Logo Rectorat de l'académie de Besançon
Accueil > DSDEN > Actualités > Le lycée Edgar Faure de Morteau se distingue aux olympiades des (...)

Rubrique Actualités

jeudi 12 février 2015

Le lycée Edgar Faure de Morteau se distingue aux olympiades des métiers

29 candidats représentaient la Franche-Comté aux finales nationales des olympiades des métiers à Strasbourg la semaine dernière : trois sont revenus médaillés, dont deux anciennes élèves du lycée Edgar Faure de Morteau

Le lycée Edgar Faure de Morteau se distingue aux olympiades des métiersLucile Perrenet a obtenu une belle médaille d’argent en bijouterie-joaillerie. Lucile est une jeune fille originaire du Jura, qui est venue apprendre le métier de bijoutier à Morteau. Elle a passé son brevet des métiers d’art en 2013. Elle a ensuite travaillé chez un artisan à Nancy, puis a décidé de se consacrer uniquement à ce concours, en se préparant à temps complet avec l’aide de son coach et ancien professeur Philippe Hoffer. Pendant les 20 heures de ce concours, elle a dû mettre en œuvre, dans les règles de l’art, toutes les techniques apprises lors de sa scolarité, afin de fabriquer un bijou de grande classe. Ce n’est qu’à la dernière minute du concours que son œuvre s’est terminée.

Le lycée Edgar Faure de Morteau se distingue aux olympiades des métiersIsabelle Faggianelli a également obtenu une magnifique médaille d’argent en D.A.O.-dessin industriel. Après un bac S. obtenu avec une mention très bien en Haute-Saône, Isabelle a choisi de débuter une formation technique en B.T.S. C.I.M. au lycée Edgar Faure. Elle s’est très vite découvert une passion pour la modélisation 3D. des systèmes microtechniques. C’est cette passion qui l’a amenée à concourir aux olympiades en D.A.O. Elle continue d’acquérir son expérience dans une formation d’ingénieur par apprentissage à Besançon. Pour ce concours, elle s’est préparée à la fois avec Antoine Boinay, le dernier champion de France du métier, et avec son ancien professeur Philippe Jeannerod.
Le concours s’est déroulé sur deux jours et demi. Les quatre épreuves qu’elle a réalisées sont :
- conception d’un support de camera de sport - production d’une vidéo d’animation
- modélisation d’une sangle à cliquet à partir du système - production d’un rendu réaliste
- modélisation d’un marteau burineur - production d’un dossier de plans techniques
- épreuve de rapidité - assemblage de jouets en Lego®
Isabelle a montré au jury composé d’experts du métier, une grande constance dans ses productions, ce qui a été apprécié.
Le lycée Edgar Faure de Morteau se distingue aux olympiades des métiers
Ces deux jeunes filles sont maintenant intégrées dans l’équipe de France des métiers. Elles vont suivre les stages de préparation aux épreuves internationales, et peuvent espérer aller, soit aux finales internationales à Sao Paulo, soit aux finales européennes à Göteborg. Nous leur souhaitons bonne chance pour la suite de la compétition !

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie
Edgar Faure - Morteau
Informations complètes

 
jeudi 29 janvier 2015

À la découverte de l’orchestre symphonique !

Depuis la rentrée scolaire, des élèves de cycle 3 de l’école Viotte à Besançon bénéficient de cet itinéraire culturel musique

Des musiciens dans la classe

Que signifient "les drôles de gestes" du chef d’orchestre ? Pourquoi tant de musiciens dans un orchestre et de quels instruments jouent-ils ? Le rôle et la place de chacun dans l’orchestre ont-t-ils de l’importance ?

À la découverte de l'orchestre symphonique ! - © DSDEN 25C’est pour répondre à ces quelques interrogations que des musiciens sont intervenus dans la classe C.M.1 et C.M.2 de Pascal Wasnievski, professeur des écoles, en décembre dernier. Sous une forme ludique et interactive qui a enchanté les enfants.

Sous la houlette du délégué général de l’orchestre Victor Hugo de Besançon, Jérôme Thiébaux, les élèves de la classe se sont initiés à la direction d’orchestre, en ont expérimenté les codes. Pas facile ! Mais la pratique aidant…
Chacun, à tour de rôle, s’est exercé à donner le tempo à la petite formation orchestrale du jour, aux autres camarades frappant dans les mains et aux deux violonistes qui les accompagnaient.

Pour finir, musiciens et écoliers ont interprété ensemble un court extrait de la symphonie n°6, dite "pastorale" de Beethoven, un groupe d’élèves mimant le vent, un autre les oiseaux, dont quelques coucous "préalablement auditionnés". L’ensemble avait de l’allure, fin et délicat, pour reprendre les propos de l’animateur de la séance.

Ce fut une matinée de classe un peu particulière. À double titre ! D’abord et surtout pour la rencontre des élèves avec deux instrumentistes d’un orchestre symphonique, ensuite par la présence de nombreux invités venus observer la séance.

Le projet pédagogique

À la découverte de l'orchestre symphonique ! - © DSDEN 25La découverte de ce qu’est un orchestre constituait la 3e séance de l’itinéraire culturel musique n°6 auquel la classe Viotte participe. C’est un choix du professeur pour sa cohérence avec sa progression pédagogique. Le contenu s’inscrit en effet dans la démarche de "charte chorale" de la classe.

Les élèves ont déjà assisté à un concert et écouté une œuvre musicale classique. Dans le cadre du prochain atelier, ils découvriront in situ tous les instruments qui composent un orchestre symphonique. La 5e étape sera un temps de restitution des travaux (dessins, critiques…) portés par toutes les classes qui ont intégré les objectifs de ce parcours musique dans les apprentissages scolaires.

L’école élémentaire de la Viotte à Besançon bénéficie de quatre autres itinéraires culturels se déroulant sur cinq à sept séances, toute de l’année sur le temps scolaire :
- C’est la fête ! Musique ! avec les jeunesses musicales de France (J.M.F.) en C.E.2 (n°9)
- Lire la ville en C.P. et C.E.1 (n°17)
- Besançon, quelle histoire en C.M.1 et C.M. avec la direction du patrimoine (n°18 et n°19).

Le parcours culturel et ses enjeux

Les cinq classes de l’école Viotte font partie des 164 classes de cours préparatoire au cours moyen 2e année inscrites dans le dispositif proposé à la rentrée scolaire à toutes les écoles élémentaires de la ville.

À la découverte de l'orchestre symphonique ! - © DSDEN 25L’objectif est de soutenir les enseignants dans la construction du parcours d’éducation artistique et culturelle de l’élève prévu dans la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la république. La loi fait en effet de l’éducation artistique et culturelle une priorité, celle de "jouer un rôle décisif dans la lutte contre les inégalités en assurant un égal accès à tous les jeunes à l’art et à la culture" (extrait de l’éditorial de la brochure - Ville de Besançon).

C’est dans ce cadre qu’a été élaboré l’ensemble des propositions, appelé parcours culturels, qui comprennent 27 itinéraires, regroupés dans 7 domaines, chacun se déclinant autour des trois piliers essentiels de la circulaire interministérielle du 3 mai 2013 : la connaissance du domaine artistique ou culturel, la pratique et la découverte sensible, la rencontre avec des œuvres, des lieux et des professionnels.

"Il y avait déjà des actions culturelles dans les classes. Mais, jusqu’à présent, elles étaient ponctuelles. Ce qui est nouveau, c’est que désormais, elles s’inscrivent dans un parcours…", explique Claire Bouiller, inspectrice de l’Éducation nationale, chargée auprès de l’inspecteur d’académie de la culture humaniste et de l’histoire des arts.

Avec Jean-Paul Jorrot, conseiller pédagogique départemental en arts visuels et chargé de mission arts et culture, ils ont apporté leur expertise dans la réflexion, la mise en place et le suivi dans les classes de cette offre culturelle, fruit d’un partenariat avec la ville de Besançon et ses structures culturelles, et la direction régionale des affaires culturelles (D.R.A.C.) en Franche-Comté.

Les enseignants de Besançon avaient pu, lors d’un forum promotionnel en juin dernier, prendre connaissance du programme et échanger avec les représentants des structures culturelles mobilisées (musées, bibliothèques, orchestre, salles de concert et de spectacles, associations également) et approfondir avec eux les ressources et les pistes susceptibles d’enrichir leur démarche pédagogique.

 
mercredi 28 janvier 2015

Le sport partagé à la coupe du Monde Handi-ski à Tignes !

Un stage "coupe du Monde" est proposé du 25 janvier au 30 janvier aux élèves de la section sportive sport partagé du collège André Malraux de Pontarlier et du collège Émile Laroue de Frasne

Objectifs

Le sport partagé à la coupe du Monde Handi-ski à Tignes !
- participer à l’organisation d’un évènement handisport (jeune officiel : juge, jeune organisateur)
- responsabiliser les élèves sur des missions d’organisation
- découvrir et connaître le monde du haut-niveau dans le milieu handisport

Journée type

9 h-11 h : préparation de la piste (lissage par les élèves)
11 h-13 h : jeune officiel sur la compétition (chronométrage, sécurité…)
13 h-14 h : repas
14 h-16 h : formation fauteuil ski
16 h : remise des prix
17 h : rangement du matériel
19 h : repas

Le matin, les élèves participeront à l’organisation de la coupe du monde en préparant et en lissant la piste de compétition.
L’après-midi sera réservé à l’apprentissage du guidage du fauteuil-ski et à la gestion des stands ‘‘handicap ‘’ mis en place par la fédération française de ski.

Contacts

Cédric Siron, collège Malraux Pontarlier
Anne Pagnier, collège de Frasne
Serge Mommessin, service régional U.N.S.S.
Jérôme Broussier, responsable et conseiller technique auprès de l’inspecteur d’académie

25
Collège
Émile Laroue - Frasne
Informations complètes

25
Collège
André Malraux - Pontarlier
Informations complètes

 
vendredi 23 janvier 2015

Journée blanche ski de fond U.N.S.S.

Mercredi 21 janvier 2015 au Pré Poncet (journée initialement prévue le 14, différée en raison du manque d’enneigement)

Journée blanche ski de fond U.N.S.S. {PNG} Plus de 2 000 participants issus des collèges du Doubs sont attendus à la traditionnelle "Journée blanche" départementale organisée par l’U.N.S.S. sur l’un des sites nordiques du Massif du Jura, entre Mouthe et Chapelle-des-Bois dans le Doubs.

La manifestation mobilise les enseignants d’éducation physique et sportive des secteurs de Pontarlier et de Morteau-Maîche avec le concours de l’association sportive du collège de Mouthe et de sa section sportive d’activités physiques de pleine nature (A.P.P.N.), de la communauté de communes du Haut-Doubs et son personnel (pisteurs, dameur), ainsi que de l’Office national des forêts (O.N.F.).

Au programme

- des courses-randos d’environ 10 km sur les alentours proches du Pré Poncet
- des ateliers de pratiques à l’arrivée au Pré Poncet (sous réserve d’enneigement suffisant) : initiation au biathlon / laser et au saut à ski, snowtubing–yooner–speeder–boardslide, sensibilisation au handisport, rando raquette/orientation avec la participation de l’O.N.F. Ainsi que quelques nouveautés.

Dossier de presse
Programme

Par bonheur, la neige était rendez-vous. La journée blanche a bien eu lieu !

Contact

Le service départemental de la section départementale de l’union nationale du sport scolaire (U.N.S.S.)
Jérôme Broussier, responsable et conseiller technique auprès de l’inspecteur d’académie
Tél. 03 81 80 61 94
Courriel


Galerie

Journée blanche ski de fond U.N.S.S. Journée blanche ski de fond U.N.S.S. Journée blanche ski de fond U.N.S.S. Journée blanche ski de fond U.N.S.S. Journée blanche ski de fond U.N.S.S. Journée blanche ski de fond U.N.S.S. Journée blanche ski de fond U.N.S.S. Journée blanche ski de fond U.N.S.S. Journée blanche ski de fond U.N.S.S.

 
mercredi 21 janvier 2015

Campagne Jeunesse au plein air, c’est reparti !

La 70ème édition se déroule du lundi 12 janvier au lundi 16 février 2015 : lancement officiel dans le Doubs début février en Préfecture

Campagne Jeunesse au plein air, c'est reparti !"Découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles activités pendant les vacances scolaires offre des expériences complémentaires à celle de l’école, et participe de la réussite éducative de l’enfant", précise en préambule le texte ministériel publié au bulletin officiel n°2 du 8 janvier.

La campagne Jeunesse au plein air (J.P.A.) a un double objectif de solidarité et de citoyenneté.

La campagne J.P.A., une action de solidarité

Les sommes sont recueillies dans le cadre de cette campagne au profit des élèves qui ne partent pas, ou jamais, en vacances. En 2014, dans le département du Doubs, 1 165 enfants ont bénéficié d’une aide financière pour partir en centres de vacances et de loisirs et en classes de découvertes.

La campagne J.P.A., une action d’éducation à la citoyenneté

Avec la campagne J.P.A., les équipes pédagogiques et éducatives disposent d’un support pédagogique pour aborder les notions de solidarité et de droits fondamentaux des enfants et mener des actions concrètes. Des outils (affiches, vidéos, fiches d’activité) sont disponibles sur le site internet dédié à la campagne.

Pour participer

- se rendre sur le site dédié à la campagne 2015

- ou contacter le secrétaire général du comité
J.P.A. du Doubs
35 rue du Polygone à Besançon
Tél. : 03 81 25 24 04
Fax : 03 81 82 21 36
Courriel

Pour en savoir plus

Le site professionnel ministériel
Le site officiel de la Jeunesse au plein air

 
jeudi 8 janvier 2015

Hommage de la communauté éducative

Une minute de silence pour rendre hommage aux victimes de l’attentat survenu le 7 janvier 2015 au siège du journal Charlie Hebdo à Paris

Les drapeaux sont mis en berne sur l’ensemble des établissements relevant du ministère durant trois jours.

Communiqué de presse du M.E.N.E.S.R. "Hommage rendu aux victimes de l’attentat survenu le 7 janvier 2015"

Lettre de la ministre aux personnels enseignants

Dans l’académie

La communauté éducative s’est associée à l’hommage national : le recteur Jean-François Chanet s’est rendu au lycée Tristan Bernard pour ce moment de recueillement et a invité tous les personnels dans tous les établissements et les services académiques, ainsi que l’ensemble des élèves et étudiants à se rassembler.

CP24 - Une minute de silence ce jeudi à midi dans tous les établissements scolaires et services académiques

Message du recteur délivré aux lycéens

"Monsieur le proviseur, chers collègues, chers élèves,

Parmi les raisons que je pouvais avoir d’être présent à vos côtés à cette heure, il y a le nom que porte votre lycée. C’est celui d’un grand humoriste qui a connu les deux guerres mondiales, qui a été arrêté pendant l’occupation et qui a su, aux pires heures d’angoisse, utiliser l’arme du rire.

Le rire, Rabelais nous l’a enseigné, est le propre de l’Homme, c’est une force dont on a pu dire qu’elle avait été donnée aux hommes pour les consoler d’être intelligents. S’il est une arme, c’est contre ce qui nie et détruit l’humanité, la haine, la peur, l’intolérance, la bêtise ; il est une arme de la paix.

Il y a donc quelque chose de particulièrement inhumain à choisir pour cibles des hommes qui n’ont jamais revendiqué d’autre pouvoir que celui de faire rire, de partager le rire. Ils ont payé de leur vie le fait d’être à leur manière des combattants de la liberté. Nous devons, chacune et chacun d’entre nous, continuer leur combat. Vous particulièrement, parce que, bientôt c’est sur vous que reposera l’avenir de notre société.

Cet attentat contre la liberté a particulièrement frappé et ému la jeunesse de France car elle a senti, devant un tel acte, que la liberté, les Droits de l’Homme et du Citoyen sont décidément un combat à recommencer toujours, parce que ces principes, ces valeurs fondamentales ont toujours des ennemis. Mais ce combat ne doit pas être livré avec leurs armes, pas avec la haine, la peur, l’intolérance qui sont toujours mauvaises conseillères ; il doit l’être avec les armes de l’humanité, de la liberté, de la fraternité.

Vous saurez, j’en suis sûr, faire vôtre cette résistance de l’esprit et honorer comme ils le méritent ceux qui sont morts hier en héros de cette résistance.

Nous allons à présent saluer leur mémoire en respectant une minute de silence."

Allocution du proviseur, Jean-Paul Teyssier

"Je remercie Monsieur le Recteur de s’être associé à la communauté éducative du lycée Tristan Bernard en renforçant par votre présence la solennité de cette commémoration.

Le président de la République François Hollande a décidé qu’aujourd’hui, le 8 janvier 2015, est jour de deuil national afin de rendre hommage aux victimes de l’attentat meurtrier commis contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo à Paris le 7 janvier 2015 où douze personnes ont été tuées et huit blessées dont quatre très grièvement.
Pour cela, dans son allocution hier à 20 heures, Monsieur le président de la République a décidé qu’un moment de recueillement serait observé dans tous les services publics et les drapeaux mis en berne.

Ce moment permet d’exprimer une reconnaissance aux familles des victimes et aux blessés.
Au delà de ce drame humain qui touche directement les familles, le président de la République soulignait que c’est la République tout entière qui a été agressée, c’est à dire la liberté d’expression, la liberté de chacun, le respect de la différence, la tolérance. C’est tout cela qui a été visé par les agresseurs. Cette agression n’est pas symbolique, elle est réelle, elle a été extrêmement violente, des personnes ont été tuées ou grièvement blessées.

Dans les établissements scolaires et plus particulièrement ici dans cet établissement qui accueille des élèves d’origine nationale et culturelle très variée, les valeurs de respect et de tolérance sont portées, transmises, construites au quotidien par les enseignants, les personnels éducatifs et l’ensemble des adultes avec les élèves.

C’est pourquoi ce rassemblement, cette commémoration a d’autant plus de sens aujourd’hui dans les établissements scolaires et pour reprendre les propos du président, la meilleure arme, la meilleure réponse, c’est celle de l’unité, c’est faire bloc autour de ces valeurs afin de rappeler en quoi sans ces valeurs aucun vivre ensemble dans des conditions sereines et harmonieuses ne deviendra possible."

Rassemblements et moments de recueillement collectifs partout dans l’académie

Sur l’ensemble du territoire académique, toute la communauté éducative, élèves, petits et grands, enseignants et personnels, s’est mobilisée pour rendre hommage aux victimes de l’attentat du journal Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.

Tous se sont recueillis à midi, ce jeudi 8 janvier, pour observer une minute de silence.

Ces ralliements ont également été l’occasion d’échanger et de laisser place au dialogue qui a permis analyse, tentatives de décryptages et liberté d’expression.

Courrier du recteur à l’attention de tous les enseignants

Le recteur Jean-François Chanet a tenu à adresser, dès ce lundi 12 janvier, un courrier à l’ensemble des enseignants de l’académie suite aux évènements dramatiques survenus le 7 janvier 2015 et qui portent atteinte aux valeurs véhiculées par l’École de la République.

Courrier du recteur aux enseignants suite aux évènements du 7 janvier 2015

 
mercredi 31 décembre 2014

Des nouvelles de l’Inde

21 élèves du collège Jean-Jaurès à Saint-Vit dans le Doubs ont séjourné à New Delhi, dans les familles de leurs correspondants scolarisés au collège de Dwarka. Ils ont vécu une expérience unique dont ils disent encore aujourd’hui, qu’elle a changé leur vision du monde

Petit retour en arrière

"Dimanche 5 avril, 4 heures du matin dans une aube brumeuse, sortie de l’aéroport de Delhi. Retrouvailles chaleureuses entre les jeunes Français et leurs correspondants indiens [... ]. D’emblée, on sent, on voit que les familles ont pleinement adopté leur invité […]

Des nouvelles de l'IndeLe lendemain, découverte du collège Dwarka et ses 3000 élèves en uniforme blanc. Réception, colliers de fleurs, discours de bienvenue... Nous plongeons par 30° à l’ombre dans un monde nouveau où se mêlent culture indienne, mémoire britannique et modernité. Des embouteillages monstres aux vaches sacrées déambulant dans les rues, en passant par la prestigieuse architecture des bâtiments officiels entourés de parcs immenses et les vastes centres commerciaux de la périphérie, Delhi donne à voir sa superbe, sa diversité, sa richesse et sa stature de capitale de la plus grande démocratie du monde. La ville impressionne les élèves partagés entre étonnement, admiration, curiosité, incompréhension. Les jours suivants, avec la découverte des gares de Delhi et d’Agra et leurs foules grouillantes et cosmopolites, la révélation du Taj Mahal, la fréquentation des marchés achèvent de brouiller les repères de nos jeunes.

En fait chacun découvre et s’ouvre au monde à travers ce grand pays ami. Ils prennent conscience de la diversité de l’humanité, s’enthousiasment de ces différences, accompagnés qu’ils sont par la bienveillance des familles qui les accueillent. L’alchimie de ce voyage “initiatique” est d’autant plus réussie qu’elle est vécue au travers du partage et de l’amitié qui lient les jeunes Français(es) et Indien(ne)s souvent porteurs des mêmes passions, des mêmes codes et du même enthousiasme dans l’avenir.

Au cours de la deuxième semaine avec la découverte de la sublime Jaïpur, la préparation commune d’un spectacle de chant et de danse, la vie en groupe dans le train, à l’hôtel lors des visites, cette connivence s’est consolidée et scellée à toujours, ce qui a permis aux jeunes Français une approche privilégiée presque intime de l’Inde, de sa culture, de sa vie sociale et de son dynamisme économique et commercial.

Des nouvelles de l'IndeLes adieux ont été longs, pleurés et presque déchirants mais ils auront des lendemains et des surlendemains heureux. De fait l’ouverture d’échanges scolaires avec le grand international et des pays d’avenir tels que l’Inde est un des moteurs les plus puissants de la construction d’un futur plus intelligent, harmonieux et généreux, qui sera co-porté par des générations de jeunes pour lesquels le monde sera devenu un Village"

Extrait des Nouvelles de L’Inde, revue diplomatique numéro 417 septembre-octobre 2014. (Pages 52 et 53).

Le projet pédagogique

Tout est parti de la rencontre, voici trois ans, avec deux enseignantes indiennes accueillies au collège Jean-Jaurès de Saint-Vit lors d’une journée de découverte du système éducatif français organisée par le centre de linguistique appliquée à Besançon. Ce fut la première prise de contact.

Il s’ensuivit un projet d’échanges entre leurs classes respectives autour de thématiques culturelles ; sous une forme virtuelle, via la messagerie électronique et surtout skype, logiciel sécurisé permettant de communiquer à distance (plus de 6000 km les séparent !) en utilisant la vidéo et le son. "C’est impressionnant de se retrouver à quelques milliers de kilomètres en quelques secondes, en classe avec nos amis Indiens de Dehli", écrivaient des élèves sur le site internet du collège.

Les collégiens ont eu de réelles conversations. Ils préparaient les thèmes en classe d’anglais, écrivaient des résumés dans les deux langues, et communiquaient sur le site internet du collège "afin que tous ceux qui le souhaitent puissent savoir ce que nous avons appris grâce à la technologie et aux idées des professeurs qui ont mis ce cours international en place".

Le rythme des connexions hebdomadaires aidant, les professeurs et les élèves ont appris à se connaître, donnant de part et d’autre une réelle envie d’aller au-delà. Se rencontrer !

Une première rencontre a eu lieu en France, avec la visite de leurs correspondants indiens. Puis les collégiens Saint-Vitois, ont, à leur tour, fait le voyage dans la capitale indienne, en Asie.

Des nouvelles de l'IndeLa préparation de leur séjour s’est construite dans le cadre des programmes scolaires, des connaissances et des compétences du socle commun. Un projet dit "Tandems Solidaires" soutenu par le Conseil général du Doubs a servi d’appui à l’éducation au développement durable et solidaire des élèves, favorisant leur approche des différences culturelles, de l’égalité des chances filles/garçons, du rôle des enfants et de la femme en Inde.

Les 21 élèves participant à ce voyage ont été ceux qui s’étaient engagés dans le projet skype (alors que le voyage n’était pas projeté). Ils étaient de tout niveau scolaire et de toute condition sociale. L’investissement des professeurs, des enfants, de leurs parents, a permis de rendre le voyage accessible à tous, y compris aux élèves boursiers. Un principe premier d’égalité et d’hétérogénéité inscrit dans le projet d’établissement. De même, l’ambition du collège Jean-Jaurès de Saint-Vit vise à ce que chaque élève puisse vivre, au moins une fois durant son parcours scolaire dans l’établissement, une situation de mobilité internationale, ou pour le moins de participation à un projet hors frontières.

Au-delà, ce projet a fait naître de belles relations personnelles qui semblent perdurer, des familles qui continuent à communiquer et même pour certains à se rencontrer, des enfants qui sont amis et conscients d’être devenus des citoyens du monde. De nombreux élèves sont en effet revenus avec l’envie de retourner sur place plus tard pour y effectuer un service civique volontaire en matière d’écologie, d’aide à la scolarisation des enfants des rues ou autres idées solidaires. Une association des anciens de l’Inde a été créée au sein de l’établissement pour garder le contact.

25
Collège
Jean Jaurès - Saint-Vit
Informations complètes

 
vendredi 19 décembre 2014

Les voix de la réussite

Les élèves des classes vocales du collège Denis Diderot à Besançon ont donné un concert inédit, avec un invité de marque, l’artiste Atef. Émotion garantie !

Une belle rencontre

Ils se sont avancés sur la scène, l’un après l’autre, avec élégance, très fiers, un peu intimidés quand même ! La salle polyvalente était comble. Les familles étaient là, ainsi que les personnels de l’établissement, leurs camarades et autres invités et amateurs avertis.

Les voix de la réussite - © D.S.D.E.N. du DoubsCe soir-là, devant un auditoire déjà conquis, les 62 jeunes choristes, dont une soliste, ont unis leurs voix à celle de Atef pour interpréter Jean Ferrat, Léonard Cohen, Stevie Wonder, Atef sous la direction de leur professeur de musique, Lise Lartot et accompagnés à la guitare par le musicien de l’artiste, Cyril Peron et au violon par Anne Cornus, leur professeur de mathématiques. En finale, Atef à la "voix d’ange" si caractéristique a chanté quelques unes de ses propres chansons, plusieurs extraites de son dernier album.

Ils ont assuré ! Le timing, la tenue, la prestation. C’est que les jeunes choristes et les musiciens avaient répété tout l’après-midi, "sous la fine baguette" de leur nouveau "maître de chant", Atef, qui s’est volontiers prêté à l’exercice, y allant de ses encouragements et de ses conseils, pour poser la voix ou maintenir le rythme… Alors que d’autres élèves s’affairaient aux cuisines pour préparer le stand "sucré" proposé à l’entracte.

Ce fut pour tous un "beau moment de partage autour de la musique" avec un artiste invité au hasard d’un lien de parenté avec leur professeur de mathématiques et violoniste. Atef, demi-finaliste de l’émission télévisée "The Voice", a offert gracieusement sa présence et promis de revenir au printemps parrainer l’établissement (déjà primé 1er collège de France) dans sa lutte contre les discriminations, a précisé Jean-Louis Tournut, principal du collège, avant de clore la soirée.

"Vous nous avez offert un vrai cadeau", avait dit aux élèves Marie-Pierre Pichetti, principale adjointe du collège, plus tôt dans la soirée. "Vous pouvez être fiers de vos enseignants, car sans eux, cela n’aurait pas été possible. Un grand merci à eux tous et surtout un grand bravo à vous, jeunes chanteurs. Votre prestation réchauffe les cœurs."

La voix, un vecteur de réussite

Une belle aventure qui a commencé voilà un peu plus de quatre ans par un projet pédagogique innovant sur le chant et la diversité : le chant individuel et en groupe comme support pour amener chaque élève à réussir en prenant confiance en ses capacités et compétences. Mieux réussir par le biais du chant.

Les voix de la réussite - © D.S.D.E.N. du DoubsExpérimentée à l’origine sous l’impulsion de deux professeures, Fabienne Pernot en Lettres modernes, et Lise Lartot en éducation musicale et chant choral, la classe vocale se décline depuis la rentrée sur trois niveaux du collège, de la classe de 6ème à la classe de 4e, mobilisant une équipe pédagogique et éducative qui s’est étoffée au fil des années. Ce sont à présent 17 enseignants, dont José Mota, le second professeur de musique du collège qui accompagne au clavier les classes lors de leurs prestations et réalise les arrangements instrumentaux, la professeure-documentaliste, les conseillères principales d’éducation et des assistants pédagogiques et d’éducation.

Léo Dufourt, assistant pédagogique, assure la partie guitare dans l’orchestre pour les différents spectacles et co-animera à partir de 2015 en collaboration avec Lise Lartot, un "atelier son" avec les élèves volontaires. Toute l’équipe est constituée de volontaires qui ne comptent ni leur temps, ni leur énergie pour participer à l’action. Et c’est sans compter sur le soutien indéfectible de l’équipe de direction du collège.

À cette équipe de choc, il faut ajouter une intervenante extérieure, Frédérique Cesselin qui connait bien les élèves puisqu’elle intervient également dans les écoles primaires. Elle apporte son œil d’artiste et fait travailler les élèves à raison de dix séances par an et par niveau, la technique vocale et la présence scénique, en collaboration étroite avec les professeurs de français et de musique.

Le 3 juillet 2012, les enseignantes fondatrices, créent avec leurs collègues du moment, l’association "La voix de la réussite" pour permettre au projet de départ de s’épanouir pleinement.

Sans financement extérieur, impossible d’emmener les élèves et leurs parents aux concerts, de préparer et de présenter le spectacle de la fin de l’année qui mobilise tout le monde.

Les voix de la réussite - © D.S.D.E.N. du DoubsQui intègrent les classes vocales ? Les élèves sont issus des écoles primaires du secteur du collège dans le quartier de Planoise, à savoir les écoles Bourgogne, Champagne, Dürer et Ile-de-France. Chaque année, l’équipe du collège investie dans le projet bat la campagne promotionnelle auprès des écoles (réunions d’information avec les enseignants et les directeurs, repas en commun, présentations vocales des élèves eux-mêmes).

Les professeurs des écoles, totalement partie prenante, repèrent les élèves de C.M.2 pressentis pour tirer au mieux profit de ce dispositif. Des auditions ont lieu chaque année au mois de juin précédant la rentrée en 6e afin d’apprécier la motivation des candidats, leur présenter la classe vocale et surtout les exigences qu’elle impose en termes d’assiduité, de travail, de discipline, mais surtout d’engagement à participer à toutes les actions sur les quatre années du collège.

Chaque élève suit un cursus classique basé sur les programmes du collège. Le travail pédagogique est transdisciplinaire : des liens sont réalisés entre les différentes matières en fonction des spectacles en salles que l’élève verra au cours de l’année scolaire. Le principe est de travailler le programme sur une thématique, cette année sur celle de la liberté.

Les voix de la réussite  - © D.S.D.E.N. du DoubsQuant aux objectifs, il s’agit de relancer l’appétence des élèves à apprendre, de donner du sens aux apprentissages, de compenser un environnement défavorisé [1], de développer des compétences sociales et civiques (écoute, tolérance, ouverture, initiative, autonomie...), de trouver dans la voix et le chant un vecteur d’ouverture culturelle. En termes de comportement et de bien-être, de résultats scolaires, les retombées sont à la hauteur. Dès la première année : assiduité croissante des élèves, diminution des retards scolaires, investissement plus grand des parents qui viennent plus facilement au collège.

La réussite de cette action inscrite au programme d’innovation [2], repose sur sa pérennité, la stabilité des équipes, le travail en concertation, une démarche d’apprentissage en interdisciplinarité et en inter-cycle (liaison école-collège), "l’ouverture aux autres (parents, artistes, intervenants) et vers les autres (déplacements dans des lieux culturels peu fréquentés par les élèves)"

Une véritable "école du spectateur", dans laquelle chaque adolescent apprend autrement, en suivant un parcours artistique varié, qui lui permet au fil des différents concerts de rencontrer des artistes et des professionnels du spectacle. Tout ceci ne manque pas d’encourager ses ambitions scolaires et son envie de se dépasser, en voyant plus haut et plus loin.

En savoir plus

25
Collège
Diderot - Besançon
Informations complètes

Ne pas confondre la classe vocale, action innovante d’une équipe, d’un établissement avec la classe à horaires aménagés musicale, dite C.H.A.M, dispositif national permettant aux élèves de bénéficier d’un allégement d’horaires dans toutes les disciplines afin de dégager du temps pour l’éducation musicale, assuré conjointement dans le cadre des cours d’éducation musicale du collège et au conservatoire à rayonnement régional.


[1Le collège Diderot à Besançon dans le Doubs expérimente cette année le nouveau réseau d’éducation prioritaire plus (R.E.P.+). Il a eu la priorité dans l’attribution de moyens pour développer ou consolider ses actions en faveur de la réussite des élèves.

[2La priorité étant donnée à la réussite de tous les élèves, une attention particulière est portée aux actions qui se construisent à partir d’une volonté partagée de travailler ensemble et autrement afin de répondre d’une manière mieux adaptée et plus efficace aux besoins et aux difficultés des élèves. L’innovation et l’expérimentation constituent des leviers du changement des pratiques éducatives et pédagogiques.
En savoir plus


 
mercredi 3 décembre 2014

Autour de la scolarisation de la petite enfance

Début novembre, l’école maternelle Helvétie accueillait une délégation de cadres du conseil des écoles publiques de l’est de l’Ontario au Canada

La visite

Autour de la scolarisation de la petite enfance - © D.S.D.E.N. du DoubsGuidés par son directeur, Benoît Sire, les membres de la délégation* ont visité les locaux tout en échangeant sur le contexte de la maternelle Helvétie, son organisation, son fonctionnement, ses projets. Ils ont assisté à deux séances pédagogiques, en mathématiques et en lecture, découvert la salle de motricité et les différents espaces aménagés pour les apprentissages : langage, arts plastiques, lecture, jeux.
Ils ont par ailleurs eu l’opportunité de rencontrer l’agent territorial spécialisé des écoles maternelles (A.T.S.E.M.), d’échanger avec elle sur son métier, son statut, mais surtout sur la place qu’elle occupe au quotidien auprès des enseignantes et des petits élèves.

Un temps d’échanges fructueux

Autour de la scolarisation de la petite enfance - © D.S.D.E.N. du DoubsMaryse Piguet, inspectrice de l’éducation nationale a, dans un premier temps, présenté les orientations de l’école maternelle redéfinies dans la Refondation de l’école de la République et les enjeux d’une première scolarisation réussie.
Elle s’est attachée à rappeler ce qui fait la spécificité de la maternelle en France, lieu des "apprentissages premiers" - l’acquisition du langage, facteur déterminant dans la réussite du parcours scolaire, restant au cœur des apprentissages. Elle a présenté les différents domaines d’enseignement, telles que l’entrée dans l’écrit, la découverte du monde, et autres activités conduites à l’école maternelle à travers lesquelles le petit enfant, à la faveur du jeu et autres expérience sensibles, va progressivement devenir un élève.

Et de souligner l’attention portée à la qualité de l’accueil des plus petits, des moins de trois ans, particulièrement de ceux les plus éloignés culturellement de l’école. Les conditions de cet accueil doivent en effet répondre aux besoins de développement des enfants de cet âge.
Cet accueil dans le cadre d’une première scolarisation fait l’objet d’une réflexion et de ressources réalisées par le groupe maternelle, dans le cadre de la mission maternelle et prévention de l’illettrisme que Maryse Piguet a en charge dans l’académie et le département.

Autour de la scolarisation de la petite enfance - © D.S.D.E.N. du DoubsPlus largement, au fil de la discussion, diverses thématiques ont été mises en comparaison, en France, dans l’académie et le Doubs et, non pas au Canada, mais dans l’Ontario puisque chaque province (il y en a dix et trois territoires) a son organisation propre ; ont été abordées les réformes en cours (aménagement du temps, programmes et socle commun), la pédagogie (différenciation des apprentissages, aide aux élèves, évaluation), les devoirs et travail autonome, les innovations et expérimentations, les relations avec le collège, les personnels, les partenariats, notamment avec les collectivités territoriales et les parents.

Une table ronde riche des différents éléments comparatifs de politique éducative laissant entrevoir, de part et d’autres, des pistes possibles d’évolution des pratiques.

La scolarisation de la petite enfance en France a retenu toute l’attention des cadres de l’institution scolaire d’outre atlantique.

Édith Dumont et ses collègues ont souligné les similarités entre le système français et ontarien, tant dans leurs objectifs qui veulent permettre aux enfants en bas âge d’obtenir la base la plus solide possible pour leur apprentissage futur, que dans les défis de la mise en œuvre des programmes visant la petite enfance, programmes qui doivent trouver un équilibre adéquat entre l’aspect ludique, le rythme de chaque enfant, la socialisation avec les camarades et la préparation plus structurée à la scolarisation à venir.

Une coopération éducative franco - canadienne

Cette dernière journée de leur séjour s’est poursuivie au centre de linguistique appliquée (C.L.A.) à Besançon où leur a été présentée l’offre de formation proposée aux étudiants et aux enseignants étrangers. Elle a conclu une semaine de visites dans différents établissements correspondant aux différents niveaux de la scolarité en France.

Ils se sont rendus dans un collège, à Saint-Vit, pour une matinée d’immersion professionnelle et dans plusieurs lycées, à Pergaud pour suivre et co-animer le séminaire international sur le climat scolaire, à Ledoux sur l’éducation artistique et la formation professionnelle dans le domaine des arts appliqués, à Jules Haag sur l’enseignement des micro-techniques et les relations entre l’école et l’entreprise, ainsi qu’au lycée Louis Argaon à Héricourt sur les métiers de l’énergie et du développement durable. Échanges également sur les pratiques éditoriales respectives dans le domaine de la communication institutionnelle.

La délégation canadienne était reçue dans le cadre d’une convention de partenariat de l’académie de Besançon avec les conseils scolaires de Calgary dans la province de l’Alberta et de celui des écoles publiques de l’est de l’Ontario (C.E.P.E.O.) autour de plusieurs thématiques.

* Les membres de la délégation :

- Édith Dumont, directrice du conseil des écoles publiques (équivalent d’une rectrice),
- Amine Aidouni, directeur de l’école élémentaire et secondaire publique
- Maurice Lapointe, référent climat scolaire et lutte contre le harcèlement,
- Marie-France Gaumont, directrice du service communication
- Jean-Marc Emery, délégué aux relations internationales
- Marcel Morin, directeur (proviseur) de l’école secondaire publique (lycée) De La Salle

Ministère de l’éducation de l’Ontario

 
vendredi 28 novembre 2014

Élections professionnelles 2018

Ces scrutins ont concerné la totalité des comités techniques ministériels (Éducation nationale et Enseignement supérieur et Recherche) et de proximité, les commissions administratives paritaires et les instances représentatives des maîtres de l’enseignement privé sous contrat.

Résultats

Résultats des élections professionnelles 2018 dans l’académie

Élections professionnelles 2018

Qui vote ? Quand ? Comment ?

1,2 millions d’électeurs votent par internet du 29 novembre au 6 décembre

Tous les personnels titulaires, stagiaires, agents contractuels de droit public ou privé : affectés, de l’enseignement scolaire, exerçant dans les académies et les écoles, EPLE, services académiques, CIO ou à l’administration centrale affectés dans les organismes sous tutelle : Cned, Onisep, Réseau Canopé, Ciep, Cereq détachés hors MEN ou MESRI enseignants des établissements d’enseignement privés sous contrat.

Élections professionnelles 2018 - MEN
Cette page permet d’accéder à l’espace électeur pour créer votre mot de passe électeur, consulter les scrutins auxquels vous êtes appelé(e)s à participer et voter du 29 novembre au 6 décembre.

Vous pourrez y consulter toute l’information utile sur les élections (les instances de dialogue social, l’organisation des élections 2018, les étapes essentielles, les Questions/réponses, les textes de référence) ainsi qu’une application qui permet de savoir qui vote à quelle instance et selon quelle modalité.

240 000 électeurs votent le 6 décembre à l’urne ou par correspondance dans les établissements du MESRI
Cas particuliers : les personnels ATSS, de bibliothèque, ITRF, enseignants des 1er et 2nd degrés, d’éducation, d’orientation, d’inspection qui y exercent votent par internet pour leurs commissions académiques paritaires.

Élections professionnels 2018 - MESRI
Vous y trouverez toute l’information utile pour les élections qui se déroulent le 6 décembre à l’urne ou par correspondance.

Dans l’académie

Messagerie professionnelle

L’accès à la messagerie professionnelle est indispensable pour les personnels qui votent par internet : chacun crée son mot de passe électeur en ligne sur l’espace électeur et doit le confirmer via sa messagerie professionnelle.

En cas de difficultés : faire une demande Abitop sur la plateforme Pratic+.

Assistance académique

Pour toute question complémentaire, une assistance académique a été mise en place.
- Par courriel, sur toute la durée de la campagne : elections2018@ac-besancon.fr

- Par téléphone, du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h et de 14 h à 16 h
Du 11 octobre jusqu’au 28 novembre
Du 29 novembre au 6 décembre, l’assistance sera renforcée.
Tél. : 03 81 65 49 20

Règlementation

Observations d’effectifs au 1er janvier 2018 (femmes/hommes)

Rappel du cadre réglementaire : décret n° 2017-1201 du 27 juillet 2017 relatif à la représentation des femmes et des hommes au sein des organismes consultatifs de la fonction publique.

Arrêtés fixant les parts respectives des femmes et des hommes dans les commissions administratives paritaires de l’académie de Besançon :
Arrêté part femmes/hommes - Rectorat
Arrêté part femmes/hommes DSDEN 25
Arrêté part femmes/hommes DSDEN 39
Arrêté part femmes/hommes DSDEN 70
Arrêté part femmes/hommes DSDEN 90

Arrêtés fixant les parts respectives des femmes et des hommes dans les commissions consultatives mixtes de l’enseignement privé de l’académie de Besançon :
Arrêté part femmes/hommes Ccma (enseignement privé)
Arrêté part femmes/hommes Ccmi (enseignement privé)

Fixation du nombre de sièges de représentants des personnels dans les différentes instances

Corps relevant du décret n° 82-451 du 28 mai 1982 modifié (non enseignant).
Arrêté du 28 mai 2018
Annexe de l’arrêté du 28 mai 2018

Arrêté du 21 juin 2018 portant fixation du nombre de sièges de représentants des personnels aux CCP compétentes à l’égard de certains agents contractuels exerçant leurs fonctions dans le ressort de l’académie de Besançon
Arrêté du 21 juin 2018
Annexe de l’arrêté du 21 juin 2018

Arrêté du 17 septembre 2018 portant fixation du nombre de sièges de représentants des personnels à la commission consultative paritaire compétente à l’égard des directeurs adjoints de SEGPA soumise aux élections professionnelles de 2018.
Arrêté du 17 septembre 2018 - modifié le 04 octobre 2018

Arrêté du 18 septembre 2018 portant fixation du nombre de sièges de représentants des personnels à la commission consultative spéciale compétente à l’égard des directeurs d’établissements spécialisés soumise aux élections professionnelles de 2018.
Arrêté du 18 septembre 2018

Arrêté du 18 septembre 2018 portant fixation du nombre de sièges de représentants des personnels aux commissions administratives paritaires académiques et départementales de personnels enseignants soumises aux élections professionnelles de 2018.
Arrêté du 18 septembre 2018
Annexe 1 de l’arrêté du 18 septembre 2018
Annexe 2 de l’arrêté du 18 septembre 2018

Enseignement privé :
Arrêté du 1er juin 2018 pour la Ccma
Arrêté du 1er juin 2018 pour la Ccmi
Arrêté du 22 juin 2018 fixant le nombre de représentants des chefs d’établissement d’enseignement privé sous contrat aux Ccma et Ccmi


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon