R

Accueil > Vie scolaire > Adaptation scolaire / Handicap > L’intersecteur de psychiatrie infanto-juvénile - Éducation nationale

Rubrique Adaptation scolaire / Handicap

L’intersecteur de psychiatrie infanto-juvénile - Éducation nationale

L’intersecteur de psychiatrie infanto-juvénile a pour vocation de lutter contre les maladies mentales par le dépistage, la prévention et le soin

Rattaché à l’association hospitalière de Franche-Comté, dirigé par le docteur Michel Tisserand et couvre la plus grande partie du département (Héricourt est rattaché à l’aire urbaine Montbéliard-Belfort).

L’équipe d’environ 120 personnes est composée de pédopsychiatres, médecins généralistes, psychologues, assistants sociaux, infirmiers, éducateurs, psychomotriciens, orthophonistes, aides médico-psychologues et professeurs des écoles mis à la disposition par l’Éducation nationale et qui interviennent sur quatre sites.

Le partenariat intersecteur de pédo-psychiatrie - Éducation nationale se décline selon trois axes :

La mise en place d’unités d’enseignement à l’interne des structures d’accueil des enfants et adolescents

Les structures et le public

- unité d’hospitalisation Horizon (6 lits et 4 places en hôpital de jour) : prise en charge des manifestations et des pathologies aigües de l’enfant et de l’adolescent.
- unité d’hospitalisation Topaze (4 lits et 4 places en hôpital de jour) : enfants et adolescents souffrant de pathologies chroniques de la personnalité nécessitant des soins sur le moyen et long termes.
- trois hôpitaux de jour implantés à Gray, Lure et Vesoul (Les Hêtres)
- cinq centres médico-psychologiques de consultation situés à Gray, Jussey, Lure, Luxeuil et Vesoul.
- lieu d’écoute et d’accompagnement des états de crise : unité qui propose une prise en charge rapide et individualisée, élargie à l’entourage familial ou autre, pour des jeunes présentant des difficultés variées, d’ordre psychique, survenant dans un état de crise.

Moyens mis à la disposition par l’Éducation nationale

Deux emplois temps plein (ETP) d’enseignement répartis sur quatre sites à hauteur respectivement de ½ service
- 0.5 ETP hôpital de jour de Gray
- 0.5 ETP hôpital de jour de Lure
- 0.5 ETP hôpital de jour de Vesoul Les Hêtres
- 0.5 ETP hôpital de jour de Vesoul Topaze

Missions d’enseignements

- action pédagogique spécifique adaptée aux profils des enfants prise en charge au sein des hôpitaux de jour
- lien avec les enseignants extérieurs / complémentarité de l’enseignement assuré en milieu ordinaire
- lien avec les familles
- participation aux réunions cliniques des unités
- participation aux réunions théoriques

Le SAPAD en pédopsychiatrie

Depuis la mise en place du SAPAD dans le département, les élèves atteints de troubles psychologiques ou psychiatriques ont toujours été aidés. Certains bénéficient de soins par la médecine libérale mais aussi par les inter-secteurs des départements voisins dans le cas de scolarisation dans les secteurs limitrophes (Héricourt, Gray ou le sud du département). La liste jointe n’est donc pas exhaustive des prises en charge pour ce type de pathologie. Un partenariat a toujours fonctionné principalement avec l’inter-secteur de pédopsychiatrie notamment pour des enfants hospitalisés au Centre de pédopsychiatrie infanto-juvénile des Haberges. Il concerne les adolescents accueillis à l’unité Horizon.
Toutes ces prises en charge ont fait l’objet d’une demande de l’équipe soignante adressée aux médecins scolaires et entérinées par eux selon la circulaire 98-151 du 17 juillet 98

Ces prises en charges ont pour objectif de garder un lien avec la normalité :
continuer d’apprendre, maintenir un rythme et un entraînement au travail scolaire, restaurer des compétences de savoir, savoir faire ou savoir être, renseigner le projet thérapeutique sur les capacités des enfants et des jeunes à cela et préparer au retour en classe.

Les projets sont mis en place au cours d’une réunion ou d’échanges individuels avec les enseignants selon les contraintes d’emploi du temps de chacun. Une présentation de la situation de l’élève est faite par l’équipe soignante. Un calendrier des interventions est établi. Des échanges ponctuels, des réunions de suivi et de bilan ont lieu au cours de la prise en charge. Souvent, le retour en classe est préparé avec l’équipe éducative du lieu de scolarisation (école, collège, lycée).

À la différence des autres projets qui ont lieu au domicile, les familles ne sont pas rencontrées. Les cours ont lieu dans le cadre de l’hospitalisation dans une salle mise à disposition. L’équipe du Centre de pédopsychiatrie infanto-juvénile des Haberges reste le seul interlocuteur, elle est aussi l’interlocuteur des familles pour la restitution du suivi du projet SAPAD.

Les moyens utilisés pour ces projets sont la dotation reçue de l’Éducation nationale pour le fonctionnement du dispositif. (Un seul dossier a été instruit en partenariat avec la MAE). Les moyens mis à disposition s’inscrivent dans le cadre de la politique départementale à savoir deux heures hebdomadaires pour le premier degré, trois heures pour le 2nd degré à l’exception des classes de troisième, première et terminale ou il y a un enjeu d’examen et quatre heures peuvent être dispensées.

Étroite collaboration entre le service de santé scolaire et l’inter-secteur pédo-psychiatrique

- Une convention a été établie entre l’inter-secteur pédopsychiatrie et le service santé de l’Éducation nationale.
Lors de l’hospitalisation d’un jeune, le médecin scolaire est prévenu pour pouvoir envisager l’adaptation de sa scolarité à l’hôpital ou son retour plus ou moins progressif à l’école (cette information est bien sûre inhérente au consentement du jeune et de sa famille).
Le médecin de l’Éducation nationale est alors associé aux synthèses de l’équipe hospitalière pour une meilleure compréhension de la situation qui doit permettre un accueil optimum par l’équipe éducative de l’élève lors de son retour à l’école (dans le cadre d’un PAI le plus souvent).

- Participation des médecins de l’Éducation nationale avec la pédopsychiatrie aux actions de formation des personnels de l’Éducation nationale sur le thème de la souffrance psychique et de sa prise en charge.

- Participation du médecin conseiller technique du DASEN au groupe médical régional de réflexion sur la prise en charge précoce de la souffrance psychique.
Participation de l’Éducation nationale à la réflexion engagée par l’ARS dans le cadre des plateformes de santé mentale, pilotée par l’Association hospitalière de Franche-Comté et concernant la filière infanto-juvénile.

services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon