R

Accueil > DSDEN > Actualités > L’EREA Fournier médaille d’or en aviron indoor !

Rubrique Actualités

jeudi 14 février 2019

L’EREA Fournier médaille d’or en aviron indoor !

Des élèves de l’EREA Alain Fournier de Besançon ont disputé à Paris les championnats de France UNSS d’aviron indoor le vendredi 8 février.

L'EREA Fournier médaille d'or en aviron indoor ! Deux équipes étaient engagées dans cette compétition UNSS dans la catégorie sport partagé. L’équipe collège termine 6e et l’équipe lycée remporte la médaille d’or. Une grande performance et une belle aventure pour ces élèves qui pour la majorité se déplaçaient pour la première fois à Paris. L’activité indoor est une activité phare au sein de l’EREA, puisqu’elle est pratiquée dans le cadre de l’EPS de l’internat éducatif ainsi que de l’association sportive (sans oublier la journée de solidarité en faveur du téléthon). Entraide, sens de l’effort et le dépassement de soi sont les valeurs bénéfiques pour ces élèves en proie à de grandes difficultés scolaires.

Contact

25
ÉREA
Alain Fournier - Besançon
Informations complètes

 
lundi 11 février 2019

Devoir de mémoire pour les élèves de l’école de la Butte

Les élèves de CM1 et CM2 de l’école de la Butte de Besançon sont allés voir l’exposition "Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui" présentée dans les anciennes cuisines de l’hôpital Saint-Jacques.

Avant la visite

Cette visite a été précédée d’une préparation pendant laquelle Amandine Lamblin, professeur des écoles, a fait le point avec les élèves : que savaient-ils d’Anne Frank ? Connaissaient-ils sa destinée ainsi que celle des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale ? L’enseignante a apporté des éléments sur le contexte historique. Elle a alors demandé aux élèves ce que pouvait vivre une personne devant se cacher. Ensuite, une courte vidéo leur a permis de découvrir l’annexe sous la forme d’une visite virtuelle. La lecture de quelques passages du journal d’Anne Frank par l’enseignante a été l’occasion de faire réagir les élèves sur le ton d’abord très descriptif de l’ouvrage puis plus introspectif à la fin.

La visite

"Anne Frank, une histoire d'aujourd'hui" La visite s’est déroulée le matin en deux demi-groupes sur une durée totale de 1 h 30 (panneaux commentés par les guides et un film sur la vie d’Anne Frank). Les élèves se sont logiquement identifiés à Anne de par la proximité d’âge. Les guides se sont adaptés au niveau des élèves. Ils ont également construit leur discours en fonction du travail préparatoire mené. Les élèves étaient actifs grâce aux sollicitations des guides qui leur demandaient parfois de lire des extraits d’un panneau. Attentifs à l’histoire de la vie d’Anne et des siens, mais aussi à celle de millions de personnes dans le contexte des années 1930 puis de la seconde guerre mondiale, les élèves ont aussi été sensibles aux messages transmis par l’exposition, articulés autour des valeurs civiques.

Après la visite

De retour de la visite, l’enseignante a sollicité les élèves sur leur ressenti et répondu à quelques questions. Elle a présenté ensuite le travail à réaliser, à savoir, rédiger un compte-rendu à l’aide d’un questionnaire-guide.
Les élèves ont pris connaissance individuellement du questionnaire suivi d’un court temps de réflexion personnelle. Puis pendant une heure, par groupes de deux ou trois, ils ont rédigé leur compte rendu. L’enseignante circulait entre les groupes pour répondre à leurs questions.
L’ensemble des travaux a été collecté puis corrigé par l’enseignante. Lors de la séance suivante, Amandine Lamblin est revenue durant quelques minutes sur certaines erreurs ou confusions récurrentes, et sur la chronologie de la vie d’Anne entre l’Allemagne et les Pays-Bas. Les élèves ont alors repris leur texte annoté par l’enseignante et réécrit les passages qui étaient à préciser ou à corriger.

Compte-rendu du travail effectué par les élèves

Beaucoup d’élèves ont été frappés par le fait que Anne ne se confiait pas à son entourage mais qu’elle analysait très finement les relations entre les personnes de l’Annexe ainsi que la situation extérieure.

"Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui"

 
mercredi 6 février 2019

Préparer les Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 : une mobilisation collective !

Rassembler les élèves autour des pratiques sportives hivernales dans le cadre des futurs Jeux olympiques de la jeunesse qui se dérouleront en janvier 2020 dans le Jura.

La Transjeune pour toutes les écoles et établissements scolaires de l’académie le mercredi 23 janvier 2019

2 600 participants élèves sur les traces des champions de ski, en présence de Nathalie Costantini, directrice nationale de l’UNSS !

La Transjeune est une compétition émanant d’une collaboration entre l’éducation nationale et la fédération française de ski et le comité régional depuis plusieurs années, ancrant cet évènement dans l’histoire culturelle et sportive du territoire du massif jurassien. Enfants et adolescents ont devancé les adultes qui participeront à la Transjurasienne les 8 et 9 février prochains. Des parcours de course (départ : collège du Rochat des Rousses) ont ponctué la journée à tous les niveaux d’âge.

La Transjeune, un événement et une alliance

Préparer les Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 : une mobilisation collective ! La Transjeune :
- apparaît comme un événement sportif important à destination des jeunes, mobilisateur des forces du monde fédéral, de l’éducation nationale, des collectivités territoriales et partenaires institutionnels : une alliance.
- anticipe, chaque année, l’édition de la compétition internationale la Transjurassienne (un ancrage territorial et une participation des jeunes élèves et sportifs à un évènement dédié)
- émane d’une construction et d’une collaboration entre l’éducation nationale (UNSS) et la fédération, à travers la Trans’Organisation et son président (une communauté d’adultes encadrants, fédérés autour d’un projet construit et négocié, depuis plusieurs années)
- donne lieu à un évènement sportif, qualifiant aux championnats de France (c’est le championnat d’académie UNSS) à travers deux épreuves (l’épreuve de la Transjeune : épreuve de vitesse et de performance adaptée à chaque niveau d’âge allant de deux à six kilomètres - Le "skier-cross" : parcours chronométré). S’engager dans la compétition en tant que pratiquant mais également représentant de son établissement scolaire, en toute loyauté.
- est fondée également sur des démarches respectueuses de l’environnement : les tracés des courses donnent toujours lieu à des échanges en matière de protection de la nature. Une éducation, à travers la pratique sportive des conditions de protection de l’environnement
- permet pour tous les participants la découverte de la pratique (espaces ludiques et partenaires industriels), il s’agit d’un outil d’accessibilité pour les plus jeunes ou simples pratiquants, sans but purement compétitif
- donne l’occasion de qualifier de jeunes officiels : pratiquer et s’engager.

Dans la continuité de la Transjeune, des rencontres sont organisées au niveau des départements et destinées au plus grand nombre.

Une "journée blanche" au Pré-Poncet le mercredi 6 février 2019

Préparer les Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 : une mobilisation collective ! Toutes les associations sportives des collèges et des lycées du Doubs sont concernées. Il s’agit d’une journée de promotion :
- "découverte-environnement" en raquettes en collaboration avec l’Office national des forêts
- initiation technique au ski nordique skating/alternatif, avec prise en charge de
groupes de néo-skieurs (initiation technique…) avec les étudiants U-Sport de
Besançon
- atelier Learn-O, orientation : approche sportive et initiation (jeux
orientés dans l’espace, ludiques et sportifs tout électronique (jeux sur le
ski, le biathlon et un jeu en corrélation avec l’Office national des forêts, sur les traces des animaux de la montagne…) à pied, à ski, en raquette, chronométré ou non...
- ateliers ludiques sur le stade de jeux (slalom, descente, saut, creux –bosses,
descente snowtubing, speeders, board slide …).
- initiation au biathlon, au saut à ski
- sensibilisation sport partagé avec atelier(s) spécifique(s) ; appui de la section sportive scolaire sport partagé
- courses non qualifiantes en fonction des âges et des niveaux.

2 000 collégiennes et collégiens à la "rando blanche" organisée à Morbier-Les Marais le mercredi 6 février 2019

Préparer les Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 : une mobilisation collective ! Toujours dans le cadre de la Semaine olympique et paralympique, la randonnée blanche sera organisée dans le Jura et dans le Doubs : ces deux journées rassembleront environ qui seront initiés aux différentes pratiques de ski nordique. Toutes les associations sportives des collèges et lycées du Jura sont concernées. Il s’agit d’une journée de promotion plutôt destinée aux élèves débutants, avec pour activités :
- randonnée en ski nordique, au départ du Glacier, de la Combette ou des Marais
- randonnée en raquettes, au départ du Glacier, de la Combette ou des Marais
- découverte de l’environnement et de sa protection.

Objectifs ciblés dans le cadre de la Semaine olympique et paralympique

- sensibiliser les élèves et étudiants aux valeurs de l’olympisme et paralympisme à travers les pratiques sportives nordiques et disciplines associées
- utiliser le sport comme outil pédagogique
- découvrir avec les élèves et les étudiants les disciplines nordiques olympiques et paralympiques
- changer le regard des jeunes sur le handicap et amener les jeunes à la pratique
- éveiller les jeunes à l’engagement bénévole.

Contacts

UNSS Service régional de Franche-Comté
Jean Marie Vernet, directeur
Tél. : 03 81 65 74 34
Courriel
Catherine Dodane IA-IPR d’EPS
Courriel

 
mardi 29 janvier 2019

On ne naît pas lecteur, on le devient !

Dans le cadre de la priorité donnée à la maîtrise des savoirs fondamentaux, le ministère entend renforcer la place du livre à l’école, en prenant notamment appui sur les actions qui marchent : le programme "Lire et faire lire" en fait partie !

Rencontres aux écoles Henri Fertet et à l’école Bourgogne qui ont intégré le dispositif dans leurs projets depuis plusieurs années

On ne naît pas lecteur, on le devient ! En tant que bénévoles pour l’association "Lire et faire lire", Anne et Anne-Marie, toutes deux retraitées, se rendent chaque semaine dans les écoles Henri Fertet à Besançon, sur le temps de la pause méridienne, pour faire la lecture à de petits groupes d’enfants (au quotidien à l’école maternelle et une fois par semaine en élémentaire). Vendredi 18 janvier, c’est devant un auditoire un peu particulier qu’elles ont conté les histoires. Regroupés autour de leur lectrice respective, les enfants, tellement captivés par le récit, les images, les mots qui se lient et les pages qui se tournent, ont à peine été distraits par l’arrivée de nombreux visiteurs : le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet et l’inspecteur d’académie du Doubs, Jean-Marie Renault, certains de leurs collaborateurs et plusieurs partenaires (parents d’élèves, élu, représentants de la ville et d’associations), avaient en effet investi la salle.

À l’école Bourgogne, d’autres bénévoles de l’association "Lire et faire lire" interviennent chaque semaine dans les classes. Ce même jour, ils avaient été invités à s’associer à la fête de la lecture organisée pour la seconde année consécutive par l’équipe pédagogique. La manifestation destinée aux élèves et à leurs parents s’est déclinée autour de trois thématiques :
- la médiathèque Nelson Mandela et l’équipe pédagogique de l’école se sont mobilisés sur le thème "Fées et dragons"
- sur le parcours "des histoires en langues étrangères", des animateurs de la maison de l’Europe ainsi que des parents d’élèves et des enseignants d’origine étrangère se sont relayés pour la lecture d’un conte en langue allemande
- l’association "Lire et faire lire" a quant à elle choisi des ouvrages de littérature de jeunesse sur le thème du "vivre ensemble", un parcours sur lequel enseignants et parents d’élèves sont également intervenus.

Au total dix huit animations étaient proposées.

La lecture, clé de la réussite

À l’heure des écrans, du numérique, de telles initiatives peuvent-elles suffire à favoriser le goût de la lecture ? Elles y contribuent assurément. Lors des échanges qui ont suivi les séances de lecture, force est de constater que, de l’avis de tous, ces temps réservés à une lecture choisie et de loisirs constitue une plus-value pour les apprentissages, pour l’acquisition d’un capital culturel, pour le développement intellectuel et émotionnel.

On ne naît pas lecteur, on le devient ! Les témoignages sont là et des plus encourageants ! Ceux de parents, d’enseignants, d’intervenants de l’association :
- "c’est une autre approche de la lecture, une autre manière d’apprendre",
- "les enfants prennent l’habitude de l’écoute et de l’attention, des compétences utiles pour apprendre à s’entr’écouter",
- "des retrouvailles privilégiées très attendues des enfants",
- "c’est dans la continuité de la classe, de la bibliothèque de quartier, de la lecture à la maison".

Émeline Douard, directrice de l’école maternelle Henri Fertet précise : "l’un des objectifs de l’action s’inscrit dans les priorités du ministère relatives au développement de la lecture et de la maîtrise de la langue française" : en effet, le programme "Lire et faire lire" s’inscrit dans la campagne nationale "Ensemble pour un pays de lecteurs" initiée par le ministère de l’Éducation nationale en lien avec le ministère de la Culture. Il s’agit d’une campagne de mobilisation reconduite cette année en faveur du livre et de la lecture pour susciter l’envie de lire chez les enfants et les jeunes et les engager dans une posture de lecteurs. Elle est l’un des leviers de la politique engagée en faveur de l’égalité des chances. "La bonne maîtrise des savoirs fondamentaux [dont la maîtrise de la langue] est la condition d’une scolarité réussie et de la formation d’un citoyen libre et responsable".

Le programme "Lire et faire lire"

Dans le Doubs, environ 600 enfants bénéficient du programme Lire et faire lire conduit dans le département par La ligue de l’enseignement et l’Union départementale des associations familiales dans une démarche de rencontre intergénérationnelle. Le principe de la charte ? Des bénévoles de 50 ans et plus, disponibles, offrent de leur temps libre pour lire des histoires aux enfants, pour, dès le plus jeune âge, leur donner l’appétence pour la lecture, la curiosité de l’écrit, et les familiariser avec le livre.

Tous les genres de lecture sont abordés, des albums bien sûr, surtout avec les tout-petits, du théâtre, de la poésie aussi, "dans un rapport intimiste, très chaleureux, avec des enfants attentifs, sensibles et dans une réciprocité capable de restituer jusqu’au bout le fil du récit. En apesanteur !", témoigne Anne Blanc, qui, comme les quatre autre bénévoles, apprécie ces moments de partage avec les enfants de l’école Fertet. Et pour cause, elle y intervient depuis plus de dix ans !

L’intention du ministère, dans ses campagnes de mobilisation autour de la lecture, est d’ "augmenter le nombre d’écoles s’engageant dans le projet proposé par l’association "Lire et faire lire" et accueillir au mieux les représentants de l’association et des bénévoles" ainsi que d’informer, sensibiliser et associer les parents à l’opération. Le ministère travaille avec l’association à la formation des nouveaux bénévoles. La demande peut être forte et même, comme à l’école Fertet, émaner d’une élève allophone.

"La seule manière de pérenniser l’acquis scolaire des enfants, c’est de leur donner du plaisir devant un livre" - Alexandre Jardin cofondateur en 1999 de l’association "Lire et faire lire".

Tout savoir sur le dispositif "Lire et faire lire" dans l’académie

 
vendredi 21 décembre 2018

Vous avez dit "voie 9¾" ?

Pour le savoir, rendez vous, vous aussi, à l’école d’Arènes à Besançon, voie 9¾ ! Ambiance insolite garantie !

Promotion Poudlard !

Vous avez dit "voie 9¾" ? Tout a commencé par une idée de Mathilde Martin, professeure des écoles en charge de la classe à double niveau CE1 et CE2. D’abord un billet pour le Poudlard Express que les élèves ont reçu au mois d’août. Puis leur départ le 3 septembre dernier pour l’école de magie et de sorcellerie de Poudlard où ils ont été acceptés à la rentrée !

Vous l’avez sans doute compris ! "Depuis la rentrée, les élèves évoluent dans la magie de Harry Potter", explique l’enseignante qui, durant l’été, a planté le décor de son projet pédagogique !

La série Poudlard en stop motion

De la voie 9¾, les élèves ont donc "franchi le mur" ! Mais la voie 9¾, c’est aussi le titre d’un des six films de la série d’animation réalisée par la classe. Un projet numérique dans lequel l’enseignante s’est engagée pour enrichir son projet de "classe Harry Potter".

Vous avez dit "voie 9¾" ? Comment s’y prendre ? Les sujets étaient libres. Il a fallu écrire les scénarii et monter les décors pour la mise en scène, prendre les photographies pour la réalisation des films selon le mode stop motion puis enregistrer les dialogues. Le tout sur plusieurs séances occasionnant pour les élèves des situations d’apprentissages de la langue, écrite et orale, dans les arts visuels et l’utilisation des outils numériques.

Dernière séance d’enregistrement jeudi 6 décembre. Éric Gris-Perez, enseignant référent pour les usages du numérique (ERUN) pour les écoles de la circonscription de Besançon 7 et qui a apporté son précieux concours, s’est converti une nouvelle fois ce jour-là en ingénieur du son. Avant de procéder au montage de toutes les prises de vues et prises de sons faites lors des séances précédentes puis au visionnage dans la classe.

Au final six films ont été produits par les élèves et présentés en avant-première aux parents : "Hermione", "La voie 9¾", "Le courrier", "Dobby et le dragon", "Les cheveux de Harry", "Les chaussettes de Dobby". Pour les découvrir, n’hésitez pas à traverser vous-même l’écran ! Vous pourrez y entendre aussi les réactions des élèves de la classe.

 
mardi 11 décembre 2018

Une double récompense nationale et départementale pour "le jardin de la biodiversité" !

L’école primaire d’Autechaux a reçu le prix national "jeunes jardiniers" et le prix d’excellence départemental pour son dossier collectif réalisé autour de la biodiversité et de l’écologie dans le cadre de l’édition 2018 du concours des écoles fleuries.

Le palmarès 2018 des écoles fleuries

Pour leurs belles récompenses, les diplômes viennent d’être remis aux 132 lauréats scolarisés à Autechaux par le délégué départemental de l’éducation nationale ainsi qu’un lot de livres pour la bibliothèque centre de documentation de leur école. "J’ai vraiment aimé en maternelle la thématique de l’arrosoir, la couleur, la forme, la matière, la taille ont été des supports géniaux pour travailler les mathématiques, la logique et l’esprit d’observation des enfants", souligne la déléguée départementale de l’éducation nationale responsable départementale du concours.

Une double récompense nationale et départementale pour "le jardin de la biodiversité" !  - © <abbr|n=DSDEN> du DoubsDe même, tous les autres prix départementaux, du prix spécial des DDEN aux encouragements, dont vous trouverez ici le palmarès 2018 complet, ont été remis aux classes ou écoles sélectionnées.

Au total, vingt-quatre classes ont participé au concours durant l’année scolaire précédente, soit 520 élèves auxquels il faut ajouter une bonne cinquantaine d’enfants intéressés qui ont aidé leurs camarades engagés dans le projet.

Une dimension pédagogique et éducative

Chaque année, dans certaines écoles et selon les saisons, des élèves s’activent aux travaux de jardinage. Aidés de leurs enseignants, de bénévoles ou des parents souvent, de la commune parfois, ils plantent, arrosent, surveillent attentivement la pousse des graines qu’ils ont semées, des bulbes qu’ils ont plantés… Dans la cour, ce sont des parterres de fleurs ou de légumes, des carrés d’herbes aromatiques, les outils ici et là…

Une double récompense nationale et départementale pour "le jardin de la biodiversité" !  - © <abbr|n=DSDEN> du DoubsLe jardinage à l’école se révèle être est un précieux support pour de nombreux apprentissages. De nombreuses disciplines sont impliquées et imbriquées : les sciences de la vie et de la terre bien sûr, la langue orale et écrite inévitablement, les arts et la culture comme dessiner, photographier, l’histoire aussi ainsi que la géographie au travers du climat, de la météorologie… Des notions sont abordées : le vivant et la matière, l’espace et le temps, les milieux naturels ou bâtis… Des compétences sont sollicitées telles que celles propres à la démarche scientifique (observer, expérimenter, décrire, synthétiser), être capable d’initiative, d’autonomie, de responsabilité, dans un esprit citoyen et coopératif autour d’un projet commun…

Tout en valorisant le cadre de vie des écoles, les activités de jardinage contribuent donc à l’acquisition de connaissances et de compétences du socle commun de connaissances, de compétences et de culture mais aussi à l’ouverture de l’école sur son environnement, les enjeux du développement durable, les grands équilibres du monde.

Nouvel appel à projets jusqu’au 15 janvier 2019

Le concours est organisé par l’Office central de la coopération à l’école (OCCE) et la Fédération des délégués départementaux de l’éducation nationale sous l’égide du ministère.

L’édition 2019 du concours des écoles fleuries est lancée. Les classes ou les écoles qui s’engagent auront à constituer un dossier décrivant leur projet concret et son évolution. Ce carnet de bord permettra de rendre compte des travaux réalisés par les élèves au cours de l’année.
À la clé, plusieurs prix (excellence, honneur, jeunes jardiniers, pédagogie coopérative, citoyenneté, biodiversité…) et catégories (maternelle, élémentaire, école rurale, enseignement spécialisé, collège).

Vous souhaitez participer ? Tous les documents utiles sont en ligne : lancement du concours, règlement et formulaire d’inscription.

Contact

Pour plus ample information, il est possible de contacter les DDEN ou l’OCCE.


Galerie


 
vendredi 7 décembre 2018

Manifestations lycéennes

Le recteur Jean-François Chanet tient formellement à démentir le décès d’un élève du lycée professionnel Mandela d’Audincourt.

À midi, le service des urgences de l’hôpital a confirmé officiellement que l’élève se porte bien, il a pu regagner son domicile.

Le recteur déplore qu’un élève ait été blessé à Montbéliard et demande aux familles de veiller à soustraire leurs enfants à des violences causées par d’autres que les lycéens.

 
mercredi 5 décembre 2018

Médaille d’excellence aux Olympiades des métiers !

Aurélie Cuenot, élève au lycée Nelson Mandela, a obtenu la médaille d’excellence lors de la finale nationale des Olympiades des métiers à Caen, catégorie "Métiers de la propreté".

Médaille d'excellence aux Olympiades des métiers ! Soutenue et accompagnée par une "coach", Joëlle Lignon, professeur de biotechnologie, elle a passé les trois épreuves avec courage et détermination :
- décapage d’un revêtement plastique, pose d’une émulsion et nettoyage du mobilier
- nettoyage d’une moquette par injection-extraction et nettoyage de mobilier
- une épreuve de vitesse pour le nettoyage de trois vitres.

Pas moins de 250 critères étaient pris en compte pour ces trois épreuves afin de départager les candidats. Pour une première participation, c’est une belle réussite et toute la communauté éducative est fière de son exploit. D’ores et déjà, elle a manifesté son désir de participer à nouveau à cette belle compétition qui met en valeur les savoir-faire de nos jeunes et qui nous montre qu’ils sont capables d’atteindre l’excellence.

Bravo à Aurélie !

En savoir plus

Contact

25
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la plasturgie, de l'hygiène propreté et des services
Nelson Mandela - Audincourt
Informations complètes

Corinne Bouet, proviseure
Courriel

 
vendredi 30 novembre 2018

L’académie mobilisée pour la journée de la laïcité du 9 décembre

Comme chaque année, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse s’inscrit dans les commémorations annuelles de la journée de la laïcité à l’École du 9 décembre, journée anniversaire de la loi de 1905 portant séparation des Églises et de l’État.

Cet anniversaire offre l’occasion de rappeler l’importance d’une pédagogie de la laïcité, principe fondateur de notre École et de notre République, ainsi que des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui lui sont étroitement liées et que l’École a pour mission de faire partager aux élèves.

La communauté éducative dans son ensemble est mobilisée et propose de nombreuses actions dans l’académie :
Principales actions dans l’académie

Au-delà de la journée de la laïcité à l’École de la République, l’académie de Besançon a lancé un appel à projets intitulé "Les enfants de la République" invitant les écoles et les établissements à travailler tout au long de l’année scolaire 2018-2019 sur un symbole républicain (Marianne), deux principes de la République (la laïcité et l’indivisibilité) et une valeur de la République (la fraternité). 98 projets sont en cours, de la maternelle à la classe de terminale portés par 68 écoles et établissements.
Appel à projets "Les enfants de la République" 2018-2019

Contact

Référent laïcité du rectorat de Besançon
Courriel

 
vendredi 30 novembre 2018

Journée internationale du handicap

Afin de favoriser l’intégration et l’accès à la vie économique, sociale et politique des personnes handicapées, une Journée internationale des personnes handicapées a été proclamée, en 1992, par les Nations Unies, à la date du 3 décembre.

Cette journée mondiale est l’occasion de réaffirmer ce principe de base : "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits". Le respect de cette dignité due à chaque personne, valide ou non, implique la reconnaissance de droits fondamentaux comme l’éducation ou l’accès au travail.

En France

Depuis 2005 et la loi fondatrice pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, les écoles et établissements se sont efforcé d’ouvrir leurs portes à tous les élèves sans distinction.

Journée internationale du handicap En 2006, 118 000 jeunes en situation de handicap étaient scolarisés en milieu ordinaire. En 2017, grâce à une politique éducative volontariste, ils étaient plus de 320 000. Ce triplement des effectifs représente un formidable progrès et un encouragement à poursuivre l’action.

Désormais, ce progrès quantitatif s’accompagne d’un projet et d’un défi qualitatif.
Ce défi qui consiste à prendre en compte chaque élève, qu’il soit en situation de handicap ou non, comme un individu porteur d’un projet personnel, aspirant conjointement à construire son parcours et à vivre au sein de sa génération, dans une école résolument inclusive lui permettant de se réaliser pleinement en tant que personne et en tant que citoyen.

En savoir plus - MENJ

Dans l’académie

Actuellement, ce sont plus de 6 300 jeunes en situation de handicap scolarisés dans les unités d’enseignement externalisées, les écoles, collèges et lycées de l’académie.
En adéquation avec les politiques nationales, la politique pour l’adaptation et la scolarisation des élèves en situation de handicap de l’académie de Besançon œuvre à :
- la transformation et l’amélioration de l’accompagnement humain des élèves,
- le développement des Pôles inclusifs d’accompagnement localisés,
- le déploiement des Unités locales d’inclusion scolaire,
- la mise en œuvre de la stratégie autisme 2018-2022 avec notamment le renforcement des Unités d’enseignement maternelle autisme et la création des Unités d’enseignement élémentaire autisme,
- le travail partenarial et coopératif avec les services sanitaires et médico-sociaux afin d’optimiser les prises en charge et de les rendre de plus en plus inclusives (convention à venir Ditep Bourgogne Franche-Comté ou inauguration de l’IME René Nauroy de Noidans-les-Vesoul),
- la formation d’enseignants spécialisés du premier et du second degré (CAPPEI) qui deviendront à terme de véritables personnes ressource en matière d’éducation inclusive,
- la formation des équipes pédagogiques et des communautés éducatives au sein des établissements demandeurs sur les enjeux de l’école inclusive et sur des thématiques spécifiques (troubles psychiques, troubles spécifiques du langage et des apprentissages...),
- l’amélioration de la prise en charge des élèves intellectuellement précoces.

Cette politique éducative s’inscrit dans un ensemble beaucoup plus vaste et qui dépasse largement le cadre de l’école. En témoigne l’ambitieux projet 100 % inclusif engagé dans le Territoire de Belfort mobilisant l’ensemble des acteurs institutionnels et associatifs à l’échelle du département tout entier. Elle doit contribuer à rendre non seulement notre école mais l’ensemble de notre société plus inclusive. Elle doit permettre à nos élèves en situations de handicap, futurs citoyens, d’être plus autonomes et plus enclins à se réaliser dans leurs vies scolaires et leurs futures vies professionnelles, dans leurs vies personnelles et leurs vies sociales.

En savoir plus - école inclusive
Adaptation scolaire et scolarisation des élèves en situation de handicap (ASH)


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon