R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > Le collège de la Source de Mouthe fait peau neuve

Rubrique Vie de l'académie

lundi 23 juin 2014

Le collège de la Source de Mouthe fait peau neuve

Restructuration, extension et mise aux normes au programme des 39 mois de travaux qui ont débuté en avril dernier

Mardi 17 juin, Éric Martin, recteur d’académie et Claude Jeannerot, sénateur du Doubs, président du Département, accueillis par Pascal Morel, principal, ont posé symboliquement la première pierre de la restructuration du collège de la Source, en présence de Jean-Marie Renault, inspecteur d’académie du Doubs, de Daniel Perrin, maire de Mouthe, et de Serge Ferrini, architecte.

Une cérémonie solennelle riche en symboles

Une fiole d’eau de la source du Doubs, des carnets japonais et une pierre prélevée sur le chemin des passeurs, témoignant de la résistance dans le Haut-Doubs, ont été insérés dans cette première pierre. La présence de Bernard Bouveret, résistant "passeur" pendant la Seconde Guerre mondiale, a donné à cette cérémonie un relief tout particulier.

Pose de la première pierreLe principal, Pascal Morel, a retracé l’histoire de ce collège construit en 1968. Il a présenté sa dynamique pédagogique et éducative tournée largement vers les nouvelles technologies, ainsi que vers l’ouverture culturelle et internationale.

Le président du Conseil général du Doubs Claude Jeannerot s’est félicité de ce pari d’avenir qui est de miser sur la jeunesse, après avoir annoncé le montant de 15,8 millions d’euros de travaux. Le maire de Mouthe, Daniel Perrin, a indiqué quant à lui, qu’une salle polyvalente indépendante devrait voir le jour. Un cofinancement entre les associations locales de la communauté de communes des Haut du Doubs et celle du Mont d’Or et des deux Lacs est envisagé.

Le recteur a souligné l’importance du cadre de travail. Les élèves et l’équipe éducative disposeront de conditions d’apprentissage et d’enseignement optimisées, propices à la réussite scolaire.

Un collège modernisé

La rénovation de l’établissement s’inscrit dans le cadre du programme pluriannuel de modernisation des collèges du Conseil général du Doubs.

Deux nouveaux bâtiments viendront étoffer l’établissement. La future construction en ossature bois hébergera notamment le hall d’accueil, la loge, l’administration, le C.D.I. futur centre de connaissances et de culture (3.C.) et la salle polyvalente.

Le bâtiment de la demi-pension et les locaux d’enseignements technologiques, scientifiques et artistiques bénéficieront de travaux d’agrandissement. Une réhabilitation générale de l’existant (bâtiments d’externat et de demi-pension) permettra d’offrir des locaux spacieux et fonctionnels, adaptés aux pratiques pédagogiques et pouvant accueillir jusqu’à 500 élèves.

Projet du collège de La Source à Mouthe Les travaux s’inscrivent dans une démarche de développement durable, notamment en matière d’isolation, de réglementation thermique et acoustique. En ce qui concerne l’accessibilité, des efforts particuliers ont été consentis, en référence à la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Le recteur a tenu à saluer l’investissement du Conseil général du Doubs dans cet outil pédagogique et s’est félicité des nombreux projets éducatifs valorisants pour les élèves du collège. Le chantier, divisé en trois phases successives, laissera la place à un collège flambant neuf à la rentrée de 2017.

Contact

25
Collège
la Source - Mouthe
Informations complètes

 
vendredi 20 juin 2014

Début des travaux au lycée Louis Pasteur de Besançon

Vendredi 13 juin, la restructuration du bâtiment Chamars a officiellement été lancée.

Le recteur Éric Martin et la présidente de région Marie-Guite Dufay ont scellé la première pierre symbolique du chantier, en présence du proviseur Yannick Lucas.

Une restructuration en deux temps

La première phase des travaux concerne le bâtiment Chamars construit dans les années 60. Les salles d’enseignement général, les locaux de la vie scolaire et ceux dédiés aux arts appliqués laisseront place au pôle scientifique du lycée.

Pose de première pierre au lycée Louis Pasteur La modernisation des locaux, vétustes et mal isolés, était nécessaire pour le confort des élèves et de l’équipe éducative. Le bâtiment sera entièrement restructuré et surélevé d’un étage. Il sera relié aux autres bâtiments par une passerelle sur plusieurs niveaux qui facilitera l’accessibilité aux locaux situés de part et d’autre de la rue Girod de Chantrans. Un ascenseur favorisera un accès optimisé pour les personnes à mobilité réduite.

Des efforts seront réalisés dans le choix des matériaux et des pratiques de construction, notamment en matière d’isolation, de consommation énergétique et de ventilation, permettant de prétendre au label B.B.C.- Effinergie® (bâtiment de basse consommation).

Les travaux de cette première phase, qui dureront près de deux ans, s’élèvent à 5 460 000 € financés par le Conseil régional de Franche-Comté.

La deuxième phase des travaux concernera le bâtiment Ducat dont la construction remonte au 18e siècle. Elle commencera lorsque les travaux du bâtiment Chamars s’achèveront.

Au total, cinq ans de travaux seront nécessaires pour rénover les deux bâtiments du lycée. Le rendez-vous pour l’inauguration du bâtiment Chamars est donné pour la rentrée 2015 ! Viendra ensuite le tour de la restructuration du bâtiment Ducat qui devrait s’achever en 2018. Les élèves et l’équipe éducative découvriront alors un lycée rajeunit en phase avec son époque.

Contact

25
Lycée général et technologique
Louis Pasteur - Besançon
Informations complètes

 
vendredi 20 juin 2014

Échanges et réflexions sur la réussite éducative

« Réussite éducative et projet académique : quelles collaborations pour mieux agir ensemble ? » Le 28 mai dernier, la question a mobilisé 200 personnes au collège Denis Diderot de Besançon.

Membres de la communauté éducative, représentants des parents d’élèves, des ministères partenaires, des collectivités territoriales et du milieu associatif, tous étaient réunis pour réfléchir de concert à la réussite éducative dans l’académie.

Interroger les pratiques et mutualiser les efforts

La journée a été rythmée par deux tables rondes et un atelier. Les acteurs de la réussite éducative présents ont pu apporter leur pierre à l’édifice et confronter leurs points de vue autour de trois thématiques :

- au lycée professionnel : "accompagner formation et insertion du lycéen"
À quelles conditions les actions éducatives conjointes agissent-elles sur le climat et la persévérance scolaires, sur le développement des compétences scolaires et citoyennes des élèves ?
- au collège : "promouvoir l’ambition scolaire et l’ouverture sur le monde du collégien"
À quelles conditions les actions éducatives conjointes confortent-elles le développement des compétences formelles (programmes) et comportementales des élèves ?
- à l’école : "la réforme des rythmes scolaires et le projet éducatif territorial : une opportunité pour collaborer ?

Présentation de la journée de la réussite éducative

Les pistes de réflexion et les propositions qui ont émané lors des discussions permettront d’éclairer l’académie sur son projet académique 2014-2018 qui paraîtra à l’automne prochain.

Instaurer un climat de confiance à l’École et hors de l’École

Les questions du bien être de l’élève et de la confiance des parents en l’École ont été au cœur des discussions. Ce sont deux enjeux centraux dans les projets éducatifs.

En établissement, il faut prendre en considération le climat scolaire qui peut être source de mal être pour certains élèves ; un mal-être en augmentation selon une enquête du Système d’information et de vigilance sur la sécurité scolaire (S.I.V.I.S.). En ce sens, il est important que les élèves puissent se faire entendre et se faire comprendre.

Intervenants à la journée de la réussite éducativeHors du cadre scolaire, les parents représentent le premier maillon de la réussite scolaire, néanmoins, dans certains cas, ils sont de moins en moins impliqués dans le suivi de la scolarité de leurs enfants.

Les conclusions de l’enquête Pisa - programme international pour le suivi des acquis des élèves - parue en décembre 2013 ont rappelé qu’en France, les écarts de performance entre les élèves se sont creusés et que la corrélation entre le milieu socio-économique et la performance scolaire est particulièrement marquée. Il appartient donc à tous les acteurs du système éducatif de faire en sorte que les caractéristiques sociales pèsent moins lourdement sur les résultats scolaires. C’est pourquoi, il semble nécessaire de renforcer le dialogue avec les parents d’élèves afin de les réconcilier avec l’École, pour qu’ils puissent mieux connaître le système éducatif et encourager leurs enfants dans leur scolarité.

La réussite scolaire, une approche globale

Ces deux enjeux attestent de la nécessité d’une action partenariale efficiente sur le terrain. La diversité des acteurs concernés et responsables en matière d’éducation pose la question d’une approche pluri-disciplinaire et pluri-professionnelle de la réussite éducative.

La notion est déjà bien ancrée dans les pratiques. Elle se matérialise à travers des démarches, notamment les projets éducatifs locaux (P.E.L.), les projets éducatifs territoriaux (P.E.D.T.), les programmes de réussite éducative (P.R.E.) mis en place dans les quartiers de la politique de la ville.

Ces actions multiples relèvent de champs de nature différente et sont mis en œuvre à des échelons variés :
- accompagnement scolaire
- développement et accessibilité aux pratiques d’activités artistiques culturelles et sportives
- promotion de la santé et bien-être
- persévérance scolaire
- lutte contre le décrochage, renforcement des relations avec les familles.

"Quelles perspectives pour améliorer les collaborations en termes de réussite éducative ?"
La restitution des tables rondes et de l’atelier ont permis de répondre à la question finale et de clôturer cette journée.

Les actes de cette journée sont en cours de rédaction.

Contact

Catherine Dodane, chargée de mission académique à la réussite éducative

 
jeudi 19 juin 2014

Le mandat 2012-2014 du conseil académique de la vie lycéenne (C.A.V.L.) se termine

Les lycéens élus ont participé à une dernière réunion mercredi 21 mai 2014. Les prochaines élections auront lieu en novembre 2014

Bilan des "chantiers" du mandat 2012-2014

Le mandat 2012-2014 du conseil académique de la vie lycéenne (C.A.V.L.) se termine

L’égalité filles-garçons

Les 31 affiches réalisées dans le cadre de l’appel à projets sur les stéréotypes véhiculés par la publicité ont été exposées au lycée le Grand-Chênois à Montbéliard ; l’inauguration de cette exposition intitulée "Regards sur l’égalité" a eu lieu mercredi 4 juin 2014.

10 affiches, sélectionnées par une commission réunie le 5 mai, constitueront un livret de sensibilisation qui sera envoyé à tous les lycées et lycées professionnels de l’académie. L’exposition pourra également être prêtée aux établissements qui en feront la demande.

La communication au sein de la vie lycéenne

L’amélioration de la communication au sein de la vie lycéenne académique a connu une étape avec la création d’une page Facebook "vie lycéenne de l’académie de Besançon". Les séminaires de vie lycéenne (Mouthe, Rochejean, Strasbourg) ont permis de développer les échanges entre les élus. De nombreux conseils de la vie lycéenne (C.V.L.) ont développé leur communication (sites des établissements, environnements numériques de travail, pages Facebook…). Ce chantier sera poursuivi car il reste une grande marge de progrès.

L’antisèche, guide pratique à l’usage des vice-présidents de C.V.L.

Ce guide est sur le point d’être distribué dans tous les lycées accompagné de la charte de déontologie de l’élu lycéen ; il sera régulièrement actualisé.

Ateliers - Débats

Le mandat 2012-2014 du conseil académique de la vie lycéenne (C.A.V.L.) se termine
- La maison des lycéens (M.D.L.)
- Harcèlement - Climat scolaire
- Consultation nationale des lycéens
- Laïcité

Préparation des élections au C.A.V.L. en novembre 2014

Quelques modifications concernant les circonscriptions et la répartition des sièges sont à l’étude.

Des réunions de sensibilisation auront lieu dans les départements en octobre ; des élus du mandat 2012-2014 sont volontaires pour participer à ces réunions ; ils apporteront leur témoignage et rencontreront les futurs candidats.
Un groupe de travail composé de plusieurs référents vie lycéenne prépare les semaines de l’engagement.

 
mardi 17 juin 2014

L’académie présente son REP+ à l’école Albrecht Dürer de Besançon

Rattachée au collège Diderot, l’école Dürer fait partie des douze écoles membres du réseau d’éducation prioritaire REP+ de l’académie. Au niveau national, 102 réseaux "pionniers" comme celui-ci sont mis en place à la rentrée 2014.

Le 5 juin dernier, le recteur Éric Martin a présenté le réseau d’éducation prioritaire REP+ de l’académie aux membres de la communauté éducative, aux partenaires de l’École et aux élus locaux réunis à l’école Dürer.

Lutter contre les inégalités sociales et territoriales, freins à la réussite scolaire

À compter de la rentrée 2015, la refondation de l’éducation prioritaire entrera en vigueur sur l’ensemble des réseaux REP et REP+. Dans l’académie, dès la rentrée 2014, le collège Denis Diderot et ses écoles associées s’inscriront dans ce nouveau dispositif, à titre de préfiguration.

Près de 2 500 élèves concernés par le REP+

Quatre écoles élémentaires et huit écoles maternelles sont impliquées dans le REP+ du collège Denis Diderot :

- maternelle Artois Les partenaires de l'École
- maternelle Boulloche
- maternelle Bourgogne
- maternelle Champagne
- maternelle Cologne
- maternelle Dürer
- maternelle Ile de France
- maternelle Picardie
- élémentaire Bourgogne
- élémentaire Champagne
- élémentaire Dürer
- élémentaire Ile de France

L’objectif de ce réseau est de donner plus de moyens humains et matériels pour pallier les difficultés qui sont plus importantes que dans le reste de l’académie. Le REP+ s’inscrit dans la continuité du programme des écoles, collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite (É.C.L.A.I.R.).

À travers ce dispositif, il s’agit également de renforcer les liens inter-établissements, avec les collectivités territoriales, les partenaires associatifs, qui interviennent au niveau du quartier, et les parents d’élèves.

Un public bien identifié

La population scolaire, de la maternelle au collège, est largement défavorisée avec environ 75 % de familles aux revenus très modestes et 15 % qui ont de faibles revenus. Les difficultés sociales et les difficultés scolaires sont très fortement corrélées.

Dans ce contexte, les conditions ne sont pas favorables à un suivi intensif de la scolarité, d’où la nécessité pour l’École et ses partenaires d’apporter des réponses adéquates. L’origine sociale ne doit pas être un frein à la réussite des élèves et à l’apprentissage de certaines connaissances et compétences.

C’est pourquoi la réforme de l’éducation prioritaire doit garantir à chaque élève, quel que soit son milieu social d’origine, l’acquisition du socle commune de compétences : une étape primordiale pour réussir au collège.

Favoriser l’innovation pédagogique au service de la réussite scolaire

L’école Dürer compte actuellement 226 élèves réparties dans onze classes. 250 élèves sont attendus à la rentrée prochaine.

Confirmer la maîtrise de l’écriture et de la lecture

Lecture par une élève Lors de la visite, des élèves C.E.2.-C.M.1. ont présenté un livre écrit et illustré par leurs soins, intitulé "Le manuscrit secret de Charles Perrault", actuellement en cours d’impression. L’enseignant, Sébastien Ménestrier, et ses élèves ont conçu ce livre de A à Z. Les écoliers ont été acteurs à part entière de ce projet, dans lequel ils se sont beaucoup investis.
Le manuscrit secret de Charles Perrault - le livre

À travers ce projet pédagogique de cinq mois, initié en janvier, l’objectif principal était d’aider les élèves à maîtriser la langue française ; l’occasion de se remémorer et d’appliquer les règles de grammaire, d’orthographe et de conjugaison.

Un véritable travail a notamment été mené sur la recherche lexicale, pour enrichir le texte et lui donner plus de force. Le recteur a d’ailleurs noté la richesse du vocabulaire utilisé par les élèves et a souligné leur aisance à l’oral, lors de la lecture.
Présentation orale du livre par les élèves

Un projet d’établissement orienté vers la réussite de tous les élèves

Cette action pédagogique s’inscrit dans l’axe prioritaire du projet d’école consacré au vocabulaire.Trois actions ont été mises en place du C.P. au C.M.2. :
- écouter et lire des textes du patrimoine et des œuvres intégrales de littérature
de jeunesse afin d’acquérir des références communes
- enrichir son vocabulaire et commencer à classer les noms par catégories
thématiques larges pour s’exprimer avec des mots plus précis
- utiliser à bon escient les termes relatifs aux actions, sensations et jugements
afin d’enrichir les productions d’écrits.

D’autres projets parallèles ont été développés. Tout au long de l’année, certaines classes se sont rendues à la bibliothèque Nelson Mandela pour des visites libres ou accompagnées. Quatre classes ont visité la ferme de la Batailleuse à Rochejean pour y découvrir le monde rural et deux autres classes ont participé à un stage équitation. Cette année, l’équipe pédagogique a également mis en place deux chorales qui présenteront leur travail aux parents lors de la fête de l’école.

Une ambition collective menée en établissements, dans le quartier et à la maison

La présentation du R.E.P.+Politique de la ville et éducation nationale unissent leurs efforts pour veiller et agir ensemble à la réussite de tous les élèves. Les premiers partenaires de l’école demeurent les parents qui seront d’avantages associés à la réussite de leurs enfants.

Les projets mis en place à l’école Dürer sont possibles grâce à un appui de la Ville de Besançon. Son programme de réussite éducative (P.R.E.), un dispositif destiné aux enfants des quartiers prioritaires, propose une aide aux parents dont les enfants rencontrent des difficultés scolaires. L’association P.A.R.I. soutient également les parents et accompagne les enfants dans leur scolarité en vue de favoriser leur insertion scolaire, sociale et professionnelle.

Plus d’informations : DP04 - "Réseau éducation prioritaire REP +" - 5 juin 2014

Contact

Laurence Baulu, chargée de mission académique à l’éducation prioritaire

 
lundi 16 juin 2014

Au lycée Jules Haag, les filières industrielles dévoilent leur potentiel

Susciter et accompagner un parcours d’orientation en B.T.S. pour des élèves de baccalauréat professionnel du lycée bisontin des métiers de la microtechnique et de l’automatique, dans le cadre de formations industrielles.

Le 2 juin dernier, le recteur Éric Martin a participé à une rencontre avec des élèves de baccalauréat professionnel et de brevet de technicien supérieur, leurs enseignants, et les représentants d’entreprises* industrielles locales.

L’objectif de cette matinée était d’informer les élèves des classes de première bac pro microtechniques sur les possibilités de poursuite d’études en B.T.S. et notamment sur les filières et les emplois industriels à travers la mise en relation avec des professionnels.

Cette action s’inscrit dans le dispositif académique d’accompagnement des bacheliers professionnels vers des sections de techniciens supérieurs.

* l’entreprise R. Bourgeois, la manufacture Jean Rousseau, les entreprises Airax, Eras, Diamac, Createc et la société C&K Components S.A.S.

Faire découvrir les formations industrielles aux élèves de bac pro

Cette matinée d’information a permis de mettre en avant l’importance de la relation entre l’industrie et le lycée Jules Haag, qui assure pleinement sa fonction d’établissement technologique et professionnel à vocation industrielle et en prise directe avec le contexte économique bisontin et franc-comtois.

L’établissement présente en effet la particularité d’être à la fois un lycée général et technologique avec des filières générales S et E.S., et des filières technologiques Sciences et technologies de laboratoire (S.T.L.) et Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (S.T.I.2.D.), ainsi que des formations post-bac mais aussi un lycée professionnel offrant une formation en microtechniques sanctionnée par le baccalauréat professionnel.

Des filières industrielles reconnues par les professionnels

Lors de la visite, le recteur a pu assister, avec les élèves de bac pro et les dirigeants des entreprises partenaires du lycée, à une présentation des projets réalisés, en cours d’année scolaire, par des étudiants de 2e année de B.T.S. Contrôle industriel et régulation automatique (C.R.S.A.), Conception et industrialisation en microtechniques (C.I.M.) et Contrôle industriel et régulation automatique (C.I.R.A.).

Visite d'atelier Grâce à ces réalisations concrètes, les lycéens ont pu se rendre compte de la nature de la formation poursuivie dans chaque B.T.S.

Les projets présentés sont de véritables réalisations industrielles, vendues à des entreprises et qui répondent à de réels besoins. Certains industriels, représentants des sociétés commanditaires des travaux, étaient donc directement concernés par les machines conçues et réalisées par les étudiants.

Les présentations des élèves de B.T.S. ont été très appréciées par les lycéens et les industriels. La présence de ces derniers a été un véritable atout, apportant la caution professionnelle à cette action. Le recteur a pu ensuite visiter les ateliers et apprécier l’état d’avancement des réalisations actuellement en cours de finition.

Favoriser l’orientation et l’intégration des élèves après leur bac pro

Lors de cette matinée, les élèves de bac pro et les étudiants de B.T.S. ont pu participer à la discussion entre les partenaires industriels, la direction du lycée, les enseignants et le recteur.

Eleves, enseignants, et professionnels réunis Les entretiens ont été riches et constructifs et la qualité des échanges a été unanimement saluée par tous les participants. Un véritable dialogue a pu se mettre en place, dans un climat de confiance et d’échange réciproque, avec une grande qualité de réflexion. Ce temps d’échanges a permis de recueillir les avis et impressions des industriels, notamment sur leurs besoins en formation et la nécessaire augmentation des qualifications des élèves, futurs professionnels, ainsi que sur leurs difficultés à pourvoir certains postes techniques en entreprise.

Par ailleurs, les six élèves de bac pro présents à cette table ronde ont tous exprimé leur souhait de poursuivre leurs études en B.T.S., que ce soit au lycée Jules Haag ou dans d’autres établissements.

L’action de sensibilisation et de motivation en direction des élèves de première bac pro a été efficace : les enseignants et les élèves eux-mêmes ont exprimé leur satisfaction tant sur le contenu que sur l’organisation de la demi-journée. Les étudiants de B.T.S. ont eu, quant à eux, une occasion de montrer leur travail et de s’entraîner pour leur présentation, qu’ils devront réitérer lors de leur examen.

Mieux préparer l’orientation des élèves

Construire une orientation réussie consiste d’abord à informer les élèves sur les filières et les emplois industriels à travers la mise en relation avec des professionnels. Puis à mettre en place une démarche pédagogique qui vise à renforcer les acquis méthodologiques pour permettre une meilleure appropriation des compétences attendues en B.T.S., dès la première année de bac pro.

Pour l’heure, il s’agit d’identifier les élèves volontaires et de les accompagner, l’an prochain, en terminale bac pro par un dispositif pédagogique adapté et préparatoire à l’entrée en BTS.

Contacts

José Canivet, inspecteur académique - inspecteur pédagogique régional technologies et sciences de l’industrie.

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de la microtechnique et de l'automatique
Jules Haag - Besançon
Informations complètes

 
vendredi 13 juin 2014

Bac 2014 : grève S.N.C.F.

Lors d’un point presse informel ce vendredi 13 juin à 11 h, le ministre Benoît Hamon a précisé que l’éducation nationale prend les mesures nécessaires afin que le déroulement des premières épreuves écrites des baccalauréats général, technologique et professionnel soit le moins affecté possible si la grève S.N.C.F. devait se poursuivre lundi 16 juin

Le ministre a rappelé qu’une sortie de crise serait préférable, mais que l’éducation nationale était mobilisée et prête à réagir.

Mise en place d’un dispositif exceptionnel

Il est demandé aux chefs des 4 400 centres d’examen de considérer avec bienveillance la situation des candidats concernés, tout en veillant au strict respect de l’équité de traitement entre les candidats. Ainsi, il est demandé aux chefs de centre :
- d’admettre les candidats dans les salles d’examen jusqu’à une heure après le début des épreuves ; cette période pourra être prolongée de quelques minutes selon les circonstances et laissée à la libre appréciation du chef de centre.
- de leur donner le même temps de composition que les candidats qui auront commencé l’épreuve à l’heure en le majorant de leur temps de retard (exemple : un candidat autorisé à démarrer l’épreuve à 8 h 47 composera jusqu’à 12 h 47)

Les candidats retardataires n’auront pas à présenter de justificatifs, les chefs de centre étant appelés à se montrer bienveillants. Les premiers candidats ne seront autorisés à sortir de la salle de composition que lorsque tous les élèves retardataires y auront été admis.

 
jeudi 5 juin 2014

Le robot fait son show

Venez découvrir l’édition 2014 du "Robot fait son show", samedi 14 juin dans les locaux de l’école nationale supérieure de mécanique et des microtechniques de Besançon (E.N.S.M.M.)

Le robot fait son showFraichement rentrés de la Coupe de robotique qui se déroulait à la Ferté Bernard, ils souhaitent vous faire partager leur passion :
Que vous soyez un pro de la robotique ou non, venez passer un bon moment sur le thème de la robotique, l’équipe µRobot sera ravie de vous accueillir.

Vous pourrez aussi assister aux conférences du laboratoire Femto-St à destination de tout public, à des matchs de robot ayant participé à la coupe de France de robotique, ou encore voir d’autres robots s’articuler.

Contact

Rémi Jeanney
Tel : 06.01.44.31.81
Courriel

 
jeudi 5 juin 2014

Quand les lycéens portent un regard artistique sur les stéréotypes

Dans le cadre du projet égalité filles-garçons du conseil académique de la vie lycéenne (C.A.V.L.), l’exposition "Regards sur l’égalité" a été inaugurée mercredi 4 juin 2014 au lycée Le Grand Chênois à Montbéliard. Cette exposition met en lumière les affiches réalisées par les lycéens de l’académie

Pendant leur mandat (2012-2014), les élèves élus au C.A.V.L. ont été les initiateurs d’un appel à projets sur l’égalité filles-garçons.
Un partenariat entre le rectorat, le conseil régional de Franche-Comté et la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité de la préfecture de région a permis de concrétiser ce projet.

Quand les lycéens portent un regard artistique sur les stéréotypesNeuf établissements ont répondu à cet appel :
- lycée Le Grand Chênois à Montbéliard
- lycée Toussaint Louverture à Pontarlier
- lycée Georges Colomb à Lure
- lycée Bartholdi à Lure
- lycée Charles Nodier à Dole
- lycée Lumière-Beauregard à Luxeuil-les-Bains
- lycée d’Audincourt
- lycée Jouffroy d’Abbans à Baume-les-Dames
- lycée agricole Lucien Quelet à Valdoie

Au total, ce sont 31 affiches qui ont été réalisées et exposées.

Engager une réflexion collective en établissement

Les élèves, réunis par groupes, ont réfléchi sur le thème : "les stéréotypes véhiculés par la publicité".

Un certain nombre de projets ont été réalisés dans le cadre des disciplines, en lien avec les programmes (histoire, lettres, sciences de la vie et de la terre, arts plastiques, éducation civique, espagnol, sciences économiques et sociales, commerce) ou en interdisciplinarité, dans le cadre de l’accompagnement personnalisé ; les conseils de vie lycéenne (C.V.L.) et les maisons des lycéens (M.D.L.) se sont également emparés du thème.

Une matinée conviviale et festive pour combattre les préjugés

Tous les élèves présents ayant participé à ce projet ont pu présenter leur affiche devant l’ensemble des participants et donner ainsi leur vision des stéréotypes de genre qu’ils vivent au quotidien.
Pour compléter cette réflexion, un groupe d’élèves du collège Mozart de Danjoutin est remonté sur scène pour jouer une plaidoirie sur l’égalité filles-garçons. Cette prestation remarquable avait été primée aux olympes de la parole en 2012-2013
Un clip vidéo sur l’égalité filles-garçons réalisé par le lycée professionnel Pierre-Adrien Pâris a été projeté.

Un outil de sensibilisation

Dix affiches, sélectionnées par une commission réunie le 5 mai, constitueront un livret de sensibilisation qui sera envoyé à tous les lycées et lycées professionnels de l’académie.
L’exposition pourra également être prêtée aux établissements qui en feront la demande.


Galerie

Lycée agricole Lucien Quelet - Valdoie - 2 Lycée agricole Lucien Quelet - Valdoie - 1 Lycée Jouffroy d'Abbans - Baume-les-Dames Lycée d'Audincourt Lycée Charles Nodier - Dole Lycée Bartholdi - Lure Lycée le Grand Chenois - Montbeliard - 1 Lycée le Grand Chenois - Montbeliard 2 Lycée Lumière - Luxeuil-les-Bains Lycée Toussaint-Louverture - Pontarlier

 
vendredi 30 mai 2014

Pose de la première pierre du pôle scolaire, sportif et culturel de Roset-Fluans

La pose de cette première pierre symbolise l’action partenariale menée par la commune et par l’État, en matière d’éducation et en vue de la réussite des élèves.

Lundi 26 juin, Éric Martin, recteur d’académie, a participé à la pose de la première pierre du pôle scolaire, sportif et culturel de Roset-Fluans, accueilli par Arnaud Grosperrin, maire de la commune, Pierre Dagon-Lartot et Michel Lartot, respectivement maires de Routelle et Osselle et en présence de nombreux élus et personnalités. Les écoliers et leurs enseignantes étaient également présents lors de la cérémonie.

Poser les bases solides d’une structure pédagogique de qualité

Ce pôle d’équipements publics, dont l’école sera le cœur, a été pensé pour redynamiser la commune en vue de l’évolution démographique qu’elle connaitra dans les prochaines années, notamment avec la construction d’une centaine de logements.

¨Pose de la première pierre - © Mairie de Roset-FluansL’école sera composée de trois classes, avec la prévision d’une extension à six. Cette nouvelle structure offrira des conditions d’apprentissage optimales aux élèves des communes d’Osselle, de Routelle et de Roset-Fluans. La rentrée scolaire dans les nouveaux locaux aura lieu à l’automne prochain.

Écoliers et enseignants bénéficieront de locaux fonctionnels et lumineux, ainsi que de larges espaces intérieurs et extérieurs et d’équipements qui permettront de répondre aux attentes de chacun. Le projet s’inscrit dans une démarche de développement durable avec de fortes préoccupations environnementales.

Un « journal de bord » réalisé par les écoliers, en marge des phases de conception et de réalisation du chantier, permettra de retracer l’histoire du projet.

Repenser l’architecture scolaire, au service des missions de l’École

Alors que l’ancienne école, construite en 1871, sera restructurée en mairie, la nouvelle école, quant elle, répondra à un modèle d’espace basé sur des relations pédagogiques traditionnelles et une approche mécaniste de l’environnement scolaire : ensoleillement, ventilation et ergonomie. La pédagogie, l’hygiène de vie des élèves et la qualité architecturale sont aujourd’hui trois piliers de l’architecture scolaire contemporaine.

Ainsi, la pédagogie différenciée et les nouvelles modalités d’apprentissage induisent des salles spacieuses où l’agencement par groupes de besoins nécessite une pensée particulière de l’espace et où la pédagogie du numérique introduit les équipements de la communication du XXIe siècle : tableau blanc interactif (TBI), tablettes et ordinateurs.

La santé, le bien être, et les rythmes de l’enfant sont au cœur de l’hygiène de vie en établissement. La sieste, les temps des apprentissages, les temps de l’éducation à la culture, au sport et au "vivre ensemble" sont des moments essentiels à l’épanouissement des élèves et ne doivent pas être négligés.

En ce qui concerne l’architecture et plus particulièrement la conception des locaux, un intérêt spécifique est porté au choix et à la qualité des matériaux et à la performance énergétique des bâtiments.

Mutualiser les équipements, les espaces et les efforts

La configuration de ce pôle permettra de favoriser la proximité entre l’école et la salle polyvalente à dominante sportive. La cour servira ainsi de jonction entre les deux structures. À l’extérieur, les salles de classe s’ouvriront sur un jardin pédagogique.

Les écoliers en train d'applaudir  - © Mairie de Roset-FluansPendant le temps scolaire et dans le temps des activités péri-éducatives mises en place avec la réforme des rythmes scolaires, cette salle permettra aux écoliers de pouvoir pratiquer des activités pédagogiques sportives et culturelles variées. En dehors du temps scolaire et périscolaire, la salle pourra servir aux associations et aux habitants de la commune.

Le maire a d’ailleurs tenu à souligner "l’importance de la place et du rôle du péri éducatif et du périscolaire dans l’éducation des enfants". Il a rappelé tout l’enjeu de la réforme des rythmes scolaires "qui doit permettre l’épanouissement et le bien-être des enfants" et "qui doit également prévenir la difficulté scolaire afin de tenter d’y remédier le plus rapidement possible" alors que "20 % des enfants échouent dès le stade de l’école primaire". Une réforme qui "repose sur un principe simple : mettre les volontés et les ressources locales au service d’une véritable ambition éducative partagée pour tous les jeunes."

Refonder l’école : une démarche de co-construction pour viser la réussite scolaire

La pose de cette première pierre en zone rurale a été l’occasion pour le recteur de mettre en parallèle l’action de la commune qui reconstruit son école et l’action de l’État qui refonde son École.

Il a notamment insisté sur le fait que "notre école doit être amenée à se repenser si elle veut pouvoir faire face à ces difficultés. Elle doit à la fois être juste pour tous et exigeante pour chacun et cela commence dès la maternelle et le primaire"

C’est dans cette volonté que s’inscrit la loi de refondation de l’école du 13 juillet 2013 dont l’enjeu est de lutter contre les échecs, les inégalités territoriales et sociales en misant sur la :
- qualité de la formation des enseignants
- qualité des programmes
- qualité des organisations et des dispositifs scolaires
- qualité des pratiques pédagogiques
- qualité des apprentissages
- qualité de la vie des élèves
- qualité de la relation avec les familles et avec l’ensemble des acteurs de l’éducation".

Cette vision est partagée par le maire de la commune pour qui "l’École reste aujourd’hui le ciment de notre République en permettant à chacun de s’insérer dès le plus jeune âge dans notre société".


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon