R

Accueil > Académie > Actualités > Visites du recteur > Le recteur au cœur des acteurs du lycée des métiers des arts du (...)

Rubrique Visites du recteur

mardi 17 mai 2016

Le recteur au cœur des acteurs du lycée des métiers des arts du métal

Jean-François Chanet, recteur de l’académie a profité de la participation du lycée professionnel Ferdinand Fillod de Saint-Amour à la 16e édition du Festival des jardins des Salines d’Arc-et-Senans pour rencontrer les élèves et les enseignants de l’établissement

Le recteur au cœur des acteurs du lycée des métiers des arts du métal Pour tous les participants, ce temps privilégié fut l’occasion de découvrir l’ensemble des formations existantes dans l’établissement. Les chefs d’entreprises présents ont salué la reconnaissance du lycée par les professionnels du secteur.

Les élèves ont pu présenter les résultats de leur investissement :
- réalisation d’une médaille
- explicitation de la fabrication de bassins et de couverts géants
- exposé autour du travail de la découpe au plasma par les élèves de ferronnerie d’art

Au final, les participants ont salué l’action du lycée dont l’identité pédagogique s’articule autour d’une volonté collective de transmettre, non seulement les savoirs professionnels, mais aussi culturels.

Festival des jardins des Salines d’Arc-et-Senans
Établissements partenaires

Contact

39
Lycée professionnel
Lycée des métiers des arts du métal
Ferdinand Fillod - Saint-Amour
Informations complètes

 
mercredi 6 avril 2016

Visite des formations horlogères au lycée Edgar Faure de Morteau

Jean-François Chanet, recteur de l’académie a visité l’établissement en présence d’Annie Genevard, députée-maire de Morteau et de Jean-Marie Binétruy, président de la communauté de communes du Val-de-Morteau

Visite des formations horlogères au lycée Edgar Faure de MorteauMercredi 30 mars, le recteur, accompagné par Pascale Costa, IGEN-STI correspondante académique, Monique Raux, IGAENR - correspondante académique, Pierre Moutons, IEN-STI, Laurence Bassi, conseillère en formation continue et Isabelle Lemasson-Saïd, IEN-STI Arts appliqués et métiers d’art, a rencontré l’équipe éducative du lycée de Morteau. Au programme, un tour d’horizon des formations horlogères dispensées dans l’établissement, labellisé "lycée des métiers".


Les stagiaires Greta en CAP horloger transfrontalier

Une formation en un an, ouverte à des stagiaires titulaires d’un diplôme de niveau V. Cette reconversion professionnelle, présentée au recteur par Laurence Bassi, est très recherchée : 50 demandes pour seulement treize places. Les stagiaires intéressés passent des tests de motivation et d’atelier. Quelques-uns visent ensuite le BMA (niveau IV).

Le club animé par Florent Lecomte, professeur d’horlogerie au lycée

Les élèves de CAP, volontaires, peuvent suivre chaque mercredi après-midi, deux ateliers en parallèle :

- atelier squelettage (1e année de CAP) : le squelettage permet de voir les différents éléments d’une montre et d’en apprécier la qualité de réalisation. Si la plupart des pièces sont techniques, certaines sont découpées de manière artistique. Il s’agit d’un travail d’orfèvre très apprécié des passionnés et spécialistes
- préparation au concours du meilleur apprenti de France (2e année de CAP) : l’établissement est le seul lycée français à régulièrement obtenir des médailles d’or (6 au national en 2014 et 2015). Cette année, il accueille 30 participants (dont 10 à 20 de Morteau) issus de cinq établissements. Le travail impressionnant de ces élèves motivés est vivement salué par la délégation.

La classe de DMA (diplôme des métiers d’art, équivalent au BTS) 2e année en horlogerie

Visite des formations horlogères au lycée Edgar Faure de MorteauLe dernier atelier visité était celui des étudiants préparant le diplôme des métiers d’art (niveau III), en présence Thierry Ducret, professeur et meilleur ouvrier de France. L’occasion pour le recteur d’échanger avec les étudiants, passionnés, et de découvrir deux pendules anciennes confiées par le rectorat pour restauration.

Pour terminer la visite, la délégation a échangé avec la direction du lycée et les élus locaux sur les perspectives en termes de niveaux de formation et de liens avec les entreprises horlogères françaises et suisses.

Contact

Céline Grosjean, proviseur adjoint
Tél. : 03 81 67 68 86

 
vendredi 1er avril 2016

Un salon pour susciter l’ambition industrielle

Le 24 mars dernier, des collégiens ont visité le salon Smile à Micropolis. L’objectif de ce dernier : sensibiliser les jeunes aux réalités et à la diversité des métiers de l’industrie

Dans le cadre de sa première édition, le salon des métiers industriels et de l’entreprise mettait en scène une entreprise éphémère ouverte aux collégiens.

En présence du recteur, les élèves de 4e et ceux de 3e prépa-pro. du collège de Châtillon-le-Duc ont été accueillis au sein de cette entreprise par les étudiants de 1re année de BTS Assistant manager du lycée Pergaud.

Découvrir l’industrie, ses métiers et leurs formations

Les collégiens ont visité cette entreprise atypique pour découvrir ses différentes composantes :
- le service commercial
- les services études et conception
- le bureau des méthodes
- le service maintenance
- la direction

Sur les treize stands, des professionnels ont présenté leur métier, quant aux lycéens et étudiants, ils ont exposé les caractéristiques des formations permettant d’y accéder.

Les collégiens studieux au salon "Smile" Les élèves ont ainsi rencontré et échangé avec Philippe Guerder de la société Profialis. À l’aide d’un exercice, il leur a expliqué comment le choix d’un projet était fait. Au grand étonnement des élèves, il ne se base pas uniquement sur le coût de production !

Au stand "maintenance", ils ont rencontré les étudiants du lycée Jules Haag préparant un BTS Conception et industrialisation en microtechniques et les élèves de seconde bac pro. décolletage du lycée professionnel Montjoux.

Au stand "management de la production", Alice Rejsek, qui travaille au sein de l’entreprise Zuber-Rieder (manufacture de papiers peints, tissus, cuir et peinture) située à Boussières, a expliqué son métier. Elle organise la production des différents papiers dont les élèves ont pu voir des échantillons. Cette dernière a encouragé les filles à s’orienter vers les métiers liés à l’ingénierie.

Tout au long de leur progression dans l’entreprise, les élèves ont été amenés à agir et réagir à partir d’animations ludiques et pédagogiques. Au stand "méthode", ils ont ainsi été invités à imaginer une chaîne de fabrication en retrouvant les étapes.

Deux projets pédagogiques formateurs

Avant de repartir, le recteur et les élèves ont visité l’espace dédié aux savoir-faire industriels d’excellence spécifiques aux territoires franc-comtois et bourguignons. Au sein de ce "show room" le projet de pendulette Éole, qui implique un certain nombre d’établissements de l’académie, a particulièrement été mis à l’honneur.

À l’issue de cette visite, le recteur a proclamé les résultats du concours Smile de création de produit industriel multifonctions pour lequel les élèves et les équipes pédagogiques se sont remarquablement impliqués. Les projets ont révélé une mobilisation collective d’une exceptionnelle richesse. Une cérémonie viendra récompenser l’ensemble des lauréats.

Plus d’informations sur la pendulette Éole et le concours Smile

Le recteur n’a pas manqué de remercier tous les acteurs de cette opération qui a permis à plus de 900 collégiens de découvrir les métiers de l’industrie (y compris dans les fonctions support) et leur interdépendance.

Cette opération sera en principe déployée dans le nord Franche-Comté en 2018.

Contacts

Isabelle Maire, chargée de mission école-entreprise à la DAFPIC
Tél. : 03 81 65 74 27

Isabelle Lemasson-Saïd
IEN STI, arts appliqués et métiers d’art
Coordonnatrice du projet Éole

Chambre commerce et industrie de Franche-Comté
Alexandre Perret-Gentil
Tél. : 03 81 47 42 00
Élise Corbet
Tél. : 03 81 25 26 95

 
vendredi 25 mars 2016

"La liberté d’expression, ça s’apprend !"

Le 22 mars, le collège René Cassin de Baume-les-Dames a accueilli le recteur à l’occasion du vernissage de l’exposition itinérante "Dessins pour la Paix", dans le cadre la semaine de la presse et des médias dans l’école® qui se déroule du 21 au 26 mars 2016

Plus que jamais, l’éducation aux médias est une priorité de l’école primaire au lycée !

"La liberté d'expression, ça s'apprend !" L’association Cartooning for Peace propose aux établissements scolaires une exposition pédagogique itinérante de dessins de presse consacrée aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales : l’exposition a été conçue par le dessinateur Plantu. Une initiative née en octobre 2006 au siège de l’ONU à New-York.

Cette exposition, qui circule dans les académies depuis fin 2013, souligne le rôle et de l’importance du dessin de presse et de l’humour pour la liberté d’expression et la vie démocratique. Elle vient d’arriver à Besançon. L’académie, en lien avec le CLEMI, a souhaité la mettre à disposition des collégiens de Baume-les-Dames avant de la proposer à l’association La fraternelle, hébergée dans les locaux de la Maison du Peuple de Saint-Claude. Elle pourra ensuite faire le tour de l’académie !

L’actualité à travers la photo et le dessin de presse

"La liberté d'expression, ça s'apprend !" Un travail préparatoire autour de la question "qu’est-ce que le dessin de presse ?" a permis aux élèves de mieux s’emparer de l’exposition.
Lors de sa visite, le recteur et la délégation académique ont pu bénéficier de la présentation des quelques panneaux de l’exposition par les élèves de 3e eux-mêmes. Chacun a pu avec ses mots analyser les thématiques telles que la censure, les dessins et la religion, le racisme, le Proche-Orient, les droits des femmes, ou encore l’environnement.

Une seconde classe de 3e qui avait préalablement travaillé à la production de dessins de presse, a pu terminer ses productions en s’appuyant sur les caricatures de Plantu. Plusieurs élèves ont expliqué leur choix du thème retenu et ont présenté de manière détaillée leurs dessins. Tous leurs travaux seront exposés au collège.

Le recteur, dans le contexte dramatique des attaques terroristes de Bruxelles, a souhaité s’adresser aux élèves pour rappeler que l’exercice auquel ils étaient en train de se livrer était un moyen de lutte pacifiste contre le terrorisme.

Le choix du collège René Cassin n’est pas anodin : René Cassin, membre du gouvernement de la France libre pendant la seconde Guerre mondiale, il a été l’un des auteurs de la Déclaration universelle des droits de l’Homme en 1948 et président de la Cour européenne des droits de l’homme de 1965 à 1968. En 1968, il a reçu à la fois le prix Nobel de la paix et le prix des droits de l’Homme des Nations unies.

Durant toute la semaine, les écoles et les établissements de l’académie sont mobilisés autour de nombreuses actions.

Contacts

25
Collège
René Cassin - Baume-les-Dames
Informations complètes

Marie Adam-Normand, coordonnatrice CLEMI académie de Besançon
Tél. 03 81 25 02 51


Galerie

"La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !" "La liberté d'expression, ça s'apprend !"

 
lundi 21 mars 2016

Les tout-petits sur les bancs de l’école !

Ils ont moins de trois ans et sont déjà scolarisés. L’école maternelle des Chênes située dans le REP de Sochaux, qui accueille ces très jeunes écoliers, a reçu le recteur

Lundi 14 mars, le recteur Jean-François Chanet, accompagné de Jean-Marie Renault IA-DASEN du Doubs, a visité la classe de très petite section et petite section d’Hamama Hadjar à Sochaux, en présence d’élus locaux.

Une pédagogie ajustée aux besoins spécifiques du jeune enfant

Dans un premier temps, le recteur, accompagné de personnalités, s’est rendu au sein de la classe qui compte quatorze élèves de très petite section et six de petite section. Il a pu y observer à la fois un travail en ateliers et échanger avec quelques écoliers.

Visite du recteur à l'école des Chênes Il a ensuite assisté à une séance musicale organisée dans la salle polyvalente de l’école avec les élèves de la classe et des enfants du centre multi accueil "la ronde des Lionceaux". Cet échange est réalisé dans le cadre du projet "passerelle" entre l’école et le centre multi accueil sous la conduite d’une intervenante musicale. Le recteur a pu apprécier la qualité de la prestation de ces tout jeunes élèves.

Enfin, un échange sur le projet et le fonctionnement de la classe de très petite section a eu lieu dans la salle des maîtres, en présence des représentants de parents d’élèves. Le recteur a ainsi pu se rendre compte du travail effectué notamment dans le domaine du partenariat.

Un contexte spécifique à l’accueil et la scolarisation des moins de trois ans

La loi du 8 juillet 2013 a réaffirmé le rôle déterminant de l’école maternelle quant au développement affectif, social, sensoriel, moteur et cognitif de l’enfant.

L’accueil des enfants de moins de trois ans est l’un des dispositifs essentiels de la priorité donnée au primaire pour renforcer l’acquisition du socle commun notamment grâce à la maîtrise du langage.

Visite du recteur à l'école des Chênes À Sochaux, le dispositif d’accueil des moins de trois ans est mis en place, depuis la rentrée scolaire, dans les trois écoles maternelles du réseau d’éducation prioritaire (REP) du collège Jouffroy d’Abbans. Aujourd’hui, 30 "tout petits" sont inscrits dans les deux écoles de Sochaux.

Le dispositif d’accueil des élèves de moins de trois ans fait l’objet d’un projet précis élaboré par les équipes enseignantes en lien avec les partenaires de la petite enfance et la commune, sous le pilotage de l’équipe de circonscription.

Dans le cadre de ce projet une attention particulière est portée :
- à l’accueil et à l’information des familles afin qu’elles perçoivent progressivement tous les enjeux liés à la scolarisation et qu’elles soient davantage impliquées dans l’éducation de leurs enfants
- au "devenir de l’élève", préoccupation importante de l’école, en permettant aux enfants de construire leurs premières expériences sociales au sein de la collectivité
- à l’acquisition de compétences langagières orales permettant progressivement aux élèves de s’exprimer et de se faire comprendre
- au respect du rythme de l’enfant en proposant un emploi du temps adapté sur la journée et la semaine.

Contact

Bertrand Thiébaud, inspecteur de l’Éducation nationale de la circonscription de Sochaux.

 
vendredi 18 mars 2016

"Collège connecté" Jean Jaurès à Saint-Vit

Jean-François Chanet, recteur de l’académie, a visité le "collège connecté" Jean Jaurès de Saint-Vit ce jeudi 17 mars 2016

Plan numérique pour l’éducation

Annoncé en mai 2015 par le président de la République, le plan numérique pour l’éducation vise à préparer l’École et la jeunesse aux enjeux d’un monde en transformation, en généralisant les usages du numérique dans les enseignements et les apprentissages.
En novembre dernier, un appel à projets, porté par les collectivités territoriales et les rectorats, a été lancé pour faire entrer les collèges dans un dispositif massif d’équipement mobile des élèves de 5e.

À l’issue d’une première phase de cet appel à projet, le comité de pilotage du PIA Innovation numérique pour l’excellence éducative a retenu les dossiers de 738 collèges ainsi que ceux de 225 écoles associées, représentant plus de 80 000 élèves et 11 000 enseignants.

En savoir plus

Dans l’académie, suite à cet appel à projets, 37 nouveaux collèges connectés viendront étoffer la carte académique. Ainsi, à la rentrée 2016, l’académie comptera 44 collèges labellisés, soit 39 % des collèges.

Dans l’académie

"Collège connecté" Jean Jaurès à Saint-VitAprès une présentation de l’historique et un point d’étape dans la préfiguration du Plan numérique, le recteur a pu assister au cours de technologie de Pierre Prost, professeur et référent numérique (classe de 6e) et visiter la classe de 5e de Jocelyne Ciantia, professeure des écoles spécialisée pour un cours organisé autour de l’utilisation de tablettes numériques. Le recteur a ensuite rencontré, en présence de Catherine Bechetti-Bizot (IGEN en charge d’une mission d’observation sur les usages pédagogiques du numérique) enseignants, élèves, parents d’élèves, partenaires et l’équipe de direction.

Rappel  : le collège Diderot de Besançon est devenu, en juin 2014, le collège préfigurateur du réseau académique composé de six collèges :
- Vauban de Belfort
- Jean Macé de Vesoul
- André Masson de Saint-Loup-sur-Semouse
- Pierre et Marie Curie d’Héricourt
- Jules Jeanneney de Rioz
- Jean Jaurès de Saint-Vit.

La deuxième vague de cet appel à projet 2016 est ouverte pour les départements et les écoles jusque fin mars 2016.

Contact

25
Collège
Jean Jaurès - Saint-Vit
Informations complètes

 
vendredi 18 mars 2016

"Les filles et les garçons partagent l’espace" au collège Proudhon

Dans le cadre du CESC, une action sur le thème de l’égalité filles-garçons a été proposée il y a quelques semaines dans le collège bisontin.

Cette action portée par une enseignante et une éducatrice spécialisée sur le quartier Orchamps-Palente s’est terminée le 8 mars, Journée internationale de la femme.

"Territoire, espace..."

"Les filles et les garçons partagent l'espace" au collège ProudhonLe fil conducteur de ce projet est parti d’un constat : les espaces de tennis de table et baby-foot étaient surtout occupés par les garçons !

Plusieurs affiches ont été placées dans les locaux de l’établissement depuis le lundi 1er février dans le but d’amener les élèves à se questionner sur le sens des symboles présentés. Les délégués de classe ont été informés de cette action et ont encouragé à préparer discrètement leurs camarades à "jouer le jeu" pour inciter les filles à s’emparer de ces espaces de loisirs.

La poursuite de cette action est l’installation pour quelques semaines de l’exposition "Le mur des préjugés" gracieusement prêtée par la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité.

Contact

25
Collège
Pierre-Joseph Proudhon - Besançon
Informations complètes

 
jeudi 17 mars 2016

Tous codeurs !

Jean-François Chanet, recteur de l’académie, est allé à la rencontre des élèves de CM1-CM2 de l’école du Chat Perché d’Orchamps. Au programme : initiation au code informatique et découverte des algorithmes.

Jean-François Chanet et Léon Folk, IA-DASEN du Jura, étaient entourés du président de la communauté de commune du Jura Nord, d’un représentant de la mairie d’Orchamps, de responsables du périscolaire et du service enfance jeunesse ainsi que de représentants de parents d’élèves et personnels de l’Éducation nationale. Ils ont assisté à une séance d’apprentissage durant laquelle les élèves faisaient évoluer l’histoire qu’ils avaient inventée avec "Scratch", un logiciel de programmation. En aucune façon perturbés par l’aréopage, les élèves sont restés concentrés sur leur travail.

Tous codeursCette démarche expérimentale est basée sur l’élaboration d’hypothèses, l’argumentation et la justification : les écoliers font l’apprentissage du code de manière progressive en avançant par tâtonnement et à travers une démarche de résolution de problèmes concrets. En effet, au delà des définitions (codage : transcription d’information selon une écriture définie / programmation : rédaction d’instructions pour faire effectuer à un objet une suite d’actions définies), les élèves ont des questionnements simples et logiques :
- comment faire progresser le "creeper" (allusion à un monstre du jeu Minecraft) dans le jeu qu’ils créent ?
- comment séquencer une série d’actions ?

Il s’agit également d’une démarche transversale : programmation informatique mais également français (rédaction d’une histoire), arts visuels (invention de décors), autonomie et initiative, éducation aux médias et à l’information et pratiques numériques réfléchies et raisonnées.

Une action innovante qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie pour faire entrer l’École dans l’ère du numérique

Contact

DANE académie de Besançon
Courriel
Site

 
mercredi 16 mars 2016

Coup de projecteur sur l’entrepreneuriat féminin au lycée professionnel Pierre Vernotte !

Le 9 mars dernier, le lycée de Moirans-en-Montagne a mis à l’honneur cinq femmes artisans-chefs d’entreprises et des anciennes élèves de la filière professionnelle. Pour l’occasion, le recteur a participé avec grand plaisir à des ateliers au côté des élèves.

Cette action s’inscrivait dans le cadre de la semaine de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat féminin.

Elle a été organisée conjointement par Dominique Chatté, chargée de mission Égalité filles garçons et la DAFPIC, avec le soutien de Catherine Pistolet, déléguée régionale adjointe aux droits des femmes et à l’égalité.

Des ateliers pour déconstruire les préjugés

Le recteur Jean-François Chanet a pu rencontrer 54 collégiens de 3e du collège Pierre Vernotte venus découvrir les ateliers. Organisés en sept pôles, ces ateliers visaient à développer l’ambition des collégiens, à les sensibiliser à l’égalité filles-garçons et à enrichir le parcours Avenir :

- pole 1 : développement d’une ambition (CAP Ébéniste)
- pole 2 : parcours de formation vers la création (DMA Arts de l’habitat, décors et mobiliers, spécialité ébénisterie)
- pole 3 : l’entrepreneuriat à l’école (atelier mini-entreprise "esprit du temps")
- pole 4 : aide à la création d’entreprise et au développement
- pole 5 : Claudine Thiellet, artisan en sculpture et tournerie sur bois
- pole 6 : formation tout au long de la vie
- pole 7 : exposition consacrée à la condition des femmes et à leurs droits, de l’Antiquité à nos jours

Semaine de l'entrepreneuriat féminin au lycée Pierre Vernotte Par petits groupes, les élèves ont assisté à la présentation des parcours et projets des intervenants, artisans chefs d’entreprise dont : une ébéniste restauratrice, une créatrice ébéniste, une responsable d’entreprise et une ébéniste tabletière. Ainsi, Anaïs Boulanger, ancienne élève issue d’un bac scientifique, a présenté les étapes de son projet d’étude portant sur l’aménagement d’un mobilier ovoïde s’inspirant du "bonheur du jour", en référence à un type de mobilier classique, qui combine une véritable analyse réflexive et une qualité de réalisation où la forme s’adapte à la fonction.

Les collégiens ont pu échanger sur les expériences d’entrepreneuriat et notamment sur les difficultés rencontrées lorsqu’on est une femme entrepreneure. Une vision a nuancée puisque ces ateliers ont permis de mettre en avant des parcours atypiques de jeunes filles et anciennes élèves qui prouvent qu’être une femme peut aussi être une force.
Pour Frédéric Brun, professeur, "les femmes ont une approche du métier plus spontanée et créative", un véritable atout pour atteindre le plus haut niveau de l’ébénisterie.

Une chef d’entreprise a interrogé les collégiens sur leur volonté de préparer un CAP d’ébéniste. Pour certains, un tel diplôme reste plutôt réservé aux élèves en difficulté. Un apriori que le recteur n’a pas manqué de démentir soulignant toute la richesse de ce diplôme et de la filière professionnelle en général.

Retour sur cette journée à travers quelques témoignages de jeunes entrepreneures

- Émilie Belot, lauréate du projet L’Envol de la Banque Postale et élève de CAP : "J’ai fait le choix de la voie pro. pour me former à un métier qui me passionne. Je remercie mon professeur principal de 3e qui m’a soutenue alors qu’au regard de mes excellents résultats, on m’encourageait à m’orienter en voie générale." Le recteur a salué l’enthousiasme, la pugnacité et surtout la modestie de la jeune femme.

- Lisa Pinheiro Da Cunha, étudiante DMA, : " En tant que femme, la mini-entreprise m’a donné confiance et m’a prouvé que j’étais capable de créer ma propre entreprise".

- Marie Jehan, ancienne élève confrontée à la difficulté de trouver du travail dans son domaine : "Je suis convaincue que cela est en partie dû au fait que je suis une femme. J’ai donc décidé de me lancer et de créer ma propre entreprise".

- À la question, comment réagissent les hommes au fait que vous soyez une femme entrepreneure ? Claudine Thiellet, artisan en sculpture et tournerie sur bois, répond : "Ils s’en étonnent. Quand ils nous voient sur un stand, ils cherchent l’artiste homme ! Mais au fil du temps, notre travail prouve nos compétences".

- Gaëlle Adam, artisan ébéniste : "J’ai mis du temps à savoir ce que je voulais faire. La seule chose que je savais c’est que je voulais utiliser mes mains. J’ai donc fait plusieurs formations puis travaillé dans différents postes dans plusieurs entreprises. La rencontre avec un restaurateur de mobilier m’a encouragée à me former dans ce domaine. Je me suis ensuite lancée dans la création de mon entreprise et depuis deux ans, ça fonctionne. Le message que je veux vous faire passer à vous, élèves, c’est qu’il convient de partir de ce que l’on aime et creuser ensuite dans cette voie. C’est tellement gratifiant de travailler dans un domaine que l’on apprécie".

Des ateliers à la hauteur des savoir-faire spécifiques aux arts du bois

Le proviseur, Guy Caron, a exprimé tout le plaisir que l’équipe éducative a eu à préparer cette matinée. Il s’est montré satisfait d’avoir mené cette action pour les collégiens dans le cadre du parcours Avenir. Cette journée a été une belle occasion de valoriser la voie professionnelle, et plus particulièrement de mesurer et de promouvoir "ce qui se faisait de bien dans cette maison".

Semaine de l'entrepreneuriat féminin au lycée Pierre Vernotte À la fin de la visite, le recteur a tenu adresser ses remerciements aux équipes de l’établissement et Olivier Chevillard, délégué académique à la formation initiale et continue, aux élèves ainsi qu’aux intervenantes et intervenants pour la richesse des ateliers auxquels il a pu assister, soulignant par la même, la qualité des réalisations qu’il a pu observer. Il avait déjà eu l’occasion d’apprécier des travaux d’élèves et étudiants lors du prix INMA, en septembre dernier.

Il a par ailleurs rappelé que le monde de l’éducation et celui de l’entreprise ne peuvent plus s’ignorer. Ils doivent travailler ensemble, en confiance et mobiliser toutes les ressources pour que les jeunes soient préparés du mieux possible aux besoins du territoire.

Pour terminer, il a fait part de son admiration : "le lycée professionnel Pierre Vernotte sait conjuguer industrie et artisanat au sein de ses formations". Il a rappelé la nécessité de travailler sur le Campus des métiers et la carte des formations, de manière à préserver et développer ces savoir-faire.

Contact

39
Lycée professionnel
Pierre Vernotte - Moirans-en-Montagne
Informations complètes

 
mercredi 9 mars 2016

S’engager pour une mission de service civique en établissement scolaire

Jeudi 3 mars, le recteur s’est rendu à l’école maternelle Monnet Prévert de Valdahon (25) pour rencontrer une jeune volontaire en service civique.

Le recteur Jean-François Chanet, accompagné d’Annie Genevard, députée du Doubs, a participé à une séquence d’observation lors d’une activité artistique avec Valentine Voitot, stagiaire en service civique et Pascale Morer, directrice de l’école et tutrice de Valentine.

Une ambition nationale et académique

Le service civique en établissements Le service civique est un engagement volontaire, d’une durée de six à huit mois, au service de l’intérêt général. Il est ouvert à tous les jeunes de 18 à 25 ans, sans conditions de diplôme ; seuls comptent les savoir-être et la motivation.

Le 5 février 2015, la Présidence de la République s’était engagée à rendre le service civique "universel" au 1er juin 2015. En ce sens, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche avait fixé un objectif de recrutement de 5 000 jeunes en service civique à la rentrée 2015-2016.

Dans l’académie de Besançon, 130 contrats d’engagement de service civique sont en cours. À la rentrée prochaine, ce seront près de 200 contrats qui pourront être
engagés.

Une première expérience en immersion sur le terrain

À l’école Monnet Prévert, Valentine occupe sa mission depuis le mois de janvier dernier. Après deux mois en immersion, la jeune femme a rapidement trouvé ses marques et a su créer une certaine complicité avec les enfants.

Le service civique en établissements Pour elle, cette expérience est une véritable opportunité. En effet, la jeune stagiaire souhaite devenir professeure des écoles et s’inscrira en 1re année de master à l’ESPE à la rentrée prochaine.

La directrice de l’école est très satisfaite de sa stagiaire et de l’accomplissement de sa mission au quotidien. Au sein de l’école, le volontaire est notamment amené à accomplir des missions variées en appui et en accompagnement de l’équipe éducative et dans le cadre d’activités transversales concernant la citoyenneté, l’action artistique et culturelle ou sportive ainsi que le développement durable.

Pour Maurice Dvorsak, chef du service académique de l’information et de l’orientation, correspondant académique service civique, "le service civique est une expérience unique pour les jeunes qui peuvent ainsi découvrir un métier, mais aussi les réalités du terrain".

Au cours de cette visite, le recteur a également pu échanger avec les parents d’élèves présents, les enseignants et les élus locaux. Ils ont abordé la question des rythmes scolaires et des nouveaux programmes en maternelle. Le recteur a tenu à souligner "la nécessité de l’apprentissage au cas par cas par les écoliers" et a rappelé que "le redoublement doit être évité à ce niveau".

Service civique

Le service civique dans l’Éducation nationale

Contact

Rectorat SAIO
Françoise Bouillanne, en charge du service civique
Courriel


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon