R

Accueil > Académie > Actualités > Visites du recteur > Premier examen pour près de 14 500 collégiens et dernière ligne droite pour 12 (...)

Rubrique Visites du recteur

lundi 29 juin 2015

Premier examen pour près de 14 500 collégiens et dernière ligne droite pour 12 250 lycéens

Le 25 juin dernier, le recteur Jean-François Chanet s’est rendu au collège Victor Hugo pour le lancement officiel du diplôme national du brevet (D.N.B.). Une semaine avant, il assistait au lancement du baccalauréat 2015 au lycée Claude Nicolas Ledoux de Besançon.

Le recteur, accompagné de l’inspecteur d’académie du Doubs, directeur académique des services de l’Éducation nationale et de la responsable de la division examens et concours au rectorat, a été accueilli par le principal du collège.

Marquer le passage du collège au lycée

Lancement du brevet 2015 Cette année, 14 497 candidats scolaires sont inscrits au brevet dans l’académie de Besançon, on compte 481 candidats de plus que l’an dernier, soit une hausse de 3,4 %.

Le brevet est le premier diplôme de la scolarité d’un élève. Il est un évènement important car il revêt un caractère très symbolique marquant la fin du collège et l’entrée au lycée. Le recteur a tenu à rappeler toute l’importance de ce diplôme, qui est "un instrument d’évaluation du niveau auquel les élèves sont parvenus".

Le français était au programme de cette première matinée d’épreuve, avec des questions portant sur un texte d’Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes et une dictée à partir d’un texte de Jean-Marie Gustave Le Clézio, Désert.

Comment est attribué le diplôme du brevet ?

L’examen comporte trois épreuves écrites (français, mathématiques, histoire-géographie et éducation civique) et une épreuve orale d’histoire des arts.
À ces épreuves, s’ajoutent les notes obtenues en contrôle continu tout au long de l’année en classe de troisième.

Pour obtenir le diplôme national du brevet, les élèves doivent obtenir la moyenne sur l’ensemble des notes obtenues et la validation de la maîtrise des compétences du socle commun.

Dossier de presse du diplôme national du brevet 2015

Franchir la dernière étape des études secondaires

Les collégiens succèdent à leurs aînés qui, le 17 juin dernier, débutaient le baccalauréat avec l’épreuve de philosophie. Le recteur avait assisté à la distribution des copies de cette première épreuve au lycée Claude Nicolas Ledoux de Besançon. Ils étaient 12 247 candidats, scolaires et non scolaires, inscrits dans l’académie.

Baccalauréat 2015 Cette année, le baccalauréat a poursuivit sa modernisation :

- l’épreuve d’histoire-géographie a été rétablie pour tous les élèves de terminale scientifique ; en 2012, elle était devenue une épreuve anticipée, passée à la fin de la première.

- Les candidats ont pu passer à distance leurs épreuves orales obligatoires grâce à des visioconférences ou des web conférences. L’académie de Besançon comptait deux candidats concernés en Franche-Comté par une épreuve orale de néerlandais, en visioconférence, le mercredi 20 mai, au lycée Belin de Vesoul.

- Des ajustements ont été envisagés pour certaines épreuves de la série Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (S.T.I.2.D.). Les principaux ajustements concernent les modalités de l’épreuve de projet, notamment en cours d’année, et sur de nouvelles grilles d’évaluation rationalisées. Une nouvelle définition d’épreuve des "enseignements technologiques transversaux" est applicable à compter de la session 2015. Elle concerne l’épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité ainsi que l’épreuve d’enseignement technologique en première langue vivante (L.V.1.) de la série S.T.I.2.D.

Les résultats du 1er groupe seront connus dès le mardi 7 juillet prochain.

Dossier de presse du baccalauréat 2015

Contacts

25
Collège
Victor Hugo - Besançon
Informations complètes

25
Lycée polyvalent
Claude Nicolas Ledoux - Besançon
Informations complètes

 
mercredi 17 juin 2015

Le collège Jules Jeanneney lauréat national du Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe

Mardi 16 juin en présence du recteur Jean-François Chanet et de l’historien Jean-Noël Jeanneney, les élèves du collège de Rioz (70) ont exposé leur projet "Ça chauffe en Europe !".

Le 21 mai dernier au Parlement européen de Strasbourg, l’établissement haut-saônois s’est fait remarquer dans la catégorie collège avec son projet européen consacré aux énergies renouvelables.
Il est l’un des cinq lauréats nationaux du Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe 2015.

Concilier interdisciplinarité et mobilité européenne

Au cours de cette visite, le recteur et l’historien, petits fils de Jules Jeanneney, ont pu échanger avec les acteurs de ce projet fédérateur qui réunit trois pays, la France, l’Espagne et la Suède et fait appel à de nombreuses disciplines : sciences physiques, technologie, langues vivantes, géographie et initiation au développement durable.

Les douze élèves, en classe de quatrième, et leurs deux enseignants, Corinne Talbotier, professeure d’anglais et Jean-Sébastien Breuillard, professeur de sciences physiques ont présenté la visée de leur projet "Ça chauffe en Europe" et le panneau solaire qu’ils ont réalisé.

Favoriser les échanges européens autour d’un travail commun

À travers ce projet, les élèves ont pu prendre conscience des enjeux environnementaux et de leur capacité d’action en tant que futurs citoyens européens.

Avec la construction du panneau solaire, les collégiens ont échangé autour de l’identité culturelle, du mode de vie et de l’environnement de chacun des participants. Les élèves ont communiqué par mails, vidéos, et vidéos conférences, autant d’occasions pour eux de découvrir que l’apprentissage des langues vivantes est nécessaire.

Les élèves et leur panneau solaire Ces échanges entre les trois nations ont également permis aux élèves de découvrir différents modes de production d’énergie en Europe, de les comparer en les plaçant dans une perspective de développement durable en lien avec les objectifs de la 21e Conférence des Parties (C.O.P.21) sur les changements climatiques qui se déroulera à Paris en décembre 2015.

Grâce aux nombreux échanges avec la Suède et l’Espagne, les élèves ont réalisé, que la citoyenneté européenne leur offre des perspectives d’avenir, en leur garantissant "le droit de circuler et de séjourner, de travailler et d’étudier sur le territoire des autres pays membres".

Récompenser les meilleurs projets de partenariat européen

Le Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe s’adresse aux établissements scolaires.

Les collégiens de Rioz à Valence En pratique, il s’agit pour un professeur d’envoyer un dossier présentant un projet original élaboré par une classe dans le domaine de la citoyenneté européenne, c’est-à-dire centré sur la découverte d’une autre culture, de la rencontre et d’échanges avec de jeunes Européens.

À travers ce concours, l’objectif est de soutenir la formation à l’Europe, la mobilité, les échanges et les projets communs avec de jeunes Européens.

En ce sens, la Fondation Hippocrène a décidé en 2010 de faire de l’éducation des jeunes à l’Europe une priorité, considérant que la formation à l’Europe, la mobilité, les échanges, les projets communs sont les meilleurs moyens pour les jeunes de concrétiser leur appartenance à un ensemble commun et la prise de conscience d’une citoyenneté européenne.

Contacts

70
Collège
Jules Jeanneney - Rioz
Informations complètes

Jean Paul Tarby, délégué académique aux relations européennes, internationales et à la coopération (D.A.R.E.I.C.)

 
jeudi 21 mai 2015

Ouverture européenne et transfrontalière en établissements scolaires à Morteau

Vendredi 15 mai, dans le prolongement de la journée de l’Europe célébrée chaque année le 9 mai, le collège Jean-Claude Bouquet et le lycée Edgar Faure de Morteau ont présenté les actions conduites en matière d’ouverture sur l’environnement européen et transfrontalier.

Dans le cadre de cette visite thématique à Morteau, élèves et équipes pédagogiques ont pu exposer les actions menées au sein de leur établissement au recteur Jean-François Chanet et à la délégation académique qui l’accompagnait ainsi qu’aux personnalités et élus locaux présents.

Échanges européens et mobilité au collège Bouquet

Ouverture européenne et transfrontalière en établissements scolaires à Morteau Pascal Studer, principal du collège, a présenté un établissement qui met l’accent, dans son projet, sur la qualité du vivre ensemble à l’école, la culture sportive et l’ouverture vers l’extérieur. Ce dernier aspect a fait l’objet d’une présentation détaillée, notamment dans la manière dont la mobilité des élèves, vers divers pays européens et vers la Suisse voisine, est inscrite dans le projet d’établissement.

Au sein du collège Bouquet, cette dynamique d’ouverture se traduit par deux dispositifs innovants, en complément de voyages et échanges réguliers avec l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne. Les enseignants porteurs de projet et les élèves participant ont pu s’exprimer en livrant un témoignage enthousiaste confortant ainsi l’idée partagée par tous selon laquelle les partenariats scolaires et les mobilités en contexte international, contribuent efficacement au développement des connaissances et des compétences des élèves.

Un projet européen autour de la comparaison des fêtes nationales

Le projet "fêtes nationales" coordonné par le collège Jean-Claude Bouquet de Morteau en partenariat avec le lycée Bérard de Morez, un collège de Wolfenschiessen en Suisse et un collège allemand de Berlin a été présenté par élèves et enseignants. D’une durée de deux ans, ce projet d’éducation à la citoyenneté européenne a pour but de permettre aux élèves de découvrir l’ancrage historique et symbolique ainsi que les diverses modalités de célébration des fêtes de l’indépendance nationale dans plusieurs pays d’Europe et d’en comparer les différences et les similitudes.

À travers cet échange, il s’agit de mettre en lumière le devoir de mémoire et l’importance de la relation entre l’individu et l’histoire de sa nation, et en particulier le processus de lutte pour l’indépendance. Il permet également d’analyser les différentes batailles conduites par les pays européens pour accéder à la liberté. La finalité est de rassembler des jeunes issus de différents contextes historiques, culturels et linguistiques européens autour des valeurs de paix et de liberté.

La clôture de ce projet est programmée à Morteau cette semaine, du 18 au 22 mai, au cours de laquelle une délégation d’élèves et d’enseignants des deux collèges partenaires séjournent à Morteau autour d’un programme d’activités en lien avec le thème du projet.

Projet Comenius : de Morez à Berlin !

Des échanges individuels franco-suisses

Par ailleurs, le collège Bouquet participe depuis cinq ans à un programme académique original dans le domaine des échanges franco-suisses. Il permet à des collégiens germanistes volontaires de l’académie d’être scolarisés durant deux semaines dans un établissement du canton d’Argovie. Cette immersion scolaire de courte durée, qui cette année concerne une cinquantaine d’élèves de 4e et de 3e de l’académie, est assortie d’un accueil en famille. Ce programme, établi sur la réciprocité de binômes de correspondants franco-suisses, permet aux élèves du canton d’Argovie de passer quinze jours dans l’établissement de leur correspondant.

Une notoriété acquise au delà des frontières académiques pour le lycée Edgar Faure

Cette visite à Morteau s’est poursuivie par un accueil au lycée Edgar Faure où Gabriel Radzikowski, proviseur, a accueilli le recteur Jean-François Chanet.

Ouverture européenne et transfrontalière en établissements scolaires à Morteau La notoriété dont bénéficie le lycée, notamment au travers de l’excellence de ses formations en horlogerie et bijouterie, favorise l’insertion professionnelle de ses diplômés à l’échelle transfrontalière et européenne. Cette renommée est reconnue au-delà des frontières européennes, et notamment en Chine puisque le savoir faire en maintenance horlogère de luxe développé par le lycée a été remarqué par une école horlogère de Shangai dans le cadre de contacts récents.

Plusieurs enseignants ont eu l’opportunité de présenter divers projets conduits dans la perspective d’enrichir, par les partenariats et la mobilité internationale, les formations dispensées par le lycée Edgar Faure.

Un partenariat avec la section horlogère de l’Université de Birmingham au Royaume- Uni

Depuis plusieurs années, des voyages de découverte professionnelle sont organisés en Angleterre à l’attention des élèves des sections horlogères du lycée. L’Angleterre est en effet un pays lié à la tradition de la fabrication horlogère. De plus, de nombreuses avancées technologiques ont pu y voir le jour dès le XVIII e siècle. Cette action devrait très prochainement permettre de développer un partenariat avec l’unité de formation aux métiers de l’horlogerie de l’Université de Birmingham offrant ainsi à moyen terme la possibilité à des élèves du lycée de bénéficier de séquences de formation à Birmingham, sur la base d’un dispositif de travail en atelier, en tandem avec des étudiants britanniques.

Une participation des élèves du lycée à des concours internationaux

Cette visite a également permis de mettre en lumière les excellents résultats obtenus par les élèves de la filière horlogère du lycée dans le cadre de concours tels que le celui organisé par la maison Cartier.

Deux anciennes élèves du lycée ont été intégrées dans l’équipe de France des métiers à l’issue de leur participation aux finales nationales des Olympiades des Métiers à Strasbourg. Elles vont suivre les stages de préparation aux épreuves internationales et peuvent espérer aller, soit aux finales internationales à Sao Paulo, soit aux finales européennes à Göteborg.

Enfin, le lycée a l’intention d’ouvrir l’an prochain son concours de chronométrie à des participants d’écoles horlogères européennes.

Un contexte transfrontalier favorable à la formation et à l’insertion des jeunes diplômés

Les statistiques relatives à la mobilité des élèves de la voie professionnelle scolarisés au lycée Edgar Faure témoignent de l’attractivité de la Suisse dans les placements en stage en entreprise des jeunes ainsi que dans leur perspective d’accès à l’emploi. Près de 200 élèves et étudiants des filières de formation professionnelle proposées par le lycée effectuent chaque année un stage dans les cantons suisses limitrophes.

La coopération concerne également les équipes pédagogiques de l’établissement dans la mesure où des professeurs d’arts appliqués d’écoles horlogères suisses ont été accueillis au lycée Edgar Faure, avec l’objectif à moyen terme de créer un réseau transfrontalier des écoles horlogères.

L’enseignement général également concernés par les projets internationaux

Un projet intéressant de partenariat franco-américain a été présenté par les professeurs d’anglais. Il devrait permettre de jumeler le lycée Edgar Faure à un lycée américain dans l’optique de construire un projet pédagogique conjoint autour de la perception des conflits en France et aux États-Unis. Un échange franco-américain est dès lors programmé dans le cadre de ce projet avec un séjour d’un groupe d’élèves du lycée aux États-Unis au printemps 2016.

Une visite des infrastructures de formation professionnelle a clôturé cette visite en mettant en lumière la remarquable liaison école-entreprise développée par le lycée Edgar Faure dans le cadre de la plateforme technologique Micro. Elle permet d’associer les élèves du lycée à la réalisation de projets industriels en lien avec des entreprises et des centres de recherche.

Contacts

Jean-Paul Tarby, délégué académique aux relations européennes, internationales et à la coopération (D.A.R.E.I.C.)

25
Collège
Jean-Claude Bouquet - Val de Morteau - Morteau
Informations complètes

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie
Edgar Faure - Morteau
Informations complètes

 
mercredi 20 mai 2015

La culture inclusive au coeur du projet d’établissement du collège André Malraux

Le vendredi 15 mai, les collégiens de l’unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (U.P.E.2.A.) du collège pontissalien ont présenté leurs parcours au recteur Jean-François Chanet lors d’une rencontre riche en échanges et témoignages.

Ouverte en 2003, l’U.P.E.2.A. du collège André Malraux accueille et accompagne des élèves allophones ne parlant pas ou peu le français à leur arrivée. Cette année, l’unité compte dix-neuf élèves, neuf filles et dix garçons, venant de onze pays : Bulgarie, Cameroun, Congo Brazzaville, Côte d’Ivoire, Espagne, Italie, Haïti, Portugal, Tchad, Togo,Tunisie et Turquie.

Le recteur a été accueilli par Murielle Faivre, principale du collège Malraux de Pontarlier et par Philippe Clerc, principal adjoint. Marie-Claude Masson, adjointe au maire de Pontarlier, Pierre Simon, conseiller départemental, Maryse Adam-Maillet, I.A.-I.P.R. en charge du centre académique pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (C.A.S.N.A.V.) et Bertrand Formet - formateur et expert référent de CANOPÉ sur les projets numériques - assistaient également à cette rencontre.

Un dispositif d’inclusion scolaire qui rayonne dans l’établissement

Âgés de onze à dix-sept ans, les collégiens de l’U.P.E.2.A. ont présenté les projets menés en classe, au cours de l’année scolaire et qui leur ont permis d’entrer efficacement dans la langue française :
- sur l’espace web qui leur est dédié sur le site internet du collège, crée par le professeur documentaliste : alphabet, un kit plurilingue de premier repérage dans l’espace du collège ;
- un carnet de voyage de classe réalisé avec une classe de quatrième en histoire-géographie, à partir des différentes sorties pédagogiques de l’année sur le thème de l’Histoire et de la mémoire : à Pontarlier (le Musée, l’exposition à la Chapelle des Annonciades, le Monument aux morts de la Grande Guerre), à Besançon (le Musée de la Résistance et de la Déportation, les archives départementales), à Paris la Cité nationale de l’Histoire de l’immigration. Ce livre numérique a été fabriqué à l’aide de tablettes prêtées dans le cadre du partenariat entre CANOPÉ et le C.A.S.N.A.V. ; il a bénéficié de l’expertise apportée par Bertrand Formet ;
- un travail artistique avec la graphiste Céline Boyer, une tenture sur le thème de la géographie personnelle, sous forme de fresque, où chaque jeune a apporté sa contribution et son univers : texte biographique, silhouette de main utilisant des cartes, émoticônes…

Le recteur en visite à l'U.P.E.2.A du collège André Malraux À la suite des présentations, professeurs intervenants dans le dispositif, professeurs des matières d’inclusion et anciennes élèves ont pu faire part de leur expérience et de leur ressenti sur le parcours d’inclusion en U.P.E.2.A.

Très à l’écoute, le recteur a interrogé les élèves sur leurs parcours et leurs perspectives d’avenir. Impressionnés, mais aussi très fiers de cette rencontre, les élèves ont naturellement échangé sur leurs vécus et leur découverte de l’enseignement en France. La richesse et la diversité de ces élèves en termes de parcours et de niveau scolaire a ainsi pu être mise en valeur.

Dans le dialogue avec le recteur, les professeurs ont insisté sur l’apport que représentait pour eux et pour les autres enfants du collège ces élèves venus d’ailleurs, très motivés et désireux de réussir à l’école pour construire leur avenir grâce à la culture de l’accueil mise en œuvre à Pontarlier. Le recteur a conclu la rencontre en soulignant "une leçon d’énergie et de force, un bel exemple pour tous, de conviction et de plaisir de travailler".

Un bilan de compétences, des modalités de travail adaptées et un aménagement provisoire de l’évaluation

La circulaire n°2012-141 du 20 octobre 2012 relative aux modalités d’inscription et de scolarisation des élèves allophones arrivants des premiers et seconds degrés rappelle que "la scolarisation des élèves allophones relève du droit commun et de l’obligation scolaire". Les élèves allophones apprennent le français comme langue seconde et comme langue de scolarisation. Les professeurs des classes d’inclusion adaptent donc leur enseignement à la situation linguistique de l’élève. Ils aménagent les évaluations, en étroite collaboration avec le professeur coordonnateur de l’U.P.E.2.A. et l’assistante pédagogique, qui tous deux consolident également l’apprentissage du français des disciplines scolaires pendant les heures de soutien linguistique.

La circulaire institue l’inscription et l’inclusion en classe ordinaire qui était pratiquée de façon innovante au collège Malraux depuis une dizaine d’années : chaque élève allophone arrivant bénéficie d’un emploi du temps et d’un parcours individualisé en fonction de ses compétences acquises et de ses besoins évalués à l’arrivée. La diversité des élèves U.P.E.2.A. étant aussi grande que possible, en termes de parcours, d’âge, de niveau scolaire, le collège Malraux constitue une véritable plate-forme d’accueil des élèves allophones de tous âges pour le bassin de Pontarlier.

Contacts

25
Collège
André Malraux - Pontarlier
Informations complètes

Maryse Adam Maillet, I.A.-I.P.R. de lettres, responsable du C.A.S.N.A.V

 
jeudi 9 avril 2015

Vivre ensemble dans un climat scolaire serein

Vendredi 3 avril, les collèges Henri Fertet de Sancey-le-Grand et Louis Pergaud de Pierrefontaine-les-Varans ont présenté les actions menées au sein de leur réseau afin d’améliorer le climat scolaire et d’agir contre le harcèlement.

Lors de cette visite, le recteur Jean-François Chanet était accompagné du proviseur vie scolaire, Antoine Neves, du référent harcèlement pour l’académie, Odile Malavaux, et du doyen des inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux, Michel Mazaudier.

Ludovic Fagaut, principal du réseau des collèges, et les élèves ont exposé les différents travaux réalisés durant l’année scolaire à la délégation académique et aux personnalités locales présentes.

Partager une ambition au service du bien-être et de la réussite des élèves

Depuis 2009, les collèges Henri Fertet et Louis Pergaud constituent le réseau Fertet-Pergaud : une même équipe de direction, pour un projet éducatif commun et une mutualisation des pratiques pédagogiques. Les deux établissements ont engagé un travail depuis 2013 pour améliorer le climat scolaire au sein de ce réseau.

Améliorer le climat scolaire Cette visite était l’occasion de présenter la démarche impulsée en faveur du vivre ensemble. Via le système de visioconférence permettant de mettre en liaison les collèges de Sancey-le-Grand et de Pierrefontaine-les-Varans, les collégiens ont abordé à tour de rôle différentes actions déployées en établissement.

Le 17 octobre, journée du réseau, les élèves de Sancey-le-Grand se sont rendus à Pierrefontaine-les-Varans pour travailler et échanger ensemble autour de trois sujets : imager les mots, la problématique de la rumeur et la tenue d’une commission éducative. Les élèves des deux établissement, de tous niveaux, ont pu débattre et partager leurs sentiments sur ces questions. L’après-midi, un cross du réseau a été organisé afin de mettre en avant les valeurs d’entraide, de solidarité et de respect

Lors de la journée de formation des délégués, des intervenants de la maison de l’adolescent de Besançon ont pu échanger avec les élèves délégués autour du harcèlement et des moyens d’actions contre ce phénomène. Cette journée a permis de mettre en place un carnet du délégué avec les missions qui incombent à cette fonction.

Dans le cadre du concours national "Mobilisons-nous contre le harcèlement". Douze affiches ont été créées par des élèves de 4e et 3e. Ces affiches imprimées en grand format sont désormais visibles sur les murs du collège.

Permettre à chaque collégien d’évoluer dans un environnement de travail optimal

Améliorer le climat scolaireLudovic Fagaut, principal du réseau, a présenté le nouveau règlement intérieur avec l’élaboration d’une charte contre le harcèlement.

L’amélioration du climat scolaire passe également par la rénovation des locaux. À l’issue des échanges, une visite de l’établissement a permis de constater les efforts entrepris en ce sens : nouvelles salles de classe, matériel adapté, réfection des couloirs, nouveau préau, mise en place d’un casier par élève et nouveau pôle vie scolaire.

Pour clôturer cette visite, une plaque a été inaugurée par le recteur et le principal, attestant de l’engagement du réseau des collèges dans la lutte contre le harcèlement et dans l’amélioration du climat scolaire.

Contacts

25
Collège
Henri Fertet - Sancey
Informations complètes

25
Collège
Louis Pergaud - Pierrefontaine-les-Varans
Informations complètes

Antoine Neves, proviseur vie scolaire

 
mercredi 8 avril 2015

Un coup de crayon pour "la liberté d’expression" et le "vivre ensemble"

Lundi 30 mars, le recteur Jean-François Chanet a participé à la remise de prix du concours "Salut Charlie !" au lycée Gustave Courbet de Belfort.

L’intitulé du concours est évocateur. À travers cette salutation, l’objectif était d’établir un lien direct avec l’attentat perpétré contre Charlie Hebdo, mais aussi de souligner les valeurs d’empathie et d’humanisme dans lesquelles le concours s’inscrit.

À l’occasion de cette remise de prix, le recteur a pu féliciter les participants au concours et échanger avec les 90 lycéens présents sur leur ressenti trois mois après l’attaque de la rédaction du journal satirique.

Inviter les lycéens à s’exprimer au sujet de la liberté d’expression

Le concours "Salut Charlie !" est né de la volonté des élèves du conseil de la vie lycéenne (C.V.L.), de ceux de la maison des lycéens (M.D.L.) et de certains lycéens, de pouvoir s’exprimer suite aux événements tragiques de janvier 2015.

Ce concours traduit, d’une part, la volonté des lycéens de « vivre ensemble » au sein de la communauté scolaire en défendant les valeurs de liberté d’expression ; une liberté qui s’exprime dans le respect de l’autre par un salut, une parole, un acte de reconnaissance. D’autre part, il peut s’entendre comme un hommage, un au revoir, lancé aux victimes.

Exprimer sa créativité pour rendre hommage aux victimes

Audrey, lycéenne en seconde, est la lauréate du prix "Salut Charlie !". À travers son dessin, la jeune fille a souhaité délivrer un message universel au nom de la liberté d’expression et du vivre ensemble.

Dessin d'Audrey Suif Son dessin représente deux colombes immaculées volant dans un ciel chaotique, l’une tient une plume dans son bec l’autre un rameau d’olivier. La plume fait référence à la liberté d’expression et le rameau d’olivier symbolise la paix et la réconciliation.

Deux autres élèves de terminale, Julie et Vincent, ont également été félicités par le recteur pour leur dessin rendant hommage aux victimes de l’attentat de Charlie Hebdo. Les productions ont été jugées pour leur créativité, la symbolique du message délivré et bien sûr, le respect du double objectif : "vivre ensemble" et "liberté d’expression".

Cette cérémonie de remise de prix était également l’occasion pour les lycéens de l’option cinéma audio visuel de présenter un clip vidéo sur ces thèmes conducteurs. Les élèves de l’option art du son ont, quant à eux, proposé une composition musicale.

Liberté de conscience, liberté d’expression - éduscol

Contact

90
Lycée général et technologique
Gustave Courbet - Belfort
Informations complètes


Galerie

Remise de prix du Concours "Salut Charlie !" Remise de prix du Concours "Salut Charlie !" Remise de prix du Concours "Salut Charlie !" Remise de prix du Concours "Salut Charlie !" Remise de prix du Concours "Salut Charlie !" Remise de prix du Concours "Salut Charlie !" Remise de prix du Concours "Salut Charlie !" Remise de prix du Concours "Salut Charlie !"

 
vendredi 3 avril 2015

Un collège qui a du chœur !

Au collège Pierre et Marie Curie d’Héricourt, le chant choral est une véritable institution. Il est porté par Julien Jacquot, professeur d’éducation musicale et de chant choral.
215 collégiens, choristes et instrumentistes, se sont engagés dans cette fabuleuse expérience humaine.

Le 30 mars dernier, une soixante d’élèves de 4e et de 3e se sont produits devant le recteur Jean-François Chanet, l’inspecteur d’académie-directeur académique des services de l’Éducation nationale en Haute-Saône, Éric Fardet, et l’inspecteur d’académie-inspecteur pédagogique régional en charge de l’éducation musicale, Jean-Marie Caniard, délégué académique à l’action culturelle (D.A.A.C.).

En quatorze ans d’existence, la renommée du chœur et de l’orchestre de l’établissement n’est plus à faire. Chaque année, un spectacle est réalisé. Il donne à voir tout le travail effectué lors des répétions, preuve de l’investissement des élèves.

Valoriser la dimension artistique du projet d’établissement

Le recteur a pu échanger avec Julien Jacquot, le professeur d’éducation musicale et chant choral ainsi qu’avec des représentants de la communauté éducative et les membres de l’association "Chœur et orchestre" du collège. Cette association, constituée de parents d’élèves et d’anciens parents d’élèves, est un levier important du vivre ensemble et de la politique éducative de l’établissement.

Visite du recteur au collège Curie Au cours de cet échange, différentes thématiques ont été abordées :
- enseignement de l’éducation musicale et du chant choral, pratique artistique collective, pédagogie de projet et projet d’établissement ;
- éducation aux arts et éducation par les arts ;
- engagement des élèves, dynamique associative et citoyenne, valeurs de la République.

Le recteur a tenu à souligner l’intérêt des pratiques musicales collectives qui favorisent l’intégration des élèves et leur réussite scolaire. Le chant choral contribue au bien-être de chacun à l’École. Il est propice au développement du sentiment de confiance en soi et en l’autre. Travailler ensemble, relever un défi commun, parvenir à un dépassement de soi, sont autant de qualités apportées par la pratique du chant choral et bénéfiques à un climat scolaire serein.

L’apprentissage du chant au sein d’un collectif est vécu par les élèves comme un vecteur fort de l’éducation citoyenne de chacun aux valeurs de la République. Les compétences, connaissances et valeurs que développe la pratique chorale sont au fronton du projet porté chaque année par Julien Jacquot.

Vivre une expérience humaine unique et enrichissante

Le professeur de chant et d’éducation musicale dirige deux formations, une chorale et un ensemble instrumental. Sur les 740 collégiens que compte l’établissement, 187 sont membres du chœur et 29 de l’orchestre. Plus de 25 % des élèves fréquentent donc l’ensemble musical.

Julien Jacquot a su faire preuve de talent et de pédagogie pour développer la qualité musicale et artistique de la chorale. Le chant est enseigné lors de la pause méridienne, en deux séances distinctes, pour une durée totale de 1 h 45. L’ensemble instrumental répète, quant à lui, une fois par semaine en une séance de 45 minutes.

Se retrouver sous les feux de la rampe

Chorale du collège Pierre et Marie Curie Chaque année, les collégiens des deux ensembles musicaux travaillent sur un projet artistique commun. Pour l’année 2014-2015, il s’agit de la création d’un spectacle pour chœur, orchestre et acteurs, présenté exclusivement par les élèves du collège. Ce projet musical annuel est une pierre angulaire du projet d’établissement et constitue un temps fort du parcours d’éducation artistique et culturelle des collégiens. À ce titre, il mobilise l’ensemble de la communauté éducative.

Le spectacle intitulé Ces gens-là propose une mise en scène conçue à partir des personnages décrits dans la chanson Ces gens-là de Jacques Brel et aborde la question des différences et de la tolérance.

L’aboutissement du projet prendra la forme de quatre spectacles donnés à la Halle de Cavalerie à Héricourt, le 29 mai 2015 à 14 h et à 20 h 30, le 30 mai 2015 à 20h30 et le 31 mai 2015 à 15 h.

Faire vivre les chorales en établissement

L’enseignement du chant choral fait l’objet d’une attention particulière de l’autorité académique, des chefs d’établissement et des professeurs d’éducation musicale et chant choral qui en connaissent les apports pour leurs élèves.

Dans l’académie, quelques 150 concerts et spectacles chorals sont donnés chaque année par plus de 4 500 collégiens et lycéens dans notre académie et près de 80 % des professeurs de la discipline dirigent une chorale en collège.

Ces prestations publiques sont l’aboutissement de découvertes musicales et d’expériences sensibles inscrites dans la durée des enseignements de l’éducation musicale et du chant choral. Elles offrent l’opportunité aux élèves de rencontrer des artistes et des professionnels du milieu culturel.

Lancée en février dernier, l’opération "L’École en chœur" vise à favoriser et développer le rayonnement de l’éducation musicale et du chant choral dans les écoles et les collèges.

Contacts

70
Collège
Pierre et Marie Curie - Héricourt
Informations complètes

Jean-Marie Caniard, délégué académique à l’action culturelle (D.A.A.C.)

 
jeudi 2 avril 2015

Découvrir le potentiel des métiers industriels

Le 26 mars dernier, le recteur Jean-François Chanet a visité la société Schrader, située à Pontarlier (25), avec quinze élèves de baccalauréat Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (S.T.I.2.D.) du lycée Edgar Faure de Morteau.

La Semaine de l’industrie est l’occasion pour les collégiens et les lycéens de mieux connaître les métiers industriels et les savoir-faire associés. Il s’agit d’un évènement à part entière dans le calendrier des établissements du second degré.

En raison des élections départementales, cette 5e édition se tient exceptionnellement sur deux semaines, du 23 mars au 5 avril 2015.

Connaître le "vrai" visage de l’industrie

Dans le cadre de cette visite, le recteur était accompagné d’Étienne Boyer, président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (U.I.M.M.), d’Olivier Chevillard, délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue (D.A.F.P.I.C.) et d’Isabelle Maire-Linac, chargée de mission école-entreprise.

La société Schrader fabrique et assemble des valves, des systèmes et des composants de contrôle de fluide. Elle est le leader mondial des systèmes d’alerte de pression des pneus.

Visite de l'entreprise Schrader La découverte de la société s’est faite en deux temps. Avant de découvrir les ateliers, les visiteurs ont tout d’abord écouté la présentation de la société par son président, Jean-Michel Bolmont. Ce dernier a exposé les caractéristiques de Schrader : son historique, son chiffre d’affaires, ses clients, les marchés sur lesquels elle se positionne, les produits qu’elle fabrique et les certifications qui attestent de la conformité de la société aux normes en vigueur en matière de réglementation.

Il a également exposé les différents profils de métier existant au sein de la société :
- décolletage et usinage ;
- forgeage à froid et brasage ;
- injection plastique et caoutchouc ;
- traitement de surface ;
- assemblage et contrôle intégré.

Le président a précisé les métiers recherchés aujourd’hui : décolleteur, administratif bilingue, ingénieur mécanicien, ingénieurs hydraulicien. Il a insisté sur les compétences fondamentales attendues et notamment l’importance de la maîtrise de l’anglais, "le langage du business" dans le domaine industriel.

Tisser des liens entre le monde professionnel et celui de l’éducation

Cette visite a conforté les lycéens de S.T.I.2.D. dans leur choix de formation. Ces futurs techniciens ou ingénieurs ont pu se rendre compte des réalités des différents métiers sur le terrain.

Les filières industrielles sont porteuses d’emploi, mais souffrent de certains préjugés qui nuisent à leur réputation et aux choix d’orientation des jeunes. La semaine de l’industrie offre l’opportunité aux élèves de venir à bout des idées préconçues : emplois peu ou mal rémunérés, conditions de travail difficiles, métiers pas ou peu qualifiés, métiers d’un autre siècle. Elle permet ainsi de contrecarrer les clichés que les jeunes et leur famille ont de l’industrie et à terme, de dynamiser les recrutements dans ce secteur d’activité.

Visite de l'entreprise Schrader C’est la raison pour laquelle toutes les actions qui concourent à faire connaître ces filières aux élèves et à leur famille sont essentielles, et ce, toute l’année. La connaissance du milieu de l’entreprise passe par le témoignage de collaborateurs de l’entreprise en établissement. Elle se traduit aussi par des visites d’équipements industriels par les élèves lors des semaines dédiées telles que la semaine de l’industrie et la semaine école-entreprise.

L’immersion des élèves en entreprise est également primordiale, notamment dans le cadre de séquences d’observation en milieu professionnel pour les élèves de 4e ou 3e, et dans le cadre des stages ou des périodes de formation en milieu professionnel, pour les élèves de l’enseignement professionnel.

Cette visite traduit l’importance des besoins de connaissance et de partage entre la sphère de l’entreprise et la sphère de l’Éducation nationale, gage d’une meilleure insertion des jeunes dans l’entreprise et dans la vie professionnelle.

Contacts

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie
Edgar Faure - Morteau
Informations complètes

Olivier Chevillard, délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue (D.A.F.P.I.C.)

Isabelle Maire-Linac, chargée de mission école-entreprise

Union des industries et métiers de la métallurgie de Franche-Comté

 
mardi 31 mars 2015

Au lycée Pierre-Adrien Pâris, "la liberté d’expression, ça s’apprend !"

Lundi 23 mars, le recteur a lancé la 26e édition de la Semaine de la presse et des médias à l’École®, au lycée Pierre-Adrien Pâris de Besançon, en présence de Carole Helpiquet, responsable du réseau des coordonnateurs du Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (C.L.E.M.I.).

"La liberté d’expression, ça s’apprend !" Tel était le thème de cette édition 2015. Une édition qui a pris une dimension toute particulière, cette année, suite aux attentats perpétrés en janvier dernier. Le thème résonne comme une invitation à la prise de conscience. Il souligne la nécessité d’éduquer les plus jeunes à l’information pour leur donner les clés nécessaires à son interprétation et leur permettre de développer leur esprit critique afin de construire leur propre opinion.

Au lycée des métiers du bâtiment et des travaux publics, de nombreuses actions sont menées tout au long de l’année autour de la presse. Cette semaine était donc l’occasion de mettre plus particulièrement en lumière le travail réalisé par les élèves et leurs enseignants et de dévoiler la webradio du lycée inaugurée deux mois plus tôt.

Découvrir et comprendre les coulisses de l’information

En amont de cette semaine, les enseignants de français et d’histoire-géographie du lycée se sont penchés avec leurs élèves sur différentes thématiques liées à la liberté d’expression. Ils ont pu exposer le fruit de leur travail au recteur et à la coordinatrice du C.L.E.M.I., lors d’une table ronde.

Frank Billamboz a ainsi entrepris un travail à partir d’une bande dessinée-reportage intitulée "Le photographe" de Didier Lefèvre et Emmanuel Guibert. Ce reportage photographique retrace la mission de Didier Lefèvre, photographe, aux côtés d’une équipe de médecins sans frontière en Afghanistan. Avec ses élèves, l’enseignant a pu aborder le récit autobiographique et ses caractéristiques. Ces derniers se sont glissés dans la peau d’un reporter en faisant des recherches documentaires. Ils ont pu comprendre comment opérer des choix de photographies dans l’optique de construire un reportage et d’exprimer des émotions.

Pendant la semaine de la presse, l’enseignant a souhaité élargir son intervention sur le photojournalisme en invitant ses élèves à travailler sur les photographies de Camille Lepage, tuée en Centrafrique en mai 2014. Ces photos alimenteront une exposition rétrospective en hommage à la jeune photojournaliste, dans le cadre du festival Visa pour l’image.

Présentation des symboles de la liberté d'expression Les élèves de seconde bac professionnel et leur enseignante, Sandrine Valdo, se sont penchés quant à eux sur les unes de presse et les symboles de la liberté d’expression. Les lycéens ont compilé tout ce qui leur évoque cette liberté si souvent bafouée, sous la forme d’un diaporama : un poème de Voltaire, le tableau d’Eugène Delacroix " la liberté guidant le peuple", la statue de la liberté... Ils ont alors expliqué leurs choix et ce que chaque symbole signifiait pour eux.

Une grande liberté d’expression à été laissée aux élèves de bac professionnel, Maintenance et systèmes d’Erika Vaugien. Chacun a pu laisser libre court à son imagination dans la réalisation d’une "une". Par petits groupes, les élèves ont donc réalisé des unes en fonction de leurs centres d’intérêt et en respectant les codes journalistiques. Les élèves ont pu présenter leurs réalisations au recteur et expliciter les différents éléments de leur composition.

Enfin, le professeur documentaliste a exposé les enjeux du "concours de Unes" auquel l’établissement participent pour la quatrième fois cette année. Ces nombreuses actions ont permis aux lycéens de prendre du recul par rapport à l’information et d’en comprendre la construction.

Disposer d’un outil d’expression et d’information en établissement

À l’occasion de cette visite, le recteur et Carole Helpiquet ont pu découvrir le studio où est enregistrée la webradio du lycée. Lionel Croissant, professeur de mathématiques et féru de musique, est à l’origine du projet et a su transmettre sa passion du son à ses élèves.

La webradio du Lycée Pierre-Adrien Pâris Depuis deux mois, un atelier radio est ouvert à tous les élèves et aux personnels de l’établissement. La webradio est gérée par les douze élèves de la classe de terminale Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STI2D). Les élèves assurent le bon fonctionnement de l’atelier au niveau technique et matériel et se retrouvent au studio au moins une fois par semaine lors des heures d’accompagnement personnalisé.

Avec cet outil, les projets pédagogiques trouvent un vecteur de diffusion, aussi bien en amont qu’en aval des différentes actions menées au sein du lycée. Une partie du travail est également consacrée aux reportages extérieurs et aux suivis des sorties pédagogiques.

Actuellement, la grille des programmes compte cinq chroniques éclectiques :
- la chronique cinéma : chaque semaine, des critiques de films, des commentaires sur l’actualité cinématographique ;
- l’actu de l’architecture : les dernières innovations dans le domaine, les visites des élèves et des étudiants sur les chantiers, les conférences ;
- portraits d’architectes : chaque mois, le portrait bilingue, en anglais et en français, d’un architecte ;
- l’actu citoyenne : tout ce qui concerne l’actualité du citoyen, les lois républicaines, l’histoire politique ;
- le coin des sportifs : toutes les semaines, chronique football, derniers matchs et commentaires ;
- bienvenue chez Guet’ : les interviews d’étudiants, élèves et professionnels.

Pour rendre ce projet possible, les élèves ont visité un studio d’enregistrement afin de comprendre le fonctionnement et la configuration. Ils ont également suivi des cours de montage, de mixage et effectué des test acoustiques. Le matériel "professionnel" a été fourni par la maison des lycéens. Pour le montage et l’enregistrement, deux logiciels sont utilisés. La web radio est un véritable projet pédagogique qui requiert un certain nombre de savoir-faire techniques, mais aussi la maîtrise de l’expression orale. Au sein du studio, même si chacun à une mission bien définie, c’est le travail d’équipe qui permet le bon fonctionnement de l’atelier.

Interview du recteur par les lycéens Sur proposition des élèves, le recteur et Carole Helpiquet ont accepté avec grand plaisir de répondre aux questions des animateurs. Tous deux ont pu remarquer le professionnalisme dont a fait preuve chaque élève.

Interview de Jean-François Chanet, recteur de l’académie

Interview de Carole Helpiquet, responsable du réseau des coordonnateurs du C.L.E.M.I.

Créer une radio lycéenne - Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Contacts

25
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la construction durable
Pierre-Adrien Pâris - Besançon
Informations complètes

Coordination du C.L.E.M.I. dans l’académie
Courriel

 
mercredi 18 février 2015

Une articulation scolaire-périscolaire exemplaire au pôle éducatif de Traitiéfontaine

Mardi 17 février 2015, le recteur Jean-François Chanet a rencontré les équipes et les élèves d’un regroupement pédagogique intercommunal (R.P.I.) haut-saônois

Accueilli par l’inspecteur d’académie du département de la Haute-Saône, l’inspectrice de l’éducation nationale (I.E.N.) de circonscription et la directrice du pôle éducatif, le recteur a eu le plaisir d’échanger avec l’ensemble de l’équipe enseignante et la responsable du secteur péri-éducatif de la communauté de commune du pays riolais.

Les atouts du pôle : de meilleures conditions de travail et une réelle cohérence dans la continuité éducative

La construction du pôle éducatif de Traitiéfontaine a permis une ouverture en septembre 2003 pour accueillir alors 114 élèves.
Aujourd’hui, il s’agit de l’un des cinq pôles éducatifs de la communauté de communes du pays riolais qui exerce la compétence scolaire depuis le 1er janvier 2014. Le pôle compte actuellement cinq classes (deux maternelles et trois élémentaires) pour un total de 130 élèves.

Ces derniers, originaires des six communes voisines*, sont accueillis dans des locaux spacieux, particulièrement adaptés aux enjeux de la pédagogie actuelle.

La présence sur un même site des structures scolaires et périscolaires permet de développer des actions inscrites dans un souci permanent de cohérence et de continuité éducative.

Mutualiser les ressources

Le pôle éducatif de Traitiéfontaine (70) L’équipe enseignante dispose d’importantes ressources lui permettant de partager, dans le cadre d’une polyvalence d’équipe, ses nombreuses compétences professionnelles. Ce pôle éducatif est ainsi un cadre de vie facilitateur de la mise en œuvre des objectifs de la refondation de l’École (rythmes scolaires articulés aux temps périscolaires, équipements pour développer les usages du numérique éducatif, accompagnement d’enseignant stagiaire, renforcement des liens entre l’école et les familles).

Des relations sereines avec les partenaires

L’association de parents d’élèves est très impliquée dans l’école et s’associe régulièrement aux différents projets pédagogiques mis en place par l’équipe enseignante composée de cinq professeurs.
Un travail de fond a été conduit avec la communauté de commune du pays riolais lors de la réalisation du projet éducatif territorial (P.E.D.T.) intégrant un emploi du temps dit "décret Peillon" :
- lundi, mardi, vendredi : 13 h 40 - 15 h 55
- jeudi : 13 h 40 - 14 h 55.

Chacun se préoccupe, à Traitiefontaine, de la réussite scolaire des élèves et de leur épanouissement.

*Cirey-les-Bellevaux, Neuvelle-lès-Cromary, Ruhans, Sorans-lès-Breurey, Traitiéfontaine et Vandelans.

Les pôles éducatifs en Haute-Saône

Le schéma territorial des structures scolaires du premier degré en Haute-Saône se caractérise par la présence de trente-cinq pôles éducatifs qui témoignent d’une volonté de mise en œuvre d’une politique de services à la population. Cette politique s’appuie sur la promotion du cadre de vie en milieu rural et sur le développement de services de proximité qui renforcent l’attractivité des territoires.

 Le pôle éducatif de Traitiéfontaine (70) Les pôles éducatifs regroupent, sur un même site, des classes maternelles, des classes élémentaires, des services scolaires (réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté - R.A.S.E.D., bibliothèque centre documentaire, espace informatique…), ainsi que des services périscolaires tels que la restauration, les espaces propres aux activités périscolaires et des équipements sportifs.

Ils participent ainsi de la structuration du territoire et permettent, grâce à leurs nombreux atouts, de relever les défis éducatifs actuels en permettant notamment une scolarisation des enfants dans d’excellentes conditions.

Contacts

Nathalie Becoulet, inspectrice de l’Éducation nationale (I.E.N.) de la circonscription de Vesoul I, chargée de la circonscription 1er degré
Virginie Mochulpich, directrice, professeure des écoles (C.E.1.-C.E.2.)


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon