R

Accueil > Académie > Actualités > Mieux connaître les métiers de l’éducation nationale > Apporter une aide et un accompagnement aux élèves dans leur orientation

Rubrique Mieux connaître les métiers de l'éducation nationale

mardi 26 juin 2018

Apporter une aide et un accompagnement aux élèves dans leur orientation

L’orientation des élèves se construit dès la classe de sixième et tout au long de la scolarité grâce notamment au parcours Avenir. Elle repose sur un accompagnement renforcé des élèves dans l’élaboration de leur projet d’orientation et la valorisation de tous leurs acquis et compétences.

Parcours avenir De nombreux acteurs de la communauté éducative interviennent dans l’orientation des élèves : parents, équipe pédagogique et éducative, directeur ou chef d’établissement, médecin, psychologue de l’éducation nationale et, le cas échéant, assistante sociale ou éducateur qui travaille avec la famille.

Le 30 mars dernier, le recteur Jean-François Chanet avait rencontré Sophie Bertrand, psychologue de l’éducation nationale et Vincent Prothe, professeur de mathématiques, professeur principal dans le cadre d’une visite au collège André Masson de Saint-Loup-sur-Semouse. Il avait alors pu constater l’importance de leur rôle respectif aux côtés des élèves, pour permettre à ces derniers d’être acteurs de leur orientation.

Portrait d’une psychologue de l’éducation nationale

Sophie Bertrand, psychologue de l'éducation nationale Dans le cadre de la modernisation des métiers de l’éducation nationale, un nouveau corps unique de psychologues de l’éducation nationale a été créé à la rentrée 2017. Offrant deux spécialités, il rassemble les métiers de psychologue scolaire dans le 1er degré et de conseiller d’orientation-psychologue et directeur de centre d’information et d’orientation dans le 2d degré.

Les psychologues de l’éducation nationale exercent leur métier dans le respect des principes déontologiques et éthiques de la profession réglementée de psychologue. Ils mobilisent leur expertise au service de la prise en compte du développement psychologique, cognitif et social des jeunes pour assurer leur parcours de réussite.

Sophie Bertrand est psychologue de l’éducation nationale, spécialité "éducation développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle", affectée au centre d’information et d’orientation de Lure. Elle intervient dans trois établissements scolaires publics : deux collèges et un lycée polyvalent en co-responsabilité avec une collègue.

Entretien avec Sophie Bertrand, psychologue de l’éducation nationale

Être psychologue de l’éducation nationale (PsyEN)

Portrait d’un enseignant de mathématiques et professeur principal

Vincent Prothe, professeur principal Au sein de l’équipe pédagogique, le professeur principal effectue la synthèse des résultats obtenus par les élèves. Il est chargé de leur proposer, en accord avec l’équipe pédagogique, les objectifs pédagogiques et les moyens permettant l’élaboration et la réalisation de leur projet personnel.

Vincent Prothe est professeur de mathématiques, référent numérique et professeur principal en classe de 3e au collège André Masson situé en REP. Pour cet enseignant, l’essentiel est de "développer des pratiques variées, interdisciplinaires et innovantes pour intéresser, remotiver et surtout rendre les élèves acteurs de leurs apprentissages."

Entretien avec Vincent Prothe, professeur principal

Accompagner les lycéens vers l’enseignement supérieur

Avec la mise en œuvre de la nouvelle plateforme d’inscription dans l’enseignement supérieur, Parcousup (anciennement APB), les professeurs principaux de classe de terminale ont un rôle important à jouer.

Depuis décembre 2017, deux professeurs principaux accompagnent les élèves de terminale dans leur réflexion.
Ils ont pour mission d’assurer un suivi plus individualisé de groupes restreints de lycéens, de les guider dans l’élaboration de leur projet d’orientation, notamment en les conseillant et en suivant leurs démarches, en préparant avec eux les deux semaines de l’orientation, en leur fournissant des informations et des ressources, en les accompagnant dans leurs prises de contact, leur participation aux journées portes ouvertes au cours de l’année scolaire avec l’appui des psychologues de l’éducation nationale.

En janvier dernier, professeurs principaux et psychologues ont bénéficié de séances de formation à la nouvelle plateforme afin d’accompagner, au mieux, les lycéens dans leur projet d’orientation et notamment, lors de leur inscription dans le supérieur.

L’académie de Besançon pleinement mobilisée autour de Parcoursup

Contact

Délégation régionale de l’ONISEP
Courriel

 
jeudi 22 février 2018

Portraits d’accompagnants d’élèves en situation de handicap

Noëlle Cheikh Obeid et Jeanne Droz exercent toutes deux AESH au collège Clairs-Soleils de Besançon.

"Les personnels chargés de l’accompagnement des élèves se voient confier des missions d’aide aux élèves en situation de handicap. Ainsi, sous le contrôle des enseignants, ils ont vocation à favoriser l’autonomie de l’élève, sans se substituer à lui, sauf lorsque c’est nécessaire. Leurs missions peuvent être divisées en trois catégories : l’aide humaine individuelle, l’aide humaine mutualisée et l’accompagnement collectif en ULIS".

Deux expériences, deux regards sur un métier où l’accompagnement est essentiel

Pouvez-vous vous présenter et définir votre fonction ?

Noëlle Cheikh Obeid : je suis AESH depuis 2014. J’accompagne une écolière dans le cadre des CEL à l’école Jean Macé et un adolescent en 3e au collège Clairs-Soleils.

Jeanne Droz : je suis AESH en dispositif collectif, au sein de l’ULIS du collège qui accueille des jeunes avec des troubles des fonctions motrices et des jeunes avec des troubles cognitifs.

Quel a été votre parcours personnel pour accéder à ce métier ?

Noëlle Cheikh Obeid : avant d’être AESH, j’ai travaillé à l’Institut français de Damas en Syrie où j’étais formatrice en FLE. À la fermeture de l’Institut, j’ai décidé de revenir en France, mais je souhaitais rester dans le milieu scolaire. Ce métier était un bon compromis pour me ré-insérer dans le monde du travail.
J’ai beaucoup appris sur le handicap, un milieu qui m’était étranger. Mon expérience du milieu scolaire m’a été d’une grande aide pour comprendre ce que l’on attendait d’un AESH. C’est pourquoi durant la formation de 60 h que nous devons suivre, il serait utile qu’il y ait plus d’"analyses de pratiques" à partir de vidéos montrant les personnes en situation.

Jeanne Droz : en tant que diplômée monitrice-éducatrice, mes expériences antérieures m’ont donné l’opportunité de travailler aussi bien dans le champ de l’inadaptation sociale, en Maison d’enfants à caractère social accueillant des jeunes dans le cadre de la protection, que celui du handicap, en IME accueillant des jeunes déficients visuels, déficients intellectuels.
Ma formation et mes expériences m’ont permis d’utiliser mes compétences en tant qu’AESH et de m’investir avec conviction dans mon rôle d’accompagnante. L’écoute et la disponibilité sont des valeurs que je mets en avant auprès de l’accompagnement des jeunes.

Quelles sont vos principales missions aujourd’hui au sein de l’établissement ?

Portraits d'accompagnants des élèves en situation de handicap Noëlle Cheikh Obeid : mon rôle consiste à aider les élèves à rester concentrés sur leur travail, à avoir une bonne compréhension et à appliquer des consignes. Je peux aussi aider l’élève qui est en classe de 3 e pour la prise de note. En ce qui concerne l’écolière, je dois gérer son comportement : la stimuler ou au contraire la calmer. Je suis très présente pour l’enfant de CEL, dix-huit heures par semaine. Je fais partie de la classe sauf le jeudi après-midi.
Comme l’élève de troisième est autonome, je l’accompagne seulement six heures par semaine, soit une heure chaque jour. Les matières ont été choisies en fonction de ses besoins.

Jeanne Droz : j’interviens dans la classe de référence et au sein du dispositif ULIS. Les accompagnements auprès des jeunes sont différents selon les besoins de chacun. En effet, l’accompagnement s’articule autour du PPS des jeunes. Il est nécessaire de tenir compte de leurs capacités, leurs difficultés et de leurs objectifs pour répondre au mieux à leurs besoins :
- favoriser leur inclusion
- les accompagner vers l’autonomie
- les stimuler et les encourager
- les aider à la prise de note et à l’écriture
- les recentrer
- favoriser les échanges avec les autres élèves et la mise en confiance
- les valoriser
- les aider à l’organisation matérielle
- les accompagner pour l’aide aux devoirs
- leur apporter une aide compensatrice (déplacements, hygiène)

J’interviens également dans les actes de la vie quotidienne sur les temps de repas, les soins, l’hygiène. J’accompagne les jeunes lors de sorties à l’extérieur, par le biais d’activités sportives, culturelles : raid handifort, équithérapie, ...
Je participe aussi aux réunions avec les partenaires externes gravitant autour du projet du jeune, aux réunions de suivi du PPS de ce dernier, aux réunions de coordination avec les collègues (AESH, enseignante spécialisée, professeurs).

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires à votre profession ?

Noëlle Cheikh Obeid : c’est un métier qui demande beaucoup de patience, de bienveillance et une grande souplesse car il faut s ’adapter à chaque enfant et savoir prendre du recul face à certaines réactions. Trouver la bonne attitude pour nouer un lien de confiance demande un peu de temps et au yeux des enfants nous ne représentons pas "l’autorité". Cela peut parfois poser des difficultés.

Jeanne Droz : j’apprécie les temps d’échange où chacun communiquent ses observations. Le sens de l’observation me semble être une qualité nécessaire dans le métier d’AESH pour retranscrire au plus juste sans être dans l’interprétation ! Accompagner, c’est faire avec et non à la place de et c’est être à côté de ! Donner un vrai sens à cet accompagnement me permet de m’investir davantage dans mon travail et de mon point de vue, la relation d’aide demande de l’authenticité, de la sincérité Ces qualités permettent, en retour, de gagner la confiance du jeune. Le regard que nous portons sur les jeunes va conditionner en grande partie la relation.

Pour rappel, le 27 mars 2017, le recteur Jean-François Chanet, l’inspecteur conseiller technique pour l’ASH et l’IA-DASEN du Doubs, les avaient rencontrées au collège Clairs-Soleils où ces dernières apportent une aide individuelle et une aide collective au sein d’une ULIS.

En savoir plus

Adaptation scolaire et scolarisation des élèves en situation de handicap

Missions et activités des personnels chargés de l’accompagnement des élèves en situation de handicap

L’engagement en faveur de l’accompagnement des élèves en situation de handicap

Contacts

Philippe Marlier, conseiller technique du recteur pour l’adaptation scolaire et la scolarisation des élèves en situation de handicap
Tél. 03 81 65 74 51

25
Collège
Clairs Soleils - Besançon
Informations complètes

 
mardi 9 janvier 2018

Portrait d’une assistante de service social

Cécile Pritzy est assistante de service social au collège Pierre Vernier d’Ornans ainsi que dans trois autres établissements du département.

Les assistant.e.s de service social mettent en œuvre, en collaboration avec d’autres intervenants, des actions visant à aider les élèves, les personnels et les familles connaissant des difficultés sociales ou socioprofessionnelles. Il s’attachent à rechercher les causes qui compromettent l’équilibre psychologique, économique ou social. En parallèle, ils mènent toutes actions susceptibles de prévenir et de remédier à ces difficultés dans le cadre d’actions individuelles et collectives.

Le 1er juin 2017, le recteur Jean-François Chanet et le conseiller technique de service social, Philippe Siclet, avaient rencontré l’assistante de service social du collège Pierre Vernier.

Un métier basé sur l’écoute, le conseil et le soutien

Pour Cécile Pritzy, "le fait de voir des élèves qui vont mieux et des situations familiales qui se décantent apporte beaucoup de satisfaction".

Cécile Pritzy Pouvez-vous vous présenter et définir votre fonction ?

Je suis assistante de service social dans l’éducation nationale depuis septembre 2010. De façon générale, la fonction d’un.e assistant.e de service social en faveur des élèves est de faire le lien entre la sphère familiale et scolaire.

Quel a été votre parcours personnel pour accéder à ce métier ?

Après un bac ES et un an de faculté de sociologie, mon objectif était d’entrer à l’IRTS de Franche-Comté en formation d’assistante sociale. J’ai eu le concours d’entrée en 2007 et obtenu mon DEASS en 2010. Pour devenir assistant.e social.e, la seule voie possible est d’obtenir le DEASS.

Dès la rentrée 2010, j’ai travaillé au sein de l’éducation nationale, d’abord contractuelle ensuite, j’ai obtenu le concours. J’ai donc été stagiaire, puis titulaire sur un poste d’assistante sociale en faveur des personnels en Haute-Saône. En 2013, j’ai obtenu ma mutation car je souhaitais travailler avec les élèves.

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires à votre profession ?

Pour exercer le métier d’assistant.e social.e, il faut faire preuve de capacités d’adaptation et d’empathie. Il est également important d’être à l’aise dans les relations sociales, à l’écoute des personnes demandeuses d’aide, de bien connaître le réseau des partenaires pour travailler avec eux. Je suis au quotidien en relation avec les infirmières, CPE, COP, chefs d’établissements et nos partenaires externes : centre médico-social, aide sociale à l’enfance, service éducatif en milieu ouvert, maison des ados....

Comment s’organise votre travail au quotidien ?

Dans la mesure où je travaille à 80 % dans quatre collèges je change tous les jours d’établissements.

Mon quotidien est rythmé par différentes missions :
- la contribution à la protection de l’enfance
- la prévention de l’échec scolaire et l’absentéisme
- la participation à l’éducation à la santé et à la citoyenneté
- le soutien et l’accompagnement des parents et des élèves en difficultés personnelles ou familiales.

Quelles sont vos principales satisfactions par rapport à votre métier ?

Je ne sais jamais de quoi sera faite ma journée et c’est assez satisfaisant. Ainsi, je ne connais jamais la routine. Cela peut être un peu déstabilisant parfois, mais l’imprévu dynamise mon quotidien et donne tout son sens à mon métier.

La reconnaissance des personnes aidées et le fait de travailler avec des adolescents sont pour moi deux immenses sources de motivation et de satisfaction.

Pour en savoir plus : Le métier d’assistant.e de service social

Contacts

Philippe Siclet, conseiller technique de service social du recteur
Tél. : 03 81 65 47 02

Organisation des services sociaux départementaux

 
mardi 24 octobre 2017

Portrait d’un infirmier

Eddy Lacroix est infirmier de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur au lycée professionnel Le Corbusier de Lons-le-Saunier.

Le métier d’infirmier "s’inscrit dans la politique générale de l’éducation nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants. Il concourt à cet objectif par la promotion de la santé des jeunes et participe plus largement à la politique du pays en matière de prévention et d’éducation à la santé".

Présentation et découverte d’un métier aux missions multiples

Entretien avec Eddy Lacroix

Pour en savoir plus

Le métier d’infirmier(e) de l’éducation nationale et de l’Enseignement supérieur

Pour rappel, le 9 mars dernier, le recteur Jean-François Chanet, accompagné de l’IA-DASEN du Jura avait rencontré Eddy Lacroix, infirmier de l’éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, sur son lieu de travail. Ce dernier avait présenté ses missions au sein d’un lycée professionnel, la diversité de ses tâches au quotidien et en particulier, l’importance du travail en partenariat.

Contacts

39
Lycée professionnel
Le Corbusier - Lons-le-Saunier
Informations complètes

Eddy Lacroix, infirmier de l’éducation nationale et de l’Enseignement supérieur
Tél : 03 84 86 13 02

Académie

Barbara Conscience, infirmière, conseillère technique du recteur
Tél. 03 81 65 73 79

Doubs

Virginie Boutolleau, infirmière conseillère technique responsable départementale auprès de l’inspecteur d’académie
Tél. 03 81 65 48 69

Jura

Sandrine Bombois, infirmière conseillère technique responsable départementale auprès de l’inspecteur d’académie
Tél. 03 84 87 27 07

Haute-Saône

Franck Capiomont, infirmier conseiller technique responsable départemental auprès de l’inspectrice d’académie
Tél. 03 84 78 63 47

Territoire de Belfort

Isabelle Burggraf, infirmière conseillère technique responsable départementale auprès de l’inspecteur d’académie

Tél. 03 84 46 66 06


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon