R

Accueil > Académie > Actualités > Partenariats - conventions > Charte de collaboration entre le lycée Edgar Faure de Morteau et la (...)

Rubrique Partenariats - conventions

mardi 17 juin 2014

Charte de collaboration entre le lycée Edgar Faure de Morteau et la manufacture Cartier Joaillerie

Le 9 mai, une convention a été signée entre le lycée des métiers de l’horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie et la Manufacture Cartier Joaillerie - Maison Cartier.

En amont de la signature, une présentation de l’activité de la Manufacture Cartier Joaillerie et une visite du site, spécialisé dans la joaillerie de luxe, a permis de contextualiser l’objet de la convention.

Décolletage, usinage, joaillerie, sertissage, nombre de formations dispensées au lycée Edgar Faure y trouvent d’intéressants débouchés. Le personnel de la manufacture est notamment composé de titulaires mortuaciens du Brevet des métiers d’art (B.M.A.) "Arts du bijou et du joyau". Les visiteurs ont ainsi pu saluer la qualité du travail réalisé par de jeunes diplômés de la session 2013.

Un partenariat renforcé

Vint ensuite le moment solennel de la signature, fruit d’un travail relationnel initié de longue date. Jean-Luc Tschirky, directeur des Manufactures et de l’Innovation Cartier, Yves Monnot, directeur de la Manufacture Cartier Joaillerie et Gabriel Radzikowski, proviseur du lycée Edgar Faure ont signé cette charte collaborative, en présence des responsables production et ressources humaines de la Manufacture Cartier Joaillerie, du recteur Éric Martin et de la députée-maire de Morteau Annie Genevard.

Ouvrir le dialogue sur une vision commune de l’insertion professionnelle

La présente charte de collaboration complète le partenariat entre ces deux institutions. Elle met en lumière et renforce le pôle bijouterie de l’établissement par le soutien d’un professionnel de renom dans la joaillerie de luxe.

Elle a également pour objectif d’ancrer davantage encore la participation de professionnels du secteur dans les contenus des formations dispensées au lycée et de faciliter l’insertion des élèves :
- mieux identifier les formations qui répondent aux évolutions des besoins en emplois et en définir les moyens techniques et humains
- accueillir durablement des lycéens en stage.

Renforcer des actions partenariales dans la dynamique d’un projet transfrontalier

Le rapprochement avec la Manufacture Cartier est le fruit d’actions communes répétées et durables.

Signature de la convention Cartier accueille régulièrement des élèves en période de formation en milieu professionnel. Des contacts et échanges constants entre les élèves, la communauté éducative du lycée et les collaborateurs de Cartier ont vivement participé au rapprochement des cultures respectives. Cette coopération a su instaurer le climat de confiance et de respect propice à la signature de la charte. En outre, cette année l’entreprise est la marraine du Diplôme des métiers d’art (D.M.A.) d’horlogerie.

Dans ce contexte, l’un des apprentis de l’établissement (B.M.A. horlogerie) s’est distingué cette année en remportant la deuxième place du prestigieux concours Institut Horlogerie Cartier (I.H.C.), créé en 1993 afin de former des apprentis en horlogerie, polissage et micromécanique), un concours habituellement réservé aux jeunes de troisième année d’école d’horlogerie en Suisse.

Une journée de découverte des métiers de la bijouterie sera organisée prochainement à l’initiative de la Maison Cartier Joaillerie.

Proposer des formations reconnues par la profession

Le lycée est connu et reconnu pour son excellence en matière de formations liées aux métiers de l’horlogerie et de la bijouterie. En 2002, il a d’ailleurs obtenu le label "lycée des métiers de l’horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie". Il a ainsi été l’un des deux premiers lycées professionnels de l’académie à obtenir ce label.

Cette identité forte du lycée autour des compétences horlogères, bijoutières et joaillières, sa plateforme microtechniques prototypage (convention signée en 2005), son implantation géographique au cœur du massif jurassien jouxtant la Suisse, en font un partenaire privilégié et apprécié de l’industrie microtechnique, et de l’industrie du luxe.

Le lycée apparaît comme une réponse naturelle, efficiente, et de proximité aux besoins de professionnels de haut niveau de l’industrie. Il formalise son partenariat dans ses composantes formation initiale (lycée), formation continue (Greta du Haut Doubs) et apprentissage (C.F.A. académique).

Contact

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie
Edgar Faure - Morteau
Informations complètes

 
vendredi 23 mai 2014

Encourager les lycéens de Belfort à poursuivre leurs études dans l’enseignement supérieur en Franche-Comté

Le 20 mai dernier, une convention collaborative a été signée au lycée Gustave Courbet de Belfort.

- Le recteur, les proviseurs des trois lycées belfortains,
- les représentants de l’Université de Franche-Comté, de l’Institut universitaire de technologie de Belfort Montbéliard ( I.U.T.B.M) et de l’ l’U.F.R. Sciences, techniques et gestion de l’industrie (S.T.G.I.),
- le directeur de l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (U.T.B.M.),
- le directeur de l’École supérieure des technologies et des affaires (E.S.T.A.) ont signé une convention favorisant le continuum entre l’enseignement secondaire et supérieur dans le Nord Franche-Comté.

Cette convention vise à optimiser les échanges en matière de formation, de recherche, d’information et de documentation entre les lycées de Belfort et les établissements de l’enseignement supérieur. Elle a également pour objectif d’inciter les lycéens belfortains à poursuivre leurs études dans le Nord Franche-Comté où l’enseignement supérieur offre un important panel de formations.

Créer du lien entre l’enseignement secondaire et supérieur

Les parties prenantes tiennent à œuvrer de concert pour permettre à leurs élèves de poursuivre, si tel est leur choix, des études dans l’enseignement supérieur. Par leur histoire, ces établissements tiennent également à pérenniser, par les formations qu’ils dispensent, le tissu économique du Territoire de Belfort, de l’Aire Urbaine et plus largement de la Franche-Comté.

Discussion entre les signataires de la conventionPar ailleurs, les signataires veulent inviter les lycéens à une orientation active, en leur permettant de s’adapter et de s’ouvrir davantage au monde professionnel qui les environne et qui n’a de cesse d’évoluer.

Cette collaboration entre établissements d’enseignement secondaire et supérieur présente plusieurs intérêts :
- améliorer l’information des lycéens sur les formations de l’enseignement supérieur auxquelles ils peuvent prétendre
- créer une dynamique locale de coopération pédagogique entre les acteurs de la formation depuis le bac – 3 jusqu’au début dans les études supérieures.

Cette convention "secondaire – supérieur" contribue ainsi au continuum bac –3 / bac +3 en favorisant le lien entre les formations du secondaire et celles de l’enseignement supérieur. Cette continuité permet aux enseignants du secondaire d’appréhender les modalités d’enseignement dans le supérieur et les compétences associées. Pour les enseignants du supérieur, l’objectif est de mieux connaître les lycéens, leur formation et leurs compétences. Il s’agit ainsi de favoriser une meilleure connaissance des acteurs et une mutualisation des ressources.

Accroitre l’ambition des lycéens franc-comtois

Dans l’académie, "65 % des bacheliers poursuivent en postbac. Ils sont 69 % à Belfort." Des chiffres qui se situent en dessous de la moyenne nationale (70 %).
Face à ce déficit d’attractivité de l’enseignement supérieur dans l’Aire Urbaine de Belfort Montbéliard, il est essentiel de déployer des efforts communs dans la mise en œuvre d’un continuum entre la seconde et la licence.

Vue d'ensemble des signatairesIl s’agit de l’un des enjeux majeurs de la réforme du lycée de 2010 et de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur et de la recherche de 2013.

La convention s’inscrit donc pleinement dans le cadre de la réforme du lycée dont l’objectif est de mieux orienter les lycéens, de les accompagner dans leur parcours scolaire et de favoriser la préparation à leur entrée dans le supérieur.

Concernant la réussite des étudiants, un des objectifs fixés par la loi d’orientation de l’enseignement supérieur et de la recherche de juillet 2013 est "d’orienter prioritairement les titulaires d’un baccalauréat professionnel vers les sections de techniciens supérieurs (S.T.S.) et les titulaires d’un baccalauréat technologique vers les Instituts universitaires de technologies (I.U.T.)".

L’enjeu est aussi d’ "améliorer l’orientation et la poursuite d’études des lycéens en renforçant les liens entre les lycées disposant de S.T.S. et de classes préparatoires aux grandes écoles (C.P.G.E.) et les universités".

Symboliser la concrétisation d’un travail collaboratif

À travers cette convention, les signataires s’engagent pour l’avenir des jeunes du Territoire de Belfort, de l’Aire Urbaine et plus largement de la Franche-Comté. Une attention particulière sera portée à :
- l’accueil des publics à besoins particuliers en termes d’environnement et d’accompagnement
- l’égalité filles/garçons pour favoriser l’accès de toutes et tous à l’ensemble des formations proposées.

Cette signature se matérialisera, dès la rentrée prochaine, avec l’élaboration d’un programme d’actions commun.

Une nouvelle étape de franchie le 27 novembre 2014

Contacts

90
Lycée général et technologique
Condorcet - Belfort
Informations complètes

90
Lycée général et technologique
Gustave Courbet - Belfort
Informations complètes

90
Lycée général et technologique
Raoul Follereau - Belfort
Informations complètes

Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
I.U.T de Belfort-Montbéliard
U.F.R. Sciences et techniques gestion de l’industrie
École supérieure des technologies et des affaires

 
jeudi 24 avril 2014

L’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif

Le 22 avril, le lycée Pierre-Adrien Pâris de Besançon qui œuvre pour la mixité des parcours a accueilli la signature de convention entre les acteurs locaux impliqués par leur engagement et leurs actions en faveur de l’égalité

2013 a été l’année de la signature de la convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif. L’académie de Besançon a résolument souhaité s’inscrire dans la lignée de cette politique volontariste nationale en créant un événement autour de la signature de la convention régionale pour l’égalité.

Une coordination territoriale pour promouvoir l’égalité à tous les niveaux

C’est dans l’amphithéâtre du lycée, où les nombreux participants ont profité de l’exposition "Infinités pluri’elles" hébergée actuellement à l’université de Franche-Comté et du "Mur des préjugés", outil de sensibilisation aux préjugés de genre, qu’a eu lieu la signature.

Les trois grandes orientations de cette convention sont :
- acquérir et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes
- renforcer l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes
- s’engager dans une plus grande mixité des filières de formation à tous les niveaux d’étude.

Une convention qui recueille l’adhésion de sept co-signataires au niveau régional

L'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatifLe rectorat en lien étroit avec la délégation régionale aux droits des femmes et de l’égalité (D.R.D.F.E.), l’université de Franche-Comté et la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (D.R.A.A.F.) sont les signataires de cette convention régionale.
L’université de technologie de Belfort-Montbéliard (U.T.B.M.) et l’école nationale supérieure de mécanique et des microtechniques (E.N.S.M.M.) et le conseil régional de Franche-Comté ont été sollicités pour être co-signataires du document.

- Stéphane Fratacci, préfet de la région Franche-Comté, préfet du Doubs
- Marie-Guite Dufay, présidente de la région Franche-Comté, représentée par Sylvie Laroche, vice-présidente du conseil régional de Franche-Comté
- Éric Martin, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités
- Jean-Luc Linard, directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt
- Jacques Bahi, président de l’université de Franche-Comté
- Pascal Brochet, directeur de l’université de technologie Belfort-Montbéliard
- Bernard Cretin, directeur de l’école nationale supérieure de mécanique et des microtechniques
ont procédé à la signature de cette charte régionale en faveur de l’égalité au lycée professionnel Pierre-Adrien Pâris qui mène un plan d’actions en faveur de la mixité des parcours dans des filières considérées à tort comme masculines.

Le choix du lycée professionnel Pierre-Adrien Pâris est digne d’exemple. Avec 7 % de filles pour un effectif total de 417 élèves, le lycée des métiers du bâtiment et des travaux publics illustre tout l’enjeu de la signature d’une convention pour l’égalité entre filles et garçons.
Face à ce déséquilibre, l’équipe éducative et les élèves se sont mobilisés. Un vidéoclip rythmé et dynamique a été réalisé, donnant envie d’étudier au lycée.

L'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif - ©  Francois Jouffroy / UTBMLes élèves, notamment les filles, affirment ainsi haut et fort que les métiers sont accessibles à toutes et à tous. Chaque fille et chaque garçon doit pouvoir choisir librement ses études et sa voie professionnelle, c’est ce que revendiquent avec simplicité et courage les jeunes filles qui ont créé le clip avec l’aide de leurs professeurs. En ce sens, il est important de lutter contre les inégalités et les préjugés.

La question de l’égalité est un principe fondamental, inaltérable, inscrit dans la constitution et dans les textes nationaux, européens et internationaux. C’est une valeur républicaine et démocratique, qui s’illustre par la défense des droits de l’individu dans le cadre d’une politique publique.

L’égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes est "une obligation légale et une mission fondamentale de l’école républicaine". Elle est inscrite dans le Code de l’éducation (article L121-1 modifié par la loi du 8 février 2010, article 3), dans la Loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école, dans l’article 9 de la Charte de la laïcité.

Dans l’académie de Besançon, de nombreuses actions sont engagées, allant dans le sens des grandes orientations nationales

- Nomination de référents égalité dans les collèges et lycées publics de l’académie
- Séminaire du 18 mars 2014 : formation inter-catégorielle des référents et des cadres de l’éducation nationale. À ce séminaire ont été associés l’université de Franche-Comté, la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité, la D.R.A.A.F., des partenaires extérieurs issus du monde l’entreprise et du tissu associatif
- Actions favorisant la mixité des parcours et l’incitation des filles à investir les études et carrières scientifiques et technologiques telles La route des microtechniques et notamment la semaine des "Sciences en tous genres", fruit du travail de coopération entre l’académie et les partenaires co-signataires de la convention régionale qui aspirent à développer la part des filles dans leurs formations qui offrent un taux d’employabilité à l’issue des études attractif et de vraies carrières professionnelles
- Actions de sensibilisation sur la déconstruction des stéréotypes de genre (ateliers philo, débats)
- Formation des référents culture, des fonctionnaires stagiaires
- Formation des lycéens du C.A.V.L. et appel à projets avec comme objectif la création par les élèves de publicités détournées sur les stéréotypes de genre véhiculés par les médias
- Concours des olympes de la parole organisé par l’association française des femmes diplômées des universités (A.F.F.D.U.) où la classe de 5e du collège Mozart de Danjoutin a été qualifiée 2e ex-aequo lors de la finale nationale qui s’est tenue à Paris en juin 2013.

Un engagement pour l’avenir

Au-delà de ces actions phares, l’égalité doit continuer d’être pensée et de s’instaurer dans la vie des établissements, au cœur des enseignements et des pratiques pédagogiques et éducatives. Elle est inscrite dans le projet académique, elle doit investir les projets d’établissement, les comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (C.E.S.C.), la formation initiale et continue à l’école supérieure du professorat et de l’éducation (E.S.P.E.) et dans les différents services de l’État et collectivités territoriales.

Par cette signature, les établissements scolaires vont pouvoir mettre en œuvre des actions de sensibilisation et de formation en lien avec l’enseignement supérieur, les écoles d’ingénieurs, les services de l’État, les branches professionnelles et les partenaires extérieurs. C’est toute une synergie qui se met en place et vise à instaurer une égalité bien réelle afin que les jeunes d’aujourd’hui construisent un avenir où il fera bon vivre ensemble.

Cette signature permettra de pérenniser les nombreuses actions déjà engagées et de mettre en œuvre une synergie régionale pour promouvoir la mixité des parcours et instaurer une égalité de fait, au cœur du système éducatif.
Convention
Fiche complémentaire signature de convention égalite filles-garçons - avril 2014.pdf

Contacts

Dominique Chatté, inspectrice d’académie - inspectrice pédagogique régionale (I.A.-I.P.R.) d’espagnol
Chargée de mission académique égalité filles-garçons, rectorat
Tél. : 03 81 65 49 33

Danièle Dulmet
Chargée de mission, préfecture de région de Franche-Comté - délégation régionale aux droits des femmes et de l’égalité (D.R.D.F.E.)

Josiane Duvernoy
Chargée de mission, D.R.A.A.F.

Oumhanie Legeard
Chargée de mission, université de Franche-Comté

25
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la construction durable
Pierre-Adrien Pâris - Besançon
Informations complètes

 
vendredi 14 février 2014

Insertion professionnelle : un partenariat réaffirmé entre l’académie de Besançon et la Marine nationale

Le 12 février, le recteur Éric Martin et le capitaine de vaisseau Marc Pouly, chef du service de recrutement de la Marine nationale, ont renouvelé la convention de partenariat signée en 2009

Cette convention cadre illustre le rapprochement entre le ministère de l’éducation nationale et le ministère de la Défense en matière d’insertion professionnelle des jeunes.

Une coopération consolidée

Cette convention formalise d’une part, les différents domaines de coopération entre les deux institutions et précise, d’autre part, les modalités de cette coopération au sein du lycée professionnel Jouffroy d’Abbans, pour les filières maintenance des équipements industriels (M.E.I.) et électrotechnique, énergie, équipements communicants (E.L.E.E.C.).

Signature convention Marine nationale Le proviseur du lycée Jouffroy d’Abbans, Catherine Baverez et le capitaine de corvette Gilles Defontaine, chef du service de recrutement de la Marine secteur Est, ont signé un engagement de mise en application de la convention signée par le recteur et le capitaine de vaisseau.

Des liens pérennes unissent la Marine nationale et le lycée : en 2009, la signature de convention concernait le bac professionnel Maintenance des équipements industriels (M.E.I.). , le partenariat s’étend en 2013 et voit l’ouverture d’une classe Marine, option E.L.E.E.C.

Pour l’année scolaire 2013-2014, 33 élèves sont inscrits dans ce partenariat, soit 50 % des élèves de M.E.I. et E.L.E.E.C.

Ces deux formations offrent une réelle visibilité professionnelle grâce aux stages en immersion et plus particulièrement, aux affectations sur des bâtiments de la Marine nationale, en mer ou à terre.

Des formations adaptées aux besoins en recrutement

À travers ce partenariat, l’éducation nationale souhaite garantir l’insertion de ses élèves après leur formation ; la Marine nationale quant elle, attend un niveau de qualification correspondant aux exigences de ses métiers.

Face à la problématique de l’insertion professionnelle des jeunes, le recteur a tenu à souligner toute l’importance du partenariat entre l’académie de Besançon et la Marine nationale. Il a ainsi rappelé que les jeunes sont les premières victimes du chômage.
Il est donc primordial de mieux les informer et mieux les préparer à s’insérer professionnellement, en étant à l’écoute et réactif à leurs attentes.

En ce sens, la coopération avec le centre d’information et de recrutement des forces armées (C.I.R.F.A.) de Besançon permet de leur faire découvrir de nouveaux horizons professionnels, avec des perspectives de débouchés concrètes, notamment dans des filières techniques.

Les deux institutions travaillent au développement de relations privilégiées dans leurs champs de compétences respectifs, afin d’atteindre des objectifs communs :
- optimiser l’information et l’orientation des élèves concernant les métiers de la marine, à savoir, faire connaitre la diversité des corps de métiers et les opportunités de débouchés et de mobilité à la fin de leur formation
- former professionnellement les jeunes et favoriser leur insertion en les préparant à la vie active, à travers des périodes de stages et en leur laissant le temps de murir leur projet
- optimiser l’égalité des chances.

Cette journée à également vu la signature d’une convention entre l’I.U.T. de Besançon-Vesoul et la Marine nationale : le diplôme universitaire de technologie (D.U.T.) génie industriel et maintenance répond aux exigences spécifiques de la Marine nationale en terme de recrutement de personnels qualifiés de niveau bac+2 et bac+3.
L’évolution des métiers et des techniques de transmissions de l’aéronavale requiert notamment des profils techniques.

Contact

Catherine Baverez, proviseur

25
Lycée professionnel
Jouffroy d'Abbans - Baume-les-Dames
Informations complètes

C.I.R.F.A.
Quartier Ruty
64, rue Bersot
25000 Besançon
Tél. 03 81 87 29 56
Site

 
jeudi 6 février 2014

Le lycée Hyacinthe Friant renforce sa coopération avec les professionnels de l’hôtellerie

Armelle Claudet, proviseur du lycée et Patrick Franchini, président de l’U.M.I.H. du Jura, ont signé le 4 février, en présence d’Éric Martin, recteur de l’académie, une convention-cadre visant à renforcer les liens existant entre le lycée polinois et l’U.M.I.H.

Si le partenariat entre le lycée et l’U.M.I.H. 39 existe depuis de longues années, il a semblé opportun de le formaliser et de le pérenniser. Cette convention cadre a pour objectifs :
- l’orientation et l’insertion professionnelles des jeunes
- le développement des relations entre l’école et l’entreprise
- l’accueil, le suivi et l’accompagnement des stagiaires et des apprentis
- la prise en charge et le suivi personnalisé des jeunes décrocheurs.

Ouvrir le monde de l’entreprise aux élèves

Le lycée Hyacinthe Friant et l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (U.M.I.H.) du Jura officialisent leur partenariatPatrick Franchini, président de l’U.M.I.H. 39 a souligné l’importance de la filière en termes d’emplois constituant le premier pôle de recrutement national. Ce secteur garde une vraie culture de la transmission du savoir-faire et de l’accueil d’apprentis, sans pour autant mettre en opposition, la voie scolaire et l’apprentissage. La richesse des formations viendra de cette complémentarité et permettra de répondre au mieux aux exigences du marché de l’emploi.

De nombreux outils pour un objectif prioritaire : l’insertion professionnelle des jeunes diplômés

Dans le cadre des périodes de formation en entreprises, de nombreux stagiaires
et apprentis sont accueillis et accompagnés au sein des différents établissements
d’hôtellerie et de restauration du Jura.
Ainsi, pour l’année scolaire 2013 - 2014, le lycée Friant dénombre 110 élèves
stagiaires dans ce département : 75 élèves pour les formations professionnelles
et 35 élèves pour les formations technologiques.

En dehors des périodes de formation en entreprise, de nombreuses actions sont prévues :
- participation du lycée Friant à des évènements organisés par l’U.M.I.H. 39
- formation et mise à niveau professionnelle des adhérents de l’U.M.I.H. et des enseignants
- formation des adultes
- valorisation des métiers du service en salle
- validation des acquis de l’expérience
- évaluation des candidats aux diplômes de l’enseignement professionnel et technologique.

Un déjeuner servi au Relais polinois par une brigade d’élèves de seconde technologique hôtellerie sous la responsabilité d’Anne-Laure Noël, professeur de restaurant et de Jean-Paul Leblond, professeur de cuisine, a clôturé cette signature.

Lycée polyvalent Hyacinthe Friant, Poligny
U.M.I.H. 39

 
jeudi 23 janvier 2014

Scolarisation des élèves issus de familles itinérantes dans l’académie

Une dynamique partenariale réaffirmée

Renouvellement de convention pour la scolarisation des enfants du voyage Le recteur Éric Martin a renouvelé, le 16 janvier au collège Jacques Brel de Vesoul, la convention signée en 2009 avec le président de l’Association d’aide à la scolarisation des enfants tsiganes (A.S.E.T.) de Franche-Comté et le directeur de la direction inter-diocésaine de l’enseignement catholique (D.I.E.C.)

Historiquement, la Haute-Saône est pionnière dans l’accueil à l’école des enfants du voyage. Depuis douze ans, deux professeurs de l’enseignement privé affectés en antennes scolaires mobiles (A.S.M.), propriété de l’A.S.E.T.* travaillent en concertation avec le coordonnateur départemental mandaté par l’inspecteur d’académie pour le suivi du dossier au quotidien.
Le dispositif de médiation et de coopération avec les familles ainsi constitué développe, au bénéfice de la scolarité des élèves issus de familles itinérantes et de voyageurs (E.F.I.V.), tous les liens nécessaires avec l’ensemble des services de l’État, des collectivités territoriales, et des associations concernées par l’accompagnement des gens du voyage.

*L’action de l’A.S.E.T. est soutenue par les conseils généraux et la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (D.R.J.S.C.S.).

Une matinée riche d’enseignements

Après une brève visite de l’antenne scolaire mobile, les participants ont ensuite assisté à une séance pédagogique dans une salle du collège, animée par Cyrille Schiltz, coordonnateur départemental E.F.I.V. Cette séquence a permis de rencontrer des adolescents inscrits au centre national d’enseignement à distance (C.N.E.D.) qui préparent le certificat de formation générale (C.F.G.) et travaillent sur leur orientation grâce à des stages préprofessionnels réalisés au collège.

Un riche échange autour de la démarche d’inclusion des E.F.I.V. a précédé la signature. Maryse Adam-Maillet, inspectrice responsable du centre académique pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage (C.A.S.N.A.V.), l’instance chargée de réguler ce type de fonctionnement partenarial au niveau académique, a rappelé l’enjeu essentiel est bien de "faciliter la coopération entre école et famille pour co-construire des parcours de réussite individualisés".
Le recteur a souligné sa "satisfaction à renouveler cette convention" et salué le travail de terrain remarquable mené par les différents acteurs d’une inclusion scolaire qui progresse chaque année.

L’accès à la scolarité, un droit réaffirmé

L’École de la République s’efforce d’accueillir tous les élèves soumis à la scolarité obligatoire, dans les meilleures conditions possibles. La convention partenariale entre le rectorat la D.I.E.C. et l’A.S.E.T. fluidifie la scolarité des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (E.F.I.V.) et réduit les sources dommageables de discontinuité scolaire : freins administratifs, pesanteurs organisationnelles et méconnaissances diverses, notamment juridiques ou culturelles. Elle entend aussi modéliser les réussites dans le cadre d’une démarche qualité.
Il s’agit de faciliter les parcours scolaires de la maternelle à la fin de la scolarité obligatoire, de leur donner du sens, en répondant aux besoins éducatifs particuliers des E.F.I.V. d’une façon respectueuse à la fois du mode de vie des familles et des contraintes régissant les unités éducatives.

Une mission académique spécifique pour une école "inclusive"

L’académie de Besançon et ses partenaires organisent une politique d’incitation coordonnée par le C.A.S.N.A.V., qui travaille à l’implantation de dispositifs d’accueil pour le second degré, en partenariat avec le centre national d’enseignement à distance (C.N.E.D.). Le C.A.S.N.A.V. développe des actions de formation et des ressources spécifiques, et anime le réseau des coordonnateurs départementaux pour la scolarité des E.F.I.V.

Aujourd’hui, l’académie compte, pour chaque département, des professeurs des écoles coordonnateurs missionnés par les directeurs académiques (D.A.S.E.N.), des écoles d’accueil bien identifiées, ainsi que trois collèges de référence, susceptibles de proposer une inclusion scolaire individualisée aux adolescents issus de familles itinérantes, qu’ils soient ou non élèves du C.N.E.D.

Renouvellement de convention pour la scolarisation des enfants du voyage
Dans le cadre de la priorité académique de liaison école-collège, l’accueil en collège pour les enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (E.F.I.V.) offre un contexte particulier de soutien à la scolarisation : les élèves sont le plus souvent inscrits au C.N.E.D. par autorisation du directeur académique, et répartis selon leur niveau dans des parcours scolaires adaptés. Ils répondent à l’obligation scolaire en renvoyant les évaluations au C.N.E.D. Les supports du C.N.E.D. se composent de livrets d’apprentissages, d’évaluations programmées selon un calendrier, et de supports en ligne en complément des documents papier. Une aide en présentiel s’impose en complément des propositions à distance.

Les différents signataires de la convention œuvrent de concert pour améliorer l’accès des élèves issus de familles itinérantes et de voyageurs (E.F.I.V.) à la scolarité, ainsi que la qualité d’une réponse pédagogique individualisée.

Reportage "stage professionnel des E.D.V." : travail de collaboration entre "élèves allophones" et "enfants du voyage" du collège Jacques Brel.

Contacts

Maryse Adam-Maillet, responsable du C.A.S.N.A.V.
Cyrille Schiltz, enseignant, coordonnateur départemental.

Circulaire n° 2012-142 du 2-10-2012 : scolarisation et scolarité des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs

Circulaire n° 2012-143 du 2-10-2012 : organisation des Casnav

 
vendredi 20 septembre 2013

Un partenariat innovant et volontaire entre l’Onisep et l’Université de Franche-Comté

Aujourd’hui, vendredi 20 septembre 2013, l’Onisep et l’Université de Franche-Comté ont officialisé un partenariat exemplaire au niveau national par la signature conjointe d’une convention officielle

Le "Guide après le bac", symbole réussi de cette coopération

Cette brochure déclinée dans toutes les régions de France est unique dans la forme qu’elle prend en Franche-Comté. D’un graphisme attractif, son contenu est abordé de manière originale et claire et présente toutes les filières de formation de l’enseignement supérieur, ainsi que de nombreux renseignements concernant la vie étudiante.

Un partenariat innovant et volontaire entre l'Onisep et l'Université de Franche-Comté - © UFC, Ludovic Godard Ce guide, très apprécié, est diffusé gratuitement à tous les élèves de terminale générale et de technologique de l’académie de Besançon, futurs bacheliers.
Depuis de nombreuses années, l’Onisep et l’Université de Franche-Comté (Pôle information-orientation) partagent le même objectif : renforcer l’information sur l’orientation des études. Ce choix est un enjeu important aujourd’hui pour les lycéens et les étudiants (et leur famille).
Il implique aussi les professeurs principaux de lycées et conseillers d’orientation-psychologues qui sont des prescripteurs sur les cursus de formation post bac et les filières d’enseignement supérieur universitaires.

En complément du guide, de nouveaux axes seront développés

Une réflexion prospective sera menée, notamment sur des outils les mieux adaptés à cette mission commune d’information : papier et web en direction des différents publics concernés y compris les parents d’élèves ou pour les forums-salons. C’est dans ce sens que seront menées des études, recherches et expérimentations tendant à la meilleure l’information des lycéens et des étudiants en vue de faciliter leur choix d’orientation dans un système d’offres aujourd’hui très complexe.

Contacts

Office national d’information sur les enseignements et les professions de Franche-Comté (O.N.I.S.E.P.)
Maurice Dvorsak, délégué régional O.N.I.S.E.P. Franche-Comté
Dominique Terrillon, coordination
Tél. : 03 81 65 74 92
Emmanuelle Robbe, communication - relations presse

45, avenue Carnot
25030 Besançon cedex
Tél. : 03 81 65 74 90

Université de Franche-Comté
Frédéric Muyard, vice-président des études et de la vie universitaire
Maryse Graner, directrice de communication,
Tél. : 03 81 66 58 11


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon