R

Accueil > Académie > Actualités > Visites du recteur > Le recteur Jean-François Chanet à la rencontre de classes de CP en REP (...)

Rubrique Visites du recteur

mardi 23 octobre 2018

Le recteur Jean-François Chanet à la rencontre de classes de CP en REP dédoublées

Le vendredi 19 octobre, quatre écoles haut-saônoises situées en REP ont accueilli le recteur et l’IA-DASEN de la Haute-Saône.

Constater la qualité des enseignements en petits groupes

Diviser par deux les classes de CP en REP+ dès la rentrée 2017 a été une priorité du Gouvernement pour combattre la difficulté scolaire dès les premières années d’apprentissages.
À la rentrée 2018, on a assisté à la poursuite du déploiement des dédoublements en réseaux d’éducation prioritaire avec les classes de CP en REP et des CE1 en REP+.
Ainsi, l’académie compte 155 classes dédoublées en éducation prioritaire (dont 104 CP et 51 CE1).
Dans le département de la Haute-Saône, treize classes bénéficient de la mesure de dédoublement des CP en REP depuis la rentrée.

École Pablo Picasso et école des Rèpes à Vesoul

Les deux écoles ont une antenne RASED avec une ULIS et comptent un dispositif "plus de maître que de classe". Les projets d’école ont été construits en cohérence avec le projet REP et le contrat d’objectifs du collège Jacques Brel de Vesoul, collège de secteur.
Une analyse partagée des difficultés et des réussites des élèves a permis de construire des projets cohérents, avec des objectifs communs, en tenant compte de la singularité de chacune des écoles.
L’école Pablo Picasso a trois classes dédoublées de CP depuis cette rentrée (38 élèves). L’école des Rêpes, quant à elle, a deux classes de CP (soit 27 élèves).
Les enseignantes qui ont ces classes en charge ont bénéficié d’une journée de stage au mois de juin. La réflexion conduite a été centrée sur "quels changements dans les pratiques ?"
Cette réflexion a permis d’engager un travail sur l’emploi du temps, l’aménagement de la classe, les modalités de travail et les outils collectifs et individuels.

Après avoir assisté à des séances pédagogiques dans chacune des écoles, des tables rondes ont permis aux participants de mettre en évidence les bienfaits de cette mesure.
En présence de Barbara Bessot Ballot, députée de la première circonscription de la Haute-Saône, d’Isabelle Arnould, vice-présidente du Conseil Départemental et d’Alain Chrétien, maire de Vesoul, le recteur Jean-François Chanet, l’IA-DASEN Liliane Ménissier et l’inspectrice de circonscription, Isabelle Maurer, ont échangé avec les nombreux parents présents et les enseignantes.
Parmi l’ensemble des points positifs mis en évidence, on peut retenir :
- des élèves qui sont actifs car très souvent sollicités par leur enseignante 
- la joie d’apprendre et de faire apprendre 
- un apprentissage de l’autonomie engagé très tôt 
- une mise en commun des outils et pratiques d’apprentissage entre les enseignantes.
Les enseignantes ont également souligné que "des moments où les élèves peuvent souffler sont nécessaires, tant ils sont sollicités positivement dans les apprentissages".

École du Mont Pautet et école du Chanois à Saint-Loup-sur-Semouse

Il s’agit de deux écoles du secteur du collège REP André Masson. Les projets d’école sont définis pour le cycle 2 autour de trois axes :
- assurer un parcours de réussite de l’élève
- interroger les pratiques professionnelles en vue d’améliorer la réussite scolaire
- construire les conditions d’une prise en charge éducative cohérente.

Leurs équipes enseignantes sont fortement engagées dans l’amélioration des résultats des élèves depuis plusieurs années. Les priorités que sont le bien-être des élèves, l’amélioration des résultats scolaires en français et en mathématiques permettent la mise en place de projets pluriannuels tel que le "soutien au comportement positif.

Le dispositif "plus de maître que de classes" à l’école du Mont Pautet avait permis la mise en place d’un CP à onze élèves dès l’année dernière. Le bilan de cette expérience laissait déjà entrevoir les plus-values que peut apporter la généralisation des dédoublements en classe de CP :
- nette amélioration des résultats en français et en calcul mental pour l’ensemble des élèves
- plus grande implication et appétence de tous les élèves
- amélioration de la relation avec les familles
- progression continue de l’amélioration des pratiques enseignantes (mutualisation, mise en cohérence, dynamique d’innovation...)

Accompagnés de Christophe Lejeune, député de la deuxième circonscription de la Haute-Saône, de Pierre Despoulain, conseiller départemental du canton de Saint-Loup-sur-Semouse et de Thierry Bordot, maire de la commune, Jean-François Chanet, Liliane Ménissier et Carole L’Hôte, inspectrice départementale, ont d’abord assisté au travail des élèves. Tous ont pu noter l’aménagement spatial différent que permet un petit nombre d’élèves.
Lors des deux tables rondes, les parents étaient nombreux encore une fois à partager leur ressenti positif quant à cette mesure. Des parents très impliqués dans la vie de l’école et qui ont mis en avant :
- l’envie et l’impatience des élèves à venir apprendre à l’école
- la prise en charge facilitée des élèves timides ou un peu en retrait
- la mise en place de repères au travers des divers espaces accessibles dans la salle de classe
- un apprentissage de l’autonomie qui peut débuter très tôt.

À Vesoul comme à Saint-Loup-sur-Semouse, tant du côté des parents qui apprécient de voir leurs enfants apprendre avec envie que du côté des enseignantes qui mettent en évidence une pédagogie adaptée aux groupes de besoin, le dédoublement des CP est "une réelle réussite qui permet une meilleure prise en compte individuelle de l’élève".

Remise des diplômes du DNB au collège André Masson de Saint-Loup sur-Semouse

Cette journée s’est achevée par la cérémonie de remise des diplômes du DNB organisée par Corinne Villemin-Bérard, principale du collège. L’obtention du diplôme national du brevet ponctue la fin de la scolarité commune à tous les collégiens.
Jean-Francois Chanet a pu rappeler "l’importance de ce premier diplôme national qui est celui qui ouvre la voie à beaucoup d’autres", devant un auditoire composé d’anciens élèves de 3e et de nombreux parents venus les accompagner.
Il a également tenu à saluer la réussite des élèves issus d’UPE2A qui ont obtenu la mention très bien !


Galerie


 
mercredi 19 septembre 2018

Consultations citoyennes sur l’Europe au lycée Jean Michel

Jean-François Chanet, recteur de l’académie s’est rendu au lycée de Lons-le-Saunier afin d’assister à une consultation citoyenne sur l’Europe.

Les consultations citoyennes sur l’Europe se déroulent jusqu’en octobre 2018 dans toute l’Union européenne. Ces consultations sont coordonnées en France par le secrétariat général interministériel rattaché au ministère chargé de l’Europe et des Affaires étrangères.

Que se passe-t-il dans l’académie ?

Consultations citoyennes sur l'Europe au lycée Jean Michel La Maison de l’Europe Bourgogne Franche Comté et l’académie de Besançon proposent aux lycées de s’inscrire dans une démarche "clé en main" : c’est dans ce cadre que Patrick Ayache, vice-président de la Région en charge de l’action européenne et internationale et président de la Maison de l’Europe et Jean-François Chanet, recteur de l’académie ont participé à la consultation au lycée Jean-Michel :
des échanges qui ont permis de mettre en lumière les principales interrogations des jeunes concernant l’avenir de la construction européenne : migrations, inégalités sociales ou encore changement climatique.

Les équipes des Centres d’information Europe direct de Besançon et de Dijon proposent d’agir directement dans les établissements entre le 1er septembre et le 10 octobre 2018 en organisant des consultations citoyennes sur un format de 1 heure 40 minutes soit deux créneaux de cours.

Une consultation ouverte au plus grand nombre

Consultations citoyennes sur l'Europe au lycée Jean Michel L’ambition est de sonder l’opinion du plus grand nombre de citoyens, et, en particulier, celle des populations habituellement les plus éloignées des débats sur l’Europe. La restitution des contributions sera examinée par le Conseil européen de décembre 2018 et servira de base de réflexion pour définir les priorités d’action de l’Union européenne pour les cinq à dix ans à venir.

La jeunesse doit donc être mobilisée pour se sentir concernée par les enjeux de l’Europe de demain. À l’issue d’une présentation des dispositifs, le recteur a pu échanger avec les élèves et enseignants participants.

Comment participer ?

Ces consultations peuvent prendre la forme :
- soit d’une consultation en ligne
- soit de débats-citoyens, de forums et événements, y compris dématérialisés, organisés sur une base volontaire dans toutes les régions françaises dont les Outre-mer.

Qui peut participer ?

Les lycéens des établissements généraux, techniques et professionnels peuvent participer aux débats, aux côtés de leurs enseignants, du personnel administratif, voire des parents d’élèves ou des associations.

En savoir plus

Retrouvez en ligne une sélection d’articles, de vidéos et d’infographies pour aider les élèves à mieux connaître l’action de l’Union européenne. Ce site s’enrichira progressivement de nouveaux contenus pédagogiques et de sujets d’actualité qui apporteront des éclairages complémentaires.
Les consultations citoyennes sur l’Europe - Académie de Besançon

 
lundi 10 septembre 2018

La transformation du lycée professionnel et l’inclusion scolaire, deux des grandes priorités de cette rentrée !

Mardi 4 septembre, Jean-François Chanet, recteur de l’académie a poursuivi, toujours en musique, ses déplacements à l’occasion de la rentrée scolaire, cette fois dans le Territoire de Belfort.

Lycée professionnel Diderot de Bavilliers : transformer le lycée professionnel

Visites de rentrée : toujours en musique ! Le proviseur Philippe Dariel, le DDFPT et des professeurs, ont présenté les objectifs et l’organisation de la classe de seconde professionnelle commune "Technologies numériques" au recteur, aux élèves de seconde concernés, à des parents d’élèves et à des chefs d’entreprise, en présence de Laurent Bertrand (IEN référent), Évelyne Gerbert-Gaillard (IA-IPR et CARDIE), Fabrice Peyrot (doyen du collège des IEN-ET-EG-IO) et Jean-Luc Rebel (IEN de spécialité).

La classe de seconde professionnelle "Technologies numériques" est commune à deux spécialités de baccalauréat professionnel, "Systèmes numériques" et "Métiers de l’électricité et de ses environnements connectés". Elle concerne 72 élèves regroupés en trois divisions dès cette rentrée scolaire 2018.

L’objectif principal de cette classe est de mieux accompagner l’élève dans son choix d’orientation et dans la construction de son parcours Avenir, en lui permettant de découvrir l’environnement et l’écosystème professionnel de chacune des deux spécialités et de développer des compétences pré-requises à l’entrée en classe de première professionnelle. En outre, l’élève aura la possibilité d’affiner une représentation plus juste, d’une part, de ses qualités et appétences, et, d’autre part, des parcours offerts par les deux spécialités, pour consolider l’élaboration d’un choix d’orientation averti.
L’année de seconde sera ponctuée d’un programme de visites et de conférences sur les thèmes divers de la digitalisation, du "Big data", de la domotique, des "Smart city" : les élèves auront, par exemple, l’opportunité de visiter, sur place et virtuellement, l’usine PSA du futur, "plan Sochaux 2022".

Visites de rentrée : toujours en musique ! Au-delà d’activités de découverte et d’initiation aux métiers concernés par les deux spécialités, un programme de développement de compétences identifiées, et un choix cohérent et complémentaire d’activités sur systèmes seront déclinés au sein de six modules :
- spectacle vivant,
- numérique,
- multimédia,
- installations électriques de l’habitat,
- installations électriques industrielles,
- "smart-home".

Deux professeurs principaux seront désignés pour chacune des trois divisions.
La période unique de quatre semaines de PFMP, programmée en mai 2019, sera principalement focalisée sur les savoir-être et la découverte de l’entreprise. Développer des partenariats avec les entreprises, comme c’est le cas au lycée de Bavilliers, est un élément qui permet de renforcer l’attractivité de la voie professionnelle et qui favorise l’insertion des bacheliers professionnels.

Le recteur a salué "l’audace, l’initiative et la pertinence à l’égard de ce projet", notamment sur la "progressivité offerte du parcours d’orientation et la démarche de découverte aux multiples facettes pédagogiques (modules, visites, conférences)". Cette expérimentation "sera observée pour en analyser la dynamique, les atouts, les freins et les modalités de mise en place puis de mise en œuvre. Elle pourrait se voir modéliser pour la mise en place des filières communes en seconde dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle".

École Metzger de Belfort : formation professionnelle des jeunes en milieu ouvert

Visites de rentrée : toujours en musique ! Dès la rentrée 2016, une réflexion s’est engagée avec l’éducation nationale pour proposer un dispositif expérimental en école élémentaire permettant d’accueillir des élèves issus de l’unité maternelle et des élèves scolarisés dans l’unité d’enseignement interne de l’IME Kaleïdo. L’établissement médico-social est géré par l’ADAPEI du territoire de Belfort et son agrément concerne les troubles du spectre autistique pour des jeunes de 5 à 20 ans. Il dispose de 24 places.

Le projet s’est concrétisé à la rentrée 2017 par une externalisation de l’unité d’enseignement de l’IME au sein de l’école élémentaire Hubert Metzger. L’école compte 194 élèves répartis en huit classes et un dispositif ULIS pour troubles des fonctions motrices. Le service de soins géré par l’Association pour adultes et jeunes handicapés est implanté dans l’école.

Visites de rentrée : toujours en musique ! Ce dispositif s’inscrit pleinement dans la stratégie nationale pour l’autisme d’avril 2018.

- À la rentrée 2017, sept élèves ont été accueillis (deux issus de l’Unité d’enseignement en maternelle autisme et cinq de l’unité d’enseignement interne de l’IME Kaleïdo). Cinq élèves ont été scolarisés à temps plein, soit 24 heures par semaine et deux à raison de 16 heures par semaine pour l’année scolaire 2017-2018.
- À la rentrée 2018, sept élèves sont accueillis (six qui poursuivent et un nouvel élève issu d’une classe de CP). Les élèves sont encadrés par une enseignante mise à disposition par l’établissement médico-social et deux éducatrices.

Collège de Giromany : de la scolarisation en milieu ordinaire vers l’inclusion des élèves en situation de handicap

Depuis 2017, un dispositif de l’unité d’enseignement de l’IME Perdrizet a est externalisé au collège Val de Rosemont de Giromagny. L’établissement médico-social est géré par la Fondation Arc-en-Ciel et son agrément concerne les troubles intellectuels et cognitifs légers à moyens. Il dispose de 109 places pour des jeunes de 13 à 20 ans.

Visites de rentrée : toujours en musique ! L’externalisation d’une partie de l’unité d’enseignement en collège répond à une volonté partagée entre l’établissement médico-social et l’éducation nationale de diversifier les modalités de scolarisation des jeunes de moins de 16 ans accueillis par l’IME. L’objectif principal est de permettre le passage d’une scolarisation exclusive en unité d’enseignement interne vers une dynamique de parcours personnalisés beaucoup plus ouverts en établissement scolaire. Le dispositif offre à des jeunes de 14 à 16 ans la possibilité de fréquenter un établissement scolaire les confortant dans un statut d’élève. Il favorise le développement de compétences sociales, de communication, d’apprentissage et d’autonomie. Il permet également de développer une ambition scolaire et professionnelle pour les jeunes.

Visites de rentrée : toujours en musique ! À la rentrée 2017, ce sont 12 élèves qui étaient accueillis au collège en alternance avec les plateaux techniques de l’IME (situés en face du collège). La scolarisation est adaptée aux besoins et aux capacités. Le temps scolaire a pu être augmenté notablement par rapport à la scolarité antérieure en établissement médico-social. Il représente 11 à 12 heures par semaine actuellement sur un modèle du fonctionnement proche d’une classe de troisième en SEGPA. Les jeunes sont encadrés par un enseignant mis à disposition de l’IMEet par un éducateur.

À la rentrée 2018, 14 élèves sont accueillis selon les mêmes modalités que l’année précédente.

 
vendredi 7 septembre 2018

Les visites de "rentrée en musique" du recteur Jean-François Chanet

Lundi 3 septembre 2018, jour de la rentrée pour tous les élèves de l’académie, le recteur s’est rendu dans plusieurs écoles et établissements, en musique, afin de faire le point sur les nouveautés, en présence de parlementaires et d’élus locaux.

École Champagne à Besançon : dédoublement de CE1 en REP+

206 élèves sont accueillis à la rentrée dans cette école en REP+ (avec le collège Diderot) ainsi dotée de moyens supplémentaires : outre le dispositif "plus de maîtres que de classes", un professeur-référent a en charge la mission de liaison CM2-6e et travaille, en co-intervention, avec les élèves de CM2 les plus en difficulté (ateliers en français et en mathématiques). Des activités pédagogiques complémentaires sont mises en place en prenant en compte les nouvelles recommandations ministérielles et un assistant pédagogique viendra en appui aux élèves en classe pour le travail personnel.
Par ailleurs, le dispositif "école ouverte" accueille les élèves au collège Diderot au cours des vacances d’été. Enfin, des activités périscolaires sont proposées aux élèves, chaque soir de la semaine autour de trois domaines d’activité :
- aide au travail scolaire,
- pratique sportive,
- pratique artistique et culturelle.

Le dispositif REP+ permet d’améliorer les résultats scolaires des élèves en mettant en œuvre plus largement les leviers et pratiques les plus efficaces. Les enseignants bénéficient à cet effet des jours de formation (six demi-journées) et de concertation (douze demi-journées).

La rentrée en musique à l’école Champagne

Collège Voltaire de Besançon : ouverture de la classe bilangue anglais-arabe

La diversité linguistique et culturelle, prônée par l’Unesco comme "héritage commun de l’humanité" et rappelée dans les directives de l’Union européenne est au cœur de la politique académique des langues et illustrée de façon ambitieuse et innovante au collège Voltaire.

Une diversité de l’offre de formation

Les visites de rentrée du recteur L’allemand, l’anglais, l’espagnol, le français, le grec et le latin sont proposés aux élèves avec notamment deux sections bilangues, une bilangue anglais-allemand et, à cette rentrée 2018-2019, une bilangue anglais-arabe et une UPE2A.

La bilangue anglais-arabe

37 élèves sont inscrits au collège Voltaire, soit deux groupes d’élèves, qui bénéficieront de trois heures d’anglais et trois heures d’arabe hebdomadaires. Madame Al Moussa, professeure d’arabe, est une enseignante contractuelle bilingue qui est intervenue de 2012 à 2017 à l’ du lycée Pergaud à Besançon. Experte de l’enseignement du français langue étrangère, elle a également une formation de chanteuse. Elle sera accompagnée cette année dans sa découverte des apprentissages langagiers en collège lors de stages langues vivantes du PAF.

Une seconde section bilangue anglais-arabe ouvre en cette rentrée au collège Signoret de Belfort.

L’arabe est parlé par 250 millions de personnes dans le monde, c’est la langue officielle des 22 pays arabes. Il fait partie des six langues de travail des Nations Unies. La maîtrise de la langue arabe est un véritable atout dans les secteurs comme le commerce international, la diplomatie ou le tourisme. L’arabe partage, avec les autres langues enseignées au collège, les mêmes programmes, les mêmes entrées culturelles et permet donc un travail sur des thèmes communs. Ancrés dans l’apprentissage de la langue, l’approche de la calligraphie, le travail sur la poésie et le chant favorisent la transversalité et le décloisonnement.

Lycée Victor Hugo de Besançon : sectorisation des lycées bisontins

Les visites de rentrée du recteur Le recteur a souhaité améliorer la mixité sociale dans les lycées de Besançon : la nouvelle sectorisation des lycées, à partir de cette rentrée, s’appuie sur le rattachement des adresses des élèves (par commune) à un seul établissement (plus de double sectorisation ou de secteur élargi). Le projet a tenu compte :
- des possibilités de transport pour chaque élève, en lien avec le conseil régional et la communauté d’agglomération du Grand Besançon
- de la possibilité d’être hébergé en internat pour les élèves résidant le plus loin.

Il a été décidé de maintenir les effectifs d’élèves par lycée, et l’offre de formation de chaque établissement sans modification. Par le biais des dérogations, et sous réserve de places disponibles, les élèves peuvent toujours demander une affectation différente de leur lycée de secteur. Les élèves issus de milieux favorisés des lycées Ledoux et Pasteur ne représenteraient ainsi qu’un peu plus de 50 % des effectifs. Quant aux lycées Pergaud et Victor Hugo, ils verraient la part d’élèves issus de milieux défavorisés réduite à moins de 30%. Ces évolutions pourront être mesurées dans une quinzaine de jours et stabilisées en octobre au moment des constats d’effectifs de rentrée.

Pour accompagner cette évolution de la sectorisation, la liaison entre les collèges et les lycées accueillant les élèves sera renforcée. Un effort significatif des établissements concernés par la nouvelle sectorisation a été engagé dès l’année scolaire 2017-2018 et va être amplifié au cours de cette année scolaire qui commence.
L’académie poursuit sa réflexion sur la problématique de la mixité sociale dans les établissements et n’écarte pas d’autres évolutions de la sectorisation dans les années à venir.

Collège Victor Hugo de Besançon : rentrée en musique avec Guillaume Bellom, pianiste de renommée internationale !

Dans la cour Saint-François Xavier, Guillaume Bellom a interprété pour tous les élèves de 6e (dont la classe à horaires aménagés en musique - CHAM) diverses œuvres musicales de Franz Liszt et Robert Schumann, en présence du recteur. Cette rencontre musicale a donné lieu à des échanges avec les élèves et a permis à Guillaume Bellom d’évoquer son parcours, d’ancien élève de la classe musicale du collège Victor Hugo au statut de pianiste internationalement reconnu.

École de Vercel : les fondamentaux dans le premier degré

Les visites de rentrée du recteurL’école de Vercel, constituée de cinq classes, bénéficie du dispositif "plus de maîtres que de classes" en lien avec la scolarisation d’enfants issus de familles aux revenus très modestes. L’école a également été dotée de matériels numériques au titre du "plan national numérique".

En début d’après-midi, les élèves de CP ont été accueillis par leurs camarades des autres classes avec un chant préparé l’an passé. Ils ont ensuite regagné leur salle de classe pour un temps d’oral, trait d’union entre la famille et l’école. Cette séance pédagogique s’inscrit dans le cadre de la structuration des fondamentaux. La journée s’est terminée par un riche temps d’échanges entre le recteur et les différents acteurs de la communauté éducative : directrice de l’école, enseignant en charge de la classe de CP, élus du Syndicat intercommunal à vocation scolaire et représentants de parents d’élèves.

Lycée Louis Pasteur de Besançon, aux côtés de la présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

Les visites de rentrée du recteur
Le recteur a accepté l’invitation de la présidente de Région au lycée Louis Pasteur de Besançon pour une visite de chantier, l’occasion de présenter les investissements de la Région dans les établissements et les dispositifs existants pour les apprenants et leurs familles.
L’opération immobilière consiste en la restructuration complète de trois ailes du bâtiment Ducat, en pierre, avec une toiture en petites tuiles et des planchers en bois.

Le recteur Jean-François Chanet, la présidente Marie-Guite Dufay et Stéphane Guiguet, vice-président de la Région en charge des lycées et de l’apprentissage, ont été accueillis par Yannick Lucas, proviseur du lycée.
Cette rencontre leur a permis d’aborder plusieurs thématiques telles que :
- "le travail concerté et remarquable mené avec l’académie de Dijon sur la carte des formations",
- réforme du bac et l’expérimentation "2+1" en troisième année de bac pro.,
- les campus des métiers et des qualifications,
- l’apprentissage,
- l’orientation,
- le soutien aux projets d’internats,
- la politique culturelle des lycées, ou encore,
- le numérique éducatif.


Galerie


 
vendredi 31 août 2018

Dispositif "École ouverte" : le collège Pierre Vernier d’Ornans a accueilli le recteur le mercredi 29 août

Dans les collèges et lycées volontaires, "École ouverte" accueille des enfants et des jeunes en leur proposant des activités éducatives pendant les congés scolaires.

L’établissement prend en charge 36 élèves jusqu’au vendredi 31 août, avec au programme :
- accueil des futurs 6e
- préparation de la rentrée
- découverte du patrimoine (visite d’Ornans et du Musée des maisons comtoises de Nancray)
- discussions et débats
- révisions en français, mathématiques, SVT et anglais
- jeux de rôle et mises en situation
- jeux éducatifs et sportifs.

Dispositif "École ouverte" Les élèves, entrant en 6e, sont pris en charge par trois animateurs diplômés du BAFA de l’Association des familles rurales d’Ornans, des animateurs qui interviennent par ailleurs tous les après-midis au collège dans le cadre du dispositif "Devoirs faits". Ils connaissent donc bien le profil des élèves et les difficultés qu’ils rencontrent.

Ces enfants viennent d’horizons divers : ils étaient scolarisés dans les huit écoles du secteur, recrutant elles-mêmes dans 45 villages de la vallée d’Ornans.

Objectifs

- permettre aux futurs collégiens de s’adapter plus facilement à leur nouvel établissement scolaire (rassurer, lever les doutes, créer de nouveaux liens)
- remobiliser les élèves au niveau du travail scolaire
- gagner en autonomie et en confiance en soi
- permettre une découverte de leur environnement culturel (ville, médiathèque).

Avantages de ce dispositif pour un collège rural
- soutenir le tissu associatif local
- établir des relations de travail pérennes pour le bénéficie des élèves
- faire du collège un espace ouvert, central dans la vie locale.

Le recteur et l’inspecteur d’académie du Doubs ont pu mesurer la mobilisation de l’ensemble des adultes volontaires offrant une réelle qualité d’accueil aux jeunes participants de cette semaine de rentrée avant l’heure !

Dispositif "École ouverte"

Dans le département du Doubs, sept autres collèges proposent le dispositif avant la rentrée

- Anatole France - Bethoncourt, du 24 au 31 août
- André Malraux - Pontarlier, du 27 au 31 août
- Denis Diderot - Besançon, du 27 au 31 août
- Les Hautes Vignes - Seloncourt, les 29 et 30 août
- Les Villanelles - Rougemont, les 28 et 30 août
- Lou Blazer - Montbéliard, les 27 et 28 août
- Stendhal - Besançon, du 27 au 30 août.

L’École ouverte dans le Doubs même pendant les vacances !
Dispositif École ouverte - MEN


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon