R

Accueil > Académie > Actualités > En établissements > Un ouvrage du XVIe siècle révélé au collège Victor Hugo de Besançon (...)

Rubrique En établissements

mardi 30 juin 2015

Un ouvrage du XVIe siècle révélé au collège Victor Hugo de Besançon !

La Géographie de Ptolémée a longtemps trôné sur les étagères de la bibliothèque de l’École centrale de Besançon, aujourd’hui collège Victor Hugo, avant d’en disparaître. Retrouvé récemment, le document a été exposé lors d’un bref retour dans les murs qui l’ont accueilli dans le passé.

À l’occasion de la visite du recteur Jean-François Chanet au collège Victor Hugo, dans le cadre du lancement du diplôme national du brevet, la Géographie de Ptolémée datant de 1513 lui a été présenté, ainsi qu’à Gilles Bulabois, inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional d’histoire-géographie.

Un document lié à l’histoire du collège

Présentation de l'Atlas de Ptolémée Le document a été découvert par un enseignant de l’Université de Franche-Comté alors qu’il était en train de faire du rangement dans un bureau. Il a pris contact avec la bibliothèque municipale de Besançon pour connaître l’origine de l’ouvrage. Marie-Claire Waille, conservateur à la bibliothèque et aux archives de la Ville de Besançon a pu mettre en lumière l’histoire de ce précieux document lié à l’histoire du collège Victor Hugo.

L’ouvrage provient des confiscations révolutionnaires et appartient à l’État. Il est entré dans les collections de l’École centrale de Besançon en 1795-1796, qui deviendra successivement le lycée impérial, royal, Victor-Hugo, puis collège Victor Hugo. Un cachet datant XIXe siècle et figurant sur les cartes atteste de la présence de l’ouvrage dans l’établissement bisontin. Il aurait ensuite quitté les locaux du lycée, dans la deuxième partie du XXe siècle, probablement pour figurer dans un cours de latin ou d’histoire à l’Université de Besançon et il y est resté.

La Géographie de Ptolémée, un ouvrage d’une grande rareté

Il s’agit de l’édition de la Géographie de Ptolémée, en latin, imprimée par Jean Schott en 1513 à Strasbourg. Claude Ptolémée, astronome, mathématicien et géographe grec, a écrit sa Géographie vers 150 après Jésus Christ à Alexandrie. Le texte contient, entre autres, les coordonnées d’environ 8 000 lieux dans le monde connu alors. Vers 1295-1300, Maxime Planude, théologien, à Byzance, redécouvre le texte, et fait réaliser 27 cartes manuscrites à partir des indications du texte de Ptolémée. Ce dernier est traduit en latin à Florence entre 1397-1406 par Manuel Chrysoloras et Jacopo d’Angelo de Scarperia sous le titre Cosmographia.

Atlas de Ptolémée Textes et cartes ont connu un grand succès au XVe siècle. La Géographie est imprimée dès 1475 et elle est imprimée régulièrement jusqu’en 1511 ; quelques cartes sont parfois ajoutées aux 27 d’origine.

L’édition de 1513 est la première à regrouper en deux parties distinctes les 27 cartes "ptoléméennes" et vingt cartes modernes. Ce sont deux géographes de Saint-Dié-des-Vosges, Martin Waldseemüller et Mathias Ringmann qui la préparent. C’est la première fois que le Nouveau Monde apparaît sur des cartes imprimées dans un livre. La dernière carte représentant la Lorraine est imprimée en trois couleurs.

Quatorze autres exemplaires de cette édition sont conservés en France : six à la Bibliothèque nationale de France, un à la Bibliothèque Mazarine (Paris), sept dans des bibliothèques municipales. Il s’agit donc d’une découverte exceptionnelle.

Besançon devient la neuvième ville en France à détenir un exemplaire de cet ouvrage.
Le document a été confié à la bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon, pour y être conservé dans des conditions optimales.

25
Lycée général et technologique
Victor Hugo - Besançon
Informations complètes

 
mardi 30 juin 2015

Projet d’implantation d’une classe de cadets de la sécurité civile

Lundi 22 juin, les élèves de l’option jeune sapeur pompier (J.S.P.) ont réalisé, sous la responsabilité du service départemental d’incendie et de secours (S.D.I.S.), une manœuvre dans la cour, en présence de personnalités et des élèves du collège Châteaudun de Belfort

En septembre 2014, le collège a mis en place une option jeune sapeur pompier (J.S.P.), qui regroupe 14 élèves issus de classes de 4e. L’enjeu est de préparer les élèves à la qualification de J.S.P. et de promouvoir leur engagement au service d’un projet citoyen.

Projet d'implantation d'une classe de cadets de la sécurité civileLe fonctionnement de l’option repose sur un partenariat avec le service départemental d’incendie et de secours (S.D.I.S.) du Territoire de Belfort qui assure la formation théorique au collège et la formation pratique en caserne. En interne, le projet est coordonné par un professeur d’E.P.S.

Les élèves sont investis dans leur mission et contribuent, lors des exercices d’évacuation programmés dans l’établissement, à assister le personnel adultes et les élèves-assistants de sécurité formés par le S.D.I.S. dans le cadre de l’information préventive aux comportements qui sauvent (I.P.C.S.).

Au terme d’une année, le bilan, pleinement satisfaisant, engage le collège et le S.D.I.S. à poursuivre leur collaboration et à inscrire l’action dans le projet national d’ouverture d’une classe de cadets de la sécurité civile.

Ce projet citoyen, porteur des valeurs de la République, est soutenu par la communauté éducative du collège.

Contact

Estelle David, principale

90
Collège
Châteaudun - Belfort
Informations complètes


Galerie

Projet d'implantation d'une classe de cadets de la sécurité (...) Projet d'implantation d'une classe de cadets de la sécurité (...) Projet d'implantation d'une classe de cadets de la sécurité (...) Projet d'implantation d'une classe de cadets de la sécurité (...) Projet d'implantation d'une classe de cadets de la sécurité (...)

 
jeudi 18 juin 2015

Semaine des arts à Vesoul

Les élus du conseil de la vie lycéenne (C.V.L.) du lycée Belin et des Haberges organisent des spectacles vivants (musique, danse…) et des expositions (photos , dessins…) visibles pendant une semaine sur la pause méridienne au sein des deux lycées

Les deux lycées échangent leurs intervenants, qui sont eux aussi des élèves.
En amont de cette manifestation, les élèves organisateurs des deux lycées se rencontrent à plusieurs reprises pour échanger leurs idées et leurs expériences. Ils élaborent un programme en commun.
Les professeurs sont invités à participer. Les élèves sont accompagnés par un C.P.E. dans la mise en œuvre de leur projet.

Objectifs

Semaine des arts à Vesoul La semaine des arts a pour objectif de valoriser les élèves en dehors des cours. C’est une semaine d’échange, qui crée des liens et une forte cohésion. C’est l’occasion pour les élèves de s’approprier leur lycée, qu’ils soient organisateurs, participants ou simplement spectateurs. C’est un formidable outil pour améliorer le climat scolaire et les conditions du vivre ensemble, indispensables au bien-être, à la construction de la personnalité et à la réussite scolaire.

La manifestation se déroule sur une semaine pendant la pause méridienne.
Les réunions de travail se déroulent en atelier et commencent plusieurs semaines avant la manifestation, par une rencontre inter-C.V.L. (chaque lycée invite le C.V.L. de l’autre établissement.) avec l’aide de l’équipe éducative.

Compétences travaillées

La semaine des arts est un vaste chantier qui mobilise les compétences 6 et 7 du socle commun . Les élèves doivent faire preuve d’initiatives, de créativité, d’engagement dans un projet collectif. Ils doivent être capables de s’organiser, de collaborer sur un projet avec un autre lycée, de gérer des situations, de travailler en équipe et de communiquer.

Cette semaine des arts a été impulsée il y a huit ans par des membres du C.V.L.
Les anciens transmettent leur expérience et leur savoir faire aux nouveaux. Elle a un rôle fédérateur, elle contribue à forger l’identité du lycée, l’appartenance à une communauté scolaire, elle a également un rôle diplomatique puisqu’elle favorise les bonnes relations entre les deux lycées. De ce fait, nous avons élargi le calendrier commun, avec une journée carnaval et un stage inter-C.V.L. sur la communication.

Contacts

70
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'ingénierie numérique
Édouard Belin - Vesoul
Informations complètes

70
Lycée général et technologique
Les Haberges - Vesoul
Informations complètes


Galerie

Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul Semaine des arts à Vesoul

 
mardi 16 juin 2015

Comenius Common Link in Europe (C.L.E.) au lycée Édouard Belin

Jeudi 4 juin a eu lieu dans le hall du lycée vésulien une cérémonie de clôture du projet Comenius avec l’inauguration du triptyque réalisé par les élèves des trois pays membres

Le lycée Édouard Belin est à la tête d’un partenariat multilatéral sur deux ans (2013-2015) qui compte trois pays :
- Hofstad Lyceum, Pays-Bas (coordonnatrice du projet : Françoise Vogelaar)
- Holy Family Secondary School, Irlande (coordonnatrice du projet : DeirdreLloyd)
- lycée Edouard Belin, France (coordonnatrice du projet : Christine Morales)

En savoir plus

Les élèves concernés et l’équipe éducative

Les secondes 2, classe Comenius (2013-2014) et les secondes 1 et 3 en arts plastiques (2014-2015) étaient encadrés par :
- Christine Morales, chef de projet et espagnol
- Gisèle Depery, projet polyptyque/arts plastiques
- Cécile Santagata, appli
- Catherine Grisard, communication/ émissions de radio
- Olivier Riboton, anglais
- Rozenn Nouvel, ambassadeur des sens
- Marie-Hélène Perceval, chef d’établissement adjoint

Objectifs

Comenius Common Link in Europe (C.L.E.) au lycée Édouard BelinCréer une application utile à un jeune citoyen européen responsable pour voyager dans nos trois pays : cette application s’appelle Euromove et est téléchargeable dans le Google Play !
Elle présente les différentes caractéristiques de chaque pays à travers différents thèmes et a permis aux élèves impliqués de travailler sur ces différentes thématiques :
- la maîtrise des langues (l’anglais, l’espagnol et le français)
- renforcer l’usage des T.I.C.E.
- renforcer l’identité européenne et le sentiment d’appartenance à l’Europe

Le triptyque

Chaque rencontre dans les trois pays a permis de créer un triptyque.

1+1+1=1 chiffres symboliques le 3 et le 1 pour les trois pays et l’unité représentée.

3 pays, 3 formats, 3 "couches" d’intervention : la toile, le bâtiment ou monument emblématique du pays, les éléments du "portrait chinois" représentant les caractéristiques des pays, sous la forme "si j’étais"

Un paysage, un personnage, un climat, une plante.

Six élèves : deux Irlandais, deux Hollandais, deux Français.

Dimensions de chacun des panneaux : 200 cm x 120 cm x 3 cm

Chaque pays accueillant a dessiné un bâtiment/monument emblématique de son pays en grand format sur la toile en peinture. Des éléments des deux autres pays ont été créés et intégrés dans le tableau.

Les trois panneaux réalisés ont été pris en photo afin que chaque pays ait une reproduction. L’unité finale recherchée sera donnée par des "tampons" type voyage qui rassembleront dans un cercle le nom des trois pays dans leurs langues respectives apposés sur les trois panneaux terminés.

Contact

70
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'ingénierie numérique
Édouard Belin - Vesoul
Informations complètes

 
mardi 2 juin 2015

"Ces gens-là"

En présence de Jean-François Chanet, recteur de l’académie, 210 chanteurs et musiciens du chœur et orchestre du collège Pierre et Marie Curie ont interprété 17 chansons à la Cavalerie

"Ces gens-là"17 chansons de Brel, Reggiani, Adèle, Jackson, Brassens dressant le portrait de gens, d’individus, en soulignant les différences entre jeunes et moins jeunes, les personnes atteintes de handicap et toutes les autres...

À travers des textes ciselés, les jeunes chanteurs ont raconté avec le cœur, des histoires de vie débordantes d’émotions et ont rappelé l’importance du contact humain et de valeurs du bien vivre ensemble telles que l’amour, le partage...À l’index : le divorce, la domination, la haine, la soif du pouvoir, l’indifférence.
L’association Chœur et Orchestre du collège Curie, composée de parents et d’anciens élèves prend en charge toute l’organisation de ces spectacles.

Tout savoir sur ce dispositif

 
mercredi 27 mai 2015

Devoir de mémoire au lycée Jules Haag de Besançon

Ce mercredi 27 mai, en présence du préfet de région, préfet du Doubs, Stéphane Fratacci, du recteur Jean-François Chanet et de Jacqueline Teyssier, dernière survivante franc-comtoise du camp d’Auschwitz, les élèves de l’établissement ont rendu un vibrant hommage aux anciens élèves de l’École de mécanique et d’horlogerie et leurs familles.

Devoir de mémoire au lycée Jules Haag de BesançonAccueillis par Guy Flauder, proviseur du lycée Jules Haage et par toute l’équipe éducative, les personnalités ont pu assister à cette émouvante cérémonie mise en place par les élèves :
- lecture de poèmes
- discours de commémoration
- dépose d’une fleur pour chaque élève mort pour la France
- Chant des partisans et Marseillaise par la chorale mise en place à l’internat par Audrey Mendes, assistante d’éducation
- cérémonie des portes-drapeaux : explication de la symbolique des drapeaux par les membres du souvenir français

Jean-François Chanet, recteur de l’académie, a souligné combien il était important de "recréer du lien" avec des événements douloureux du passé afin de se poser la question de ce que l’on aurait fait soi-même : "Résister on non, choisir, s’engager...". Il a également rappelé à quel point les valeurs de la Résistance restaient importantes aujourd’hui : "Être résistant, c’était refuser de rester indifférent. Si l’esprit de la résistance c’était il y a 70 ans de ne pas rester indifférent face à l’occupation, aujourd’hui, pour vous, c’est de prendre vos responsabilités de citoyens, d’adultes responsables en ne restant pas indifférents au monde dans lequel vous vivez".


La cérémonie s’est poursuivie par un repas réunissant élèves d’aujourd’hui et anciens élèves. Tous ont ensuite pu visiter l’exposition réalisée à cette occasion.

Historique du projet

En 2013, à l’occasion d’une exposition sur l’École nationale d’horlogerie (E.N.H.) organisée par le musée du Temps, Anne Lescalier, professeur d’histoire-géographie décide de travailler sur la vie quotidienne des élèves pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des anciens élèves sont alors contactés : certains rencontrent le groupe "Littérature et société", d’autres entretiennent une correspondance. Tous fournissent des photocopies de leurs documents personnels variés et très nombreux. Les élèves ont alors pour tâche de reconstituer la journée et la semaine d’un interne et de présenter la façon dont les jeunes ont vécu l’annonce de la fin de la guerre.

Devoir de mémoire au lycée Jules Haag de BesançonLe 6 février 2014, en présence d’anciens élèves, le groupe "Littérature et société" expose le résultat de leurs travaux en commençant par la lecture théâtralisée d’un poème écrit par un ancien élève. Entre démarche d’historien et émotion, les élèves ont été amenés à réfléchir à l’impact de la guerre en zone interdite sur le quotidien de jeunes gens de leur âge.

Une action qui se prolonge avec la participation au concours de la Résistance : cette année, sur le thème de "la Libération, la découverte des camps de concentration et le retour des déportés", le lycée y participe car trois professeurs de l’E.N.H. ont été déportés à Mauthausen. Le témoignage de l’un d’entre eux a été publié dans le bulletin de l’école. En ce 70e anniversaire, il est essentiel que les élèves de 2015 de Jules Haag s’approprient son histoire et établissent une relation forte avec ceux qui ont vécu dans les mêmes locaux à une époque différente.

Avec l’aide de Jean-Yves Monnin, président de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (O.N.A.C.) et des services de la préfecture, les élèves ont contacté les associations d’anciens combattants et résistants qui viendront prendre part à la commémoration.

Pour reconstituer le parcours des personnes inscrites sur les plaques commémoratives du lycée, les élèves ont fait des recherches sur Internet et dans les bulletins des anciens élèves. Ils ont également rédigé un article publié dans l’Est Républicain qui a permis aux héritiers de certains élèves de se manifester.

Les affiches, les invitations, les lettres, les articles et même le menu de ce 27 mai, ont été réalisés par les élèves : un projet fédérateur et transversal pour ces élèves de première sciences industrielles de l’ingénieur (S.I.2.), en lien avec leurs programmes d’histoire-géographie et de français.

Contacts

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de la microtechnique et de l'automatique
Jules Haag - Besançon
Informations complètes

Olivier Apollon, référent "mémoire et citoyenneté"


Galerie


 
mercredi 27 mai 2015

Richesse d’Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans

Dans le cadre du Festival des jardins à la Saline d’Arc-et-Senans, les étudiants de B.T.S. design d’espace du lycée Ledoux proposent un jardin sur le thème de l’Afrique

Festival des jardins 2015 : jardins de voyageurs

Les années 1775-1779, au cours desquelles la Saline royale est construite, correspondent à l’époque exceptionnelle des grands voyageurs, pénétrés de cette soif de découvrir et d’apprendre, de posséder le savoir et de le faire partager afin de concourir au progrès et au bonheur de l’Homme.

Présenter la thématique du voyage à la Saline royale, c’est aussi faire dialoguer un chef-d’œuvre d’architecture du siècle des Lumières, exactement contemporain de grandes expéditions, avec un savoir botanique qui s’organise et s’enrichit.
Il s’agit de rendre hommage à ces moments d’histoire qui ont contribué à bouleverser la vie quotidienne, intellectuelle et spirituelle de l’Humanité.

C’est sur ce thème, en écho à l’exposition Mines de Sel, que sont pensés les Jardins de voyageurs pour la quinzième édition du Festival des jardins de la Saline royale.
Conçus et réalisés de septembre 2014 à juin 2015 en collaboration avec 22 établissements de formation du Grand Est de la France et de Suisse, les Jardins de voyageurs se déclinent sur 12 parcelles à travers des thèmes comme les voyages imaginaires, le voyage des peintres, l’Orient des écrivains, le paradis spirituel, le voyage immobile ou la quête de l’Eden terrestre.

Richesse d’Afrique

Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-SenansL’objet de ce projet fut de créer, d’étudier et de co-réaliser, sur une parcelle de 400m2 un jardin sur le thème de l’Afrique.

Les étudiants de B.T.S. design d’espace du lycée Ledoux, accompagnés par Noël Fressencourt, professeur agrégé d’arts appliqués, ont dû concevoir un jardin, de sorte qu’il évoque artistiquement l’Afrique dans le cadre des Jardins de voyageurs :
- l’Afrique et ses couleurs, ses matières et ses ambiances
- l’Afrique des artistes (Delacroix, entre 1832 et 1833), des écrivains (Flaubert, 1851 : Voyage en Égypte), des voyageurs prompts à faire partager leur expériences au fil de leurs plumes et de leurs pinceaux...
- l’Afrique dans sa rigueur et sa beauté sauvage
- l’Afrique à parcourir autant qu’à imaginer.

Enfin si le proverbe africain nous dit que "la terre n’a qu’un soleil", elle a en revanche plus d’un jardin...Et en particulier celui-ci, dont le parti fut de donner forme et espace à un idéogramme africain qui signifie la richesse, la rencontre…La boucle est bouclée !

Reste à le visiter, du 13 juin au 18 octobre 2015
Inauguration le samedi 13 juin à 16 h 30

En savoir plus - Saline royal d’Arc-et-Senans

Contact

25
Lycée polyvalent
Claude Nicolas Ledoux - Besançon
Informations complètes


Galerie

Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans

 
jeudi 21 mai 2015

Les filles au lycée Pierre-Adrien Pâris de Besançon

Une exposition itinérante réalisée dans le cadre du projet égalité filles-garçons

Le lycée Pierre-Adrien Pâris, lycée des métiers du bâtiment et des travaux publics, labellisé E.3D. Expert, propose des formations allant du C.A.P. au B.T.S. dans ces domaines.

Les filles y ont toute leur place mais sont trop peu représentées, soit par défiance de ce secteur d’activités, se le représentant comme trop masculin, soit par manque d’information sur les métiers proposés.

Cette exposition a pour ambition de montrer la légitimité de la place des filles dans ces formations pour lesquelles elles ont les aptitudes nécessaires et la possibilité de s’épanouir dans un environnement propice.

Qu‘elles soient menuisière, géomètre topographe, assistante d’architecte, économiste de la construction, électricienne, plâtrière-plaquiste, technicienne en travaux publics, en maintenance sanitaire, en gros œuvre, toutes ont participé à ce projet avec enthousiasme et avec la volonté de montrer que travailler dans le secteur du bâtiment et des travaux publics peut être une chance pour une fille.

Cette exposition, dont le vernissage a eu lieu le 15 avril, est mise à disposition des collèges, des institutions et sera exposée dans les maisons de quartier pendant les vacances d’été, plus tard au siège de la fédération régionale du Bâtiment.

Une action qui s’inscrit dans la durée : l’an passé, l’établissement avait réalisé un clip vidéo sur la même thématique.

25
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la construction durable
Pierre-Adrien Pâris - Besançon
Informations complètes


Galerie

Les filles au lycée Pierre Adrien Paris de Besançon Les filles au lycée Pierre Adrien Paris de Besançon Les filles au lycée Pierre Adrien Paris de Besançon

 
lundi 4 mai 2015

Journée d’ELA

Pour sa 16e année de participation à l’opération "Mets tes baskets et bats la maladie" lancée par l’association ELA (Association Européenne de lutte contre les Leucodystrophies), le lycée Armand Peugeot s’est largement mobilisé avec plus de 200 élèves participant à l’événement

L’opération a débuté en octobre par La "dictée d’ELA", à l’occasion de laquelle le lycée avait eu le plaisir de recevoir Arthur Vichot, coureur cycliste franc-comtois.
Puis, en février, les élèves de 2nde 5 et 6 constitués en mini-entreprise ont vendus des roses au profit d’ELA à l’occasion de la St Valentin.
En mars, les élèves volontaires ont récoltés des dons pour l’association en vendant des carnets de parrainage.
Journée d'éla
Le matin de l’événement, des élèves du C.V.L. (conseil de le vie lycéenne) et de la mini-entreprise des 2nde 5 et 6, accompagnés d’Emmanuelle Champendal, conseillère principale d’éducation du lycée et pilote de l’opération, se sont rendus sur le marché de Valentigney pour une vente de roses au profit d’ELA.

L’après-midi, de nombreuses activités, animées par des élèves et des professeurs bénévoles, ont été proposées aux 200 élèves participants à l’opération : futsal, badminton, flashmob, création d’une fresque. Deux classes de terminale ont participé à une conférence-débat de sensibilisation aux leucodystrophies présidée par Christelle Stürz, championne du monde de karaté 2010, coach du programme « SOS ma famille a besoin d’aide » et marraine d’ELA, en présence de Marie Chérel, ancienne professeure du lycée, initiatrice de l’action au sein de l’établissement il y a 16 ans, et de Rani, ancien ambassadeur ELA au lycée de Delle resté très investi au sein de l’association et qui venait témoigner de son implication.

En fin d’après-midi, les élèves se sont réunis au forum pour assister à la flashmob répétée plus tôt dans la journée, puis plusieurs élèves ont fait profiter l’assemblée de leur talent de musiciens.
Sous les applaudissements des lycéens, un chèque a été remis à l’association ELA : au total ce sont 4541 euros qui ont été récoltés cette année au profit de la lutte contre les leucodystrophies.

La journée s’est terminée par un pot de l’amitié préparé par l’équipe de restauration du lycée.
L’opération solidaire se conclura le 3 juin à Paris par la soirée des ambassadeurs ELA qui verra se réunir les élèves les plus impliqués pour l’association de chaque lycées et collèges de France.

Les leucodystrophies

Ces maladies génétiques s’expriment soit par une déformation de la myéline (ndlr : sorte de gaine enveloppant les nerfs), soit par sa destruction. Cela se traduit par une paralysie progressive à laquelle peuvent s’ajouter des déficits intellectuels et sensoriels. Dans les cas les plus graves le décès est inéluctable. Les premiers signes de la maladie apparaissent le plus souvent à l’école : troubles du comportement, de la compréhension, de la vision, de la mémoire, de la marche et de l’équilibre. Depuis sa création, ELA soutient la recherche dans le domaine des leucodystrophies et des maladies de la myéline.

Le site d’ELA, Association Européenne de lutte contre les Leucodystrophies

25
Lycée général et technologique
Armand Peugeot - Valentigney
Informations complètes


Galerie

sel DSC06972 Copier sel DSC07219 Copier sel DSC07223 Copier sel DSC07229 Copier sel DSC07236 Copier sel DSC07240 Copier sel DSC07246 Copier sel DSC07259 Copier sel DSC07269 Copier sel DSC07278 Copier sel DSC07285 Copier sel DSC07293 Copier sel DSC07294 Copier sel DSC07295 Copier sel DSC07299 Copier sel DSC07326 Copier sel DSC07332 Copier sel DSC07343 Copier sel DSC07347 Copier sel DSC07358 Copier sel DSC07369 Copier sel DSC07414 Copier sel DSC07423 Copier sel DSC07442 Copier sel DSC07497 Copier

 
vendredi 24 avril 2015

Promotion du respect et éloge de la différence

Une rencontre exceptionnelle entre les élèves du lycée Lumière et Josef Schovanec, représentant français des autistes de haut niveau

Dans le cadre d’un partenariat avec l’ADAPEI de la Haute-Saône et à l’initiative de Laurent Bertrand, professeur référent « handicap », la journée du mardi 7 avril dernier a été consacrée à la rencontre avec Josef Schovanec, venu témoigner sur la situation des personnes avec autisme au lycée Lumière à Luxeuil-les-Bains.

Josef Schovanec n’est plus à présenter : écrivain, chercheur en philosophie et en sciences sociales, ancien élève de Science Po Paris, docteur de l’EHESS, chroniqueur radio intervenant régulièrement à la télévision, c’est un homme brillant atteint du syndrome d’Asperger.

Des interventions au sein des classes

C’est avec les élèves en Ulis (Unités localisées pour l’inclusion scolaire) et de l’Institut Médico-Educatif que Josef Schovanec a commencé sa journée. Ce jeune public, directement concerné par le handicap et le sentiment d’exclusion, n’a pas hésité à l’interroger avec beaucoup de spontanéité sur sa manière de vivre sa différence au quotidien, tant sur le plan intime que social.

Après cet échange très naturel qui s’est instauré (agrémenté des cookies généreusement préparés par les élèves de CAP), l’auteur de Je suis à l’Est a rejoint la classe de Terminale ES, puis celle de Terminale L pour les deux dernières heures de la matinée. La première classe, incluant un élève présentant des troubles autistiques, s’est montrée attentive aux questions du vivre ensemble et aux difficultés rencontrées par « les personnes avec autisme » selon la formule adoptée par l’intervenant. Ce grand voyageur ne cesse de prôner la richesse de la différence, qu’elle soit culturelle ou psychologique. Dans son livre Eloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez, Josef Schovanec, passionné de langues anciennes et orientales, explique qu’il est plus facile de se sentir à l’aise et accueilli à l’étranger, plutôt qu’étranger parmi les siens. L’échange s’est ensuite élevé dans les sphères philosophiques avec les élèves de Terminale Littéraire. La rencontre avait été amplement préparée avec leur enseignante de philosophie, Martine Eggenspiller, en particulier en visionnant le documentaire Le cerveau d’Hugo et en formulant des questions à aborder ensemble. Des notions telles que l’identité, Autrui, l’expérience, la société, le langage et les langues ont pu être abordées avec plaisir par Josef Schovanec devant une classe conquise et attentive.

Une conférence très vivante dans l’auditorium

Dans l’après-midi, une conférence publique a été organisée pour pouvoir accueillir un plus large auditoire : les partenaires sociaux, sanitaires et institutionnels du secteur avaient été conviés en plus de plusieurs classes des sections professionnelles et générales du lycée. C’est donc devant un auditorium bien rempli que Josef Schovanec a introduit son intervention par un petit film d’animation espagnol présentant de brefs portraits d’enfants porteurs de trouble du spectre autistique. Son propos a été de démontrer que tout un chacun est doté de capacités et de talents singuliers, parfois totalement hors normes, mais que c’est bien cette diversité qui fait la richesse de la société.

Sa présentation, sous forme de devinettes, de photographies de personnes devenues célèbres dotées de caractéristiques autistiques dans l’enfance (trouble de l’acquisition du langage ou de la communication, peur du contact physique, phobie sociale…), a confirmé qu’il existe bien une multitude d’intelligences et qu’on est tous « limité » à notre manière sur un plan ou un autre. Dans ces conditions, il est impensable d’envisager d’exclure de l’école comme de la société un individu porteur d’un handicap quelconque. Mais il est essentiel de ne pas méconnaître les difficultés de chacun pour ne pas aggraver l’exclusion possible (tenir compte, par exemple des stimulations sensorielles exacerbées des personnes autistes qui peuvent nuire à leur attention : bruit, phobies pour certaines couleurs, lumière excessive…).

Cette découverte de l’autisme, comme mode d’être au monde différent, interroge en effet sur ce qui fait de nous des êtres sociaux, intégrés, adaptés ou non à notre société/culture telle que nous la construisons, ou telle qu’elle se présente ailleurs (dans d’autres pays). A un âge où la pression du groupe et de la norme est importante, ou de nombreux jeunes se sentent rejetés, voire harcelés du fait de leur singularité, le propos de Josef Schovanec ne peut que toucher. D’autant qu’il s’accompagne d’un sens décapant de l’humour et de la dérision qui a rendu ce moment particulièrement enthousiasmant pour tous ceux, adultes comme adolescents, qui ont eu le bonheur d’y participer !

70
Lycée polyvalent
Lumière - Luxeuil-les-Bains
Informations complètes


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon