études en mathématiques.

Dans une seconde partie, il a permis la conception, la rédaction d’un script et la réalisation d’un jeu télévisé faisant intervenir les mathématiques par les élèves eux-mêmes.

Un véritable "show télévisé"

Atelier Science in school au lycée Tristan Bernard Le recteur Jean-François Chanet a assisté à l’un des huit ateliers, le mercredi 11 octobre, au lycée professionnel Tristan Bernard à Besançon, en présence de Fabrice Peyrot, IEN mathématiques et sciences physiques et chimiques, et d’un accompagnateur British Council et de la DAREIC.

Les lycéens de Tristan Bernard, tout comme leurs camarades du lycée professionnel Denis Diderot de Bavilliers, ont ainsi pu créer eux-mêmes leur propre jeu télévisé en utilisant certains des concepts mathématiques abordés. Chaque groupe a présenté le fruit de son travail, en anglais, devant les autres élèves de la classe et devant la caméra !

À la fin de l’atelier, la classe a donc conçu, scénarisé et réalisé un jeu télévisé faisant intervenir les mathématiques, tout en utilisant la langue anglaise : un véritable exploit pour certains qui étaient plutôt dubitatifs !

DP 02 - Fête de la Science - académie de Besançon - 7-15 octobre

Contacts

Sylvie Schmidt, DAREIC académie de Besançon
Carole Hémard, British Council

25
Lycée professionnel
Tristan Bernard - Besançon
Informations complètes


Galerie

Atelier Science in school au lycée Tristan Bernard Atelier Science in school au lycée Tristan Bernard Atelier Science in school au lycée Tristan Bernard Atelier Science in school au lycée Tristan Bernard Atelier Science in school au lycée Tristan Bernard Atelier Science in school au lycée Tristan Bernard

 
vendredi 15 septembre 2017

Rentrée des élèves athlètes à Prémanon

Vendredi 8 septembre, les athlètes en pré-bac du centre national d’entrainement et du centre interrégional d’entrainement faisaient leur rentrée au lycée Victor Bérard de Morez.

Les élèves ont été accueillis par le recteur Jean-François Chanet ainsi que par le président et le directeur technique national de la Fédération française de ski, Michel Vion et Fabien Saguez.

Après cet accueil institutionnel, une visite était organisée au stade nordique des Tuffes "Jason Lamy Chappuis". Chacun a pu apprécier les installations et participer à une initiation au biathlon.

Former des championnes et des champions

Rentrée des élèves athlètes à Prémanon  - © Centre national d'entrainement de Prémanon Le centre national de ski nordique et de moyenne montagne de Prémanon est l’un des deux sites de l’École nationale des sports de montagne avec l’École nationale de ski et d’alpinisme de Chamonix.

Cette année 2017-2018, le centre jurassien compte 68 athlètes en double projet. Ces derniers peuvent suivre en parallèle à des entrainements quotidiens et une filière scolaire pré/post-bac.

Depuis la rentrée 2016, le lycée Victor Bérard accueille, en lien avec le Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, le pôle France qui était auparavant localisé au collège des Rousses. En 2016, les filles de la section ski ont brillé en Italie, elles sont en effet devenues championnes du monde UNSS de ski nordique.

Contact

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'optique et des microtechniques
Victor Bérard - Hauts de Bienne
Informations complètes

 
mercredi 13 septembre 2017

Les visites de rentrée dans le Nord Franche-Comté

Mardi 5 septembre, le recteur Jean-François Chanet a poursuivi ses visites de rentrée à Montbéliard, puis à Belfort avec en fond des accompagnements musicaux !

Inauguration officielle et en musique pour le lycée Germaine Tillion

Inauguration du lycée Germaine Tillion  - © Région Bourgogne Franche-Comté S’il s’agissait d’une rentrée traditionnelle pour les élèves de seconde qui reprennaient le chemin de la classe ce jour là, elle était surtout symbolique pour l’établissement, né de la fusion des lycées Viette et Grand-Chênois. En effet, le lycée est le premier de l’académie à porter le nom d’une femme, celui de Germaine Tillion, figure de la Résistante, femme de lettres et ethnologue.

Ce moment solennel a été accompagné musicalement par "l’OrKestre TaKajouer", orchestre des jeunes du Pays de Montbéliard, qui a été sollicité pour l’occasion. En début d’année, l’orchestre avait noué un partenariat avec la Philharmonie de Paris dans le cadre du projet "dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale".

En cette rentrée, le lycée de Montbéliard a ainsi été officiellement inauguré par son proviseur, le recteur, la présidente de région, le vice-président de la région en charge des lycées et le président de Pays de Montbéliard Agglomération, en présence de Pierre Rolinet, résistant franc-comtois, des représentants de l’Association Germaine Tillion et du musée de Résistance et de la Déportation de la Citadelle de Besançon.

Le lycée Germaine Tillion est partie prenante du campus des métiers et des qualifications de Mobicampus et compte cette année, 2 670 apprenants, du CAP à la licence.

Entre arts et inclusion à l’école Pergaud de Belfort

 "La Liseuse" de Noël Thommann  - © Région Bourgogne Franche-Comté À la suite de sa visite à Montbéliard, le recteur, accompagné de l’IA-DASEN du Territoire de Belfort, s’est rendu à l’école Louis Pergaud située en REP+. Ils y ont été accueillis en musique par la classe CHAM en présence du maire, du député et du préfet de Belfort.

Cette visite a été l’occasion d’aborder de nombreuses thématiques : l’objectif de 100 % de réussite au CP grâce au dédoublement des classes, le projet d’éducation prioritaire, l’éducation artistique et culturelle, et plus particulièrement, l’enseignement musical à horaires aménagés. Les usages pédagogiques du numérique ont également été abordés.

À cette occasion, les écoliers ont présenté aux invités d’un jour le projet artistique réalisé autour de la sculpture de "la Liseuse" de Noël Thommann qui est érigée dans la cour de l’école.

Enfin, dans le cadre de l’inclusion des élèves de l’ULIS, le recteur a pu apprécier la mise en œuvre d’une pratique permettant à ces écoliers d’être des élèves dans une classe à part entière.

Contacts

25
Lycée polyvalent
Germaine Tillion - Montbéliard
Informations complètes

École élémentaire Louis Pergaud
Directeur : Jean-Michel Aubry
3 rue de Zaporojie
90000 Belfort
Tél. 03 84 21 21 92

 
mardi 12 septembre 2017

Retour sur la journée particulièrement rythmée du recteur à l’occasion de la rentrée

Lundi 4 septembre : une rentrée placée sous le signe de la musique et de l’instauration des quatre nouvelles mesures nationales.

Le dédoublement en REP+ à l’école Albrecht Dürer à Besançon

Le recteur et l’inspecteur d’académie du Doubs se sont joints au maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, et à l’adjoint à l’éducation, Yves-Michel Dahoui, pour une visite à l’école Dürer, en présence de Fanette Charvier, députée de la 1re circonscription du Doubs.

Cette visite a permis d’illustrer une des quatre mesures de rentrée : le dédoublement des classes en REP +. Cette année, l’école compte deux classes de CP à 24 élèves avec deux enseignants dans chaque classe et une classe de CP à douze élèves. À long terme, toutes les classes de CP compteront douze élèves. L’an prochain, les classes de CE1 seront à leur tour dédoublées en REP+.

L’inclusion scolaire au lycée Édouard Belin de Vesoul

Le recteur a tenu à donner une importance toute particulière à l’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap, dans le cadre du rapprochement entre l’institut médico-éducatif de Maizières et le lycée Belin :À Vesoul, un dispositif innovant d’inclusion des élèves en situation de handicap .

La rentrée en musique : deux initiatives remarquables dans l’académie

Chœur d’écoliers à Rioz

En Haute-Saône, le recteur et l’IA-DASEN ont assisté à une représentation de qualité, proposée par les élèves de l’école Louis Erny, en présence d’élus et sous un soleil radieux !

Une centaine d’écoliers étaient mobilisés, des plus petits aux plus grands. Accompagnés de leur enseignant, Paulo Mendes, ils ont interprété avec joie un répertoire large qui a conquis l’auditoire !

Un concert arabo-andalou au lycée Pierre-Adrien Pâris de Besançon

Un concert arabo-andalou au lycée Pierre-Adrien Pâris

Le lycée des métiers de la construction durable de Besançon a accueilli le groupe "Les Ziriabistes" qui a joué plusieurs morceaux. À travers leurs représentations, ils cherchent à sensibiliser le public à l’importance de construire des ponts et des passerelles avec les autres cultures.

​Le groupe, composé de jeunes musiciens, interprète un répertoire varié qui comprend des chants judéo-arabo-andalous et de la musique moderne. Entre authenticité et modernité, "L​es Ziriabistes​" essaient de revisiter le patrimoine andalou et de le présenter avec une forme encore plus esthétique tant au niveau poétique que mélodique.


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon