Logo Rectorat de l'académie de Besançon
ac-besancon.fr
Accueil > Académie > Actualités > Visites du recteur > Lycée du Bois - Mouchard

Rubrique Visites du recteur

vendredi 1er juillet 2011

Lycée du Bois - Mouchard

Le 27 juin, le recteur Éric Martin a visité les ateliers et la plateforme technologique Tecbois du lycée

Le recteur a été accueilli par Jean-Marc Milville, inspecteur d’académie du Jura et Gilbert Simonot, proviseur du lycée des métiers du Bois, directeur de la plateforme technologique Tecbois.

Présentation de l’établissement et visite des ateliers

VR MouchardLa délégation a bénéficié de plusieurs démonstrations dans les différents ateliers :
- atelier constructeur, avec la station de formation sur le travail en hauteur et le nouvel atelier couverture-zinguerie
- les étapes de la reconstitution du moulin de Thervay par les lycéens en concertation avec l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).
- laboratoire de finitions, avec une démonstration de découpe au laser
- démonstration sur la machine de taille de charpente 4 axes
- ateliers menuiserie et scierie

Visite du laboratoire bois, présentation de la plateforme technologique

La plateforme technologique Tecbois est spécialisée dans le transfert de technologie à destination des professionnels des différents secteurs de la filière bois : première et seconde transformation, construction bois et arts du bois.
L’implantation de la plateforme au lycée lui permet de renforcer ses liens avec les entreprises, de proposer aux étudiants les problématiques concrètes qu’ils rencontreront dans leur parcours professionnel, de partager les savoir-faire et de valoriser le travail des équipes éducatives.
La plateforme est particulièrement bien implantée dans son environnement, grâce aux partenariats noués avec nombre d’acteurs : institutionnels, universitaires, industriels, fédérations professionnelles, ainsi qu’avec le réseau académique des lycées des métiers d’art.

mouchard-01

Un exemple de projet d’innovation

Il s’agit du développement de nouvelles techniques de fabrication, adossées aux savoir-faire francs-comtois reconnus dans des domaines tels que l’outillage, l’automobile ou l’injection. L’objectif est l’adaptation aux entreprises de la seconde transformation du bois des process utilisés dans d’autres secteurs d’activités.
Ainsi, il deviendra possible de fabriquer des pièces en bois de meilleure précision et de créer de nouvelles formes encore irréalisables avec des procédés classiques.
L’enjeu est d’améliorer la compétitivité des entreprises de ce secteur par l’apport de solutions nouvelles, conformes aux tendances du marché : ici, l’intégration du facteur environnemental, des pièces en bois pouvant se substituer à des matériaux de types plastiques, par exemple. À terme, ces recherches pourront créer de nouveaux débouchés pour le bois en ouvrant des marchés là où il n’est pas encore présent.

Philippe Gouget, chef d’une entreprise de construction bois, a présenté une étude qu’il a sollicitée auprès du lycée : tester la solidité d’un assemblage en double queue d’aronde comparé à un assemblage traditionnel clous ou vis et clous. Les résultats fournis lui ont permis de valider ce nouvel assemblage et de modifier sa ligne de production qui devient verticale et non horizontale. Au lieu de travailler au sol, l’ouvrier est debout devant un panneau montant ou descendant suivant les besoins. Ce nouveau mode de production a permis une meilleure position de travail, un meilleur confort, un gain de productivité, une offre plus élevée et des embauches.
Le lycée travaille également sur la conception d’un nouveau modèle de carabine (partie bois) destinée à l’entrainement de l’équipe de France de biathlon.

Lycée du bois - Mouchard

 
mardi 28 juin 2011

Collège Le Rochat - Les Rousses

Le recteur s’est rendu le vendredi 10 juin au collège Le Rochat sur le thème du sport de haut niveau

Le RochatJean-Marc Milville, inspecteur d’académie du Jura et Philippe Devillers, principal du collège ont accueilli le recteur Éric Martin, dans cet établissement du Haut-Jura qui compte cette année près de 400 élèves.

Une forte implication dans le sport de haut niveau

La caractéristique principale de l’établissement est son implication depuis très longtemps comme établissement d’accueil des sportifs de haut niveau - filière nordique - en liaison avec le Centre national de ski nordique de Prémanon.
L’établissement accueille de plus une section sportive académique ski de plus de 80 élèves répartis sur les quatre niveaux.
Cette spécificité attire de nombreux jeunes vers les sports de glisse.

Des dispositifs complémentaires pour la réussite des élèves

L’établissement bénéficie d’un internat qui sera dès la rentrée 2011 labellisé "Internat d’excellence" et participera au dispositif des "Cordées de la réussite". Ces dispositifs complémentaires visent à amener vers l’excellence des élèves à haut potentiel dont l’environnement social et familial est peu favorisé.

Après la visite des locaux et un passage en cours d’enseignement des élèves du pôle France, un échange avec les collégiens et les responsables du Centre national de ski nordique a clôturé la visite.

Collège Le Rochat - Les Rousses

 
mardi 28 juin 2011

Lycée des métiers de l’automobile et du transport H. Fertet - Gray

Le recteur a été accueilli dans l’univers des formations aux métiers du transport et de l’automobile

VR FertetLe 21 juin, l’équipe de direction du lycée professionnel Fertet et l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas ont accueilli le recteur.

Cette année l’établissement scolarisait 487 élèves, dont 377 internes, ces derniers comptant 50 jeunes du lycée d’enseignement général Cournot.
Labellisé "lycée des métiers" depuis 2009, l’établissement forme ses élèves aux métiers du transport et de l’automobile, depuis la troisième jusqu’au bac professionnel :
- maintenance des véhicules option véhicules particuliers
- maintenance des véhicules option motocycles
- réparation des carrosseries
- conduite et transport des marchandises

Les atouts du lycée Henri Fertet

Depuis plusieurs années et à la demande de la profession, l’établissement offre une formation supplémentaire en allemand, ce pays voisin abritent des marques automobiles prestigieuses, dont la clientèle fréquente ou traverse régulièrement notre région. Cette formation inclut un voyage d’étude à visées culturelle et technique qui a beaucoup de succès auprès des élèves. Il faut savoir que le tissu économique franc-comtois aurait besoin de 30 % de germanistes et que l’académie de Besançon progresse dans la réalisation de cet objectif.

VR Fertet2

Très dynamique, le lycée Fertet, dirigé par Armelle Claudet et Thierry Burillard son adjoint, bientôt relayée par Claude Mercier, entretient des relations partenariales fortes avec les entreprises du transport et de l’automobile, notamment PSA /Peugeot-Citroën dont le berceau historique et l’usine-mère sont implantés à Sochaux, en Franche-Comté.

Divers projets attestent d’un engagement pédagogique et professionnel fort, notamment la construction de "caisses à savon" (petit véhicule à quatre roues utilisant les technologies de la bicyclette) avec les élèves de 3e "découverte professionnelle", invités à reprendre confiance en eux à travers cette réalisation concrète. La participation d’autres élèves à un fameux raid automobile relève aussi de la politique de l’établissement, bien en phase avec le monde professionnel. Il faut aussi mentionner la réalisation, actée cette année, d’une plateforme dédiée à la section transports, avec piste de conduite, salle de cours et locaux techniques, sur la commune toute proche d’Arc-lès-Gray. Principalement financée par la région de Franche-Comté, cette infrastructure devrait être livrée à la rentrée 2012.

Ces formations et ces évolutions s’ancrent judicieusement dans la culture régionale liée à l’industrie automobile, en prenant en compte les réalités des professionnels et les enjeux du développement durable.

Lycée des métiers Henri Fertet - Gray

Le lycée des métiers

 
lundi 20 juin 2011

Lycée Aragon : rencontre autour de la plateforme Énergies du bâtiment

Le 17 juin, à Héricourt, le recteur Éric Martin est venu à la rencontre de l’équipe de direction, des professeurs et des partenaires de l’établissement afin de faire le point sur la plateforme technologique Énergies du bâtiment

Une histoire récente mais déjà riche

Lycée Aragon : rencontre autour de la plate-forme Énergies du bâtimentVoici sept ans déjà, l’âge de raison, que le lycée Aragon d’Héricourt s’est tourné vers la transmission des connaissances pleines d’avenir que recouvre le thème de l’énergie et de sa maîtrise. Depuis 2004, en même temps qu’étaient mises en place progressivement diverses formations liées au grandes problématiques de l’énergie, des partenariats fructueux ont été noués, particulièrement autour du développement et de l’utilisation d’une plateforme dédiée aux technologies de l’énergétique. C’est principalement au sujet du devenir de cette plate-forme, aujourd’hui dédiée à la maîtrise de l’énergie dans le bâtiment, que le proviseur Dominique Dupuis, son équipe et les professeurs concernés ont reçu une délégation du rectorat, en présence des partenaires du projet :
- l’université de technologie de Belfort-Montbéliard (unité de valeur ER 52 "Economie d’énergie et cogénération") qui forme des ingénieurs "Maîtrise de l’énergie thermique dans le bâtiment".
- l’université de Franche-Comté dont les étudiants en Master professionnel "Ingénierie thermique et énergie" ont également accès à la plateforme.
- l’institut universitaire de technologie (IUT) de Belfort-Montbéliard qui prépare à une licence professionnelle "Énergies renouvelables" en utilisant également cet outil.
- la Région de Franche-Comté, représentée par la vice–présidente Martine Péquignot, qui a implanté à Héricourt un Pôle énergies, momentanément installé dans les locaux du lycée. Cette structure a vocation à être un lieu de maillage et de mise en synergie des univers de la formation, des entreprises et du grand public. Elle disposera prochainement d’un bâtiment neuf, à proximité du lycée.
- le monde de l’entreprise, représenté par Vital Thomas de la firme Oventrop, a témoigné de l’importance de la formation et de la recherche appliquée dans le contexte des avancées technologiques actuelles, de l’évolution des réglementations et de la forte attente sociale dans les domaines de la maîtrise de l’énergie.
- Les professeurs spécialistes ont témoigné sur leurs pratiques et sur le développement, depuis cette année, d’un partenariat avec le Maroc (faculté polydisciplinaire de Marrakech El Jadida).

Des encouragements et des perspectives

Lycée Aragon : rencontre autour de la plate-forme Énergies du bâtimentLe recteur a apprécié l’évolution très positive des pratiques partenariales de formation autour de la plateforme Énergies du lycée Aragon, tout en conseillant une ouverture plus systématique au monde de la recherche expérimentale et de l’entreprise.
Cette démarche menée avec succès est une des conditions de la possible labellisation de la structure par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, permettant ainsi l’accès aux financements connexes. En effet, le cahier des charges stipule qu’une plateforme technologique homologuée doit, à la fois :
- être un outil de formation post-bac
- être utilisée en recherche expérimentale
- s’appuyer sur un socle de partenariats avérés avec le monde des entreprises avec le double objectif de favoriser l’innovation comme la formation professionnelle

L’établissement s’engagera donc l’année prochaine dans un effort particulier sur ce dernier point afin de finaliser le montage d’un dossier déjà bien avancé. Éric Martin n’a pas quitté le lycée Aragon sans avoir visité ses deux fleurons que sont la plateforme Énergies mais aussi l’internat qui comporte des places labellisées "internat d’excellence".

 
vendredi 15 avril 2011

Rencontre entre le recteur et l’équipe du lycée Les Huisselets de Montbéliard

Projet d’expérimentation de passage d’élèves de seconde professionnelle tertiaire en première technologique

LesHuisselets30.03.11Le mercredi 30 mars, le recteur Éric Martin a participé à une réunion de travail associant des représentants des corps d’inspection, l’équipe d’encadrement et des enseignants du lycée Les Huisselets. L’objectif était d’imaginer des passerelles et des parcours de réussite permettant à des élèves de passer de seconde tertiaire en première sciences et technologies de la gestion (STG).
Ce projet est né de l’idée de l’équipe éducative, de permettre aux lycéens professionnels qui le souhaitent, de rejoindre la filière technologique en vue de poursuivre des études après le bac.

Une expérimentation engagée

Au cours de l’année scolaire 2011-2012, les élèves de seconde tertiaire volontaires se verront sans doute proposer une progression pédagogique spécifique et un suivi individualisé, particulièrement en français, histoire-géographie et en économie-droit. Les heures d’accompagnement personnalisé permettront un approfondissement dans ces matières clés pour réussir en première STG. Des modules d’approfondissement seront également proposés, par exemple le mercredi après-midi ou pendant les vacances scolaires. Enfin, la durée du stage en entreprise de seconde professionnelle sera réduite d’une semaine au mois de juin de façon à permettre l’organisation d’un stage global de remise à niveau.

Un volontarisme marqué en matière d’orientation

L’hypothèse est de réfléchir à un infléchissement net des flux d’orientation en fin de seconde tertiaire en juin 2012. Ce projet est susceptible de s’appliquer aux 78 élèves des trois classes tertiaires du lycée :
- une classe de seconde Métiers de la relation aux clients et aux usagers comprenant 30 élèves (15 en vente et 15 en services, accueil, assistance, conseil)
- deux classes de seconde Métiers des services administratifs (24 élèves en secrétariat et 24 élèves en comptabilité).
L’objectif est de proposer une orientation en première STG à un tiers des 78 élèves concernés, si possible et au moins à un quart.

Le passage en première STG permettra aux élèves d’élargir et de sécuriser leurs possibilités d’orientation post-bac : BTS, DUT...

Lycée Les Huisselets - Montbéliard

 
mercredi 13 avril 2011

Lycée Jean Michel - Lons-le-Saunier

Le recteur Éric Martin a rencontré des lycéens de terminale, le 8 avril, pour échanger sur le portail "admission post-bac"

Valoriser le travail mené par l’établissement pour préparer les élèves à l’enseignement supérieur

Accueilli par Paule Petitjean, proviseur, et Jean-Marc Mileville, inspecteur d’académie du Jura, le recteur était accompagné de Maurice Reverdy, chef du service académique d’information et d’orientation et de Rémy Notaro, responsable de la division de l’enseignement supérieur. L’objet de cette rencontre était de faire un point sur le dispositif "admission post-bac". Le proviseur était accompagné de deux professeurs principaux et d’un groupe d’élèves de terminale. Le recteur souhaitait se rendre compte de l’appréciation de lycéens utilisateurs du système d’inscription dans l’enseignement supérieur, mis en place depuis trois ans.

J-Michel08.04.11

Point sur le portail "admission post-bac"

Une quinzaine d’élèves des filières S, ES, L et STG ont participé à la rencontre, en situation devant des ordinateurs, pour procéder non pas à leur inscription sur le portail "admission post-bac", terminée depuis le 20 mars, mais à la hiérarchisation de leurs vœux qui, elle peut se poursuivre jusqu’au 31 mai. Ce portail permet aux lycéens d’émettre leurs vœux, entre le 20 janvier et le 20 mars, vers toutes les formations post-bac proposées en France (excepté le secteur sanitaire et social). Ils reçoivent ensuite un avis circonstancié de l’université dès lors qu’un de leurs vœux porte sur une première année de licence
11 000 élèves sont concernés dans l’académie. Interrogés, les lycéens présents approuvent ce système. Un des élèves a pu émettre jusqu’à 20 vœux, un autre en a formulé un seul pour une formation supérieure en apprentissage. Les autres élèves ont fait des demandes pour des filières sélectives ou pour l’Université, soit en Franche-Comté, soit dans des académies limitrophes.

Le point de vue des élèves de terminale

Vu le nombre de vœux possibles, les élèves ont compris la nécessité de bien hiérarchiser leurs choix. Ils réalisent ainsi que le processus d’orientation commence très tôt et qu’il doit être pris au sérieux bien en amont. Certains élèves ont évoqué l’envie légitime de vivre une vie estudiantine au loin. Ce qui soulevé la question de la liberté laissée aux élèves d’une inscription dans des formations géographiquement éloignées sans l’accord préalable des parents.

L’avis des professeurs principaux de terminale

Les enseignants ont souligné que le portail "admission post-bac" (APB) s’intègre dans un processus global d’orientation : forum Sup’Info, rencontres avec des universitaires, des chefs d’établissements, des étudiants de différentes filières, importance de l’éclairage extérieur, avis du conseil de classe dès le 1er trimestre.
En revanche, ils regrettent l’influence des camarades de classe qui peut diminuer la motivation pour une filière particulière.

Une rencontre très fructueuse

Chaque participant a été très intéressé par ce bilan de l’utilisation du portail APB, outil permettant à tout néo-bachelier de s’inscrire dans un cursus supérieur. Pour le recteur, "le système apporte l’égalité des chances", puisqu’il s’applique à tout un chacun, sans discrimination".
La rencontre a aussi confirmé la tendance académique marquée à une poursuite d’études par palier. On constate en effet, une majorité d’inscription en BTS / DUT, au détriment des études supérieures longues.

Lycée Jean Michel - Lons-le-Saunier

 
lundi 28 février 2011

Lycée Lumière - Luxeuil-les-Bains

Le recteur a rencontré les élèves qui participaient au stage d’anglais organisé pendant les vacances au lycée Lumière

Le recteur Éric Martin et Hélène Ouanas, inspectrice d’académie de la Haute-Saône, ont rencontré, jeudi 24 février au lycée Lumière, le proviseur, le professeur et les lycéens qui participaient au stage intensif d’anglais organisé pendant cette première semaine de vacances.

Lumiere

Des élèves motivés, un professeur et un proviseur très impliqués

Quinze élèves volontaires, de seconde, première et terminale, dont un de la voie professionnelle, ont choisi de perfectionner leur pratique orale de la langue. À raison de trois heures le matin pendant cinq jours, ils ont travaillé avec un professeur expérimenté d’un collège voisin.

Marie-Laure Sauvage, enseignante au collège de Saint-Loup-sur-Semouse, anime ces stages au lycée depuis leur mise en place. Motivée de longue date par la pratique orale de l’anglais, elle propose aux élèves différentes séquences comme l’étude et la restitution orale de textes, des jeux de rôle par groupes de deux ou trois élèves avec vidéo, ou encore des tests de compréhension, casque aux oreilles et écran connecté aux outils linguistiques du ministère de l’éducation nationale.

Les élèves se sont dits très satisfaits de ce bain linguistique, un "plus" extrêmement motivant pour aborder la suite du programme de leur classe. Didier Kempf, le proviseur, a exprimé pour sa part, combien il lui importait que ses élèves acquièrent aisance et autonomie dans la pratique orale de l’anglais, compétence indispensable dans la communication et les échanges internationaux.

Des stages gratuits dans le cadre de l’égalité des chances

Pour conclure, le recteur a souligné que ces stages gratuits entrent dans le cadre plus large de l’aide et du soutien dispensés dans le temps scolaire, afin de donner à tous les élèves les mêmes chances de réussite.

Les prochains stages d’anglais auront lieux dans différents lycées de l’académie pendant les vacances de pâques.

Stages d’anglais pendant les vacances

 
jeudi 17 février 2011

Lycée professionnel et collège Saint-Joseph - Besançon

Le recteur a rencontré les équipes éducatives des deux établissements et les directeurs des établissements privés sous contrat

Dans ces deux établissements qui partagent une approche éducative forte, indissociable de la dimension pédagogique, le recteur a rappelé le sens et les enjeux fondamentaux des réformes en cours à l’école et au collège, au lycée général, technologique et professionnel. Il a insisté sur la responsabilité de tous les acteurs dans la réussite et la qualification des élèves, à chaque niveau de la scolarité.

VR St Jo 17.01.11_2

Rencontre avec l’équipe du collège : les nouveaux enjeux de la scolarité

Les enseignants ont présenté successivement leur action pour amener les élèves à la maîtrise du socle commun et leur pratique de l’évaluation des compétences. Françoise Claus, doyen des inspecteurs pédagogiques régionaux de l’académie, a fait valoir l’importance du livret personnel de compétences, outil de validation national garant de cohérence et d’équité. Pour sa part, le recteur a précisé que "si les équipes ont des latitudes pour valider les compétences, il ne faut pas oublier le lien entre attestation du socle et diplôme national du brevet (DNB)".

Autre sujet abordé, l’aide au travail personnalisé (ATP), mise en place au collège depuis sept ans. Les élèves bénéficient de deux heures d’ATP par semaine, au lieu d’une prévue initialement. L’objectif pour les collégiens étant "d’apprendre à apprendre", ils font leurs devoirs individuellement, tandis que les professeurs leur apportent aide méthodologique et approche transversale.

Rencontre avec l’équipe du lycée professionnel : une implication forte dans l’accompagnement scolaire et éducatif

La direction et les enseignants ont présenté l’ensemble des démarches concrètes d’accompagnement éducatif notamment le livret personnalisé de suivi et d’orientation, porteur d’une dimension scolaire et éducative forte.
Mettant à profit la réforme de la voie professionnelle, l’équipe pédagogique a fait évoluer ses pratiques, dans le double but d’assurer la réussite des élèves aux examens et de prévenir les sorties sans qualification. Attentif aux modalités de suivi, d’évaluation et de concertation évoquées, le recteur a estimé que cette démarche coïncidait avec celle de la formation tout au long de la vie et a rappelé l’importance de l’analyse des résultats des élèves.
L’importance des "enseignements généraux liés à la spécialité" a aussi été évoquée. Christèle Lenglet, inspecteur en lettres en lycée professionnel, a souligné la nécessité du croisement de compétences dans ce cadre.

VR St Jo 17.01.11

Rencontre avec les directeurs des établissements privés sous contrat

Accueillis par Philippe Pillot, directeur de l’enseignement catholique en Franche-Comté, le recteur et plusieurs inspecteurs pédagogiques régionaux (IPR) ont fait avec les directeurs d’établissement un point d’étape sur les réformes engagées au lycée et au collège. Des réformes issues de la loi sur l’école de 2005, avec l’objectif d’amener 50 % d’une classe d’âge au niveau licence. Des réformes avant tout pédagogiques affirmant la volonté de faire réussir chaque élève.

Au collège

L’acquisition du socle commun implique un nouveau mode de validation des connaissances et des compétences. L’objectif est de prendre en compte les différents rythmes, de mettre en œuvre les dispositifs au service de la réussite (programme personnalisé de réussite éducative, accompagnement éducatif, étude surveillée, tutorat), de vérifier que tous les élèves ont accès au livre, à la culture, à Internet. Cette validation intervient à différentes étapes, tout particulièrement en fin de scolarité obligatoire, afin de certifier un niveau de formation.

Le livret personnel de compétences lié au socle est l’outil de suivi du parcours de chaque élève, depuis son entrée dans le système scolaire jusqu’à la fin de la scolarité obligatoire (paliers en fin de CE1, fin de CM2 et fin de 3ème). Il est également un outil de communication avec les familles et de liaison, notamment avec le lycée professionnel, pour une éventuelle poursuite de l’acquisition du socle.

Le niveau A2 de compétence en langue vivante intégré au socle fait l’objet d’une évaluation très progressive, prenant en compte des compétences linguistiques, culturelles et liées aux attitudes (savoir être). Les enseignements s’appuient sur des situations de communication proches de la vie réelle, afin de donner du sens aux apprentissages.

Au lycée professionnel

La rénovation de la voie professionnelle, organisée autour de la mise en place des Bac pro en 3 ans, inscrit les élèves dans un cursus identique à celui des lycéens généraux et technologiques. Cette réforme vise à augmenter le niveau de qualification des élèves. L’accompagnement personnalisé y est donc central dans leur formation. Dans cette perspective, les diplômes intermédiaires des CAP et BEP ne sauraient être une finalité, celle-ci étant le baccalauréat professionnel.

Le lycée général et technologique

Accompagnement personnalisé : tous les élèves bénéficient de 72 h annuelles d’accompagnement personnalisé (AP), encadrées par des enseignants. Il s’agit de favoriser le dialogue avec les élèves et d’apporter des réponses à des besoins identifiés : soutien dans le travail scolaire, approfondissement ou aide à l’orientation, les trois dimensions étant étroitement liées.

Les enseignements d’exploration : mis en place en seconde depuis cette année, ces enseignements permettent la découverte de nouvelles disciplines dans le cadre d’activités de projets. Ils n’ont pas vocation à prédéterminer l’orientation en 1ère, mais participent au parcours d’orientation des élèves.

Réforme de la voie technologique : cette réforme (filières STL (1) et STI2D (2) vise à différencier la voie technologique de la voie professionnelle et d’élargir la palette de poursuite d’études. Cette voie doit être celle de la réussite pour des élèves qui bénéficieront ainsi, en s’appuyant sur le concret et l’expérimental d’une approche plus porteuse de sens.

Groupes de compétences en langues vivantes : la distinction est fondamentale entre "groupes de compétences" qui s’intègrent dans une démarche de projet pour les différentes activités langagières (au sens du CECRL (3), et "groupes de niveaux" qui visent à la remédiation. L’enseignement en groupes de compétences se met en place dans l’ensemble des lycées généraux et technologiques.

(1) sciences et technologies de laboratoire
(2) sciences et technologies de l’industrie et du développement durable
(3) cadre européen commun de référence pour les langues

 
mercredi 9 février 2011

Lycée professionnel Le Corbusier - Lons-le-Saunier

Le 20 janvier, le recteur a échangé avec la communauté éducative, les élèves et les partenaires du lycée sur la réduction du décrochage scolaire et les sorties sans qualification

Le recteur Éric Martin a été accueilli par Jean-Marc Milville, inspecteur d’académie du Jura, et Christophe Bois, proviseur du lycée. Après un échange avec l’équipe éducative et les partenaires du lycée, le proviseur a conduit la visite des différents ateliers dédiés aux formations du bâtiment.

VR Le Corbusier

Le lycée professionnel Le Corbusier s’inscrit dans le maillage établi dans le département du Jura pour permettre à chaque élève en difficulté de trouver une voie, possible géographiquement, qui lui permette de se réconcilier avec les apprentissages.
Avec les lycées Jacques Prévert de Dole et Pré-Saint-Sauveur de Saint-Claude, le lycée Le Corbusier propose une classe de 3ème découverte professionnelle (3 DP), le dispositif "Parcours nouvelle chance", ainsi qu’un comité local d’aide à l’insertion (CLAIN). L’action de ces différentes aides à l’insertion est renforcée au lycée Le Corbusier par sa proximité avec les entreprises locales du bâtiment et par son partenariat actif avec les représentants de ce secteur professionnel en déficit de recrutement.

Comment éviter et endiguer le décrochage scolaire ?

Les actions menées au niveau de l’établissement

Fortement engagé vis-à-vis des élèves en difficulté, le lycée a mis en place l’accompagnement personnalisé, l’aide individualisée, des rencontres entre les membres de l’équipe pédagogique, la remédiation locale et le renforcement du lien avec les familles, une commission de suivi et la classe de troisième découverte professionnelle (3 DP).

Au-delà du suivi quotidien mis en place au lycée, des commissions scolaires (GAIN), des conseils de classe et des réunions parents-professeurs, le lycée Le Corbusier présente la particularité de regrouper trois dispositifs que l’on peut retrouver dans le Jura au lycée Prévert de Dole et au lycée du Pré Saint-Sauveur de Saint-Claude.

Les dispositifs élargis au bassin lédonien (Lons-le-Saunier, Poligny, Champagnole)

Les élèves peuvent bénéficier du parcours nouvelle chance, vers une réintégration au sein d’un cycle diplômant et du CLAIN, piloté par l’éducation nationale, dont l’objectif est de placer le jeune au centre d’un partenariat.

VR Le Corbusier

La classe de 3ème découverte professionnelle pour réconcilier l’élève avec les apprentissages

Les élèves en situation d’échec scolaire manquent de confiance en eux, d’implication et se mésestiment souvent. L’objectif de cette classe est de remobiliser les élèves autour d’un projet de formation professionnelle, de leur faire acquérir le socle commun de connaissances et de leur permettre de s’inscrire dans une perspective qualifiante.

Le "parcours nouvelle chance" réintègre les jeunes au sein d’un cycle diplômant

Le "parcours nouvelle chance" s’adresse aux jeunes entre 16 et 18 ans qui sont en décrochage scolaire ou sortis de formation sans qualification. Le lundi, ils suivent des cours dont le contenu est adapté au niveau des élèves. Les autres jours, ils effectuent des stages. ces dispositions visent à consolider les acquis scolaires, construire un projet personnel et transformer le moment venu le maître de stage en maître d’apprentissage.

Le Comité local d’aide à l’insertion (Clain) place le jeune au centre d’un partenariat

Sous l’impulsion du recteur, le département du Jura comprend à présent trois "Clain". Celui du secteur de Lons-le-Saunier, Poligny, Champagnole est piloté par le proviseur du lycée Le Corbusier. Cette instance réunit le CIO, la Chambre des métiers, la mission locale Sud Jura, le "parcours nouvelle chance" et les établissements du secteur. En parfaite complémentarité, les partenaires s’intéressent à des jeunes en rupture scolaire afin de leur proposer des solutions immédiates pour rebondir.

Cet échange a réuni des membres de la commission de suivi, des professeurs de 3 DP et du parcours nouvelle chance, des membres du conseil d’administration, des partenaires du CLAIN (CIO, mission locale Sud Jura, chambre des métiers), des représentants de la chambre des artisans et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), de la Fédération française du bâtiment.

39
Lycée professionnel
Le Corbusier - Lons-le-Saunier
Informations complètes

 
mercredi 2 février 2011

Inauguration du collège Jean-Paul Guyot de Mandeure

Une restructuration de grande ampleur qui permet aujourd’hui aux collégiens d’investir un établissement moderne, aussi fonctionnel qu’esthétique

Inauguration du collège Jean-Paul Guyot de MandeureÉric Martin, recteur d’académie s’est rendu à l’inauguration des nouveaux batiments du collège en présence de Claude Jeannerot, président du Conseil général du Doubs, sénateur du Doubs, de Pierre Moscovici, président de Pays de Montbéliard Agglomération et député du Doubs, d’Élisabeth Bisot, inspectrice d’académie du Doubs et de Philippe Lelièvre, architecte en charge de la restructuration.

Accueillis par Estelle David, principale du collège, les personnalités ont pu visiter les bâtiments restructurés et apprécier la qualité des travaux.
Le chantier important (cinq ans) a permis de construire des logements de fonction, une salle polyvalente, la restructuration de l’immeuble administration et la restructuration-extension de l’immeuble d’externat.
Un ascenseur et une passerelle permettent la liaison entre les bâtiments administratifs et l’immeuble d’externat.

Inauguration du collège Jean-Paul Guyot de MandeureLes élèves se réjouissent d’avoir des bâtiments à la fois fonctionnels et esthétiques : une nouvelle cantine plus spacieuse, des lignes modernes et des couleurs vives, un nouvel ascenseur, un centre de documentation et d’information confortable et un tableau interactif.

La principale, en poste depuis le premier septembre, salue le travail effectué par ses prédécesseurs et se réjouit de travailler dans un collège qui colle parfaitement aux réalités quotidiennes de la communauté éducative. Dans cet établissement flambant neuf, le projet d’établissement fait état de la volonté de mettre en place un espace numérique de travail.

Le collège compte 293 élèves et accueille une unité d’inclusion scolaire pour les enfants en difficulté.


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon