Accueil > DSDEN > La Haute-Saône > Repères historiques

Rubrique La Haute-Saône

Repères historiques

La Haute-Saône au fil du temps, du paléolithique à nos jours

De la Préhistoire à l’Antiquité

Des altitudes modestes et le passage vers la Trouée de Belfort ont rendu la région attractive depuis des temps reculés.

La "dent de Vergranne", un des plus anciens restes humains trouvés en France, dans le département voisin du Doubs, atteste de la présence d’Homo erectus dans la région, il y a environ 400 000 ans.

Stèle funéraire gallo-romaine en provenance de Luxeuil. © Amis du musée de Vesoul, J. VarletPour le paléolithique, les environs d’Etrelles par exemple recèlent des ateliers de taille du silex local. On en retrouve des objets dans toute la région si bien que l’on pense à une production très organisée à différentes époques de la préhistoire. L’Ours des cavernes dont on a trouvé des ossements dans plusieurs grottes a sans doute été un concurrent sérieux de nos ancêtres.

Le Néolithique et l’Âge du fer (Celtes) sont bien représentés notamment à Bourguignon-lès-Morey : site d’un éperon de la corniche du plateau barré par un rempart monumental.
Plus tard, les vallées et bas plateaux ont été largement occupés par les agriculteurs séquanes (Gaulois) puis les Gallo-romains (ex. : villa de Jonvelle, port fluvial de Chassey-lès-Montbozon).


De l’Ancien Régime à 1850

Un territoire convoité et son âge d’or.

Au Moyen-Âge, la Haute-Saône actuelle est connue sous le nom de "Baillage d’Amont". Il appartient au Comté de Bourgogne. Il devient terre du Saint Empire et fait l’objet de la convoitise de la France depuis la fin du XVème siècle. De ces époques, il reste relativement peu de vestiges par rapport à d’autres régions de France. Dans le contexte d’une économie rurale, le territoire est riche. Mais il constitue une voie de passage et d’invasion Est-Ouest et Nord-Sud ; il est donc régulièrement dévasté par les guerres.

Le château de FilainPresque toutes les infrastructures militaires (châteaux-forts) ont été démantelées suite à de multiples conflits et à l’annexion de la Franche-Comté par Louis XIV en 1678 (Traité de Nimègue).

Le Roi Soleil connaissait les richesses de la région : les XVIIIe et XIXe siècles seront marqués par la « paix française » qui permettra un développement économique et humain remarquables. On rase alors la plupart des vieilles églises romanes pour en bâtir de plus grandes et belles. Tout comme on construit d’autres structures collectives : fontaines-lavoirs, mairies et écoles fleurissent dans de nombreuses communes.

Clocher comtois coiffé "à l'impériale"Lors de la création des départements en 1790, la Haute-Saône est le plus prospère de la région ce qui ne manque pas de susciter quelques jalousies et contestations. Il deviendra un des plus riches de France lors de la première révolution industrielle, âge d’or de la métallurgie au bois.


Le déclin et les évolutions modernes

La chapelle N.D. du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier (1955)Après une longue période de déclin, la Haute-Saône se modernise. Elle est résolument tournée vers l’avenir

Les années 1850 sont marquées par :
- le pic démographique résultant de l’opulence des années antérieures,
- la dernière grande épidémie de choléra,
- la percée du charbon-énergie dans la métallurgie européenne.
Cette dernière mutation va déplacer l’industrie lourde française vers la Lorraine et le Nord plus riches en houille.

Le déclin économique et démographique de la Haute-Saône commence. Il se poursuivra avec la saignée de 1914-1918 et les vagues d’exode rural du XXème siècle.

Aujourd’hui la Haute-Saône a l’image d’un département verdoyant, où la nature, relativement préservée, n’est jamais loin.
La moitié sud profite de la dynamique économique et humaine de l’axe Rhône-Rhin.
Le nord est encore marqué par l’exode rural et la perte d’importance relative de l’axe Paris-Bâle.

services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon