R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > À Voix Autres, mercredi 22 mai à Besançon

Rubrique Vie de l'académie

lundi 13 mai 2013

À Voix Autres, mercredi 22 mai à Besançon

Une journée de conférences, de débats et d’ateliers consacrée au plurilinguisme et sa reconnaissance comme levier de progrès pour l’éducation, l’enseignement, l’action culturelle et sociale

Conférence / débat en matinée

"À voix autres"Les professionnels de l’éducation, de la culture et du domaine social ainsi que toutes les personnes intéressées se retrouveront au Centre Nelson Mandela à Planoise autour de Christine Hélot, professeur des universités de l’université de Strasbourg et auteur de "Du bilinguisme en famille au plurilinguisme à l’école". Elle sera accompagnée de Virginie Picardat, éditrice des éditions Migriludes.
Une table ronde réunira les organisateurs et les participant de "À Voix Autres".

Ateliers et projection, l’après midi

Les ateliers animés par l’Université de Franche-Comté et le site Migrations à Besançon s’installeront à la Médiathèque Aimé Césaire des Clairs-Soleils.

La journée se terminera par la diffusion de "Raconte-moi ta langue", un film de Mariette Feltin qui retrace l’expérience de l’école d’un petit village alsacien qui s’ouvre aux langues multiples des parents.

Programme de la journée du 22 mai
Programme de la manifestation plurilinguisme à Besançon sur le site des Migrations à Besançon

L’entrée est libre maisl’inscription est nécessaire.

 
mardi 7 mai 2013

Éducation nationale et monde de l’entreprise : un dispositif unique en France

Un partenariat efficace entre le lycée Les Huisselets de Montbéliard et l’entreprise S.I.S d’Avoudrey autour des métiers de la maroquinerie.

Éducation nationale et monde de l'entreprise : un dispositif unique en FranceLors de la visite de François Hollande, Président de la République, à Avoudrey le 3 mai dernier, Isabelle Vuillemey, enseignante au lycée Les Huisselets de Montbéliard, a présenté le dispositif mis en place par l’éducation nationale et le Conseil régional, en présence d’Éric Martin, recteur de l’académie et de Marie-Guite Dufay, présidente de région. Ce dispositif soutient les efforts de formation de l’entreprise S.I.S. spécialisée en maroquinerie.

La société, qui connait un besoin de recrutement important et continu, a en effet crée un cursus interne de formation de onze semaines basé sur la maîtrise technique des process de fabrication. L’éducation nationale en partenariat avec le C.F.A. de Montbéliard et le G.R.E.T.A. Nord Franche-Comté a pris la responsabilité pédagogique de compléter ces onze semaines par un parcours de cinq semaines qui permet à des demandeurs d’emploi d’acquérir une plus grande polyvalence et d’obtenir le C.A.P. Maroquinerie.

Outre ce C.A.P. Maroquinerie obtenu en formation continue, la société S.I.S. est partenaire du lycée Les Huisselets et accueille à ce titre des élèves du baccalauréat professionnel Maroquinerie en période de formation ainsi que des apprentis pour le C.A.P. Maroquinerie.

En août dernier, pour la première fois, dix­-sept élèves ont reçu des mains du recteur leur diplôme de C.A.P. de Maro­quinerie reconnu par l’éducation nationale. Une première en France.

Aujourd’hui, sur 180 sta­giaires formés, 150 ont été embauchés.
Un partenariat "gagnant-gagnant" entre l’éducation nationale et l’entreprise.

Lycée Les Huisselets - Montbéliard

 
mardi 7 mai 2013

L’éducation musicale et le chant choral à l’honneur

Distinction honorifique pour un professeur lors du troisième concert du Chœur et orchestre inter-lycées 2013 qui s’est tenu au Kursaal de Besançon

25e anniversaire du Chœur et orchestre inter-lycées

L'éducation musicale et le chant choral à l'honneur Coil 2013 - © Yves Petit Comme chaque année depuis 1988, le Chœur et orchestre inter-lycées (C.O.I.L.) dirigé par Jean Mislin et Frédéric Bouton a été accompagné par des solistes professionnels, Abel Acosta Villa et René Lagos-Diaz.
Cette année, les concerts du C.O.I.L. ont eu lieu les 2, 3 et 5 mai au Grand Kursaal de Besançon. Une représentation a eu lieu à Mandeure le 4 mai.
Au programme : des extraits de Carmen de Georges Bizet suivis de Danzón n°2 d’Arturo Márquez et Rapsodia del Cante Rondo d’Emil Cossetto.

Une initiative originale et unique en France qui a su s’inscrire dans le temps

Chaque année, Jean Mislin met en scène une centaine de jeunes afin de produire un concert dont les prestations sont unanimement reconnues pour la performance artistique atteinte.
Le C.O.I.L. s’est produit à Besançon, chaque année, mais également à Baume-les-Dames, Ornans (1992), Pontarlier (1993 à 2002), Dole (1998), Villers-le-Lac (2000, 2001, 2003), Mandeure (2004, 2005, 2006, 2007), Strasbourg (1999) ou Fribourg (Allemagne, 1995) et Piacenza (Italie, 2005).

En 25 ans, Le C.O.I.L. sous l’impulsion sans faille de Jean Mislin, le C.O.I.L. a donné plus de cent concerts qui ont réuni 2 300 participations de choristes et 1 200 participations d’instrumentistes et rassemblé près de 40 000 auditeurs.

L’aura de la chorale inter-lycées de Besançon est maintenant inscrite bien au-delà des frontières de l’académie, elle contribue à la fois à l’éducation des jeunes et au rayonnement de l’éducation nationale.

Jean Mislin, chef de chœur, promu Chevalier de la Légion d’honneur

À l’issue du concert du 5 mai, le recteur Éric Martin a remis la Légion d’honneur à ce professeur d’éducation musicale et de chant choral au lycée Pasteur depuis 1999, un enseignant "aux qualités personnelles et professionnelles remarquables".

"Le 3 mars 1875, Georges Bizet est fait chevalier de la Légion d’honneur, le jour de la première de Carmen. Et voilà que vous choisissiez, Monsieur Mislin, ce grand auteur et cet opéra mondialement connu, pour ce jour qui vous honore, qui nous honore à vos cotés" a énoncé le recteur Éric Martin en introduction de cette remise officielle, avant de poursuivre : "Vous contribuez à la reconnaissance de l’académie de Besançon, mais essentiellement à la formation artistique et culturelle de notre jeunesse, portant en cela les valeurs humanistes du siècle des lumières.

L'éducation musicale et le chant choral à l'honneur - © Yves Petit Le recteur a ainsi souligné son "dévouement total à sa mission d’enseignant", en lui indiquant que "c’est [son] parcours professionnel exceptionnel, [son] dynamisme et [son] engagement au sein de notre institution, du service public et surtout en direction des élèves, qui nous réunissent ce soir pour vous distinguer".
Musicien averti, Jean Mislin coordonne les activités de la section technique de la musique et de la danse en lien avec le conservatoire de Besançon.

Jean Mislin a tenu à associer à cet honneur Jean-Marie Caniard, inspecteur d’académie-inspecteur pédagogique régional (IA-IPR) d’éducation musicale et de chant choral et délégué académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle. "Au delà de ma personne, cette distinction récompense les initiatives prises dans le domaine de la pratique vocale et instrumentale au collège et au lycée" a-t-il déclaré.
Jean-Marie Caniard n’a pas manqué d’applaudir et de féliciter ce collègue personnellement.

Site disciplinaire Éducation musicale et chant choral

Extrait vidéo de "Olav Trygvason" de Edvard Grieg, le 2 mai 2010 au Grand Kursaal de Besançon

Page Facebook du C.O.I.L.

 
jeudi 2 mai 2013

Chœur et orchestre inter-lycées

Un répertoire aux "accents hispaniques" pour les prochains concerts du chœur et orchestre inter-lycées, édition 2013

Chœur et orchestre inter-lycéesPour son quart de siècle de musique chorale et instrumentale en milieu scolaire, les cent cinquante choristes, musiciens et solistes professionnels dirigés par Jean Mislin et Frédéric Bouton se produiront cette semaine pour quatre concerts.

Au programme, trois pièces musicales

- un extrait de Carmen de Georges Bizet,
- Danzon n°2 pour orchestre d’Arturo Marquèz,
- Rapsodia del cante jondo pour chœur, ténor soliste, guitare soliste et orchestre d’Emil Cossetto.

Quatre concerts sur deux sites

Besançon, au Grand Kursaal,

- jeudi 2 mai à 20 h 30
- vendredi 3 mai à 20 h
- dimanche 5 mai à 17 h

Mandeure, au centre culturel polyvalent

- samedi 4 mai 2013 à 20 h 30

Toutes les informations utiles
Billetterie ouverte l’office du tourisme et à la librairie Forum à Besançon.

Dossier de presse

Contact

Lycée Pasteur - Besançon
Tél. 03 81 81 22 89
Fax : 03 81 82 34 54
Courriel

 
lundi 22 avril 2013

Prix littéraire interlycées : "7 à lire"

Jeudi 4 avril - Salle Jules Verne au centre socio-culturel de Montbéliard.

Pour la 5ème année consécutive, les professeurs documentalistes du pays de Montbéliard, associés aux enseignants de lettres des différents établissements, se sont investis dans un projet culturel lié à la lecture et au théâtre.

Prix littéraire interlycées : "7 à lire" Depuis 2009, les élèves produisent une micro-pièce en adaptant un des ouvrages lus pendant le premier trimestre.
À partir d’une sélection commune de titres de livres de fiction (romans, nouvelles, B.D., pièces de théâtre) sur le thème de la gourmandise, les élèves des sept établissements ont désigné leurs titres préférés. Ils ont ensuite travaillé des saynètes afin de donner envie de découvrir le texte aux deux jurys (un jury composé d’adultes et de professionnels du livre et un jury de lycéens).
Cette année la compagnie Gakokoé est intervenue six heures dans chaque classe pour une aide à la mise en voix d’un texte littéraire.

Quatre prix ont été décernés

Le grand Prix du jury a été attribué au lycée Armant Peugeot pour sa présentation de "Cueillettes" d’Alina Reyes. Extrait vidéo
La seconde place a été accordé au lycée professionnel Les Huisselets, classe de seconde bac pro pour le "Dernier repas ridicule", extrait du recueil "Les mots à la bouche", également primé pouir la mise en scène.
Et le prix "coup de cœur" a été donné à la classe de seconde G du lycée le Grand Chênois pour sa prestation sur le manga "Les gouttes de Dieu".
Le jury lycéens a concrétisé la première place au lycée Peugeot en lui octroyant une seconde coupe.

Au-delà des objectifs habituellement liés aux actions lecture (promotion de la lecture, ouverture culturelle, travail d’argumentation, école du spectateur...), ce prix inter-établissement permet aux documentalistes des sept lycées de prolonger les projets développés en interne et de mobiliser une opération plus large. C’est également l’occasion d’associer nos partenaires culturels et institutionnels (bibliothécaires, libraires, professionnels du spectacle, chargés de mission cultures à P.M.A., mairie de Montbéliard, Région Franche-Comté...) à une manifestation innovante, qui plait aux enseignants et aux élèves. C’est aussi un moyen de réunir des élèves de tous les établissements du pays de Montbéliard pour une compétition sans autre enjeu que celui de partager le plaisir de lire.

En savoir plus

Contact

Christine Cattet, pour la coordination du réseau de Montbéliard

 
mercredi 17 avril 2013

Des ressources numériques pour tablettes tactiles

La mission TICE et le centre régional de documentation pédagogique (C.R.D.P.) de l’académie de Besançon organisent une rencontre avec les éditeurs d’applications de tablette numérique.

Présentation et échanges à partir de 13 h, au C.R.D.P. de Besançon

Les éditeurs de ressources numériques pour tablettes seront présents pour une journée de présentation et d’échanges, à partir de 13 heures, au centre régional de documentation pédagogique (C.R.D.P.) de Besançon.

Cette manifestation s’adresse à tous les enseignants, chefs d’établissements, référents numériques, représentants des collectivités qui s’interrogent ou s’intéressent à cette technologie et son impact sur les apprentissages.

Hatier, Hachette, Belin, Le Robert, Edupad, Cadmos, Le web pédagogique, Maxicours, My Blee, C.N.S. et le C.R.D.P. vous présenteront leurs productions et répondront à toutes les questions.

Vous souhaitez participer ?

Contactez Nadine Rayssac au C.R.D.P.
Tél. : 03 81 25 02 67
C.R.D.P. de l’académie de Besançon
5, rue des Fusillés - BP 1153
25003 BESANÇON cedex

Sceren

Didier Ramstein, conseiller technique "technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement" (TICE) académique

 
jeudi 11 avril 2013

Énergies, transports et mobilités : quels enjeux pour un développement durable ?

Le séminaire académique des personnes ressources "Éducation au développement durable" (E.D.D.) a réuni près de 200 personnes à l’I.U.F.M. Montjoux le mardi 9 avril autour la thématique "Énergie, transports et mobilités"

Énergies, transports et mobilités : quels enjeux pour un développement durable ?La séminaire a été introduit par un bilan d’étape de la troisième phase de généralisation de l’E.D.D. (2011-2014) présenté par les deux coordonnateurs académiques, Didier Thellier (I.A.-I.P.R. de S.V.T.) et Gilles Bulabois (I.A.-I.P.R. d’histoire et géographie). L’accent a été mis sur l’intégration de l’E.D.D. dans les disciplines, dans les politiques globales des établissements, sur l’expérimentation de l’évaluation de l’E.D.D. et sur la labellisation Établissement en démarche de développement durable (E.3D.).

Le temps fort du séminaire a été la conférence de Bernadette Mérenne, professeur de géographie à l’université de Liège. Après avoir rappelé l’importance du vocabulaire à maîtriser tant dans le domaine de l’énergie que dans le domaine des transports, Bernadette Mérenne a su capter l’attention de son auditoire en montrant les défis énergétiques actuels en liant ces derniers à la question des transports et des mobilités.

Énergies, transports et mobilités : quels enjeux pour un développement durable ?Les enjeux économiques, environnementaux et sociaux relatifs à l’énergie et aux transports ont été présentés sur des données concrètes concernant la France et la région Franche-Comté. Pour poursuivre Bernadette Mérenne a évoqué tous les problèmes posés par une gestion durable des transports et des mobilités sans verser dans le catastrophisme en soulignant qu’une crise pouvait devenir une opportunité de changement. La conférence s’est achevée sur le rôle des professeurs dans l’éducation des citoyens en devenir que sont nos élèves.

L’après midi, deux tables rondes réunissaient des acteurs locaux et régionaux des questions de l’énergie, des transports et des mobilités, qui ont permis de décliner ces problématiques aux échelles locales et régionales tout en donnant la paroles aux participants.

Contacts

Didier Thellier
Gilles Bulabois

 
jeudi 11 avril 2013

Le "Tour de France de l’éducation artistique et culturelle" à Dole

La ministre de la culture et de la communication, Aurélie Filippetti, a été accueillie vendredi 5 avril au collège Maryse Bastié de Dole par Francis Vuibert, préfet du Jura, en présence du recteur Éric Martin.

Cette visite s’inscrit dans le cadre du tour de France de l’éducation artistique et culturelle de la ministre qui souhaite rencontrer, à l’occasion de chacun de ses déplacements, les acteurs de l’éducation artistique et culturelle, afin de valoriser leur démarche et mettre en valeur les dispositifs d’éducation artistique et culturelle qui, aujourd’hui, fonctionnent, et les étendre.

Le théâtre c’est (dans ta) classe !

Le "Tour de France de l'éducation artistique et culturelle" à DoleLe théâtre c’est (dans ta) classe ! est présentée par les entités concernées comme une résidence territoriale qui s’inscrit à côté d’un atelier artistique théâtre mis en œuvre dans l’établissement avec Christophe Vincent, metteur en scène professionnel.
L’atelier s’adresse à une quinzaine d’élèves volontaires de la 6ème à la 3ème qui travaillent tout au long de l’année scolaire sur un projet qui débouche sur une présentation publique en fin d’année scolaire.
La finalité de "Le théâtre c’est (dans ta) classe !" est de permettre à tous les élèves de 5ème de voir une pièce de théâtre et à 20 élèves de travailler autour de cette petite forme avec Christophe Vincent.

Partenariat avec Scènes du Jura

Après quatre années de jumelage (2007-2011), les liens avec la structure culturelle étaient suffisamment solides pour que le travail collaboratif continue.
Depuis septembre 2011, l’atelier de pratique artistique théâtre (quinze élèves de tous niveaux collège et Segpa) a été maintenu. Cet atelier s’inscrit dans la programmation de Scènes du Jura, autour des écritures contemporaines.
Chaque année scolaire est l’occasion de développer d’autres projets :
- Des ateliers d’écriture (avec des élèves de Segpa).
- Des représentations "petite forme" dans les salles de cours avec un travail en amont avec un groupe d’élèves volontaires. ("De la salive comme oxygène" de Marion Aubert).
- L’école du spectateur.
- Opération un élève au théâtre (le soir), un adulte accompagnateur gratuit.
Le "Tour de France de l'éducation artistique et culturelle" à DoleCes actions mobilisent plusieurs enseignants (collège et Segpa) et concernent généralement tout un niveau de classe. Le financement est tripartite : éducation nationale, Conseil général du Jura et Scènes du Jura.
La collaboration s’étend aux écoles primaires du R.R.S. (atelier d’écriture en C.M.2). Le projet "Cent culottes et sans papier" se concrétisera par le déplacement des élèves de 6e au théâtre de Dole accompagnés de leurs camarades de C.M.2. Cette opération est financée dans la cadre du contrat urbain de cohésion sociale.

C’est donc dans une classe qu’Aurélie Filippetti a pu apprécier la pièce de théâtre, "La Nouvelle" écrite par Marion Aubert à la demande de Scènes du Jura. La ministre de la Culture a souligné le fait que les élèves avaient très rapidement oubliés qu’ils étaient en cours et qu’ils étaient devenus spectateurs. Les échanges qui ont lieu ont démontré le vif intérêt des élèves et leur curiosité.

Christophe Perny, président du conseil général du Jura et Jean-Claude Wambst, maire de Dole ont également honoré de leur présence cette visite.
Jean-Marc Milville, directeur académique des services de l’éducation nationale (D.A.S.E.N.) du Jura, Fernande Margarido, principale du collège et Jean-Marie Caniard, (I.A.-I.P.R.) d’éducation musicale et chant choral, délégué académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle (D.A.A.C.) ont participé à cette riche rencontre entre personnalités et collégiens.

Collège Maryse Bastié - Dole

 
jeudi 28 mars 2013

Les indicateurs de résultats des lycées de l’académie de Besançon

Ces indicateurs sont établis à partir des résultats des élèves à la session 2012 du baccalauréat et des données relatives au déroulement de leur scolarité.

Pour la 20e année consécutive, le ministère de l’éducation nationale met à la disposition des acteurs du système éducatif et des médias, des indicateurs de résultats des lycées publics et privés sous contrat.

Généralités

Des critères qualitatifs plus que quantitatifs

La diffusion, chaque année, des indicateurs de résultats des lycées fournit aux responsables des lycées généraux, technologiques et professionnels des données qui les aident à apprécier l’efficacité de leur action. Ces indicateurs permettent également d’informer tous ceux qui s’intéressent au fonctionnement et aux résultats de notre système éducatif, notamment les parents d’élèves.

L’analyse de ces indicateurs donne des renseignements précieux aux professionnels de l’éducation, aux élèves et aux parents au moment de préparer l’entrée en seconde. Le cœur de mission d’un lycée est bien sûr d’obtenir les meilleurs taux de réussite au baccalauréat pour ses élèves.

Mais au-delà d’un tel critère quantitatif qui ne prend pas en compte le parcours de chaque élève, à quelle aune qualitative mesurer les résultats des lycées ?

Des besoins différenciés exprimés par les élèves

Les caractéristiques d’un établissement prennent tout leur sens en fonction de ce que l’élève attend de sa scolarité au lycée, de son projet de poursuites d’études ou d’insertion professionnelle. Le bac n’est alors pas une finalité, mais l’étape indispensable qui doit donner à l’élève les clés de sa réussite après le diplôme. Il peut ainsi s’interroger sur le lycée qui répondra le mieux à ses attentes : quelle filière, quelle série du baccalauréat préparer en fonction de son projet ? Envisage-t-il des études supérieures longues ? Souhaite-t-il poursuivre un cursus professionnalisant ?

Des réponses adaptées de la part des établissements

À ces questions, chaque lycée apporte aux élèves des réponses différentes en termes de potentiel de réussite. De plus, les indicateurs évoluent d’une année à l’autre.
Le ministère prend en compte :
- le taux de réussite au baccalauréat,
- le taux d’accès de seconde et de première au baccalauréat. Ce taux ne tient pas compte du nombre d’années nécessaire,
- la proportion de bacheliers parmi les sortants.

Bien préparer son projet est plus important que le choix du lycée

Les bons résultats ne sont pas toujours là où on les attend ! En effet, ce ne sont pas les lycées réputés les plus attractifs ou ceux qui font redoubler le plus qui sont forcément les plus performants dans tous les domaines. Ce constat souligne l’extrême importance pour les élèves et leurs parents, avant de faire le choix d’un établissement, de bien définir le projet personnel du lycéen, de cibler le parcours le mieux adapté à la réalisation de ce projet, de cerner le cursus adéquat durant les trois années de lycée et de toujours prendre en compte les perspectives après bac.

En savoir plus

L’académie de Besançon

Le parcours scolaire de l’élève dépend de son établissement, de ses résultats et du contexte (environnement familial) dans lequel il évolue. C’est donc la réussite de l’élève pondérée par ces différents facteurs qui sont présentés ici.

L’académie a choisi d’illustrer les indicateurs de résultats 2012 en repérant les établissements généraux et technologiques qui apportent les meilleures réponses aux besoins de leurs élèves, selon les filières et les séries et qui encouragent le mieux leurs bacheliers généraux à envisager des études longues.

L’analyse propre à l’académie

Depuis trois ans et de façon plus marquée en 2011, la part d’une génération qui accède au baccalauréat est plus élevée dans notre académique qu’au niveau national (en 2011 : 73 % pour l’académie, contre 71,6 % pour la France).
Ce constat satisfaisant impacte l’analyse de la réussite de nos lycéens.
Selon les lycées, des disparités importantes sont constatées dans la réussite. Elles peuvent souvent s’expliquer par une hétérogénéité de la population accueillie et des réponses pédagogiques proposés pour accompagner les élèves jusqu’au bac.

Trois variables principales

- le taux d’accès de la classe de seconde générale au baccalauréat mesure la capacité d’un lycée à amener les élèves qu’il a accueillis en seconde jusqu’au bac au sein du même établissement (ne sont pas pris en compte les élèves qui quittent l’établissement quelle que soit la raison)
- la valeur ajoutée mesure ce que le lycée apporte à ses élèves en gommant l’impact des facteurs connus comme agissant sur la réussite (origine sociale, sexe, âge, moyenne aux épreuves écrites du D.N.B.)
- les poursuites d’études longues après le bac, connues grâce à l’application "admission post-bac" qui gère l’accès dans l’enseignement supérieur depuis 2009.

Ces indicateurs mis en regard permettent d’apprécier la cohérence entre réussite et ambition.
Ainsi, concernant le bac général, on constate que certains lycées présentant de bons résultats ne sont pas ceux qui accompagnent le mieux leurs bacheliers généraux à construire des projets ambitieux et réalistes en choisissant des études longues (classes préparatoires aux grandes écoles en lycées ou en écoles d’ingénieurs, licence à l’université).

Projet d’études et choix du lycée doivent être réfléchis simultanément

La part des élèves qui choisissent des études longues montre bien les écarts selon les séries et souligne l’importance pour les élèves et leurs parents, avant de faire le choix d’un établissement, de bien définir le projet personnel du lycéen. Cerner le cursus adéquat durant les trois années de lycée permettra à l’élève de cibler le parcours le mieux adapté à la réalisation de son projet et d’ouvrir au maximum les perspectives après bac.

Ainsi, il n’y a pas de réponse unique des établissements aux besoins des élèves, pas plus qu’il n’y a de parcours unique pour les lycéens. Chaque lycée de l’académie est en mesure d’amener ses élèves au mieux de leurs goûts
et au plus de haut de leurs ambitions.

Les classements sont intimement liés à la taille des établissements, elle-même influencée par le nombre de bacheliers et l’implantation géographique de l’établissement.

Le dossier de presse présente en six tableaux les établissements qui ont apporté la meilleure valeur ajoutée de 2008 à 2012, dans les différentes séries des filières générales et technologiques (L. - Littéraire, E.S. - Économique et Social et S. - Scientifique, pour les baccalauréats généraux et S.T.I. – Sciences et technologies industrielles et S.T.G. - Sciences et technologies de la gestion, pour les baccalauréats technologiques).

Dossier de presse Indicateurs de résultats des lycées de l’académie de Besançon

Diaporama Indicateurs de résultats des lycées de l’académie de Besançon - session 2012

 
mardi 26 mars 2013

Visite de l’entreprise r.Bourgeois

Le lundi 18 mars 2013 après-midi, le recteur s’est joint à la visite de
l’entreprise r.Bourgeois, située à Besançon, que 10 élèves de 3ème du collège Victor Hugo de Besançon effectuaient avec deux de leurs professeurs, tous deux coordonnateurs de l’option découverte professionnelle 3 heures.

En présence d’Henri Venet, délégué général de l’U.I.M.M. Franche-Comté, cette visite s’inscrivait dans le cadre de la troisième édition de la semaine de l’industrie.

Après une courte introduction de Danièle Lefort, responsable des ressources humaines du groupe r.Bourgeois, le recteur a pris la parole afin de situer les enjeux des opérations de rapprochement entre l’école et l’entreprise, notamment s’agissant de la semaine de l’Industrie.

Pour poursuivre, les élèves ont été répartis en deux groupes.
La visite s’est conclue par un échange en salle.

Cette visite a été l’occasion pour les élèves de découvrir des métiers de l’industrie, de les aider à construire leur projet professionnel et de susciter des vocations.

La 3ème semaine de l’industrie en Franche-Comté


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon