R

Accueil > DSDEN > Actualités > Action innovante en faveur de la persévérance scolaire au lycée (...)

Rubrique Actualités

mardi 5 avril 2016

Action innovante en faveur de la persévérance scolaire au lycée Pontarcher

Au lycée professionnel Pontarcher de Vesoul, en lien avec la "Fol 70", la mobilisation autour de la persévérance scolaire a pris la forme d’une matinée "Ambition réussite".

La semaine de la persévérance scolaire met en lumière le travail conduit tout au long de l’année par les équipes ainsi que les initiatives spécifiques développées à cette occasion dans le but de lutter contre l’absentéisme et le décrochage.

Cette année, le lycée Pontarcher a proposé aux élèves de seconde de la filière tertiaire et de la filière hôtellerie-restauration une action innovante à travers une matinée intitulée "Ambition réussite" et articulée autour de différentes phases. Ainsi, des témoignages de professionnels et d’élèves en fin de cursus ainsi que les différentes phases d’un travail visant à développer pour chaque élève l’estime et la connaissance de soi, sont venus rythmer ce temps spécifique.

Action innovante en faveur de la persévérance scolaire au lycée Pontarcher Accueillis par Éric Gurgey, proviseur du lycée, en présence d’Isabelle Poyard, IEN-IO du département représentant de l’inspectrice d’académie, des intervenants ont d’abord échangé avec le public d’élèves pour préciser les axes de réflexion de la matinée et pour évoquer leur parcours scolaire et professionnel. À travers ces témoignages, les élèves ont pu saisir l’importance de cultiver leurs ambitions pour se donner les moyens de se projeter et de construire leur vie personnelle et professionnelle.

Répartis en deux groupes, au sein d’ateliers, les élèves sont ensuite entrés dans le vif de l’action. Sous forme numérique, chacun a composé un "blason". En pratique les élèves ont renseigné une fiche : chacun y a affiché son emblème sous forme d’une image ou de quelques mots, les élèves ont ensuite été invités à saisir quelques qualités et quelques compétences qu’ils se connaissent ou que leurs amis leur reconnaissent. Enfin chacun a exprimé ses ambitions, ce qu’il met en place pour les concrétiser et ce qu’il conviendrait de mettre en place à l’avenir.
Travaillant en binôme, les élèves ont ensuite été amenés à noter les qualités et les compétences qu’ils perçoivent chez leur camarade de classe sans communiquer avec lui.

Action innovante en faveur de la persévérance scolaire au lycée Pontarcher À partir des blasons numériques projetés à l’aide du vidéo projecteur, les élèves du groupe ont alors tenté de deviner quel était le propriétaire du blason, au regard de l’emblème, mais aussi des qualités et des compétences affichées. Le partenaire de l’auteur a alors fait part au groupe des qualités et des compétences qu’il avait perçues. L’échange entre le propriétaire de chaque blason, son partenaire et les autres élèves du groupe a permis à chacun d’apprendre à se connaître à travers les regards croisés des camarades mais également des animateurs, professeurs et de la conseillère d’orientation-psychologue qui ont organisé le débat.

En fin de matinée, un moment d’échange avec les participants et les intervenants a permis de faire un premier bilan de cette action. Les élèves comme les animateurs ont fait part de leur satisfaction à l’issue de cette première expérience dans le dispositif "Ambition réussite". Cette matinée de paroles libérées a permis de mettre en lumière et de faire prendre conscience de nombre de qualités et de compétences jusqu’alors peu exprimées. Connaissance des langues étrangères, mobilité, curiosité, esprit d’équipe et bien entendu persévérance sont apparus comme autant d’atouts à cultiver au service de la réussite et de l’ambition. Ce travail d’équipe et de partenariat avec la "Fol 70" a permis de poser les bases d’un dispositif qui a vocation à se généraliser à la rentrée suivante.

Du 29 mars au 1er avril, l’académie de Besançon a organisé sa première semaine de la persévérance scolaire.

Contact

70
Lycée professionnel
Pontarcher - Vesoul
Informations complètes

 
mardi 29 mars 2016

Semaine franco-mexicaine au lycée Belin

Les élèves de seconde du lycée Édouard Belin de Vesoul se sont mobilisés durant une semaine à l’occasion du trentième anniversaire du jumelage entre la Haute-Saône et le Mexique.

Accompagnée par l’abbé Jean-Christophe Demard, historien, initiateur de l’amitié entre la Haute-Saône et Jicaltepec-San et auteur de plusieurs ouvrages sur les colonies françaises au Mexique, Christine Morales, professeure d’espagnol du lycée a coordonné le projet de la semaine franco-mexicaine du 21 au 25 mars.

L’assistante mexicaine du lycée, Sol Mayret Calderón, les professeurs d’espagnol Baptiste Gavand et Céline Chevroulet , les professeurs d’histoire géographie Marielle Borges et Isabelle Auburtin, la documentaliste Catherine Grisard ont pris part à la mise en œuvre de ce projet interdisciplinaire.

Semaine franco-mexicaine au lycée Belin  - © Jean-François MaillotLes élèves, sous la houlette des enseignants, ont travaillé sur le Mexique, sa gastronomie, le catch, son histoire, sa faune et ses personnalités. Ils ont réalisé des panneaux, des recettes de cuisine, des cartes postales, des piñatas ainsi que des pyramides et une tête olmèque. L’exposition a été enrichie avec l’intervention du musée de Champlitte, du département et d’amis. Plusieurs lieux de visite ont été mis en place dans l’enceinte du lycée, permettant de découvrir la collection du collège de Champlitte, les collections particulières de la famille Vienney, de la famille Parals, et de Régine Mongin, Présidente de l’Association Haute-Saône Mexique. Les objets précieux du musée Albert et Félicie Demard ont été exposés au CDI.
Anne maillot a prêté des vêtements traditionnels de l’état de Veracruz tandis que les photos de Jean-François Maillot sur la Saint Vincent à Champlitte ont été installées. Le photographe a par ailleurs accepté gentiment d’immortaliserl’ensemble de cette exposition.

Durant cette semaine les élèves du lycée ont pu rompre une piñata par jour. Ils ont également animé, chanté et dansé pendant toutes les récréations du matin :
- lundi après-midi, les élèves ont assisté à une conférence de Nathalie Coiraton (département de Haute-Saône) sur le jumelage et l’exil des chanitois dans l’état de Veracruz.
- mardi matin, les élèves ont dansé "la víbora de la mar" une danse qui se réalise lors des mariages au Mexique. L’après-midi, Catherine Grisard a accueilli les pensionnaires de la maison des anciens combattants qui ont découvert les différentes expos.
- mercredi, les élèves du collège Jean Macé et leur professeur Dominique Parals ont été accueillis au lycée Belin. Les jeunes ont pu visiter l’exposition et s’exercer à un jeu Kahoot sur le Mexique. Ils ont eu l’honneur de rompre la piñata.
- jeudi le chef des cuisines et sa brigade ont préparé un repas mexicain. Les professeurs et l’assistante ont partagé ce repas avec les élèves et ont conversé avec eux en espagnol.

Cette semaine festive s’est terminée le vendredi par un chant interprété par la chorale Elmantia composée de 25 chanteurs sous la direction de Sophonie Baroung .

Contact

Christine Morales, professeur d’espagnol

70
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'ingénierie numérique
Édouard Belin - Vesoul
Informations complètes

 
jeudi 24 mars 2016

"Mathàfond"

À l’occasion de la semaine des mathématiques du 14 au 18 mars, une action d’un genre nouveau a été proposée aux écoles : associer la résolution de problèmes et la course à pied.

"Mathàfond"La semaine des mathématiques vise à promouvoir une image vivante et attractive de la discipline. Il s’agit de montrer l’importance des mathématiques dans la vie quotidienne, de faire en sorte que les élèves comprennent que les mathématiques peuvent être source d’émotion, en appréhendant l’élégance d’un raisonnement, source du goût de l’effort et de la persévérance (valeurs communes au sport et aux mathématiques). Par ailleurs, il apparaît que l’activité sportive se prête naturellement au calcul et à la mesure.

Dans le cadre de l’année du sport de l’école à l’université, le groupe départemental de mathématiques a invité les classes de cycle III à participer à un "mathàfond".
L’action se composait de quatre épreuves à effectuer durant la semaine :
- lundi : résoudre une tâche complexe mêlant activité athlétique et mathématiques
- mardi : mesurer la piste de la course du jeudi (la cour ou le stade)
- jeudi : courir sur la plus grande distance possible durant le temps imparti (10 minutes)
- vendredi : additionner toutes les distances parcourues par les classes participantes et découvrir la ville atteinte.

"Mathàfond"32 classes de Haute-Saône ont répondu à l’invitation du groupe départemental, notamment l’école Louis Pergaud de Port-sur-Saône. Les élèves ont travaillé par deux : l’un courait dix minutes pendant que le second comptait les tours effectués sur la piste. À l’issue de l’épreuve sportive, ils ont entrepris les calculs nécessaires pour déterminer la distance totale parcourue par la classe.

En Haute-Saône, le cumul des classes participantes représente 1 040 km soit la distance qui sépare Vesoul du Havre. Les élèves, motivés et pleinement impliqués dans cette situation pédagogique, ont été invités à aller encore plus loin en 2017.

 
mardi 22 mars 2016

De la semaine culturelle à la restitution numérique

Les élèves de terminale MEI du lycée Colomb de Lure ont livré sur internet une restitution numérique de leur projet culturel mené autour du théâtre.

De la semaine culturelle à la restitution numériqueEn février, les lycéens du site professionnel Bartholdi ont effectué un séjour d’une semaine au théâtre du peuple de Bussang (Vosges). Ils ont rencontré des artistes qui leur ont fait partager leur passion pour le théâtre. Les élèves ont assisté au travail de répétition des professionnels et pratiqué le théâtre accompagnés par Laetitia Stemer, une comédienne professionnelle. Pour clôturer la semaine, ils se sont produits sur la scène. Au-delà de la découverte culturelle, ce séjour à Bussang a été l’occasion pour les élèves d’apprendre à mieux vivre avec eux-mêmes, avec le groupe, à se concentrer, à s’exprimer, à partager et à gagner confiance en eux.

Satisfaits du travail accomplis et de leurs découvertes, ils ont souhaité partager leur expérience avec les internautes. C’est ainsi que le projet Bussang 2016 a pris la forme d’un forme d’un blog ouvert récemment.
Sur la toile en mode multimédia, ils font part de leurs impressions à travers des textes, des reportages photos, des interviews, des cartes postales sonores. Une émission de webradio est également en cours de préparation et sera prochainement diffusée sur le blog.

Les enseignants sont fiers de l’implication des leurs élèves et de la richesse des apprentissages qu’ils réalisent à travers cette expérience originale.

Contact

70
Lycée général et technologique
Georges Colomb - Lure
Informations complètes

 
vendredi 18 mars 2016

REFER : souper pédagogique à l’atelier Canopé de Vesoul

"Quelles compétences pour l’école dans un monde en mutation ?". Telle était thématique de la 3e édition du rendez-vous des écoles francophones en réseau REFER qui s’est tenu les 17 et 18 mars

L’an dernier, la concertation nationale sur le numérique avait fait apparaitre "une nouvelle responsabilité pour l’École : développer chez les élèves les compétences nécessaires et leur faire acquérir les savoirs fondamentaux qui leur permettront de vivre demain en citoyens libres et responsables, autonomes et créatifs, capables de collaborer, de participer et d’échanger, ayant acquis une maîtrise suffisante des nouveaux langages et modes d’expression et de production induits par les outils numériques".

<abbr title="Rendez-vous des écoles francophones en réseau">REFER</abbr> : souper pédagogique à l'atelier Canopé de VesoulLes francophones, participant aux projets du REFER 2016 ont ainsi orienté leur réflexion autour des outils essentiels dont les elèves doivent être dotés pour réussir leurs apprentissages et devenir des citoyens d’un monde en mutation. Comment le numérique a-t-il transformé le rapport au savoir ? Quelle est la place des apprenants, de leurs parents et de leurs enseignants ?

Pour mener cette réflexion, les écoles et les établissements francophones ont été invités à s’investir dans des projets variés. En Haute-Saône, la restitution de ces projets a pris la forme "d’un souper pédagogique presque parfait". Nathalie Bécoulet, DANE adjointe premier degré et Philippe Millet, directeur de l’atelier Canopé de Vesoul ont invité l’inspectrice d’académie, les enseignants et les parents des élèves impliqués.

Au menu du souper pédagogique

#AnimeHistoire2

Les élèves de la classe de cours moyen de l’école Picasso de Vesoul ont collaboré avec quatre équipes francophones pour élaborer une histoire, scénario d’un petit film d’animation qu’ils ont ensuite réalisé. Les échanges sur Twitter étaient au cœur de leur travail d’écriture collaborative.

L’école idéale

<abbr title="Rendez-vous des écoles francophones en réseau">REFER</abbr> : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul Les onze classes du pôle éducatif de Noroy-le-Bourg, ont échangé avec la communauté francophone sur tweeter pour exprimer leur vision de l’école idéale. Elles ont réalisé des capsules vidéos diffusées sur le réseau social qui illustrent leurs représentations (l’accès exclusivement en piste cyclable, l’école sur la plage en bord de mer, l’école où tout se mange, l’école où les parents sont élèves, l’école où la magie résout les problèmes de mathématiques…).

Marathon Presse

Autour du thème des inégalités hommes/femmes, les élèves d’une classe de seconde du lycée Belin de Vesoul ont rédigé une série d’articles pour lutter contre les clichés (métiers sexués, football féminin, rôle du père et de la mère, conduite automobile…). Les jeunes reporters ont notamment été amenés à rencontrer un dessinateur de presse. Ils ont échangé sur Twitter et publié leurs travaux sur un blog.

Projet de vulgarisation scientifique

Les élèves d’une classe de seconde du lycée Belin ont entrepris un travail documentaire sur le dopage, le sport et la santé cardiaque. Motivés par la liberté que leur conféraient le projet sur le fond et l’utilisation des nouvelles technologies sur la forme, les élèves ont ensuite restitué leurs recherches en réalisant trois films d’animation.

Pour clore la soirée, compléter cet apport de nourriture spirituelle et échanger sur la richesse des expériences réalisées, les convives ont ensuite été invités à déguster des plats préparés par les parents d’élèves.


Galerie

REFER : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul REFER : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul REFER : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul REFER : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul REFER : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul REFER : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul REFER : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul REFER : souper pédagogique à l'atelier Canopé de Vesoul

 
mercredi 16 mars 2016

Mon Euro 2016

Neuf classes de cycle 3 du département de la Haute-Saône sont inscrites à l’opération "mon Euro 2016", au-delà du développement de la pratique du football, cette opération a pris la forme d’un concours

Mon Euro 2016Dans le département, cette action s’inscrit dans le cadre d’un partenariat noué entre la DSDEN et le district de football de Haute-Saône. Les classes devaient réaliser une production artistique en lien avec le thème "à la rencontre de l’Euro" en s’appuyant sur les valeurs éducatives du Plaisir Respect Engagement Tolérance Solidarité. Les élèves ont fait preuve de créativité déclinant le thème sous forme de dessins, de sculptures en papier, chants, flash mob.

Un jury de neuf membres s’est réuni lundi 29 février après-midi dans les locaux du district de football à Vesoul pour désigner la meilleure production. Ce jury était constitué de deux conseillères pédagogiques, de trois élèves de collège, de trois membres du district de foot de Haute-Saône, et du délégué USEP.
Les neuf classes participantes au projet proviennent des écoles d’Amoncourt, d’Athesans, de Lure (Jules Ferry), de La Chapelle-lès-Luxeuil, de Loulans, d’Oiselay, de Plancher-Bas, de Plancher les Mines, et de Valay.

Lors d’un premier vote, le jury a élaboré un classement des différentes productions. Les classes de Plancher-Bas, Valay, et Loulans ont remporté le plus de suffrages et se sont hissées en tête du classement, toutes à égalité de points.

Un second vote a eu lieu pour départager ces classes. Le dépouillement fut chargé de suspens jusqu’à la fin puisqu’une seule voix a séparé Valay de Loulans lors de la proclamation des résultats.

Mon Euro 2016Classement final :
- 3e : Plancher Bas
- 2e :Valay
- la classe lauréate est celle de Loulans :
Hymne européen - Mon euro 2016
La production de Loulans a retenu toute l’attention du jury, elle sera transmise au niveau national.

Les deux lauréats du concours national auront pour récompense l’opportunité de vivre un moment privilégié au centre technique national de Clairefontaine avec une équipe de France. Les autres lauréats remporteront des places pour assister à une rencontre de l’UEFA Euro 2016, parmi le millier de places réservées pour cette action.
L’Eurofoot 2016 est organisé en France du 10 juin au 10 juillet prochain et verra s’affronter 24 équipes sur le territoire national.

 
jeudi 10 mars 2016

Des lycéens tuteurs d’écoliers pour pratiquer l’EPS

Promouvoir et valoriser les pratiques sportives de l’école à l’université. Une action innovante dans le département : quatre classes des écoles primaires rencontrent des élèves de terminale pour pratiquer une activité sportive

2016 est l’année du sport scolaire de l’école à l’université. C’est dans ce cadre, et sous la responsabilité de leurs enseignantes d’EPS, que les élèves de terminale d’enseignement de complément EPS du lycée Belin, se sont engagés dans un projet collaboratif avec deux écoles de Vesoul : l’école des Rêpes et l’école Picasso.

Des lycéens tuteurs d'écoliers pour pratiquer l'<abbr title="Éducation physique et sportive">EPS</abbr>Pour préparer le baccalauréat, les élèves de terminale d’enseignement de complément EPS doivent, au cours de leur cursus, concevoir un projet en partenariat. Ceux du lycée Belin se sont tournés vers les écoles primaires voisines. L’idée était de proposer une activité physique encadrée par les lycéens.

Sylvie Daguenet CPD EPS a coordonné la mise en œuvre de cette première expérience en Haute-Saône. Elle a sollicité quatre classes de cycle III pour prendre part au projet. Des élèves de la classe ULIS de l’école des Rêpes ont été inclus.

De la fin novembre aux vacances de février, les lycéens ont rencontré les écoliers lors de quatre séances organisées au gymnase Michel Roy. Chaque classe a bénéficié de deux séances de jeux collectifs. Les lycéens ont ensuite encadré un tournoi de futsal qui a réuni les quatre classes concernées mercredi 2 mars au gymnase Michel Roy (photos de la galerie).

Lycéens et écoliers se retrouveront lors des championnats de France scolaires féminins de football organisés par l’UNSS qui se dérouleront à Vesoul du 11 au 13 mai 2016.


Galerie

Des lycéens tuteurs d'écoliers pour pratiquer l'EPS Des lycéens tuteurs d'écoliers pour pratiquer l'EPS Des lycéens tuteurs d'écoliers pour pratiquer l'EPS Des lycéens tuteurs d'écoliers pour pratiquer l'EPS Des lycéens tuteurs d'écoliers pour pratiquer l'EPS

 
mardi 8 mars 2016

Séjour découverte sur des lieux de mémoire

Les élèves de la classe de CM1-CM2 de l’école Matisse de Vesoul se sont rendus à la maison des enfants d’Izieu, pour appréhender, par l’immersion, ce lieu de mémoire nationale des victimes des persécutions racistes et antisémites.

Depuis quelques années, des classes de cycle III de l’école Matisse participent au concours départemental de la Résistance et de la déportation. Les conditions de vie des enfants et des adolescents déportés constituent la thématique retenue pour l’édition 2015-2016 du concours. C’est dans ce cadre que Martine André, enseignante, a proposé à ses élèves un séjour découverte à la maison des enfants d’Izieu, avec le soutien de Colette Gaidry, présidente de l’Association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance.

Séjour découverte sur des lieux de mémoireSur le site, divers ateliers pédagogiques ont été coordonnés par Nathalie Blaszyk professeur d’histoire en détachement au service éducatif du mémorial. L’isolement de la maison, la reconstitution des espaces de vie agrémentés de photographies, de lettres et de nombreux dessins d’enfants montrent la volonté des fondateurs de sauver ces enfants juifs venus de diverses régions d’Europe. Sans image choquante, la rafle des enfants d’Izieu, à quelques mois de la libération, suggère l’horreur de cette période. Les élèves ont notamment rencontré Samuel Pintel, témoin survivant. Il leur a raconté son histoire et a répondu à leurs questions.

Cette immersion sur les lieux de mémoire s’inscrit dans la poursuite de différents objectifs :
- acquérir des connaissances culturelles (culture humaniste) : avoir des repères historiques en développant curiosité, sens de l’observation et esprit critique
- affiner des concepts de temps et d’espace
- rédiger des documents en relation avec le thème
- s’approprier des techniques et maîtriser des outils : récit et étude de documents d’archives
- adopter une démarche citoyenne de vie en collectivité, avoir conscience de la dignité de la personne humaine et de la nécessité du respect des autres.

La classe a bénéficié, pour la mise en œuvre de son projet, d’une importante subvention de la Fédération Nationale André Maginot. À l’issue du séjour, les élèves ont accueilli dans leur classe le parrain de leur projet René Noirot, président de la section de Lure de la fédération Maginot, et René Halem, membre du bureau, en présence de Yann Kehl, IEN de la circonscription, référent départemental de l’éducation artistique et culturelle. Sous forme de lectures, les élèves ont fait part de leur reconnaissance pour le soutien apporté à leur projet et ont livré leurs souvenirs et leurs impressions suite à la visite de la maison des enfants d’Izieu. Le parrain du projet et l’IEN ont encouragé les élèves à poursuivre le travail de réflexion entrepris dans le cadre de ce projet de classe riche et porteur de valeurs fondamentales.


Galerie

Séjour découverte sur des lieux de mémoire Séjour découverte sur des lieux de mémoire Séjour découverte sur des lieux de mémoire Séjour découverte sur des lieux de mémoire Séjour découverte sur des lieux de mémoire Séjour découverte sur des lieux de mémoire

 
vendredi 12 février 2016

L’éloquence des élèves du lycée Belin de Vesoul

Cette année, le Concours d’éloquence 2016 du Lions Clubs International a connu un vif succès auprès des élèves du lycée Belin en proposant comme thématique une phrase de Clémenceau : "Il faut d’abord savoir ce que l’on veut, il faut ensuite avoir le courage de le dire, il faut ensuite l’énergie de le faire."

L'éloquence des élèves du lycée Belin de Vesoul Le Tigre pouvait dormir tranquille, la jeune génération allait prendre le relais et relever son défi ! Il s’agissait de disserter pendant dix minutes à partir de cette citation, en construisant un discours à la fois personnel, efficace mais surtout "éloquent" de façon à toucher le jury, composé de cinq membres du Lions Club de Vesoul.

Finalement, sept candidats du lycée Belin se présentèrent à la première sélection, le vendredi 22 janvier à Vesoul : deux élèves de terminale (Marvin Beurton et Nilufer Kanar) quatre élèves de première scientifique (Sara Afonso Notario, Laurianne Franck, Alexandre Ecrement et Simon Déret) et une élève de seconde : Léa Pheulpin. Ils avaient pour concurrents deux jeunes filles du lycée des Haberges.

Ce soir-là, même si les autres n’avaient bien sûr pas démérité, seuls deux élèves furent choisis :

- Marvin Beurton, terminale littéraire, pour représenter le Lions Club de Vesoul Cité,
- Simon Déret, première scientifique, pour représenter le Lions Club Edwige Feuillère.

Et l’aventure n’était pas finie ! Jeudi 4 février avait lieu la seconde sélection à Sochaux. Nos deux belinois eurent à affronter ce soir-là cinq autres candidats de lycées de Montbéliard et de Belfort… et ce sont eux qui, une nouvelle fois, parvinrent à séduire le jury !

L'éloquence des élèves du lycée Belin de Vesoul Bravo à Marvin, dont le discours a convaincu le jury par sa rigueur et la profondeur d’une réflexion personnelle non dépourvue d’une pointe d’humour, qui fut élu à l’unanimité 1er de ce nouveau palmarès.

Simon, qui a charmé le jury par la justesse de son discours et ses belles qualités humaines, a quant à lui été récompensé par un 2ème prix ce soir-là : quelle émotion pour nos deux lauréats et leurs supporters !

C’est maintenant pour Marvin seul que le Concours d’éloquence se poursuit : la prochaine sélection a lieu le mardi 1er mars à 19 h, au lycée Pierre Adrien Paris de Besançon. Il y rencontrera deux autres candidats pour la sélection régionale.

Souhaitons bonne chance à notre heureux lauréat qui a mis en application la citation sur laquelle il dissertait : il a su ce qu’il voulait, a eu le courage de le dire et l’énergie de le faire !

Contact

Isabelle Gurgey, professeure de lettres et coordonnatrice de l’activité.

70
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'ingénierie numérique
Édouard Belin - Vesoul
Informations complètes

 
jeudi 11 février 2016

Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers

Les élèves des établissements du second degré de Haute-Saône ont été sensibilisés pendant la semaine "Sciences et techniques en tous genres" du 25 au 30 janvier.

Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiersDes actions coordonnées par la DSDEN et la déléguée aux droits des femmes et à l’égalité, en lien fort avec les établissements scolaires.

Conduire une réflexion sur les stéréotypes de genre sur les métiers, permettre à des élèves, en phase d’élaboration de leur parcours d’orientation et leurs choix professionnels, de dépasser ces stéréotypes, promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes…tels sont les objectifs visés par cette semaine de mobilisation.
Ce dispositif repose sur des actions variées qui prennent tout leur sens dans le cadre du parcours avenir et du parcours citoyen mis en place par tous les établissements scolaires.

Des expositions

- "Le mur des préjugés" au collège Jules Jeanneney à Rioz
- "Le mur des inégalités" au collège Gaston Ramon à Champlitte
- "Femmes dans la société" au collège Charles Péguy à Vauvillers

Des conférences

- Florelle Gingraux, chercheuse en biologie cellulaire au CHU de Besançon est intervenue au lycée Colomb de Lure auprès des élèves de première scientifique.
- une chercheuse du Femto, Sophie Marguier et une ingénieure de recherche de l’hôpital sont venues témoigner auprès des élèves du collège de Vauvillers, dans l’enceinte du lycée Luxembourg

Deux Théâtres-Forum

"Oriente express" organisés au lycée Lumière de Luxeuil-les-Bains. Ces séances interactives ont provoqué une réflexion sur les déterminants des choix d’orientation des filles et des garçons, pour des élèves de 4e et 3e du collège des Combelles (Fougerolles), du collège André Masson (Saint-Loup-sur-Semouse), du collège Mathy (Luxeuil-les-Bains) et du collège Albert Jacquard (Lure).

Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers

Des visites d’entreprises abordées sous l’angle de la mixité

- Javey à Gy pour les élèves du collège Gaston Ramon de Champlitte
- Vetoquinol à Lure pour les élèves du lycée Lumière
- Hermes à Héricourt pour les élèves du lycée Aragon
- Dcm à Voray-sur-l’Ognon pour les élèves du lycée Belin

Des visites du lycée Lumière

Proposées aux collégiens du secteur sous la houlette des ambassadrices  : des jeunes filles, élèves des filières du bâtiment ou d’autres sections traditionnellement masculines, ont guidé les élèves des collèges de Vauvillers, Fougerolles, Saint-Loup-sur-Semouse, Lure et Luxeuil-les-Bains (Mathy) dans la découverte de ces formations, offertes au lycée Lumière.

Une table ronde, organisé au lycée Lumière, a clôturé cette semaine dédiée à l’égalité

Le 29 janvier, en présence de Liliane Menissier, inspectrice d’académie, Jean-Luc Blondel, sous-préfet, François Dupuis, proviseur et Christophe Grandgirard, proviseur adjoint ont réuni les différents partenaires concernés par cette mobilisation. L’inspectrice d’académie a rappelé que l’égalité des hommes et des femmes est une valeur républicaine que doit porter l’école et qu’il s’agit également d’un enjeu démocratique et économique à relever.
Le sous-préfet de Lure a rappelé tout le sens des actions de la semaine des sciences en tous genres dans le cadre du plan national relatif à la mixité. Il a salué l’engagement des entreprises locales aux cotés des partenaires institutionnels.

Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiersAvant d’animer la table ronde, Isabelle Poyard, inspectrice de l’Éducation nationale chargée de l’information et de l’orientation, et Mélanie Goeffroy, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’Égalité, ont dressé le constat, chiffres à l’appui, de l’absence de mixité dans les filières technologiques et professionnelles et ont montré les inégalités professionnelles qui découlent de ces choix d’orientation très marqués par le genre.

En présence des élèves de seconde, cette table ronde, parrainée par la promotion des premières "S, sciences de l’ingénieur au féminin" du lycée Lumière, a permis à des femmes engagées dans des carrières techniques et scientifiques et exerçant des responsabilités au sein de grands groupes comme Psa, General Electric ou encore Faurecia, d’apporter leurs témoignages.

À la lumière de leurs parcours encore atypiques, ces professionnelles ont exprimé leur satisfaction intellectuelle et personnelle d’exercer leur métier dans un contexte, certes plutôt masculin, mais au sein d’entreprises leur offrant des conditions de travail épanouissantes. Elles ont également prodigué de nombreux conseils aux élèves du public et ont souligné l’importance de la curiosité d’esprit, de l’ouverture sur le monde économique à travers les visites d’entreprises, les stages afin d’élaborer un projet de formation qui soit fondé sur les intérêts personnels et non sur des clichés. L’intérêt, la passion agissant en moteur pour lever les obstacles de toute nature qui ne manquent pas tout au long de ces parcours exigeants. Une autre des "recettes" dévoilées consiste à faire de la singularité d’être une femme dans certains contextes une force !

Pour clore les échanges, Françoise Glenny de l’UTBM de Sévenans et responsable d’une cordée de la réussite sur l’académie, a évoqué les parcours des étudiantes. "Elles avaient une passion, elles y sont arrivées", avant de lancer un dernier encouragement "Vous les filles, vous en êtes capables !".


Galerie

Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers Mobilisation contre les stéréotypes de genres sur les métiers


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon