R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’administration > Colloque "persévérance scolaire" du 4 juin 2019

Rubrique Vie de l'administration

vendredi 10 mai 2019

Colloque "persévérance scolaire" du 4 juin 2019

Une étape clé du projet des laboratoires de la persévérance scolaire des lycées professionnels de l’académie de Besançon.

Le projet a été imaginé et initié en 2016 par le collège des IEN-ET-EG-IO à l’issue d’un séminaire national consacré à la thématique de la persévérance.

Le concept ?

Des laboratoires de la persévérance scolaire comme lieux d’actions et de réflexions au sein de lycées professionnels très différents au niveau de leur structure, culture, identité et territoire d’implantation.

Colloque "persévérance scolaire" du 4 juin 2019 C’est dans ce contexte que quatre établissements, un par département, ont été sollicités et ont accepté de s’inscrire dans cette démarche :
- le lycée Tristan Bernard à Besançon,
- le lycée Duhamel à Dole,
- le lycée Follereau à Belfort
- le lycée Luxembourg à Vesoul.
Ces derniers ont pu ainsi et en toute première étape dresser un état des lieux des pratiques existantes et bénéficier d’un premier "séminaire action" en janvier 2017 articulé autour d’interventions d’experts et d’un temps de réflexion collectif pour construire des perspectives d’action.

Des fonds européens pour renforcer le projet

Depuis la rentrée scolaire 2018-2019, le dépôt d’une demande de fonds européens a permis de renforcer et de concrétiser davantage le projet. Ce nouveau cadre et les financements octroyés ont ouvert des opportunités sur deux axes :
- l’implantation dans deux établissements (le lycée Tristan Bernard et le lycée Luxembourg) d’un dispositif expérimental spécifique, orienté "sas" élève,
- la mobilisation d’un laboratoire universitaire pour accompagner et analyser les pratiques de chacune des quatre structures.

Un colloque en deux temps : apport théorique et ateliers pratiques

Le colloque organisé le 4 juin 2019 s’inscrit directement dans le travail engagé en lien avec la recherche. Il permettra d’abord aux personnels des établissements engagés dans la démarche des laboratoires et aux différents acteurs impliqués de bénéficier d’un apport théorique pour éclairer les pratiques et induire des pistes d’action. Le second temps de la journée, organisé sous forme d’ateliers, favorisera un temps d’échanges, de partage et de réflexion avec des chercheurs ou des acteurs de l’Éducation nationale, venus témoigner de leurs expériences. Au travers de ce colloque, les laboratoires de la persévérance souhaitent ainsi nourrir les démarches engagées, les analyser, considérer les leviers ou les freins, et diffuser les "bonnes pratiques". Ainsi, l’articulation entre théorie et pratique, entre recherche et acteurs de terrain est au cœur du projet.

Le colloque s’inscrit dans un cadre de partenariat plus large avec le laboratoire universitaire C3S, qui prévoit :
- une analyse de terrain, au sein des établissements scolaires concernés,
- deux journées d’études réparties sur deux années, dont celle du 4 juin prochain,
- un étayage théorique, notamment à partir d’une analyse de la littérature nationale et internationale pour éclairer les pratiques ainsi que par la mobilisation de doctorants ou étudiants de master, dans le cadre de leur thèse ou de leur mémoire, sur des problématiques en lien avec le projet.

Chaque action du laboratoire C3S fera l’objet d’une publication afin de diffuser au sein du collectif les actions et bilans établis dans le cadre des expérimentations.

Programme du colloque
Le projet laboratoires de la persévérance en lycées professionnels

Contacts

Laurent Bertrand, IEN-ET
Tél. : 06 16 57 65 46
Courriel
Stéphanie Libert, IEN-ET
Tél. : 06 37 66 92 67
Courriel
Stéphanie Deblaere, pilote académique Lps-LP
Tél. : 06 86 16 89 76
Courriel

 
lundi 29 avril 2019

Transformation de la voie professionnelle : réunion avec les branches professionnelles

Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon, s’est rendu le lundi 8 avril au lycée Pontarcher de Vesoul pour assister à une réunion avec des représentants des branches professionnelles de la région académique.

L’année scolaire 2018-2019 prépare la mise en œuvre de la transformation de la voie professionnelle et de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Ces évolutions majeures du système éducatif et de la formation professionnelle modifient, d’une part, l’organisation et le contenu des études dans la voie professionnelle et, d’autre part, la construction du parcours des jeunes.

Transformation de la voie professionnelle : réunion avec les branches professionnelles Les rectorats des académies de Besançon et de Dijon ont donc organisé une réunion avec des représentants des 89 branches professionnelles présentes dans la région académique.

Marc Foucault, inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, chef de projet de la transformation de la voie professionnelle, Didier Michel, inspecteur général de l’éducation nationale, groupe économie-gestion, correspondant académique de l’académie de Besançon, et Axel Limacher, directeur général adjoint du conseil régional Bourgogne-Franche-Comté, pôle éducation et vivre ensemble, sont intervenus, ainsi que des élèves de lycée professionnel élus au conseil académique de la vie lycéenne (CAVL) de l’académie de Besançon et des professionnels de l’éducation des deux académies.

Didier Michel a présenté la transformation de la voie professionnelle, en la resituant dans la perspective plus large des débats sur l’enseignement professionnel, en lien avec la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Les trois objectifs de la transformation de la voie professionnelle ont été précisés :
- mieux préparer les élèves à leur projet d’insertion professionnelle ou de poursuite d’études, en consolidant leurs savoirs fondamentaux et en transmettant des savoirs professionnels adaptés aux métiers de demain,
- mieux accompagner les élèves pendant leur formation, en rendant leurs apprentissages plus progressifs et en les personnalisant davantage,
- mieux valoriser le lycée professionnel, qui est indispensable au dynamisme économique du pays.

Il a été rappelé que la voie scolaire et l’apprentissage sont deux modalités d’alternance en formation initiale qui doivent être mise en synergie. Différents points clés de ladite transformation ont été présentés, en lien avec la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel :
- co-intervention,
- réalisation d’un chef-d’œuvre,
- familles de métiers,
- classe de troisième prépa-métiers,
- ouverture internationale,
- orientation,
- périodes de formation en milieu professionnel,
- campus des métiers et des qualifications,
- plateformes technologiques
- stratégie du développement de l’apprentissage dans la région académique.

L’un des temps forts de la réunion aura été le témoignage des élèves présents pour ce qui concerne leurs parcours scolaires et leurs projets de poursuite d’études et d’insertion professionnelle.

Transformation de la voie professionnelle : réunion avec les branches professionnelles Marc Foucault a clos la réunion en faisant la synthèse des échanges qui ont eu lieu entre les différents acteurs présents. À cette occasion, il a rappelé que le lycée professionnel est un tremplin vers une insertion immédiate dans la vie active ou vers une poursuite d’études réussie et il a fait état de l’excellence de la voie professionnelle.

Le recteur a conclu la matinée en soulignant la qualité des nombreux partenariats qui existent entre l’éducation nationale, le conseil régional Bourgogne-Franche-Comté et les branches professionnelles. Il a invité l’ensemble des acteurs présents à poursuivre les travaux du jour dans le cadre du travail coopératif engagé, en accordant à chaque acteur l’attention qui lui est due.

Des chefs-d’œuvre issus de différents établissements francs-comtois étaient présentés dans la salle de convivialité qui accueillait l’accueil café et le buffet préparés et servis par des élèves et professeurs du lycée.

En savoir plus

Présentation de la transformation de la voie professionnelle
Présentation de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel

 
lundi 18 mars 2019

Une formation pour valoriser les métiers de l’industrie

Le Comité local école entreprise (CLEE) du bassin Nord Franche-Comté a organisé une formation à destination des professeurs principaux de troisième du bassin pour valoriser les métiers de l’industrie et promouvoir les formations dans ce domaine.

Le Comité local école entreprise (CLEE) Nord Franche-Comté

Une formation pour valoriser les métiers de l'industrie Dans le bassin Nord Franche-Comté (Belfort, Montbéliard, Héricourt, Lure), le CLEE a axé son travail sur la promotion des métiers de l’industrie à travers plusieurs actions. Il propose notamment un outil à destination des collégiens pour qu’ils deviennent, à l’occasion de leur stage de découverte professionnelle, des ambassadeurs des métiers de l’industrie auprès de leurs camarades et parents.
Cette année, le travail se poursuit avec une action à destination des professeurs principaux de troisième, en partenariat avec l’UIMM.

Enjeux de la formation

Le bassin Nord Franche-Comté est marqué par un emploi très industriel, offrant de belles perspectives à tous les niveaux de qualification. Les besoins en recrutement sont réels dans plusieurs domaines. Pour autant, certaines formations correspondantes attirent peu. Les représentations (des élèves, des familles…) sur les métiers de l’industrie peuvent dissuader des orientations pourtant prometteuses.

Les professeurs principaux de troisième sont des acteurs majeurs de l’accompagnement des élèves dans le processus d’orientation. Ils interviennent à un moment où les choix de filière d’orientation peuvent s’avérer déterminants. Il importe que leurs conseils reposent sur une vision réaliste, actualisée, des métiers de l’industrie.

Une formation a donc été mise en place par le CLEE, avec le soutien de la DIFOR du rectorat et en partenariat avec l’UIMM, avec pour objectif de former les quelques 180 professeurs principaux de troisième sur deux années.

Programme de la journée

Conférence "L’état de l’emploi industriel en Nord Franche-Comté"

Une formation pour valoriser les métiers de l'industrie
Laurent Pernin, directeur formation emploi de l’UIMM a pu exposer les métiers en tension (maintenance, usinage, etc…) et les métiers en mutation (par la mutation numérique notamment). Si globalement le nombre d’emploi industriel a légèrement baissé ces dernières années, les recrutements restent très forts à tous les niveaux d’étude notamment pour des questions démographiques.

Conférence "Analyse du territoire industriel, éléments de prospective"

Gilles Detrie, directeur de la Banque de France de Belfort, a confirmé le dynamisme de l’industrie dans le Nord Franche-Comté, avec notamment la plus forte hausse du chiffre d’affaire de la région Bourgogne Franche-Comté (+ 9.1 % en 2017). Il a insisté sur les très bonnes prévisions des industriels du secteur pour l’année 2019, notamment à l’exportation. Sans éluder quelques éléments d’incertitude (liés au Brexit, au climat social, etc…), il a souligné aussi le haut niveau d’investissement des entreprises industrielles, signe d’une confiance certaine.

Table ronde

Cinq personnes (un lycéen en bac professionnel en usinage, deux techniciens de maintenance récemment sortis de formation, une responsable qualité, un directeur d’entreprise) sont venus témoigner de leur parcours de formation et de leur plein épanouissement dans le monde de l’industrie. Les possibilités d’évolution de carrière ont été particulièrement mis en évidence.

Présentation d’outils à destination des personnels pour l’accompagnement des élèves

Une formation pour valoriser les métiers de l'industrie Emmanuelle Robbe, de l’ONISEP a présenté les outils spécifiques de découverte des métiers de l’entreprise. Hervé Perrin a montré quant à lui l’apport d’un campus des métiers et qualifications pour aider les enseignants dans leur accompagnement à l’orientation. Enfin, le CLEE a rappelé les outils qu’il proposait, notamment le dispositif "ambassadeurs de l’industrie".

Visite d’entreprises industrielles

L’après-midi, les stagiaires ont été accueillis dans quatre entreprises du secteur (Psa Sochaux, Selectarc Grandvillars, Mpm Grandvillars, Flex N’Gate Audincourt). Les visiteurs ont pu y découvrir en situation les conditions de travail, la diversité des postes et des métiers.

Les comités locaux école-entreprise

Contacts

25
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la sécurité et de la prévention
Les Huisselets - Montbéliard
Informations complètes

Pierre Filet, proviseur du lycée professionnel Les Huisselets, copilote CLEE
Bernard Gaulier, copilote CLEE

 
mardi 29 janvier 2019

Deuxième séminaire académique "Devoirs faits"

Le deuxième séminaire académique "Devoirs faits", "Pour un accompagnement pédagogique différencié" a eu lieu le 22 janvier à l’amphithéâtre du lycée Pergaud de Besançon.

L’académie de Besançon a organisé son second séminaire académique "Devoirs faits". Cette année, la thématique s’attache à l’accompagnement pédagogique différencié. Le recteur Jean-François Chanet a ouvert cette journée dédiée au dispositif "Devoirs faits" mis en place depuis novembre 2017.

Il s’agit d’un séminaire pédagogique à destination des enseignants (une soixantaine), CPE (une trentaine) et AED (une quarantaine) impliqués dans le dispositif (collèges et LP). Ces personnes ont été inscrites par leurs chefs d’établissement sur la base du volontariat. Une vingtaine de chefs d’établissement ont également demandé à être présents. 180 personnes étaient présentes dont 14 intervenants.

L’an dernier, le séminaire du 4 avril était un point d’étape sur le dispositif à destination des chefs d’établissement et des référents "devoirs faits", point d’étape organisationnel dans l’établissement et dans la classe.

Programme de la matinée

Deuxième séminaire académique "Devoirs faits"
Le travail personnel de l’élève dans et hors la classe : Rémy Hervé, IA-IPR de physique-chimie
Objectifs :
- découvrir - explorer (rendre l’esprit ouvert) pour préparer l’entrée en mémoire
- mémoriser - automatiser pour rendre les apprentissages complexes possibles
- s’approprier / consolider pour transformer le vécu en apprentissage
Le travail personnel va permettre d’aller vers la réussite des apprentissages.

Les outils numériques à mobiliser : Guillaume Bonzoms, adjoint à la DANE et Matthieu Pretot, chargé de mission à la DANE
Diaporama et ressources

"Devoirs faits et apprentissages", table ronde animée par Anne Mansuy, enseignante et formatrice dans l’académie de Besançon.
Deux grands sujets :
- apects de cadrage du dispositif
- pratiques des intervenants pour soutenir et développer les apprentissages des élèves

Temps d’échange avec la salle en présence de :
- Nassera Bouyarden, enseignante d’espagnol et coordinatrice REP au collège Anatole France à Bethoncourt : engagement des élèves, marge d’autonomie dans le cadre de "Devoirs faits" ?

- Émilie Duhem, enseignante de mathématiques au collège André Masson à Saint-Loup-sur-Semouse : comment accompagner les élèves ? / Quel regard va porter l’enseignant par rapport à sa matière, et quel apport ensuite dans la classe ?

- Jacob Labeth, principal du collège Saint Exupéry à Beaucourt : quelle différence peut-il y avoir pour un enseignant d’accompagner ses élèves et de préparer son cours ? Évaluation au sein de l’établissement ?

- Loïc Martin, IEN 1er degré Besançon 2, doyen des inspecteurs du premier degré : qu’attend-on des enseignants à l’école et au collège ? / Comment donner à voir à l’élève ? /

- Almir Merdzi, AED au lycée Germaine Tillion à Montbéliard : quelles pratiques pour les intervenants ? Comment en tant qu’AED je suis perçu par les élèves ? / L’évaluation et la mesure des progrès ?

- Christine Tourneux, membre de l’association partenaire de l’école, Pari : lien dans et hors la classe ?

Programme de l’après-midi

Deuxième séminaire académique "Devoirs faits"
État des pratiques de différenciation et d’accompagnement pédagogique - Bilan de la mise en place du dispositif - Brigitte Hazard, inspectrice générale de l’éducation nationale - "Il est indispensable d’inscrire la mesure devoirs faits dans une réflexion plus globale sur le travail personnel de l’élève pour assurer sa pertinence et son efficacité, et ne pas en faire un dispositif qui s’ajouterait à d’autres…".

Le travail personnel de l’élève dans et hors la classe - Olivier Rey, ingénieur de recherche à l’ENS de Lyon - Institut français de l’éducation :
- un enjeu de continuité éducative
- penser l’articulation des différents temps d’apprentissage
- favoriser l’appropriation
- favoriser la continuité didactique
- méthodologie contre savoirs
- favoriser la discussion professionnelle.

Clôture du séminaire par Mahdi Tamène, IA-DASEN du Jura et pilote académique du dispositif. L’IA-DASEN a remercié les différents intervenants pour la pertinence de leurs interventions et indique que les réflexions vont se poursuivre. Mahdi Tamène souligne trois points essentiels à retenir :
- "Devoirs faits" est un acte pédagogique, un acte de justice scolaire
- "Devoirs faits" est au milieu de la boucle pédagogique : un trait d’union au sein des communautés scolaires
- La réussite scolaire, c’est relier les connaissances, faire des ponts et donner du sens aux apprentissages.

En savoir plus - MENJ

 
lundi 10 décembre 2018

Résultats des élections professionnelles 2018 dans l’académie

Ce soir, jeudi 6 décembre 2018 a eu lieu le dépouillement des élections professionnelles dans l’académie de Besançon (période de vote du 29 novembre au 6 décembre 2018).

Le scrutin a été organisé, au plan national, sous la forme du vote électronique, pour la troisième fois : 27 instances académiques et départementales sont renouvelées (comité technique académique, commissions administratives paritaires, etc.).
En ce qui concerne le comité technique académique, pour lequel l’ensemble des personnels a été appelé a voté le taux de participation s’établit à 47,62 %, en hausse de 0,83 point par rapport au scrutin de 2014.

À ce scrutin, la répartition des votes est la suivante :
- Fsu engagé.e.s au quotidien : 40,66 %
- Unsa éducation : 28,57 %
- Sgen-Cfdt de Franche-Comté Votre voix, notre action : 11, 72 %
- Force ouvrière Fnec Fp : 6,66 %
- Snalc, Sne, Splen-Sup affiliés à la Csen : 6,32 %
- Union Sud-Cgt : 5,33 %
- Action et démocratie Cfe-Cgc : 0,74 %.

Élections professionnelles 2018
Résultats - MENJ

 
lundi 3 décembre 2018

Mahdi Tamene, nouvel IA-DASEN du Jura

Lundi 3 décembre, Mahdi Tamene remplace Léon Folk comme IA-DASEN du Jura. Il aura en charge, comme son prédécesseur, le pilotage académique du dossier "devoirs faits".

Diplômé en communication et en sciences de l’éducation, Mahdi Tamène devient titulaire du concours de conseiller principal d’éducation en 1996 dans l’académie de Dijon. Il occupera un poste de CPE jusqu’en 2000 tout en poursuivant des études en Sciences de l’éducation.

Mahdi Tamene, nouvel <abbr title="Inspecteur académique, directeur académique des services de l'Éducation nationale">IA-DASEN</abbr> du JuraConseiller en ingénierie de formation au rectorat de Dijon, de 2000 à 2003, il obtient, en juin 2002 à l’Université de Bourgogne, un master en Sciences de l’éducation. Il valide par ailleurs le concours de personnels de direction en 2003 et devient principal adjoint du collège Christiane Perceret de Semur-en-Auxois de 2003 à 2006, puis proviseur du lycée des métiers de la Céramique Henry Moisand de Longchamp, toujours dans l’académie de Dijon, de 2006 à 2009.

En parallèle, Mahdi Tamene est animateur de bassin de 2004 à 2006 puis formateur pour l’Éducation nationale, de 2005 à 2009 :
- formateur IUFM pour les conseillers principaux d’éducation stagiaires, - formateur-tuteur pour les personnels de direction stagiaires
- formateur Réseau vie scolaire pour les assistants d’éducation.

De 2009 à 2011, il devient proviseur du lycée international français de Sydney (Lycée Condorcet) en Australie avant de retrouver le territoire national : proviseur à Montluçon dans l’académie de Clermont-Ferrand, de 2011 à 2015, puis IA-DASEN adjoint de Seine-Maritime, dans l’académie de Rouen depuis 2015.

Le 3 décembre 2018, Mahdi Tamene il succède donc à Léon Folk, en tant qu’IA-DASEN du Jura.

Nous lui souhaitons la bienvenue dans l’académie !

 
vendredi 23 novembre 2018

Conférence internationale Métacognition et confiance en soi

Le 28 novembre 2018 au lycée Louis-le-Grand à Paris.

La métacognition recouvre l’ensemble des processus, des pratiques, croyances et connaissances qui permettent à chaque individu de contrôler et d’évaluer ses propres activités cognitives, c’est-à-dire de les réguler. Les capacités métacognitives de contrôle et d’auto-évaluation y sont étroitement liées.

L’attention est indispensable pour comprendre l’objectif à atteindre et rester concentré sur lui ; le niveau d’effort engagé et la capacité à surmonter les obstacles dépendent de la motivation à effectuer la tâche. La motivation dépend de la confiance de réussir dans l’apprentissage ou la tâche. L’évaluation réaliste par l’élève de la difficulté de la tâche et du travail effectué, détermine l’efficacité de l’apprentissage et le choix de stratégies alternatives. La fiabilité de cette auto-régulation dépend de l’expérience acquise sur des tâches similaires. Mais d’autres facteurs peuvent favoriser ou biaiser l’autorégulation, comme la représentation que l’élève a d’elle/lui-même et de son intelligence, et sa compréhension du rôle constructif de l’erreur dans l’apprentissage.

Cette conférence réfléchira sur l’impact de ces diverses composantes de la métacognition sur la réussite scolaire des élèves. Elle examinera les pratiques éducatives susceptibles de répondre aux interrogations suivantes :

- comment rendre les élèves responsables de leur propre attention et les aider à identifier un levier qu’ils puissent mobiliser ?
- comment présenter aux élèves les buts d’apprentissage d’une manière qui favorise leur engagement actif ?
- faut-il signaler aux élèves leurs éventuelles erreurs de performance, et comment le faire ?
- quels sont les outils et les pratiques permettant d’améliorer l’auto-régulation des élèves ?
- comment combattre l’effet des stéréotypes sociaux sur l’appropriation des tâches scolaires ?

En savoir plus

 
mardi 6 novembre 2018

Séminaire académique "climat scolaire" - expérimentation "Soutien au comportement positif"

Mercredi 10 octobre 2018, à la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement (MSHE) Claude-Nicolas Ledoux à Besançon s’est tenue une journée académique "climat scolaire".

Séminaire académique "climat scolaire" - expérimentation "Soutien au comportement positif" L’enjeu de cette journée était de permettre aux acteurs de terrain (enseignants, inspecteurs, associations partenaires de l’école, PARDIE, chefs d’établissements et directeurs d’écoles, chargées de mission climat scolaire) de pouvoir se rencontrer, échanger et partager leurs expériences sur la mise en place d’une démarche d’amélioration du climat scolaire.

Démarche systémique qui s’articule autour des sept facteurs clés d’amélioration du climat scolaire et plus précisément du bien être à l’école pour les élèves et les membres des communautés éducatives.

La valorisation des actions, la communication autour des projets impulsés et menés au sein de l’académie de Besançon sur cette thématique ont ponctué le temps de l’après-midi (sous forme d’ateliers forum). Ce travail de recensement des actions et projets menés dans les structures ont constitué la base d’un livret de synthèse.

Livret de synthèse
Rapport de recherche intermédiaire

Interventions, conférence et témoignages

Quelques mots clés : coopération de l’ensemble des acteurs, persévérance scolaire, gestion des conflits dans et hors la classe, nécessaire accompagnement dans l’évolution des pratiques professionnelles et leur accompagnement ont nourri les échanges tout au long de la journée.

La journée a été introduite par Marie-Laure Jeannin, secrétaire générale de l’académie qui a rappelé et développé les priorités académiques autour de cet enjeu d’amélioration ou de maintien d’un climat scolaire apaisé, pour la réussite et la qualité de vie des élèves mais aussi de l’ensemble des personnels.

Séminaire académique "climat scolaire" - expérimentation "Soutien au comportement positif" La présence de Cécile Cuvelliez Laloux, inspectrice de l’éducation nationale, membre de la mission ministérielle de lutte et de prévention des violences en milieu scolaire, et son intervention sur la nécessaire articulation entre apprentissages et climat scolaire a été particulièrement appréciée par l’ensemble des participants.

La conférence qui a suivi, proposée par Violaine Kubiszewski, maitre de conférences en psychologie à l’université de Besançon a apporté un éclairage scientifique et pragmatique sur le déploiement de l’expérimentation menée au sein de l’académie.

Le temps de l’après-midi a été ponctué par le témoignage de deux chefs d’établissements de l’académie qui ont impulsé au sein de leur structure une démarche globale d’amélioration du climat scolaire. L’un pour la mise en place d’une réflexion sur un projet d’engagement des élèves "élèves sentinelles" sur la thématique de la prévention des violences et du harcèlement. Le second sur les freins et leviers pour impulser dans un établissement une démarche et particulièrement sur l’expérimentation soutien au comportement positif.

Le nécessaire travail de coopération et de formation au sein des réseaux d’écoles et d’établissements engagés dans une démarche d’amélioration du climat scolaire a été abordé à plusieurs reprises avec les acteurs de l’éducation nationale présents et s’inscrit complétement dans la logique de la Maison universitaire de l’éducation (MUE).

Rubrique "Climat scolaire" - académie de Besançon
Ressources - Padlet

Contact

Cellule vie scolaire du rectorat
Tél. : 03 81 65 74 05
Proviseur vie scolaire

 
jeudi 18 octobre 2018

Salon des actions relation école-entreprise

Le premier "Salon des actions Relation école-entreprise" organisé par la DAFPIC s’est tenu ce mardi 16 octobre au collège Voltaire à Besançon.

Salon des actions relation école-entreprise au collège Voltaire Ce salon, inscrit au plan académique de formation, s’adressait à une soixantaine d’enseignants de collèges et de lycées et des personnels de direction et avait pour objectif de présenter le plus large éventail possible de projets pédagogiques existants en lien avec le monde de l’économie. Ces actions s’inscrivent dans le cadre du parcours Avenir et permettent une véritable démarche de découverte des métiers, du monde de l’entreprise et de l’entrepreneuriat. Elles sont notamment destinées à accompagner les jeunes à construire leur parcours professionnel. Cette journée répondait à une demande exprimée par des partenaires et des enseignants de l’académie.

Partenaires impliqués

- des organismes de différentes branches professionnelles comme la plasturgie (Allizé Plasturgie), le transport et la logistique (Aft), l’hôtellerie-restauration (Fafih), le bâtiment (Ffb) et la métallurgie (UIMM)
- des associations (Académie François Bourdon, Entreprendre pour apprendre, 100 000 entrepreneurs, les Entrepreneuriales, L’Esper)
- des entreprises ou institutions liées par une convention académique (EDF et Banque de France)
- les animateurs des cinq comités locaux école-entreprise de l’académie
- les directeurs des trois campus des métiers et des qualifications de l’académie.

Salon des actions relation école-entreprise au collège Voltaire Ce salon, organisé sous la forme de deux demies journées identiques, était construit autour de trois temps forts :
- une présentation rapide sur scène de chacun des partenaires
- une visite de stands des partenaires par les personnels de l’éducation nationale stagiaires
- des ateliers pratiques en salle de classe avec des élèves de troisième de l’établissement.

Le salon a été introduit par Isabelle Lecomte, principale du collège Voltaire et Jean-François Chanet, recteur de l’académie. Dans son discours, la nécessité de valoriser la voie professionnelle afin de faire face à la réalité de l’orientation subie a été rappelée. Il a précisé qu’une remédiation incontestable était nécessaire et a souligné que ces projets pédagogiques menés en lien avec le monde économique étaient une véritable ouverture à la culture et qu’ils participaient à la construction des compétences et savoir-être attendus dans notre société. Ainsi, l’implication des entreprises dans la formation des citoyens en devenir est attendue.

Contact

Séverine Fusaro, chargée de mission école-entreprise - DAFPIC
Tél. : 03 81 65 74 41
Courriel

 
jeudi 11 octobre 2018

Le bilinguisme turc-français : un atout pour la réussite scolaire

Mercredi 3 octobre, dans les locaux de La Fraternelle à Saint-Claude, symboliques de l’histoire locale et conservatoire de celle des migrations, l’inspecteur d’académie du Jura, Léon Folk a ouvert ce premier séminaire interdegré et intercatégoriel.

"Le bilinguisme turc-français : un atout pour la réussite scolaire. Co-éducation et collaboration école-famille" Cette journée d’étude réunissait une centaine de personnes, des représentants de tous les métiers de l’académie, des équipes d’écoles, des délégués des CASNAV de Grenoble, Nancy et Dijon, des partenaires associatifs et institutionnels ainsi que des universitaires venus de Lyon, Paris ou Genève... Léon Folk a rappelé à cette occasion combien son propre parcours professionnel avait été marqué par l’intérêt qu’il y a à construire des ponts entre les langues premières des élèves et la langue française garante de la réussite, et appelé de ses vœux une école plus ouverte au plurilinguisme.

La journée d’étude était co-organisée par les laboratoires Crit et C3s de l’université de Franche-Comté (Nathalie Thamin et Annie Lasne), l’ESPE (Ann-Birte Kruger) et le CASNAV, avec le soutien de la FREduc et de la DIFOR, dans le cadre d’un projet de recherche-action en cours portant sur les relations des familles migrantes à l’institution scolaire et la formation des enseignants aux contextes plurilingues.

"Le bilinguisme turc-français : un atout pour la réussite scolaire. Co-éducation et collaboration école-famille" Le programme a permis à des universitaires de Strasbourg, Besançon et Rouen ainsi qu’aux trois professeurs de langue vivante turque de l’académie de Besançon de présenter à tous des avancées tangibles quand l’expérience des équipes et la recherche sont alliées. La journée a suscité l’intérêt d’un public faisant preuve d’une grande qualité d’attention : il a pu débattre avec les intervenants des conditions langagières d’un parcours de réussite pour des enfants d’abord locuteurs du turc puis du français acquis ensuite à l’école de la République. L’ensemble du parcours de l’élève bilingue a été envisagé, de la maternelle au baccalauréat, ainsi que la relation centrale avec les familles. Dans ce cadre, le choix du turc langue vivante de scolarisation au collège (Territoire de Belfort) et au lycée (Saint-Claude) a pu être approché en tant que levier de réussite attesté par les études dans une région, la France-Comté qui est la seconde de France après l’Alsace à scolariser en nombre des enfants pour lesquels la langue turque est langue familiale.

"Le bilinguisme turc-français : un atout pour la réussite scolaire. Co-éducation et collaboration école-famille" L’inspecteur de la circonscription de Saint-Claude, Olivier Maucourant a rappelé, outre les avantages cognitifs du bilinguisme, le travail de collaboration et de formation engagé par les équipes locales depuis une dizaine d’années sur la question du bilinguisme des enfants turcophones notamment avec le concours de Chantal Piroux, conseillère pédagogique et de Maud Güzel, coordonnatrice REP. Maryse Adam-Maillet, responsable du CASNAV a clos la journée en insistant sur les potentialités d’excellence académique offertes par le bilinguisme turc-français quand il est soutenu par la communauté éducative.

Programme
Bibliographie de la journée d’étude

Contact

CASNAV de Besançon
Courriel


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon