Accueil > DSDEN > Actualités > L’éducation physique et sportive autrement

Rubrique Actualités

jeudi 30 juin 2016

L’éducation physique et sportive autrement

Des partenariats noués avec les collectivités territoriales permettent aux élèves de réaliser des apprentissages qui sortent du cadre traditionnel des pratiques de l’EPS.

Pratiquer le golf à l’école, c’est possible !

Chaque année, les enseignants qui le souhaitent peuvent offrir à leurs élèves de cycle 3 la possibilité de pratiquer l’activité golf, cette action est reconduite en partenariat avec la ligue de Franche-Comté de golf, depuis maintenant trois ans.

Ce sont treize classes du secteur de Lure et Luxeuil-les-Bains qui ont pu s’initier à cette activité de pleine nature dans leurs écoles. Les classes ont bénéficié de matériel prêté par la ligue et de documents pédagogiques pour aider les professeurs des écoles motivés à la mise en œuvre de plusieurs séances.

L'éducation physique et sportive autrementUne action de formation hors temps scolaire s’est déroulée au golf de Bellevue pendant 3 heures en soirée pour des enseignants volontaires. Une quinzaine y ont pris part, provenant des écoles de Saint-Sauveur, Saint-Germain, Ternuay, Servance, Baudoncourt, Corre et Passavant-la-Rochère et répondant à la proposition Sylvie Daguenet, conseillère pédagogique départementale EPS, coordonnatrice de ce projet, accompagnée de deux conseillers pédagogiques EPS de circonscription. Toute cette équipe s’est ainsi retrouvée pour pratiquer sous les conseils avisés de Patrick Guey, cadre technique à la ligue en charge du dossier golf à l’école.
350 élèves ont ensuite bénéficié d’un module d’apprentissage et sont accueillis pendant une journée, sur le "practice" de Bellevue pour poursuivre les apprentissages entrepris dans les conditions authentiques.

Tennis à l’école

L'éducation physique et sportive autrementUn partenariat existe depuis de très nombreuses années avec le comité Départemental de Tennis de Haute-Saône et des actions de découverte ont vu le jour dans le département depuis maintenant plus de dix ans. Laurent Klein, cadre technique départemental, invite des classes à venir découvrir le tennis le temps d’une journée, avec le soutien de la DSDEN. Les présidents de clubs mettent leurs courts à disposition des élèves et parfois leurs cadres pour accueillir tous les participants. Les élèves s’initient au tennis avec du matériel adapté. Ils expérimentent alors les pratiques organisées dans différents ateliers, visant chacun une compétence spécifique : l’adresse, l’échange, les modalités de jeu…

Cette année, le partenariat noué avec la communauté d’agglomération de Vesoul, a permis à dix classes de cycle III de bénéficier d’un module d’apprentissage de sept à huit séances organisées avec le Tennis Club.

Golf, tennis et de nombreuses autres activités physiques sont à explorer pour aider les élèves à comprendre et respecter l’environnement des pratiques physiques et sportives. Celles-ci mobilisent différentes ressources, permettent d’apprendre par l’action, l’observation, d’analyser son activité et celle des autres, de partager des règles, et d’assumer des rôles et des responsabilités. Les actions menées en partenariat favorisent l’acquisition de ces compétences interdisciplinaires.

Galerie


 
mercredi 29 juin 2016

22es rencontres scolaires cinéma-vidéo : "Mutation(s)"

Les 22es rencontres scolaires cinéma-vidéo de Luxeuil-les-Bains organisées par le lycée Lumière ont eu lieu le samedi 4 juin 2016 à l’Espace Molière de Luxeuil-les-Bains.

22es rencontres scolaires cinéma-vidéo : "Mutation(s)" Créées en 1995 dans le cadre du centenaire du cinéma, la particularité de cette manifestation est l’implication des lycéens de l’option cinéma du lycée.

Les principaux objectifs pédagogiques sont d’impliquer et de responsabiliser les élèves du lycée, et plus particulièrement ceux de l’option cinéma-audio-visuel dans une dynamique de projet, à travers ce festival. Le but étant aussi de développer un esprit de curiosité, d’analyse, lors des échanges avec les différentes équipes qui participent au festival.

Le festival est un moment de rencontre et d’échange autour du cinéma et de la vidéo organisé par Jean-Luc Prost, professeur de cinéma et par les 25 élèves des différentes options cinéma du lycée (seconde, première et terminale - enseignement facultatif et spécialisé).


Un événement phare pour l’établissement

Ces rencontres mobilisent élèves, enseignants et personnels pour accueillir environ 150 festivaliers venant principalement des académies de Besançon, Nancy-Metz et Strasbourg : dix-huit établissements (collèges, lycées et post bac) étaient représentés cette année et 23 films ont été projetés en compétition le samedi matin et l’après midi.

Le président du jury cette année était le jeune cinéaste Guillaume Rieu venu présenter en soirée son court métrage "L’attaque du monstre géant suceur de cerveaux de l’espace" qui a remporté un vif succès auprès du public présent dans la salle. La projection a ensuite été suivie d’un débat avec le réalisateur et de la projection de plusieurs réalisations de l’année. La soirée s’est terminée par la remise de dix prix suite aux délibérations du jury constitué à part égale d’adultes et d’élèves de l’option.

Tout savoir sur le festival : programme, palmarès

Contact

70
Lycée polyvalent
Lumière - Luxeuil-les-Bains
Informations complètes

 
mardi 28 juin 2016

L’école de Sornay récompensée au concours de "l’imagier des dix mots"

"L’imagier des dix mots" vise à illustrer la richesse de la langue, sa poésie, son inventivité. Le concours s’adresse aux élèves de l’école élémentaire. Chaque année, dix mots sont choisis pour permettre de libérer l’imaginaire de ceux qui s’en emparent afin qu’ils s’expriment sur tous les modes : dix mots à dire, à écrire, à représenter, dix mots pour jouer, pour découvrir et créer.

L'école de Sornay récompensée au concours de "l'imagier des dix mots"Dans le cadre de la semaine de la langue française et de la francophonie, Estelle Rietmann, directrice et enseignante à l’école de Sornay a souhaité faire comprendre que la langue française n’appartient pas aux seuls français.

Les élèves ont commencé leur projet aux alentours de Noël. Cela leur a donné l’idée d’utiliser le Père-Noël comme point de départ car c’est un homme qui voyage dans le monde entier.

Un projet apprécié par les enfants...et récompensé par le deuxième prix national dans la catégorie Cycle 2

L'école de Sornay récompensée au concours de "l'imagier des dix mots"Madeline : "J’ai aimé avoir les poux en pâte à modeler dans mes cheveux pour le mot "poudrerie"."
Louise : "J’ai préféré le mot "tap-tap" car le mot est rigolo et notre œuvre était colorée."
Corentin : "J’ai préféré le tap-tap car dans notre histoire, il volait"
Thomas : "J’ai aimé le mot "chafouin" car ce mot est beau."
Aubin : "Le mot "lumerotte" m’a plu car j’aime bien allumer des bougies et me mettre dans la nuit."
Élouann : "J’ai aimé faire les traces de café pour le mot "ristrette"."

Imagier des 10 mots - école de Sornay
Informations complémentaires et palmarès 2016

Contact

Estelle Rietmann, directrice et enseignante de la classe de grande section / cours préparatoire
École de Sornay
Tél. : 03 84 32 20 21
Courriel

 
vendredi 24 juin 2016

Visite du recteur aux "petits artistes de la mémoire"

Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, a annoncé aux élèves de CM1-CM2 de l’école d’Amoncourt que leur travail réalisé dans le cadre du concours des petits artistes de la mémoire a reçu le prix académique.

Visite du recteur aux "petits artistes de la mémoire"Le concours des "petits artistes de la mémoire" est organisé par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Il a pour objet de transmettre aux plus jeunes la mémoire des combattants de la Grande Guerre et s’inscrit dans le cadre de la commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

Imaginer le carnet de guerre d’un "poilu"

Les classes participantes sont invitées à réaliser un "carnet de guerre" imaginaire illustré par des dessins, des peintures, des collages, des poèmes, des textes retraçant l’histoire d’un "poilu" originaire de leur département.

La classe de CM1-CM2 de Géraldine François a composé son carnet autour d’un "poilu" du village d’Amoncourt, Henri Durget. Aidée par son neveu, Guy Durget, âgé aujourd’hui de 94 ans, la classe a mené des recherches pour obtenir des informations utiles pour réaliser leur carnet. Associant extraits de journaux de l’époque, correspondance fictive d’Henri Durget et illustrations variées, la classe a produit un travail conséquent et de grande qualité.

Des élèves motivés, soutenus par leurs familles

Les élèves de cette classe ont présenté leur travail au recteur de l’académie, ainsi qu’à un public d’adultes élargi : Liliane Ménissier IA-DASEN de la Haute-Saône, Olivier Apollon, IEN-ET-EG référent académique mémoire et citoyenneté, Michael Porte IEN de la circonscription accompagné des conseillères pédagogiques. Marie-Aude Pierron directrice de l’école avait également convié les partenaires : le directeur de l’ONACVG de Haute-Saône, les maires des communes d’Amoncourt et de Fleurey-les-Faverney, la Déléguation départementale de l’Éducation nationale et correspondante de presse, une représentante des parents d’élèves et Guy Durget, le neveu du "poilu" concerné par le projet de la classe.

Visite du recteur aux "petits artistes de la mémoire"Les élèves ont expliqué leur démarche au public, et ont entonné la Chanson de Craonne (chant des poilus) et la Marseillaise. Ils ont ensuite échangé avec Jean-François Chanet et Olivier Apollon. Les élèves ont explicité leur méthode de travail et ont dit tout leur intérêt pour le projet entrepris. Sorties, recherches documentaires notamment sur internet, visionnage du film "Charlot soldat", les actions pédagogiques pour nourrir le projet ont été riches et nombreuses. Les élèves ont aimé travailler en groupes dans le cadre d’ateliers consacrés aux illustrations ou à l’écriture des textes. Ils ont fait part du soutien manifesté dans leur famille, ont noté l’importance d’entretenir la mémoire de ce qui a été vécu par des arrière-grands-parents. Unanimement, ils ont exprimé le plaisir de voir leur travail récompensé. Ils savent désormais que ce carnet de "poilu", distingué au niveau académique, sera transmis au jury national à Paris.
Le recteur a dit aux élèves qu’ils pouvaient être fiers de ce travail de mémoire de très grande qualité accompli par un groupe soudé.

 
mercredi 22 juin 2016

Exprimer des émotions avec des outils numériques

Dans le cadre d’un second projet "Classe IPad arts et culture", les élèves de la classe de CP de l’école de Saulx ont convoqué les arts autour de la thématique des émotions.

Ségolène Perrod enseignante de la classe de CP à Saulx a proposé à ses élèves une séquence d’apprentissages aux entrées multiples dans le domaine des arts et de la culture. L’enseignante a été accompagnée par Sylvie Rey, conseillère pédagogique de la circonscription de Vesoul 2 et par Julien Jacquot, conseiller pédagogique départemental en éducation musicale. La classe a bénéficié de tablettes numériques prêtées par l’Atelier Canopé pour une durée de six semaines. Les intervenants du projet ont été formés à l’utilisation des tablettes par le médiateur numérique de l’Atelier Canopé, Yann Poirson.

Exprimer des émotions avec des outils numériquesArticulé autour de l’expression des émotions, ce projet s’inscrit dans le parcours d’éducation artistique et culturelle des élèves. Divers textes de littérature ont permis d’appréhender la peur, des tableaux et des sculptures ont conduit les élèves à s’exprimer au sujet de la joie, tandis que le film d’animation Ernest et Célestine a constitué un point d’appui pour caractériser l’amitié et la tendresse. Au fil de séances transdisciplinaires, les élèves ont enrichi leur lexique, développer des compétences de lecture et de production écrite autour des thématiques abordées. Un travail particulier sur l’écoute a été conduit. Associer musique et émotions, lors de séance d’expression corporelle et de mimes, créer une ambiance sonore en utilisant divers objets.

Les élèves ont ensuite été invités à créer un court-métrage pour chacune des émotions appréhendées. C’est ainsi qu’ils ont utilisé des tablettes pour écrire des phrases, prendre des photos, enregistrer leurs voix, utiliser des sons pour animer chacune des trois vidéos produites.

À l’issue de cette séquence, les élèves ont présenté leurs travaux à un public d’adultes invités par Philippe Millet, directeur de l’Atelier Canopé et par Carole Walker, directrice de l’école de Saulx. En présence de Michael Porte, IEN de la circonscription et chargé de mission départementale TICE, de Yann Kehl, IEN chargé de mission départementale arts et culture, d’élus de la communauté de communes du Triangle Vert, de représentants de parents, du médiateur numérique de l’Atelier Canopé, et des conseillers pédagogiques, les élèves ont consciencieusement explicité la démarche du projet, alors que l’enseignante a projeté les vidéos et courts métrages réalisés.

Exprimer des émotions avec des outils numériquesLes élèves ont ensuite invités les adultes présents à utiliser les tablettes pour créer des documents multimédia. Fièrement, ils ont agi en formateurs et ont fait la démonstration des compétences qu’ils ont acquises dans l’usage des outils numériques.

Michael Porte a remercié les élèves pour leur prestation et a souligné que la mise en synergie des différents acteurs a conduit à un résultat de grande qualité. Il a remercié tous les intervenants du projet. L’IEN a également indiqué à l’assemblée que l’entrée du numérique à l’école permet de favoriser les apprentissages scolaires. En effet, les élèves sont motivés pour agir dans cet environnement devenu familier, personnalisé et mieux adapté aux besoins de chacun. Le partenariat avec les collectivités territoriales est fondamental pour que tous les élèves puissent bénéficier des apports fournis par les outils numériques.
Philippe Millet a indiqué que les tablettes numériques se révélaient être une entrée très pertinente pour favoriser les apprentissages artistiques et culturels. Il souhaite poursuivre la dynamique de prêt de matériel et d’accompagnement des enseignants, dans une logique de co-construction.

La qualité des apprentissages multiples réalisés par les élèves et leur fierté manifeste à partager avec l’auditoire leurs réalisations multimédia ont montré une nouvelle fois l’intérêt des usages des outils numériques.

Galerie

Exprimer des émotions avec des outils numériques Exprimer des émotions avec des outils numériques Exprimer des émotions avec des outils numériques Exprimer des émotions avec des outils numériques Exprimer des émotions avec des outils numériques Exprimer des émotions avec des outils numériques Exprimer des émotions avec des outils numériques Exprimer des émotions avec des outils numériques

 
mercredi 15 juin 2016

"Écritures croisées"

Un parcours artistique qui sort des sentiers battus a été proposé aux élèves du département. Le projet "Écritures croisées" les a conduits à l’écomusée de Fougerolles pour rencontrer des artistes et pratiquer les arts sous différentes formes.

À l’issue de travaux et d’apprentissages artistiques menés en fil rouge durant l’année scolaire, des classes des écoles de Conflandey, d’Echenoz Longeville, de Saint-Barthélémy et de Saulx sont allées à la rencontre de danseuses professionnelles. Le rendez-vous était fixé dans un lieu culturel emblématique du département, l’écomusée de Fougerolles.

Croiser les approches artistiques et culturelles afin d’enrichir les pratiques et les connaissances des élèves

Deux ateliers étaient proposés le matin

"Écritures croisées"
- rencontre avec les danseuses de la compagnie "Pièces détachées", Caroline Grosjean et Magali Albespy. Pendant l’échauffement des danseuses, les élèves ont été invités à réaliser des croquis, partitions codées des mouvements. Ils ont également pris des photos avec des tablettes numériques. L’atelier Canopé 70 a mis à disposition du matériel et du personnel pour cette manifestation.

- visite complète de l’écomusée. En lien avec un travail préparé en classe, les élèves ont exploré l’ensemble du musée. Les élèves, qui avaient découvert l’écomusée en novembre à travers des ateliers de pratiques artistiques, ont demandé à bénéficier de cette visite complète. Une occasion de remonter le temps et d’appréhender le mode de vie à la campagne au cours des deux derniers siècles.

Durant l’après-midi, deux temps forts ont été organisés

"Écritures croisées"
- échange avec les danseuses sous la forme d’une interview filmée. Les questions des élèves avaient fait l’objet d’une réflexion collective préalable à la rencontre afin de rendre ce dialogue avec les professionnelles très pertinent.

- restitution d’une partie du travail engagé par chaque classe autour d’"Écritures croisées". Dessins, photographies, textes, danses… Les différents groupes d’élèves ont présenté leurs travaux artistiques suite à la réflexion engagée sur la thématique du projet. Le public constitué des adultes et des élèves ont découvert différentes réponses apportées à la thématique commune.

Proposé par Marie Hélène d’Antona, conseillère pédagogique départementale en arts visuels, ce projet dont l’approche culturelle s’est montrée innovante a bénéficié du soutien de la DRAC et de Canopé. Le partenariat noué avec l’écomusée, et l’investissement de tous les acteurs du projet "Écritures croisées" ont largement contribué à la réussite de cette action au bénéfice des élèves des écoles concernées.

Galerie


 
mardi 7 juin 2016

"Moi et les autres, en bref"

Les 25 élèves de 3e2 du collège Albert Jacquard de Lure ont participé au projet "Moi et les autres, en bref" : initié par le réseau Information jeunesse ce projet a pour objectif de sensibiliser les jeunes à la tolérance et à la lutte contre les discriminations.

Tournage de deux courts métrages au collège et devant les installations sportives de Lure

"Moi et les autres, en bref"Sous l’égide de Mathieu Peset, réalisateur, et de leur professeur de français, Lucille Schwall, les élèves ont conçu deux courts métrages, l’un sur leurs origines, très diverses dans cette classe, l’autre sur le handicap. En un laps de temps particulièrement court (8 heures par groupe), ils ont non seulement imaginé les synopsis et joué les différents rôles mais ils sont aussi passés derrière la caméra, se sont improvisés preneurs de sons ou accessoiristes. Une expérience formatrice sur tous les plans !

Pour clore le projet, les courts métrages de tous les élèves des établissements de Gray, Luxeuil et Vesoul ont été projetés gratuitement au cinéma Méliès, le vendredi 27 mai, et les élèves ont été impressionnés de se voir sur grand écran !

Contact

Anne Chauvelot, documentaliste et Patrick Parmentier, principal adjoint

70
Collège
Albert Jacquard - Lure
Informations complètes

 
mardi 24 mai 2016

Miser sur la prévention pour encourager la persévérance scolaire

Le dispositif relais permet un accueil temporaire adapté des collégiens en risque de marginalisation scolaire dans l’objectif de favoriser la persévérance scolaire.

Les modules du dispositif relais accueillent des élèves de collège, entrés dans un processus de rejet de l’institution scolaire qui peut se traduire par des manquements graves et répétés au règlement intérieur, un absentéisme chronique non justifié, une démotivation profonde dans les apprentissages. Tout élève fréquentant un dispositif relais a bénéficié au préalable de mesures d’aide et de soutien prévues au sein de son collège. Un tuteur assure le lien avec le collège d’origine.

En Haute-Saône, le dispositif s’appuie sur des modules installés dans quatre collèges (Albert Jacquard à Lure, Romé-de-l’Isle à Gray, Jean Rostand à Luxeuil-les-Bains et Gérôme à Vesoul), assurant ainsi une couverture géographique sur tout le département, en lien avec les réseaux de l’éducation prioritaire et les quartiers "politique de la ville".

Avec le soutien financier du conseil départemental, le dispositif fonctionne de manière inclusive, une journée par semaine durant des sessions renouvelables de huit semaines. Au sein de chacun des modules, les quatre enseignantes titulaires du 2CASH inscrivent leur action pédagogique dans une démarche de projet. Aidées d’un AED, elles ont pour objectif de travailler les compétences du socle commun de connaissances, de compétences et de culture avec une attention particulière aux compétences sociales et civiques. Aider les élèves à se réinvestir dans les apprentissages pour être en mesure de se projeter dans un parcours de formation, telle est l’ambition de ce dispositif de prévention du décrochage scolaire.

À l’occasion de la réunion annuelle du comité de pilotage du dispositif relais, qui s’est tenue au collège Jacquard de Lure, Isabelle Poyard, IEN chargée de l’information et de l’orientation a présenté un bilan du fonctionnement du dispositif. Le comité a échangé sur les caractéristiques du public accueilli et les bénéfices offerts par cette prise en charge. Les principaux des quatre collèges accueillant les modules relais et Catherine Hug assistante sociale, conseillère technique de l’IA-DASEN étaient présents. Frédéric Parra, représentant la Protection judiciaire de la jeunesse, a témoigné son intérêt de même qu’Isabelle Arnould, conseillère départementale, vice présidente de la collectivité.

Afin d’illustrer le travail mené au sein du dispositif, les élèves du module du collège Jacquard, encouragés par les quatre enseignantes intervenant sur le dispositif, ont présenté aux membres du comité leur exposition de photographies sur les arbres. Concentration, sens de l’observation, sens critique, sensibilisation à l’environnement.

La réunion fut également l’occasion de remettre le diplôme du PSC1 au récipiendaire luron de cette dernière session.

En somme, une année riche en thématiques abordées : un projet cirque conclu par une représentation à l’EHPAD de Gray, un travail sur les droits de l’homme en lien avec la Maison de la négritude de Champagney, une visite de Château Lambert et aussi une réflexion sur les émotions à travers la réalisation de masques…autant d’occasions pour ces élèves de s’ouvrir sur leur environnement, de découvrir l’ autres…et eux-mêmes.

Galerie

Miser sur la prévention pour encourager la persévérance scolaire Miser sur la prévention pour encourager la persévérance scolaire Miser sur la prévention pour encourager la persévérance scolaire Miser sur la prévention pour encourager la persévérance scolaire Miser sur la prévention pour encourager la persévérance scolaire Miser sur la prévention pour encourager la persévérance scolaire Miser sur la prévention pour encourager la persévérance scolaire

 
jeudi 19 mai 2016

Regards plastiques - édition 2016

Les productions des classes participant aux dispositifs arts visuels du département sont exposés à l’atelier Canopé de Vesoul jusqu’au 21 juin

Regards plastiques - édition 2016Dessiner c’est croquer, De Coloribus, De ronde en bosse, Des flacons aux parfums, Ceci est une image, C’est dans la boîte, À propos d’Henri Matisse, Pas si courts, Sur les murs du préau, Jean-Léon Gérôme et visites au musée….
A travers les dispositifs proposés par Marie Hélène d’Antona, conseillère pédagogique départementale en arts visuels, les élèves explorent de nombreuses pratiques plastiques. Les projets abordent le dessin, les collages, la couleur, les volumes… Ancrés aux parcours d’éducation artistique et culturelle, les projets sont construits en lien avec différents domaines : l’histoire des arts, la maîtrise de la langue et la littérature de jeunesse. Les productions proposées n’oublient pas la dimension plaisir, source de grande motivation pour les artistes en herbe.

Blog arts et culture

Durant l’année scolaire 130 classes du département ont pris part à ces dispositifs. Les productions de 53 d’entre elles sont valorisées lors de l’exposition annuelle Regards plastiques.
Cette exposition, fruit d’une collaboration entre la DSDEN et l’Atelier Canopé de Vesoul, se tient cette année dans le bâtiment C de l’Espace70 (ex-IUFM). Elle finalise les travaux réalisés par les élèves durant l’année scolaire

Lors du vernissage, le 17 mai, tous les enseignants du département ont été conviés par Philippe Millet, directeur de l’Atelier Canopé70 et Liliane Ménissier, inspectrice d’académie, représentée par Yann Kehl, IEN en charge du dossier départemental arts et culture. La présentation des projets, la rencontre avec les participants, la confrontation visuelle avec les productions exposées, stimulent la réflexion du visiteur. Les réponses plastiques apportées par les classes autour d’une même thématique sont variées et surprenantes. Pour l’enseignant, la réflexion pédagogique porte sur le choix des matières utilisées, le support, sa taille, les médiums, les outils mis à disposition des élèves et l’utilisation qu’ils en font à différents âges de la scolarité primaire. C’est un moment privilégié pour découvrir la richesse des pratiques pédagogiques en arts visuels et pour susciter l’envie de s’investir différemment avec sa classe.

Exposition ouverte du 18 mai au 22 juin sur rendez-vous, tous les jours de 9 à 18 h et vendredi de 9 à 17 h

Atelier Canopé70-Vesoul
5A Route de Saint Loup
Tel : 03 84 97 15 00

Galerie


 
mardi 10 mai 2016

Les échanges internationaux ont le vent en poupe au lycée Luxembourg

Depuis 1996, le lycée Luxembourg de Vesoul entretient une solide collaboration avec la Carl Schaefer Schule de Ludwigsburg, petite ville allemande du Bade-Würtemberg proche de Stuttgart : un échange devenu traditionnel qui s’est déroulé du 1er au 11 mars 2016

Cette année, le projet a porté sur la fabrication d’une éolienne verticale et les neufs élèves de terminale structures métalliques et deux élèves de la mention complémentaire soudage du lycée professionnel Luxembourg de Vesoul ont travaillé en binôme avec onze élèves apprentis de 3e année section Metallbau de Ludwigsburg. Ensemble, ils ont réalisé une éolienne de 1.70 mètre de haut et de 1.50 mètre de large en inox ainsi qu’une présentation Powerpoint sur l’histoire de l’éolien en français comme en allemand.

Cette éolienne prendra place sur le toit des ateliers structures métalliques du lycée Luxembourg et assurera l’éclairage des kakémonos représentant les filières devant le lycée. En Allemagne les élèves ont fabriqué des minis éoliennes individuelles qu’ils garderont en souvenir.

Les échanges internationaux ont le vent en poupe au lycée Luxembourg En France, les élèves ont visité le musée de la cerise à Fougerolles, le musée Garret de Vesoul ainsi que le musée Peugeot à Sochaux. En Allemagne, les élèves ont découvert la ville de Stuttgart, le musée Mercedes Daimler Benz et le magnifique château baroque de Ludwigsburg .

Cet échange a été financé en partie par la subvention d’Appui à la vie lycéenne de la région de Bourgogne Franche-Comté et par l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ).
Une fois encore, les élèves se sont très bien entendus, ont travaillé avec enthousiasme et sont très fiers du résultat obtenu.
Les professeurs allemands, Franck Singer, Joerg Boxler, Christina Schappacher et français, Stéphane Pourcine et Michel Ballandier de la section en chaudronnerie industrielle du lycée Luxembourg se sont donnés rendez-vous en 2018.

70
Lycée professionnel
Luxembourg - Vesoul
Informations complètes


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon