R

Accueil > Académie > Actualités > Visites du recteur > Journée nationale du handicap, l’inclusion scolaire des élèves (...)

Rubrique Visites du recteur

vendredi 5 décembre 2014

Journée nationale du handicap, l’inclusion scolaire des élèves malvoyants

Malgré leur handicap, quatre élèves bénéficient d’une scolarisation ordinaire au lycée Pergaud : rencontre et échanges autour de l’accompagnement qui leur est proposé

Mercredi 3 décembre, dans le cadre de la journée du handicap, le recteur Éric Martin a rencontré, au lycée Louis Pergaud de Besançon, des élèves, des parents ainsi que l’équipe éducative et les partenaires impliqués dans l’inclusion scolaire des lycéens malvoyants.

Répondre aux besoins particuliers des élèves

Le proviseur, Gabriel Lienhard, a insisté sur l’implication de l’équipe pédagogique, composée essentiellement de professeurs volontaires, et de l’auxiliaire de vie scolaire individuelle. Il a également souligné le rôle du centre régional d’enseignement et d’éducation spécialisés pour déficients visuels (C.R.E.E.S.D.E.V.).

Le lycée Pergaud est l’un des onze lycées de l’académie qui scolarisent des élèves malvoyants.

Une ambition comportant plusieurs étapes

Pour l’équipe de direction et les enseignants tout l’enjeu consiste à anticiper et à organiser la prise en charge des jeunes déficients visuels.

Un premier défi a été relevé par le lycée, il y a trois ans, en scolarisant les élèves en classe ordinaire. L’équipe de professeurs s’appuie sur les compétences des élèves pour leur permettre de progresser. Le service d’aide à l’acquisition de l’autonomie et à l’intégration scolaire du C.R.E.E.S.D.E.V. accompagne et soutient les élèves en mettant notamment à disposition des supports pédagogiques accessibles. Il aide les enseignants à comprendre les répercussions des troubles sur les apprentissages.

Des aménagements ont été réalisés en partenariat avec le C.R.E.E.S.D.E.V. afin de favoriser l’autonomie des déplacements au sein du lycée et créer des repères dans l’espace.

Un nouveau défi se présente cette année : l’adaptation à l’examen (agrandissement des caractères et transcription en braille des sujets réalisés par Canopé Lille). Deux élèves de terminale passeront le baccalauréat en juin 2015.

"Aller vers les autres"

Christine Chatot Pieralli, enseignante titulaire du certificat complémentaire pour les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap (2 C.A.-S.H.), a invité les élèves à apporter leur témoignage.
Chacun a pu s’exprimer, insistant sur la difficulté "d’aller vers les autres" qui ne connaissent pas leur handicap et de trouver des repères dans cet "immense lycée". Une étape compliquée pour ces élèves ayant évolué au sein de classe à très faible effectif.

Pour le recteur, ces témoignages ont été très précieux. Il a notamment souhaité comprendre ce que signifiait pour eux "aller vers les autres", soulevant le problème de la communication non verbale (gestes, regards) primordiale pour créer des liens, engager le contact. La socialisation de ces élèves, assez réservés, est donc parfois rendue difficile par leur handicap.

Deux élèves de B.T.S. "services et prestations des secteurs sanitaire et social"(S.P.3.S.), Assita et Mélissa, ont expliqué qu’elles interviennent dans le lycée afin de sensibiliser les autres élèves au handicap. Par ailleurs, le C.R.E.E.S.D.E.V. propose des simulations qui permettent aux lycéens de se rendre compte du handicap de leurs camarades et de mieux les accepter et les aider.

Les enseignants ont noté l’évolution scolaire des élèves malvoyants et leur intégration sociale, notamment pour les élèves de terminale, scolarisés depuis la seconde. Ils ont tissé des liens avec d’autres élèves et nourrissent aujourd’hui l’ambition de poursuivre leurs d’études dans le supérieur.

Le handicap dans l’académie à la rentrée 2014

4 226 élèves bénéficient d’un projet personnalisé de scolarisation (P.P.S.) dans l’académie : 2 235 élèves dans le 1er degré et 1 479 élèves dans le 2nd degré. Parmi lesquels 92 élèves présentent des troubles des fonctions visuelles, soit 2 % des élèves avec P.P.S., dont :
- 59 % bénéficient d’une aide humaine ;
- 54 % d’un service d’éducation spéciale et de soins à domicile (S.E.S.S.A.D.) ;
- 59 % d’un matériel pédagogique adapté.

Contact

Nathalie Ramstein, conseillère technique du recteur "scolarisation des élèves handicapés"

25
Lycée polyvalent
Louis Pergaud - Besançon
Informations complètes

 
jeudi 27 novembre 2014

Un maître supplémentaire en classe pour prévenir les difficultés scolaires

Depuis la rentrée, le dispositif "plus de maîtres que de classes" fait ses preuves à l’école maternelle de Franche-Comté et à l’école élémentaire des Avignonnets de Saint-Claude.

Mardi 25 novembre, lors d’une table ronde, le recteur Éric Martin a pu apprécier l’intérêt de la co-intervention et du co-enseignement menés au sein des deux écoles, en présence de Jean-Marc Milville, inspecteur d’académie du Jura.

Une aide renforcée pour réduire les inégalités

Le dispositif "plus de maîtres que de classes" est l’une des mesures clés de la refondation de l’éducation prioritaire. Implantées au cœur d’un quartier classé zone urbaine sensible (Z.U.S.), ces écoles sont situées dans un réseau de réussite scolaire (R.R.S.).

Pour 80 % des élèves, le français est considéré comme langue seconde et langue de scolarisation. Dans ce contexte, tout l’enjeu consiste à répondre aux besoins spécifiques des écoliers à travers deux axes prioritaires : développer et renforcer la maîtrise du langage oral et la compréhension du langage écrit. Les 89 élèves de maternelle et les 146 élèves d’élémentaire, répartis dans onze classes, bénéficient d’une maîtresse supplémentaire : Audrey Gérôme. Elle intervient aux côtés des autres enseignants prioritairement en cycle 2.

Le recteur a souhaité connaître la façon dont "le maître supplémentaire" est perçu par les élèves, par les enseignants et les parents. Selon ces derniers, "toute l’équipe est partie prenante du projet et l’enseignante supplémentaire a toute sa place".

La co-intervention en classe pour répondre aux besoins des élèves

L’intervention de deux enseignants facilite une pédagogie différenciée. Elle répond plus précisément et plus rapidement aux besoins des élèves en identifiant les obstacles qui se posent à eux et en leur permettant de les surmonter. Chaque élève bénéficie ainsi d’un encadrement plus individualisé. Cette méthode innovante contribue ainsi à l’égalité des chances dans la réussite des élèves.

Les élèves sont amenés à manipuler, verbaliser et confronter leurs représentations avec celles des autres et à devenir réellement acteurs de leurs apprentissages. Ces actions favorisent la construction du sens, leur mémorisation et la validation du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Les approches pédagogiques différentes en fonction des enseignants sont autant de voies de réussite possibles pour l’élève.

Table ronde sur le thème du dispositif, "plus de maîtres que de classes"

Une réflexion partagée entre enseignants

L’équipe éducative travaille de manière collégiale. Les enseignants échangent leurs points de vue : "l’analyse, la remédiation, les regards croisés par rapport aux élèves enrichissent notre pratique".

La co-intervention "amène à réfléchir aux différentes entrées et aux outils possibles" et permet d’aboutir à une évaluation plus précise et objective des élèves.

Des parents impliqués dans la scolarité de leur enfant

Les parents sont des acteurs à part entière dans l’éducation de leurs enfants, en ce sens, le recteur a tenu à savoir quelle était leur posture.

Un dialogue a été établi entre les deux écoles et les familles et cette nouvelle approche pédagogique a été présentée au conseil d’école. Une réunion se tiendra début décembre "pour présenter et différencier les dispositifs existants et leur mise en place dans les deux école".

Les parents sont également conviés, par petits groupes, à des temps d’échanges pour valoriser l’importance de la place du langage au sein de la famille. L’objectif est de permettre l’ouverture de l’école aux parents pour qu’ils puissent également travailler la langue de scolarisation de leurs enfants.

Contacts

Jean-Michel Faivre, inspecteur de l’éducation nationale (I.E.N.) de la circonscription de Saint-Claude
Martine Olivier, direc­trice de l’école maternelle de Franche-Comté
Pascal Lopez, directeur de l’école élémentai­re des Avignonnets

 
mardi 18 novembre 2014

Plateforme technologique optique du lycée Victor Bérard de Morez

Le 14 novembre, le lycée recevait le recteur et le directeur académique, accompagnés du président du conseil général du Jura : des visiteurs conquis par la synergie entre enseignement, recherche et industrie.

Visite de la plateforme technologique optique du lycée Victor Bérard de Morez - Copyright : conseil général du JuraVincent Armbruster, animateur de la plateforme technologique "Développement et intégration de solutions optiques" (P.F.T. D.I.S.O.) plateforme a eu le plaisir de présenter la plateforme, son fonctionnement et quelques activités réalisées par la structure ; ce en présence du proviseur Philippe Legain, directeur du groupements d’intérêt public innovation et transfert de technologies (G.I.P.- I.T.T.) D.I.S.O. - et de Joël Thierry, président du G.I.P.- I.T.T. - D.I.S.O. - directeur de l’entreprise Thierry S.A. et président d’Alutec.

Grâce à cette visite, les visiteurs ont pu mieux appréhender la plateforme au sein de son lycée support et mesurer tout l’intérêt de ce type de structure.

Quelques chiffres

Depuis 2007, la P.F.T. D.I.S.O., c’est :
- 46 projets industriels et de recherche scientifique traités par les équipes enseignantes des deux lycées de la P.F.T., et
- 63 projets industriels et de recherche traités par plus de 200 étudiants de B.T.S.

Projets présentés

Secteur "Photonique"

Philippe Roblot, professeur d’électronique a présenté trois projets d’étudiants :
- un robot de détection de présence de virus par fluorescence pour le service de virologie du C.H.U. de Besançon associé à Femto-st : système améliorant la sensibilité de détection de virus pour les analyses en laboratoire.
- un système d’identification d’arme à feu pour l’institut national de police scientifique : ce système permet de réaliser des profils des rayures laissées par les canons d’armes à feu sur les balles tirées, afin d’améliorer leur comparaison avec des bases de données.
- un système de mesure de vieillissement de panneaux routiers pour l’entreprise Signaux Girod : ce système permet d’évaluer la bonne visibilité d’un panneau routier afin de pouvoir procéder à son changement ou non.

Visite de la plateforme technologique optique du lycée Victor Bérard de Morez Copyright : conseil général du Jura

Secteur "Optique instrumentale"

Stéphane Romanet, professeur d’optique a présenté deux projets d’étudiants :
- un banc de contrôle de jumelles à stabilisation d’image pour la société Fujifilm France : ce banc unique en France permet au service après-vente de Fujifilm de contrôler et réparer si nécessaire leurs jumelles. Ce banc, associé à l’expertise de la P.F.T. D.I.S.O., a permis à Fujifilm France de toucher de nouveaux marchés (militaire, douanes). Aujourd’hui, le lycée de Morez forme via le Greta les nouveaux employés de Fujifilm sur leurs propres jumelles.
- un système de contrôle de planéité et parallélisme de pièces horlogères. Réalisé en lien avec un horloger Suisse de prestige, la P.F.T. D.I.S.O. est à la recherche d’un partenaire industriel spécialisé dans le contrôle de pièces horlogères pour transférer ce système.

Un atout pour les étudiants et une plus-value pour les entreprises

Les projets présentés ont été développés avec les filières de B.T.S. Outre la plus-value en termes de compétitivité apportée aux entreprises et aux laboratoires concernés, ces projets innovants offrent un atout pour la formation des étudiants : ils participent à des projets concrets très motivants et travaillent avec des équipes pédagogiques au fait des besoins industriels réels et des technologies de pointe.

La délégation s’est dite très convaincue par ce type de structures générant de l’innovation grâce au lien entre enseignement, recherche et industrie.

En savoir plus sur la P.F.T. D.I.S.O.

Contact

Vincent Armbruster, animateur de la P.F.T. D.I.S.O.

Présentation P.F.T. D.I.S.O.

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'optique et des microtechniques
Victor Bérard - Hauts de Bienne
Informations complètes

 
mercredi 8 octobre 2014

Accompagner les bacheliers technologiques vers l’enseignement supérieur

Poursuivre des études dans l’enseignement supérieur après un bac technologique c’est possible : enseignants et anciens élèves de S.T.I.D.2. témoignent et le confirment !

Vendredi 3 octobre, "la filière Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (S.T.I.2.D.) au service de l’ambition des lycéens technologiques" était au cœur des discussions au lycée Raoul Follereau de Belfort.

Encourager la poursuite d’études dans le supérieur

Le recteur Éric Martin a d’abord présidé le groupe de pilotage chargé de veiller à la bonne application de la charte S.T.I.2.D. signée le 23 mai 2011, entre les lycées de l’académie, l’Université de Franche-Comté et l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (U.T.B.M.). Le point a pu être effectué sur les actions entreprises au cours de l’année scolaire précédente et celles prévues pour 2014-2015.

La délégation au lycée Raoul FollereauSon objectif est de développer conjointement des actions de préparation et d’accompagnement des lycéens de S.T.I.2.D., afin de leur permettre de réussir sereinement une poursuite d’études universitaires. Cela se traduit notamment par des relations pérennes entre professeurs de S.T.I.2.D. et d’I.U.T., l’intervention de représentants de l’I.U.T. en classe de première et de terminale S.T.I.2.D., l’accueil particulier des candidats en S.T.I.2.D. dans les différents départements des I.U.T. de leur choix.

Une des mesures phares de la loi sur l’enseignement supérieur et la recherche est l’orientation prioritaire des titulaires d’un baccalauréat technologique vers les I.U.T. et des titulaires d’un baccalauréat professionnel vers les S.T.S. Depuis l’an dernier, une attention particulière est portée aux élèves de terminale technologique et professionnelle afin de faciliter leur accès en I.U.T. et en S.T.S.

Engager le dialogue sur la réussite après le baccalauréat S.T.I.2.D.

Lors d’une table ronde, le recteur a ensuite échangé avec des étudiants de l’I.U.T., de l’U.T.B.M, de classes préparatoires aux grandes écoles (C.P.G.E.) issus de la voie technologique S.T.I.2.D. ainsi que des élèves de terminale S.T.I.2.D. du lycée Follereau.

Les étudiants et élèves ont pu expliquer pourquoi ils ont choisi la voie technologique. Ils ont également pu exprimer leurs motivations et dialoguer sur les informations reçues quant à leur orientation et plus particulièrement sur les poursuites d’études et les parcours professionnels possibles.

Enfin, ils ont échangé leur point de vue sur les moyens de rendre cette voie de formation encore plus attractive.Tous s’accordent sur l’intérêt éprouvé du baccalauréat S.T.I.2.D., indéniable voie de réussite, et sur la volonté de mieux le faire connaître auprès des collégiens, des lycéens et de leurs parents.

Le bac S.T.I.2.D., une voie en prise avec le réel

Avec la rénovation de la voie technologique en 2011, le bac S.T.I.2.D. élargit les perspectives des élèves en matière d’ambition et d’orientation. Le bac se décline en quatre spécialités d’approfondissement :
- innovation technologique et écoconception (I.T.E.C.)
- architecture et construction (A.C.)
- énergie et environnement (E.E.)
- système d’informations et numérique (S.I.N.)

Pour les élèves, tout l’enjeu consiste à acquérir les connaissances scientifiques et technologiques nécessaires à leur réussite dans l’enseignement supérieur.

Contacts

Jean-Marc Tochon,
José Canivet,
inspecteurs d’académie - inspecteurs pédagogiques régionaux (I.A.-I.P.R.) Sciences et techniques industriels - technologie.

90
Lycée général et technologique
Raoul Follereau - Belfort
Informations complètes

 
lundi 8 septembre 2014

Une rentrée "rythmée" : le recteur a parcouru les quatre départements de l’académie, mardi 2 septembre

Le recteur Éric Martin, accompagné des quatre inspecteurs d’académie, est allé à la rencontre des écoliers, collégiens et lycéens. Ils ont été reçus par les équipes éducatives, en présence de nombreux parlementaires, élus locaux et représentants de parents d’élèves.

Le recteur a tenu à souhaiter une belle rentrée aux élèves, à l’ensemble de la communauté éducative et aux partenaires de l’École. La rentrée 2014 est la poursuite des chantiers pédagogiques amorcés en 2013 avec des mesures qui réaffirment les grands principes de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République.

Les nouveaux rythmes au pôle éducatif de l’école des champs - Noroy-le-Bourg

C’est dans des locaux spacieux et lumineux, inaugurés en 2011, que s’est déroulée la rentrée scolaire pour 240 écoliers et leurs enseignants. Les tout-petits, déjà accueillis en juin, n’ont pas été impressionnés par cette première journée.

Pôle éducatif de l'école des champs - Noroy-le-Bourg Le pôle éducatif est géré par le syndicat intercommunal à vocation unique (S.I.V.U.) du Champfleurey qui a la compétence scolaire. Il regroupe les enfants de plusieurs villages, de la maternelle au C.M.2., favorisant ainsi la cohérence inter-cycle et la continuité dans l’apprentissage des contenus pédagogiques. Le pôle est également le cadre idéal pour un travail en équipe entre professeurs.

Cette année, la rentrée est marquée par le passage aux nouveaux rythmes scolaires. Tous les écoliers ont donc classe le mercredi matin. Les temps d’activités périscolaires (T.A.P.) se déroulent les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 15 h 50 à 16 h 30. Durant les T.A.P., les enfants pratiquent, chaque jour, une activité différente : jeux de société, éveil à la gymnastique, animation autour du livre, éveil musical par le jeu, arts plastiques, cuisine, yoga, activités manuelles pour les 3 - 6 ans ; poterie, hip-hop, acrogym, sports collectifs, judo, théâtre, rugby, ultimate pour les 7 - 11 ans.

Dans l’intérêt des élèves, l’instauration des nouveaux rythmes et des temps activités périscolaires (T.A.P.) s’est faite dans des conditions favorables suite à une concertation entre le S.I.V.U., l’école, l’inspectrice de l’éducation nationale (I.E.N.) de circonscription, l’association "Animation jeunesse" en charge du périscolaire et les parents d’élèves. Ils ont travaillé à la mise en place d’axes pédagogiques en lien avec le projet d’école. Les contenus des activités périscolaires ont été élaborés dans un souci de complémentarité et de cohérence avec le travail réalisé au sein de la classe.

Diaporama de la visite

Plus d’usages numériques au collège de l’Arc - Dole

Le jour de la rentrée, "un grand plan numérique pour l’École de la République " a été annoncé par le Président de la République. Il devrait être "appliqué dans toutes ses dimensions à la rentrée 2016". Dans l’académie, la mise à disposition des équipements et les actions en faveur de la pédagogie numérique se poursuivent.

Collège de l'Arc - Dole (39) Pour le recteur, "le numérique est un vecteur de connaissances. La tablette est l’outil idéal pour la différenciation pédagogique. Elle favorise notamment une évaluation formative, permettant à l’élève de comprendre ses erreurs. C’est une véritable révolution au sein de la classe. Avec ses logiciels intégrés, la tablette change l’approche pédagogique, quelle que soit la discipline". Lors de la visite, le recteur a pu apprécier l’usage du logiciel GeoGebra dans un cours de mathématiques animé par François-Xavier Maisier. L’enseignant, son collègue professeur de technologie et une assistante d’éducation sont les trois référents numériques du collège de l’Arc.

La formation des enseignants est essentielle au déploiement du numérique via le plan de formation académique (P.A.F.), 3 000 enseignants de plus ont été formés dans l’académie l’an dernier. "Proposer des modules de formation aux enseignants doit leur permettre d’engager le dialogue sur le numérique, d’échanger des bonnes pratiques, de donner des idées ou de convaincre des collègues encore réticents" explique le recteur.

Pour Christophe Perny, président du conseil général du Jura, "la tablette numérique est un outil d’égalité. Le département est l’un des premiers à généraliser la tablette en classe de sixième. À cette rentrée, 4 500 tablettes ont été distribuées dans les collèges du département, 3 400 ont été remises aux élèves et 1 100 aux professeurs. Un investissement conséquent pour l’avenir de notre jeunesse !"

L’apprentissage et la mixité des publics, scolaires et apprentis au lycée Jules Viette - Montbéliard

Depuis deux ans, le lycée Jules Viette mène une expérimentation de mixité étendue des publics en section de technicien supérieur "assistant technique d’ingénieur" (S.T.S. A.T.I.). La formation regroupe deux demi-sections l’une par la voie scolaire, l’autre par la voie d’apprentissage et des adultes en formation continue du Greta Nord Franche-Comté. Cette formation fonctionne comme une seule division avec un groupe scolaire d’étudiants et un groupe d’apprentis/adultes de la formation continue.

Depuis la rentrée 2013, à travers la modularisation des enseignements, le lycée mène une expérimentation pédagogique pour permettre l’individualisation des parcours et favoriser une meilleure articulation avec la formation tout au long de la vie.

Lycée Jules Viette - Montbéliard (25) Robert Natale, proviseur, et Pascal Blanc, chef des travaux, ont animé la table ronde sur le thème de cette modularisation des enseignements et des ajustements aux différents publics. Lors des discussions, le recteur a souligné le taux de réussite et l’insertion professionnelle après cette formation ( B.T.S. A.T.I.). Il a rappelé le rôle essentiel que joue l’éducation nationale en aidant les jeunes à s’insérer dans la vie active.

68 % des diplômés post-bac de l’établissement, dont ceux de S.T.S. A.T.I., sont entrés dans la vie active et 26,4 % des enquêtés sont à la recherche d’un emploi, selon une enquête réalisée en 2013. Les diplômés choisissent d’intégrer la voie professionnelle plutôt que de poursuivre leurs études.

L’éducation prioritaire et la mixité sociale au collège Simone Signoret - Belfort

La refondation de l’éducation prioritaire est au cœur de cette nouvelle année 2014-2015. Dans l’académie, le REP+ du collège Denis Diderot (25), réseau préfigurateur, annonce les modalités d’organisation de l’éducation prioritaire en lien étroit avec la nouvelle politique de la ville.

Collège Simone Signoret - Belfort (90) Le collège Simone Signoret, a engagé une réflexion autour de quatre axes pour permettre une meilleure mixité sociale, notamment par l’intermédiaire du conseil "école collège" mis en place en janvier dernier :
- améliorer le climat scolaire avec une action de projet solidaire
- développer les relations avec les familles dans le but de faire entrer les parents dans l’école
- travailler ensemble pour vivre ensemble
- construire les relations filles-garçons de la maternelle au collège

En ce sens, le recteur a rappelé le rôle que joue l’académie, via le pôle académique recherche innovation expérimentation (P.A.R.D.I.E.), en accompagnant les établissements qui souhaitent innover et expérimenter pour la réussite des élèves.

Le rôle du conseil "école-collège" est de renforcer la continuité pédagogique entre le premier et le second degrés notamment au profit des élèves les plus fragiles. La coopération et l’implication des parents est essentielle lors de cette transition, notamment dans le suivi de la scolarité de leurs enfants. Ils veulent que celui-ci réussisse, que l’entrée en sixième ouvre la perspective de l’obtention du diplôme national du brevet (D.N.B.) et d’une orientation choisie et positive.

Le recteur a conclu en soulignant l’importance cruciale du diplôme dans l’avenir des jeunes collégiens pour leur réussite scolaire et professionnelle.


Galerie

Pôle éducatif - Noroy-le-Bourg (70) Pôle éducatif - Noroy-le-Bourg (70) Pôle éducatif - Noroy-le-Bourg (70) Pôle éducatif de l'école des champs - Noroy-le-Bourg (70) Pôle éducatif de l'école des champs - Noroy-le-Bourg (70) Pôle éducatif - Noroy-le-Bourg (70) Pôle éducatif - Noroy-le-Bourg (70)

 
mardi 2 septembre 2014

Le recteur aux côtés des enseignants à Saint-Vit

Lundi 1er septembre, Didier Colladant, nouveau principal du collège Jean Jaurès, a accueilli Éric Martin : le recteur a pu échanger avec les enseignants en ce jour de pré-rentrée.

À la veille du retour en classe des élèves, équipes de direction et professeurs se sont réunis pour aborder les grandes orientations de l’année 2014-2015.

Encourager la communauté éducative en ce début d’année

Les professeurs font leur rentrée au collège de Saint-VitLe recteur a assisté à la réunion plénière de clôture de journée avec l’ensemble des enseignants de l’établissement. Après avoir salué les équipes, il a rappelé les enjeux forts de cette rentrée, notamment la poursuite de la refondation de l’école qui verra dès le mois d’octobre l’organisation d’une consultation des équipes sur le nouveau socle ainsi que la conférence nationale sur l’évaluation en décembre.

Il a ensuite souhaité la bienvenue dans le métier à chacun des quatre fonctionnaires stagiaires affectés cette année au collège Jean Jaurès : il s’est enquis des conditions d’accueil qui leur on été réservées à l’école supérieure du professorat et de l’éducation (E.S.P.E.) et au collège.


Un temps d’échange pour préparer l’année scolaire

Lors d’un travail en équipe, les sujets d’actualité scolaire ont été abordés par les enseignant qui ont montré un réel dynamisme et une volonté de prise en charge.
Les sujets de la rentrée ont été évoqués autour de six ateliers :
- évaluation positive
- accueil personnalisé en sixième
- orientation
- socle et livret personnel de compétences
- autonomie et initiative de l’élève
- prise en compte de l’élève

Lors de ces échanges, le recteur a apprécié l’implication de chacun et il a éprouvé une très forte satisfaction à participer à leur travail préparatoire.

Un travail commencé dès le jeudi précédent la rentrée, avec l’envoi des emplois du temps à l’ensemble des enseignants du collège, leur permettant de se concentrer sur le projet pédagogique.

À la fin de sa visite, le recteur a échangé avec les enseignants de l’établissement sur leur ressentis de cette rentrée avant de souhaiter à l’ensemble des équipes une bonne rentrée et une belle année scolaire.

Contact

25
Collège
Jean Jaurès - Saint-Vit
Informations complètes

 
lundi 1er septembre 2014

Se remettre à niveau juste avant la rentrée

Rafraîchir ses connaissances pendant les vacances, pour démarrer l’année scolaire sur des bases solides.

Vendredi 29 août, le recteur Éric Martin s’est rendu aux lycées Georges Colomb de Lure et Armand Peugeot de Valentigney. Les deux établissements ont proposé des stages de remise à niveau aux lycéens volontaires qui souhaitaient se perfectionner dans certaines disciplines avant de reprendre les cours.

Apporter une réponse spécifique aux besoins des élèves

Visite du recteur lors du stage de remise à niveau à Valentigney Au lycée Georges Colomb, le stage s’est déroulé du 25 au 29 août dernier. Durant une semaine, cinquante élèves se sont retrouvés de 8 h à 12 h, encadrés par trois professeurs afin de travailler de manière plus approfondie les mathématiques, le français et l’anglais.

Au lycée Armand Peugeot, 125 élèves se sont inscrits à la session estivale du stage, organisé sur deux journées de six heures. Un accompagnement renforcé a été proposé dans les disciplines sur lesquelles s’appuie la liaison entre le collège et le lycée : le français, les mathématiques, les sciences physiques, l’anglais, l’allemand et l’italien.

Réunis par petits groupes, les lycéens ont bénéficié d’une approche personnalisée permettant de mieux cibler leurs besoins. Le cadre a été particulièrement propice à l’échange. En effectif réduit, chacun a été mis en confiance et même les plus timides ont osé prendre la parole.

Des bénéfices adaptés au profil de chacun

Élèves en stage de remise à niveau Le recteur a pu échanger avec les élèves et les professeurs sur les nombreux bénéfices du stage et sur ce qui les a motivé à travailler pendant leur dernière semaine de vacances.

Pour les élèves entrant en seconde, le stage leur permet de relativiser la "peur du lycée" au terme d’une scolarité au collège, plus encadrée et protégée. Ceux-ci peuvent aborder la rentrée plus sereinement. Les élèves entrant en première et en terminale, quant à eux, gagnent en confiance, résolvent des difficultés ponctuelles et parviennent à prendre un nouveau départ avec une énergie retrouvée.

Les élèves de terminale, et plus particulièrement les élèves du micro-lycée Armand Peugeot seront invités à participer aux stages qui se dérouleront à l’automne, cet hiver et au printemps 2014-2015.

Donner ou redonner confiance aux élèves

Pour le recteur, ces stages encouragent de manière significative la réussite éducative. Ils ont une réelle vocation à remotiver les élèves et à les inciter à poursuivre leurs efforts. Ils peuvent également être l’occasion d’une meilleure préparation avant un examen ou d’un approfondissement des connaissances avant un choix d’orientation.

Particulièrement adaptés aux élèves de niveau "moyen", ils ont un impact positif sur leur réussite scolaire, notamment aux examens, avec des progrès notables. Grâce à ces stages, le proviseur, André Libis, note une amélioration réelle des résultats au baccalauréat en terminale Sciences et technologies du management et de la gestion (S.T.M.G.) mercatique.

Un accompagnement proposé par des professeurs volontaires

Lors des stages, les élèves sont pris en charge par des professeurs en poste dans l’établissement, mais aussi des professeurs d’établissements voisins, enseignant dans d’autres localités de l’académie voire hors académie.

Les stages peuvent également être encadrés par des assistants pédagogiques, assistants de langues ou emplois d’avenir professeur (E.A.P.) en binôme avec des enseignants titulaires, des enseignants contractuels, des professeurs retraités, ou encore des étudiants de master titulaire d’une licence et se destinant à l’enseignement.

Michèle Hugel, proviseure du lycée Armand Peugeot, souligne que les jeunes enseignants apprécient tout particulièrement de se voir confier des responsabilités dans le cadre de ces stages.


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon